Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 5

***

Chapitre 2 : Matériel pour l’arme de ma disciple

Partie 5

La montagne flottante du quatrième étage était divisée en deux parties principales : une zone extérieure dénudée et quelque peu accidentée et une série de grottes interconnectées à l’intérieur de la montagne elle-même. Les grottes étaient autant un chemin qu’un tunnel, et les aventuriers étaient souvent capables de recueillir une variété de minerais et de pierres de l’intérieur.

C’était mon objectif.

Étant donné que je voulais offrir à Alize une sorte de lame en métal léger, le quatrième étage était l’endroit idéal pour recueillir les minerais et les métaux nécessaires.

J’avais continué à gravir la montagne flottante. Très vite, j’avais trouvé une ouverture et, après m’être assuré qu’il n’y avait pas de monstres dans les environs immédiats, je m’étais glissé prudemment et tranquillement dans la grotte.

 

◆◇◆◇◆

 

La disposition de ces tunnels était quelque peu complexe. On disait qu’on pouvait se perdre, ne jamais revenir, si on allait trop loin.

Dans des circonstances normales, une carte de l’intérieur compliqué était nécessaire pour la navigation, et l’aventurier typique devrait, bien sûr, acheter un tel article. Moi, cependant, j’avais la Carte d’Akasha. Alors qu’elle ne montrait que des zones que j’avais personnellement explorées, il n’y avait plus aucune possibilité que je me perde. Le fait de ne pas avoir à acheter une carte supplémentaire était également un bonus. En échange, les notes et les points d’intérêt habituellement indiqués sur les cartes commerciales m’étaient présents, y compris les endroits où l’on pouvait habituellement extraire du minerai. J’avais supposé que je devais trouver tous ces endroits par moi-même.

En continuant à marcher le long des tunnels, j’avais aperçu un mur partiellement effondré. Si je devais le deviner, quelqu’un avant moi avait creusé pour trouver du minerai à cet endroit précis. Bien que certains de ces endroits aient été marqués avec des traces de fouilles par d’autres, la plupart d’entre eux ne l’avaient pas été. La possibilité qu’il reste encore du minerai dans cette région était toutefois élevée.

J’avais retiré un petit objet en forme de planche de ma poche magique. C’était une sorte de tableau bon marché, un objet qui réagissait aux faibles traces de magie. C’était une sorte d’outil magique en soi.

Je l’avais élevé jusqu’à la brèche dans le mur devant moi. Après un certain temps d’attente, j’avais senti la planche bouger si légèrement alors qu’elle dégageait une légère lueur. Avec cela, j’avais compris une chose : le minerai que je cherchais depuis tout ce temps se trouvait quelque part dans ces murs.

Plus précisément, je cherchais un type de métal connu sous le nom de « fer de mana ». Il était beaucoup plus solide que le fer normal, et il avait aussi une bonne affinité pour le mana en général. C’était un métal relativement cher.

Le fer de mana avait des propriétés curieuses. Si on devait canaliser le mana à travers lui, une partie du mana serait absorbée par le métal, et le reste serait réfléchi et expulsé. C’était en raison de cette expulsion de mana que la planche que j’avais entre les mains réagissait. Je trouverais sûrement du fer de mana si je creusais davantage dans ce mur partiellement effondré.

Si j’avais le niveau de compétence de Lorraine, je serais capable de discerner d’un coup d’œil si les objets contenaient du mana — mais bien sûr, de tels exploits me dépassaient.

En retirant une pioche de ma poche magique, je m’étais tourné vers le mur.

Il était temps d’avoir ce que j’étais venu chercher.

Les bruits aigus du métal sur la roche résonnaient dans les tunnels pendant que je continuais à creuser les murs.

Cette pioche particulière avait été conçue pour être tolérante au mana. Cela avait permis d’y canaliser le mana et de continuer à creuser sans problème.

J’avais persévéré, m’enfonçant plus profondément dans le mur. Si cela devait prendre beaucoup de temps, je n’aurais probablement pas assez de magie… Mais tout devrait bien se passer à ce rythme.

J’espère.

Au bout d’un moment, un léger reflet au-delà des parois rocheuses avait attiré mon attention. Il semblerait s’agir d’une veine de minerai qui contenait le fer de mana que je cherchais.

J’avais accéléré mon rythme d’excavation. Les murs de pierres devinrent sensiblement plus durs à mesure que je continuais à creuser, mais avec ma force inhumaine et le mana qui coulait dans mes veines, certaines couches de roche légèrement plus dures ne me posaient guère de problèmes.

J’avais pu extraire le minerai dont j’avais besoin avec une facilité surprenante. Cependant…

« La qualité laisse beaucoup à désirer…, » murmurai-je.

J’avais retourné le morceau de minerai contenant du fer dans mes mains. La plus grande partie de ce morceau de minerai était constituée d’impuretés dont je n’avais pas besoin, et un seul coup d’œil m’avait suffi pour le dire.

Si j’utilisais un tel matériau, il faudrait en excaver une assez grande quantité pour que je puisse produire n’importe quelle sorte de fer de mana, et il serait difficile de fabriquer une arme respectable avec un minerai de cette qualité. Je ne cherchais pas à créer une sorte d’arme artisanale dépassant de loin les normes normales, mais ce minerai était tout simplement… trop impur pour mes besoins. Bien que je puisse tolérer certaines impuretés dans les métaux en général, la qualité de cette veine était très faible.

C’était du minerai que j’avais mis beaucoup d’efforts à creuser, oui, néanmoins, je l’avais laissé sur le sol, dans l’intention de trouver une meilleure veine de minerai.

Mais je n’avais guère été déçu. En fait, j’avais déjà anticipé cela dans une certaine mesure. On disait que la pureté et la qualité du minerai de cette montagne flottante s’amélioraient au fur et à mesure que l’on pénétrait dans les tunnels, de sorte que je savais déjà, dans une certaine mesure, qu’un point de fouille relativement proche d’une entrée ne me procurerait pas beaucoup de bénéfices. J’avais voulu l’excaver en personne, au moins une fois, pour affirmer ce que j’avais entendu avant de passer à autre chose.

Je suppose qu’on pouvait s’y attendre d’un labyrinthe — on ne pourrait jamais voir ce qu’il avait à offrir sans plonger dans ses profondeurs.

 

◆◇◆◇◆

J’avais l’impression de voir quelque chose clignoter du coin de l’œil — une silhouette, ou peut-être une ombre. Il y avait quelqu’un d’autre ici ? Il ne serait pas étrange que d’autres aventuriers soient présents.

Mais… il y avait quelque chose qui clochait. C’était comme si l’existence de cet être lui-même était… instable. Je n’en étais pas sûr.

En tout cas, j’avais pensé que je devrais jeter un coup d’œil par moi-même…

Mais… non. C’est précisément à cause de ma curiosité que j’avais fini avec un tel corps. Je devrais mettre en avant ma sécurité avant tout…

Du moins, c’est ce que je pensais. Très vite, moi, Rentt Faina, j’avais cédé à ma curiosité. Si je n’avais pas une telle personnalité, je n’aurais pas eu à passer par tout ce que j’avais jusqu’à présent. Mais je suppose qu’il était évident que j’agisse de cette façon.

Tout ce que j’avais à faire était de m’échapper immédiatement s’il y avait un signe de danger. Vu la quantité d’énergie que j’avais dépensée jusqu’à présent, je pourrais dire que je pourrais m’échapper à une vitesse raisonnable.

Mais bien sûr, ce serait très éprouvant si je rencontrais à nouveau une sorte de dragon. Bien que ce soit un cas unique de malchance. J’avais supposé qu’une telle chose ne se reproduirait pas.

Je m’étais approché de l’endroit où j’avais vu l’ombre.

Mais…

Il n’y avait personne. C’était peut-être juste mon imagination…

« … Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? » demanda une voix derrière moi.

Choqué, je m’étais immédiatement retourné et j’avais vu une jeune fille debout devant moi.

Elle était… très jeune. Peut-être vers l’âge de cinq ou six ans.

Mais l’aura qu’elle avait en elle était tout sauf puérile. Son regard était plein de suspicion, voire d’irritation. C’était une expression que seuls les adultes pouvaient utiliser.

Je ne savais pas quoi dire, avec la bouche béante pendant que je luttais pour trouver les mots. Tout comme je l’avais fait…

« … Je ne sais pas, je ne sais pas. Non… Je… Je suis… »

Une autre voix était venue de derrière moi. Pas une qui s’était manifestée de ma gorge.

J’avais l’impression qu’il y avait un autre individu derrière moi, alors je m’étais retourné — pour me retrouver face à face avec un individu étrange, vêtu d’une vieille robe déchirée.

La personne avec cette tenue vestimentaire ne semblait pas du tout normale. En le regardant, je n’avais pas pu m’empêcher de penser qu’il était une existence inconnue que je ne pourrais jamais comprendre, et mon cœur avait été rempli d’un grand malaise. Il semblait que l’individu réfléchissait, perdu dans ses pensées à la question de la jeune fille.

Qui est cette personne… ?

Tandis que cette pensée me traversait l’esprit, la jeune fille m’avait traversé le corps et avait continué à parler à la personne vêtue. Maintenant que je l’observais de loin, je pouvais voir que la fille était un peu… translucide.

A-t-elle vraiment existé ? Ou n’était-elle tout simplement pas là physiquement ? Est-ce pour ça qu’elle ne pouvait pas me voir ?

En y regardant de plus près, la personne en robe semblait également légèrement translucide.

« Vous ne savez pas ? Ne savez-vous pas d’où vous venez ? Mais pour venir ici, vous devez venir d’ailleurs… et pourtant, vous ne savez pas ? » demanda la jeune fille.

L’individu vêtu d’une robe secoua la tête. « Je… Je ne sais pas, je ne sais pas. Je ne sais pas, je ne sais pas. Je ne sais pas… rien. C’… C’est ce que je fais. Qu’est-ce que je suis ? Où est-ce que c’est !? » demanda l’autre.

Alors qu’il criait, ses tremblements s’intensifiaient. Peu de temps après, le capuchon sur sa tête avait été arraché.

Hey, maintenant.

Je ne m’attendais pas à voir quelque chose comme ça. J’avais ressenti un profond sentiment de surprise surgir en moi.

L’individu vêtu qui se tenait devant moi… était un squelette. Un squelette avec une faible lumière dans ses orbites… Un squelette avec de la logique, et une capacité de raisonner. Il y avait ce qui semblait être un tatouage compliqué sur son crâne, le motif brillant d’un bleu pâle. Je n’avais jamais vu un tel tatouage auparavant… Mais c’était indubitablement… un squelette.

Un squelette — un monstre qui ressemble beaucoup à ce que j’étais, il y a un bon moment.

Je me demande qui c’est?

En un seul pas, je m’étais approché des deux individus. Je voulais voir de près cet étrange squelette en robe.

Malheureusement, comme s’il ressentait mes intentions, l’individu vêtu d’une robe semblait lentement se dissiper, et disparaître de l’existence avant de s’évanouir complètement dans les airs. La jeune fille qui l’interrogea disparut elle aussi, son image perdant peu à peu de ses couleurs avant de s’estomper dans le néant. Tout ce qui restait dans les tunnels stériles, c’était moi et les parois rocheuses silencieuses qui m’entouraient. C’était un sentiment de solitude, comme si ce qui venait de se passer devant moi n’était qu’une illusion.

« Qu’est-ce que tout ça… ? » avais-je demandé malgré moi.

Personne n’avait répondu à ma question. La seule réponse avait été un écho vide, se répercutant doucement dans les tunnels.

Ce genre d’événement était-il courant au quatrième étage ?

Non… Ce n’est pas possible. Si c’était vraiment le cas, il y aurait déjà eu un flot de rumeurs à ce sujet dans les tavernes. Au moins, j’aurais dû en entendre parler, d’une façon ou d’une autre.

Alors… serait-il possible que ce phénomène étrange ne se soit produit qu’à cause de qui j’étais ?

Pourquoi serait-ce le cas… ? Était-ce juste une coïncidence ? Ou était-ce quelque chose qui devait tout simplement se produire ?

Je n’avais aucun moyen de le savoir.

Après avoir réfléchi à la question pendant un certain temps, j’avais abandonné, me rendant compte que je n’avais tout simplement pas de réponses. J’avais pensé que je pourrais y réfléchir une autre fois.

Il y avait beaucoup de choses inexplicables dans le monde — des mystères non résolus, y compris la raison pour laquelle j’étais devenu un non-mort. Il était important de faire la différence entre ce que l’on peut savoir et ce que l’on ne pourra jamais savoir. Il s’agissait d’une capacité de survie importante en soi.

Pour l’instant, je devais me concentrer sur ce que je devais faire : rassembler du matériel.

Plus je m’enfonçais dans ces tunnels, plus la pureté et la qualité du fer de mana que je trouverais seraient élevées. Et donc… Je dois continuer à aller de l’avant. Quant à ce qui s’était passé aujourd’hui, je pensais pouvoir le cacher dans un coin de mon cœur, du moins pour l’instant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire