Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 2

***

Chapitre 2 : Matériel pour l’arme de ma disciple

Partie 2

… Gyawaaaan !!

Avec un cri perçant, le monstre s’était éloigné de moi, ayant été entaillé par ma lame. Ma cible n’était autre que le plus grand loup des forêts du groupe près de l’escalier. Si je devais le deviner, ce loup était l’alpha. Je ne pouvais pas en être sûr, alors j’avais décidé de frapper le premier, même si j’avais l’air d’avoir raison.

Tandis que le hurlement retentissait, les autres Loups des bois des environs étaient entrés en état d’alerte, me regardant d’où ils se tenaient. Puis, ils avaient frappé.

Ce n’était pas une blessure mortelle, mais il semblait que les monstres étaient ennuyés par le fait que j’avais obtenu une frappe réussie sur leur chef. Loyal, oui, mais trop prévisible. Leurs mouvements étaient faciles à lire, alors je dirais que c’était une première frappe réussie.

Je m’étais tourné vers le premier loup qui arrivait, je l’avais frappé et j’avais mis tout mon poids dans ma lame, avant de faire la même chose pour le suivant. Peu importe leur rapidité, une attaque directe de ce genre serait simplement déviée d’un seul coup bien placé. Il n’y avait pas de chasse plus facile que celle-ci — jusqu’à ce que le chef des monstres remarque rapidement ce que je faisais.

 

 

Avec encore un autre hurlement fort, il avait alerté les autres Loups des Forêts.

Il semblerait que les Loups des Forêts aient une peau assez épaisse, j’avais commencé à m’en apercevoir. Une seule attaque de ma part ne les avait pas vraiment gênés. Comme prévu du Donjon de la Nouvelle Lune… Les monstres ici avaient un plus haut niveau d’endurance, probablement parce que j’étais près de l’entrée du quatrième étage.

J’avais tué les Ents Jyulapus assez facilement parce qu’il se trouve que j’avais été capable de repérer leur faiblesse. On pourrait dire que j’avais un sacré avantage sur eux. Dans le cas de ces loups des forêts, cependant… Cela semblait être une rencontre assez difficile.

Ayant retrouvé leur calme après un hurlement affirmé de leur chef, les mouvements des Loups des Forêts étaient visiblement ceux de chasseurs habiles. Il semblait que les loups ne me donneraient plus beaucoup d’occasions de frapper facilement, alors la situation était maintenant celle d’une impasse. Si la bataille se prolongeait ainsi, mon endurance s’épuiserait sûrement. Pendant un moment, j’avais pensé à lancer Edel, qui était actuellement perché sur mon épaule et qui ne se battait pas du tout, vers les loups comme nourriture. La réponse d’Edel avait été rapide. « N’y pense même pas » était l’essentiel de sa réponse. Je suppose que je vais honorer ta demande, souris…

Dans ce cas, je n’avais pas le choix.

Le porc était la solution.

J’avais tendu la main dans ma poche magique, j’avais sorti un morceau de porc enveloppé dans une feuille de Maalt Hoonoki — de la viande orc enveloppée, en d’autres termes — et je l’avais jeté sur les monstres. Comme je ne pouvais pas utiliser la souris comme appât, j’utilisais de la viande d’orc. Ce n’était pas un plan très imaginatif, mais la viande d’orc était considérée comme un délice pour les humains et les monstres.

Alors que le parfum de la viande passait devant le nez des Loups des Forêts, ils avaient baissé leur garde un instant. C’était exactement ce que je cherchais.

Je m’étais propulsé en avant dans un mouvement familier. Soulevant mon épée, j’avais canalisé le mana dans la lame, dans le but de porter un coup décisif.

Si je devais couper quelque chose, le mana était le meilleur candidat. Cependant, utiliser le mana pour découper un objet dur signifiait qu’une grande partie de celui-ci serait utilisée. Je voulais conserver mon énergie, alors j’avais limité la quantité de mana canalisée dans ma lame. Cependant, si mes réserves de mana étaient vidées dans le pire des cas, je pourrais rentrer chez moi à ce moment-là.

Le chef des Loups des Forêts, comme s’il avait remarqué que j’attendais ce moment, avait rapidement fait trois grognements courts. Probablement quelque chose du genre : « Ne vous laissez pas distraire par la viande ! » C’était terrible à dire, étant donné que le loup lui-même bavait en raison de l’odeur.

La viande d’orc est-elle vraiment si délicieuse ? Eh bien, je suppose que ce serait…

Les loups avaient cependant remarqué cela un peu trop tard. Le temps que leur attention leur revienne, j’avais déjà enterré la lame de mon épée dans le cou d’un monstre.

Jusqu’ici tout va bien, mais comme prévu… cette chair était dure. L’endurance de ces monstres était nettement différente de celle des étages précédents. Si c’était un gobelin ou un orc normal, cette quantité de mana aurait été plus que suffisante pour enlever proprement leur tête.

Mais ces monstres pouvaient être découpés en tranches, donc ce n’était pas impossible. Un signe du donjon, peut-être, que les premiers étages avec des monstres facilement tués juste par une légère application de mana s’étaient terminé ici.

J’avais tendu les muscles de mon bras tout en augmentant la quantité de mana canalisée dans mon épée. Sur ce, le loup empalé s’était figé. Avec une sensation de lourdeur, la lame s’enfonça plus profondément dans la chair du Loup des bois. D’un mouvement rapide, j’avais tiré la lame à travers, sa surface tranchant proprement la chair du monstre. Un bruit sourd s’était fait entendre. La tête du Loup des Forêts était par terre.

Les monstres étaient beaucoup plus résistants qu’ils n’en avaient l’air.

La tête du loup, maintenant au sol, avait tourné violemment dans tous les sens, en fixant toujours dans ma direction alors qu’elle s’arrêtait. Son corps, lui aussi, était resté debout pendant un court moment, tremblant de frissons en le faisant. Je suppose qu’il ne pouvait plus vivre longtemps après avoir été séparé de sa tête, car il était tombé au sol en quelques secondes. Le corps était immobile, avec les yeux de la tête maintenant fermés.

… Un de moins. Encore quatre à faire.

La bataille était loin d’être terminée, mais ce serait beaucoup plus facile à partir de maintenant. Après tout, ces loups des forêts étaient habitués à chasser en meute d’exactement cinq individus.

Pourquoi est-ce que je le savais ? Parce qu’il y avait maintenant des lacunes dans leurs schémas d’attaques. Le moment de leurs approches était visiblement mal choisi. Leurs attaques combinées avaient été relativement impeccables auparavant, de sorte que ce nouveau développement les avait rendues beaucoup plus faciles à gérer.

Les Loups des Forêts, comme surpris par la façon dont j’avais visé les laps de temps entre leurs attaques, semblaient stupéfaits, ne sachant pas comment réagir. En réponse, le chef loup, visiblement agité, avait serré ses crocs ensemble avant de se précipiter droit sur moi.

On pouvait en finir tout de suite.

J’avais levé une fois de plus mon épée, canalisant le mana dans sa lame en visant le cou du loup. Si je les laissais se réorganiser et se regrouper, l’écart dans leurs attaques que j’avais créé disparaîtrait effectivement. Leur meute de cinq était maintenant un groupe de quatre. Le moment était venu de frapper.

Pour le loup, cependant, le fait que je me sois précipité pour profiter de cette chance avait peut-être été l’occasion qu’ils cherchaient aussi. Si j’abandonnais l’attaque maintenant, je devrais commencer à me battre défensivement, auquel cas, la bataille allait certainement durer.

Les loups des forêts étaient des monstres connus pour leur potentiel explosif, avec des coups rapides et puissants. Mais ils n’avaient pas beaucoup d’endurance. Ils étaient plus forts qu’un loup normal, mais n’avaient pas la capacité de se battre pendant plus de dizaines de minutes, et certainement pas des heures avec un aventurier armé des techniques de mana. Si je n’étais pas achevé ici et maintenant, la victoire dépendrait entièrement du moment où les loups se fatigueraient.

Eh bien, alors. C’est parti. Allons-y.

Soulevant l’épée au-dessus de ma tête, je m’étais tourné vers le loup, déclenchant un élan vicieux vers le bas. Lui aussi avait un tour dans sa manche, car sa fourrure commençait à briller d’un vert pâle. Canalisait-il le mana dans son corps ? Bien que je ne sache pas ce qu’il allait faire, j’avais compris que le loup se battait maintenant sérieusement. Non… Le fait que le monstre utilisait cette capacité maintenant — ça pourrait très bien être son atout.

Je sentais une certaine pression émanant du monstre. Ce Loup des Forêts était un peu plus grand que les autres, peut-être parce qu’il était le chef de ces monstres.

Mais je ne pouvais pas perdre ici. J’étais encore en classe Bronze. J’avais encore un long chemin à parcourir pour devenir assez fort pour vaincre un ennemi comme lui presque sans effort…

Je m’étais concentré intensément sur cette pensée, en posant la lame sur le cou du Loup des Forêts. La lame avait creusé profondément, tranchant tout droit à travers son corps. J’avais augmenté la quantité de mana canalisée dans mon arme de près de 50 %, d’où le manque de résistance. Étant le leader de ces monstres, je ne m’attendais guère à pouvoir le vaincre avec la même force.

Après ça, l’attaque fut un succès, et j’avais enfoncé mon épée à travers ce qui restait de sa chair. Sa tête tombait maintenant vers le sol. J’avais gagné, mais — .

Il avait ouvert la bouche. Avec un « woosh! » ce qui semblait être une lame verte et brillante s’était envolé de la gueule béante du monstre, volant droit sur moi.

Putain !

J’avais paniqué en me penchant en avant, essayant d’esquiver l’attaque. La frappe verte du vent m’avait manqué de peu, me frôlant presque la joue. Un bruit de tonnerre avait retenti de derrière moi immédiatement après — le bruit de quelque chose qui se brisait. En me retournant, j’avais vu un grand arbre tomber sur le côté, apparemment tranché proprement par le sort.

Est-il encore vivant… ?

J’aurais dû le remarquer en tuant le tout premier Loup des bois… Mais penser qu’il pourrait jeter un sort dans un tel état. Une évolution inattendue…

La tête du chef loup était maintenant silencieuse, alors j’avais supposé que c’était sa dernière attaque. Malgré tout, je n’avais pas l’intention de baisser ma garde. J’avais juré d’être prudent avec les trois monstres restants. Je devais faire attention même après qu’ils aient été tués.

Cela dit, les loups restants étaient maintenant sans chef et leurs mouvements étaient extrêmement simples à prévoir. Ils ne pouvaient plus non plus lancer d’attaques combinées. Tout ce qu’ils avaient fait, c’était me foncer dessus en ligne droite, en espérant avoir une bonne bouchée.

Moi, à mon tour, je les avais simplement coupés un par un — c’était presque trop simple. La difficulté de la rencontre dont je me plaignais il y a quelques instants n’était nulle part visible.

En fin de compte, je n’avais passé que quelques minutes de plus à vaincre les loups restants, maintenant armés d’une connaissance de première main de la terreur que pouvaient causer les loups des forêts qui s’étaient regroupés en bandes. En quelques frappes décisives, la bataille avait pris fin.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire