Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 12

***

Chapitre 2 : Matériel pour l’arme de ma disciple

Partie 12

On m’avait félicité pour mes efforts.

En fait… était-ce un compliment ? C’était presque comme si Lorraine s’était attendue au pire, pour une raison ou une autre…

« Qu’entends-tu par “bois étrange”… ? » demandai-je.

« Du bois qui n’était pas assez solide ou avec lequel il était difficile de travailler. J’ai supposé que ça pourrait arriver. C’est de ma faute, oui, de ne pas t’avoir prévenu à leur sujet. Ce que tu m’as apporté cette fois n’est pas mal du tout. Cependant, l’ébène est peut-être un peu trop lourde pour quelqu’un de la stature d’Alize. Le bouleau ou le sapin suffiront à nos fins, » déclara Lorraine.

À bien y penser, l’ébène des Ents Jyulapus était un peu plus lourde que les deux autres. Bien que je n’aie pas eu besoin d’exercer beaucoup de force pour placer les matériaux dans ma poche magique, chacun de ses coups au combat présentait en lui un certain sens du poids.

Hmm ?

« L’ébène était-elle un mauvais choix pour une baguette… ? » demandai-je.

« Dans une certaine mesure, oui. Cependant, ce serait un bon choix pour toi. Après tout, tu en as la force. Et tu frapperas probablement avec tes armes avec une force considérable. L’ébène est un matériau relativement solide, de sorte que cela ne le cassera pas. Un bon choix pour toi, en effet. Mais c’est un matériau difficile à travailler… Ce sera un défi, Rentt ! » dit Lorraine, avec un sourire un peu espiègle sur son visage.

… Eh bien. J’avais après tout ramassé moi-même ce bois. J’avais supposé que je pouvais lui demander d’assumer la responsabilité dans ce cas particulier.

« Et le cristal magique… ? » demandai-je.

« N’as-tu pas le choix ? N’hésite pas trop, Rentt. Choisis simplement la couleur que tu aimes. Alize fera la même chose quand elle fabriquera le sien, » déclara Lorraine.

Les cristaux que je pouvais utiliser pour la baguette étaient ceux des Gobelins Mina, du soldat orc ou du Terra Drake. Outre ces cristaux, tous les autres avaient été récoltés au premier ou au deuxième étage. Lorraine avait précisé que seulement ceux des individus du troisième étage ou d’un étage inférieur seraient appropriés pour ça.

« Je voulais demander… le cristal magique d’un gobelin ou d’un slime est-il tout simplement inutilisable avec une baguette ? » demandai-je.

« Je ne dirais pas ça, Rentt. Il n’est en aucun cas impossible… Mais il y aurait certainement des problèmes avec l’amplification et le contrôle du mana, entre autres choses. Alize, en particulier, a de grandes réserves de mana en elle. Si de tels cristaux simples étaient utilisés, certains sorts de base d’Alize pourraient presque certainement le faire craquer, » répondit-elle.

« … Je suppose que c’est incapable de contenir son mana, » déclarai-je.

« Oui, on peut dire ça. Cependant, si l’on utilise le mana depuis longtemps, la modération de son propre flux de mana est possible. Même une baguette faite d’un cristal aussi faible peut durer un certain temps dans ce cas. Il va sans dire qu’Alize n’a guère l’expérience requise. C’est donc impossible, » déclara Lorraine.

Maintenant, je l’avais compris. Comme il s’agissait d’une baguette qui devait être utilisée régulièrement dans la pratique, ce serait un gros problème si elle se brisait continuellement. Des efforts considérables avaient été nécessaires, et une autre baguette devrait être faite, si une telle chose devait se produire.

Bien que j’aie entendu des histoires de mages brisant plusieurs baguettes tout en apprenant à les fabriquer, les cristaux magiques sur des baguettes craquelées explosaient souvent lorsqu’ils étaient utilisés, et constituaient tout un danger. Il n’était pas nécessaire de faire des pieds et des mains pour courtiser un tel danger.

« Dans ce cas, Rentt, puis-je prendre tous ces cristaux magiques ? » demanda Lorraine.

J’avais hoché la tête. J’avais rassemblé tout ça pour la leçon, après tout. Bien que la responsabilité de rassembler le matériel nécessaire pour la leçon ait été confiée à l’enseignante — dans ce cas-ci, Lorraine — elle m’avait offert de me payer pour mon travail sur le terrain.

J’avais cependant refusé d’accepter tout paiement. Pour commencer, je payais à la fois les frais de cours d’Alize et les miens. Au contraire, j’avais une dette plus grande envers Lorraine.

Lorraine était, bien sûr, une mage très compétente. Dans des circonstances normales, il était impossible de recevoir une telle scolarité sans payer d’avance une somme importante.

Cependant, je ne pouvais pas simplement accepter une récompense monétaire pour mes efforts. Lorraine avait protesté contre ma décision, disant que je devais prendre ce qui m’avait été donné. Malgré tout, j’avais insisté pour ne pas accepter de paiement.

Lorraine insistait pour que je reçoive de l’argent pour mes efforts, mais j’insistais aussi sur mon refus. Nous devrions probablement nous donner une certaine marge de manœuvre l’un à l’autre dans ce cas et ne pas faire payer les services dans les deux sens. Je n’avais pas l’intention d’abuser de la bonne volonté de Lorraine.

En réalité, j’avais l’impression d’avoir déjà fait beaucoup de choses de ce genre…

Après notre brève discussion sur le paiement, Lorraine avait poursuivi.

« Ensuite, il y a le raffinage du minerai de fer de Mana, » déclara Lorraine.

Raffinement du minerai…

Il y avait pas mal de façons de procéder. Par exemple, la guilde des forgerons abritait souvent des outils magiques à cette fin — le raffinage à grande échelle du minerai. C’était probablement la méthode la plus connue. Il y avait des méthodes plus anciennes, plus primitives, qui ne reposaient pas sur la magie ou sur des outils magiques, mais elles étaient plus coûteuses et prenaient aussi beaucoup plus de temps.

Dans les colonies frontalières, des opérations de raffinage à petite échelle étaient souvent présentes. Les plus grandes étaient quelque peu rares. Yaaran était un royaume frontalier rural, donc je pouvais très bien trouver une petite exploitation de raffinage de minerai dans un village de montagne quelque part, bien que je ne sois pas sûr d’en avoir un jour l’occasion.

Ainsi, la plupart du minerai était affiné à l’aide d’outils magiques. Cependant, il y avait encore une autre façon de procéder :

L’alchimie.

Strictement parlant, le raffinage du minerai à l’aide d’outils magiques était également considéré comme de nature alchimique. Après tout, ces outils avaient été fabriqués avec de l’alchimie. Il était cependant possible de contrôler son mana pour effectuer le raffinement sans outils spécialisés. C’était la même méthode que Lorraine allait utiliser.

L’alchimie ne se limitait pas aux seuls mages. Il y avait des alchimistes qui n’étaient pas des mages. Mais avoir un certain degré de contrôle sur son mana avait rendu la recherche dans les arts alchimiques d’autant plus faciles. Si l’on n’avait pas ce contrôle, il faudrait utiliser certains cristaux magiques, ou des objets magiques spécialisés en mana et en modération de mana. C’était tout à fait gênant.

Lorraine, étant la mage habile qu’elle était, était capable d’effectuer le processus de raffinement avec une seule main, et peut-être un œil fermé. En fait, c’est exactement ce que Lorraine était en train de faire. Ses mains avaient été placées sur des morceaux de minerai de fer de Mana sur la table.

« Eh bien, alors. Sans plus attendre…, » c’est ce que déclara Lorraine, concentrée. Le processus avait commencé.

Je n’arrivais pas à comprendre, car je ne voyais même pas où le mana de Lorraine se concentrait actuellement. Mais le minerai avait réagi rapidement à son mana et dégagea un léger reflet violacé. Peu de temps après, sa forme avait commencé à changer. Les parties luminescentes du minerai semblent s’être dissoutes, devenant un liquide luminescent. C’était probablement le fer de mana purifié.

Comme une série de serpents, les veines de Fer de Mana avaient commencé à s’écailler hors de la roche.

Vas-y. Clang. Un doux cliquetis se fit entendre alors que de petits fragments d’impuretés s’échappaient du fer de mana liquéfié. Le fer de mana purifié serpenta et coula, se rassemblant lentement en une flaque d’eau sur la table. La flaque d’eau s’était ensuite agrandie et était devenue une grande pièce métallique.

« … Hmm. Je suppose que c’est tout, » dit Lorraine en saisissant un morceau rectangulaire de métal violet qui flottait dans l’air.

« As-tu fini ? » lui avais-je demandé.

« Oui, Rentt, c’est fini. Assez bien joué, si je puis dire. Je ne suis pas du genre à me vanter, mais je parie que la plupart des alchimistes ne sont pas capables de créer un lingot d’une telle pureté, » déclara Lorraine.

Après ça, Lorraine avait tendu le bras et m’avait remis le lingot de Fer de Mana. Je l’avais regardée fixement. Malgré la plaisanterie de Lorraine à propos de sa confiance excessive dans son travail, le lingot était, en fait, très bien fait. Je ne pouvais pas dire avec certitude à quel point un lingot était raffiné une fois qu’il avait atteint un certain point, mais un seul coup d’œil m’avait suffi pour savoir que la pièce que je tenais avait un degré de pureté beaucoup plus élevé que celui obtenu, par exemple, de la guilde des forgerons.

Mais bien sûr, ce dernier était un produit de masse, alors que le lingot que je tenais dans mes mains ne l’était pas. La méthodologie employée était également différente. Compte tenu du fait qu’une fonderie améliorait habituellement la qualité des lingots après les avoir reçus de la guilde, il était tout simplement impossible de comparer les deux.

La pièce que je tenais dans mes mains était d’une bien meilleure qualité. Dans l’ensemble, Lorraine avait fait plus qu’assez bien son travail.

« Je ferais aussi bien de m’occuper de tous les autres éléments. Tu préférerais ça, Rentt ? » demanda Lorraine. J’avais hoché la tête en réponse, vidant tous les morceaux de minerai de fer de Mana dans mon sac sur la table.

« Ah… Certaines des pièces enchantées sont ici aussi. Je vais les séparer. À part les morceaux jaunis, dois-je rassembler tout le reste ? » demandai-je.

« Ah, oui, le minerai enchanté. Bien qu’il y ait des pièces avec des altérations à l’intérieur, je m’en occuperai pendant le processus. Je pourrais tout faire d’un coup, mais c’est fatigant. Les séparer serait le choix le plus sage ici, » déclara Lorraine.

Il semblait que Lorraine était plus que capable de purifier à la fois le fer de mana normal et le minerai qui avait été enchanté par le mana du Dragon de Terre. Cependant, c’était apparemment plus intensif en mana, alors j’avais commencé à les séparer.

D’après ce que Lorraine avait dit, le risque d’échec était beaucoup plus élevé si les deux étaient mélangés. Cependant, une quantité infime ne prendrait pas trop d’efforts pour l’enlever. En gardant cela à l’esprit, j’avais rangé soigneusement les morceaux de minerai à portée de main.

« Tant de… »

Lorraine ne parlait pas de la quantité de fer de mana sur la table, mais du minerai enchanté qui avait été teinté avec le mana du Dragon de Terre. Environ un tiers des pièces étaient comme ça. D’après ce que j’avais pu voir, pas mal de lingots avaient pu être créés.

« Es-tu sûr que ton Dragon de Terre n’a pas simplement libéré une vague de mana dans son environnement ? Les aventuriers normaux se seraient probablement évanouis s’ils avaient été présents…, » demanda Lorraine, en déclarant un fait terrifiant de façon si désinvolte.

C’était peut-être grâce à ce corps que je n’avais pas souffert. Un aventurier normal ne serait pas mort s’il avait été présent, mais il aurait pu être attaqué par des monstres dans les environs après s’être évanoui, ce qui aurait finalement entraîné sa mort.

« Pas la peine de traîner, hein ? »

Lorraine plaça ses mains sur le tas de fer de mana normal et recommença à se concentrer. Sa progression avait été beaucoup plus rapide cette fois-ci. Peut-être qu’elle avait développé une meilleure compréhension de la structure du métal.

Lingot après lingot avait été empilé sur la table.

« … Très bien. C’est tout ce que nous obtenons, » déclara Lorraine, environ une demi-heure après le début du processus de purification.

Elle était incroyablement rapide. L’alchimiste moyen, en comparaison, prendrait une journée entière pour faire ce que Lorraine venait de faire sous mes yeux.

« Le prochain serait… ceci, » déclara Lorraine.

Lorraine posa ses mains sur le minerai enchanté. Je la sentais se concentrer au fur et à mesure que le minerai commençait à réagir.

« Est-ce que cela va aller, Lorraine… ? » demandai-je.

Je n’avais pas pu m’empêcher de m’inquiéter. La vitesse à laquelle elle travaillait était quelque peu intimidante.

« Ha. Ce n’est rien…, » déclara Lorraine quand les lingots avaient recommencé à s’empiler.

Contrairement aux lingots de Fer de Mana violets que j’avais l’habitude de voir maintenant, ces nouveaux lingots étaient jaunes. Ils étaient jaunes, mais ils étaient aussi plus purs en apparence. Bien que leur lueur soit quelque peu faible, je sentais une certaine sensation de pression — une aura qui était absente des lingots normaux de Fer de Mana. Était-ce juste mon imagination ?

« Très bien. Je suppose que nous avons fini, » déclara Lorraine après dix minutes, une diminution significative par rapport au lot précédent. Malgré tout, son travail était parfait, d’après ce que j’en savais.

« Comme prévu, Lorraine. Mais pour que tu puisses faire tout cela gratuitement… Je me sens coupable, » déclarai-je.

Je me serais attendu à dépenser au moins une pièce d’or si j’avais été chez un alchimiste moyen. Il leur fallait une journée pour le faire, et la pureté du minerai signifiait qu’une grande quantité de mana était nécessaire pour ce travail.

Lorraine avait secoué la tête.

« Devrais-je me sentir coupable de pouvoir mener des recherches sur une existence unique dans le monde, Rentt ? Un qu’on ne trouve nulle part ailleurs ? Sûrement une telle expérience vaudrait mille pièces d’or, si ce n’est plus. Après tout, il est tout à fait possible de trouver un alchimiste capable de faire ce que je viens de faire, mais impossible de trouver un être comme toi. Ne t’en fais pas trop, Rentt » déclara Lorraine.

Étais-je le seul de mon espèce ? Au moins, je n’avais pas rencontré quelqu’un d’autre qui me ressemblait beaucoup, et Lorraine non plus. La condition préalable d’être mangé en entier par un dragon était en soi la grande barrière à l’entrée…

« Dans ce cas, je suppose que nous pourrions considérer qu’il s’agit d’un échange équitable de services ? » demandai-je.

Lorraine avait acquiescé à ma suggestion, et c’est tout.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire