Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 3 – Courte Histoire Bonus 1

***

Courte Histoire Bonus : Rentt et le concours de beauté

« Wôw ! Comme prévu ! Quelle beauté ! »

Cette voix brillante et joyeuse n’appartenait à personne d’autre que Sheila, membre du personnel de la Guilde des Aventuriers. Sheila, à son tour, regardait droit dans les yeux une femme devant elle — une femme époustouflante, pour être précis.

Ses cheveux blonds descendaient en vagues hypnotisantes, et sa beauté suffisait à distraire les passants. Ses yeux en amande, accentués par son ombre à paupières, rendaient la femme presque envoûtante. Un seul regard avait fait frissonner les hommes, dont beaucoup pouvaient se perdre dans leur luxure à tout moment.

Même son corps était parfait, un idéal impossible à sculpter. La femme avait toutes les bonnes courbes, soulignées de toutes les bonnes façons. Sa taille, ses hanches et à peu près tout le reste ressemblaient à une œuvre d’art.

Malgré tout, elle n’était en aucun cas scandaleuse ou inappropriée. Au contraire, elle était miraculeusement digne.

L’expression de la femme avait immédiatement changé lorsqu’elle s’était assise. Elle avait l’air fatiguée de toute cette affaire et s’était enfoncée profondément dans le fauteuil comme une sorte de mollusque.

Elle avait ouvert ses lèvres. « Comment en est-on arrivé là ? »

Sa voix était familière, appartenant à la Mage-Érudite de Maalt, une certaine Lorraine Vivie. Alors qu’elle était habillée différemment, qu’elle était coiffée et qu’elle semblait avoir des traits faciaux différents, ceux qui la connaissaient bien n’avaient qu’à s’approcher d’elle pour l’examiner de plus près, et ce qu’ils reconnaîtraient sans aucun doute était Lorraine elle-même, et aucune autre.

La parure et la beauté que la Lorraine exsudait aujourd’hui étaient le fruit des efforts de nombreuses personnes, à commencer par Sheila, suivie de près par de nombreux autres membres de la guilde de l’aventurier de Maalt.

L’histoire avait commencé la veille…

◆◆◆

« Le budget… est serré…, » dit Sheila, tenant sa tête dans ses mains quand elle l’avait dit.

Debout, dans une petite salle de réunion de la guilde se trouvaient Lorraine et moi-même — Rentt Faina.

Il n’y avait personne d’autre ici.

On peut se demander pourquoi Sheila discutait soudainement de la question de la faillite potentielle de la guilde avec nous en ce moment. Lorraine et moi étions secrètement les plus grands sponsors de la guilde, et nous pouvions les plier à notre volonté en un clin d’œil.

Je plaisante. Ce n’était qu’un mensonge stupide.

Nous avions été appelés ici en raison de notre statut d’aventuriers chevronnés — plus précisément, nous faisions partie de la guilde depuis environ huit ans. Sheila, qui me connaissait depuis tout ce temps, avait trouvé plus facile de discuter de ses préoccupations avec nous. Bien sûr, Lorraine et moi avions tous les deux nos spécialités et certaines capacités qui pouvaient s’avérer utiles dans diverses situations. Mais le plus important, c’était que Lorraine avait toujours été une personne relativement belle. Elle n’était pas très intéressée par les cosmétiques et tout ça.

Tout cela me dépassait un peu.

« Vous voyez…, » Sheila avait poursuivi, « Le syndicat du personnel de la guilde a décidé d’organiser un concours de beauté cette année. C’est très bien, mais les récompenses… Argh. Ce président de notre syndicat s’est trop soûlé, voyez-vous, et il a dit qu’il donnerait une récompense vraiment énorme au gagnant, au lieu de nos prix habituels ! Il serait impossible d’acheter un tel prix avec le budget actuel, et je voulais donc voir si quelque chose pouvait être fait… Alors. Pourriez-vous assister au concours de beauté, Mlle Lorraine ? »

Telle était la description du problème par Sheila.

D’autre part, les concours de beauté étaient, comme leur nom l’indique, un concours où les femmes s’affrontaient dans une démonstration de beauté féminine. La plus belle dame allait remporter un titre et un prix. Il s’agissait d’un événement organisé à des périodes déterminées par la Guilde des Aventuriers, dans le but premier d’aider les aventuriers à trouver des épouses et des partenaires potentielles. C’était dans cet esprit que ce concours avait été mis sur pied.

Dans des circonstances normales, le prix pour la première place était utile, mais pas extravagant — une année de fournitures sèches ou de nourriture, par exemple. Cette année, cependant, le président du syndicat du personnel de la guilde semblait s’être un peu trop soûlé et avait annoncé dans une taverne bruyante qu’un objet très cher pouvait être fourni comme prix. Ceci, bien sûr, avait irrité la très gentille Sheila. Pour le dire franchement, le fait de voir Sheila rugir de cette façon était terrifiant en soi.

Étant donné que l’annonce avait été entendue par des membres du public, il semblait qu’il n’y avait aucun moyen de contourner ce problème… à moins qu’une femme qui se rangeait secrètement du côté de la guilde ne prenne part au concours et le gagne. De cette façon, le prix retournerait chez eux et aucune somme d’argent ridicule ne serait dépensée.

« Dans ce cas, ne pourriez-vous pas simplement y aller vous-même, Sheila ? » demanda Lorraine, d’un ton sinistre.

« Ah… mais je ne peux pas, comme je suis un membre du personnel, vous voyez…, » répondit Sheila.

Sheila serait-elle en mesure de garantir la victoire du syndicat du personnel même si elle participait ? Je n’avais pas pu m’empêcher de le penser. Comme si elle lisait dans mes pensées, Sheila soufflait, visiblement irritée.

« Dans tous les cas, je ne gagnerai pas même si je participais ! Oui ! Je sais ! Mais… si Mlle Lorraine participe… J’ai l’impression qu’on pourrait vraiment changer les choses ! » déclara-t-elle, les dents serrées et les poings en boule. Sheila était sans aucun doute sérieuse.

Je m’étais tourné vers Lorraine, et nos yeux se rencontrèrent. Nous avions tous les deux semblé comprendre qu’il s’agissait d’une demande difficile à refuser. Mais Lorraine avait soudain semblé trouver tout cela très drôle, alors qu’un petit sourire rampait sur ses lèvres.

« Si vous le dites comme ça, Sheila, je suppose que je n’ai pas le choix… Très bien, très bien. J’accepte, » déclara Lorraine.

« Vraiment !? » s’écria Sheila.

« J’ai cependant certaines conditions, » déclara Lorraine.

« Euh… conditions… ? » demanda Sheila.

« Mais bien sûr. Tout d’abord, que je participerai sous un faux nom, puis…, » commença Lorraine.

Lorraine s’était penchée vers Sheila, lui chuchotant à l’oreille un certain nombre de conditions secrètes.

Sheila hocha la tête par intervalles. Mais son expression s’était peu à peu transformée en une expression d’anticipation et de malice. Finalement, elle me fixa d’un regard tranchant, comme si elle voulait percer des trous dans mon être même. Après un court silence, Sheila hocha la tête profondément avant de déclarer son acceptation d’une voix étrangement troublante.

« Ooooooookay. C’est exactement ce que nous ferons ! » déclara Sheila.

◆◆◆

« Pffft... Il te va bien… Rennie… ? Ha…, » déclara Lorraine.

Lorraine avait une perruque blonde placée sur la tête. Mais elle me regardait droit dans les yeux.

Oui…

C’est moi, Rentt Faina, qui étais avec Lorraine dans la salle d’attente du concours de beauté. Une salle où seules les concurrentes étaient autorisées à entrer.

J’étais actuellement habillé en femme.

Ce n’était pas du tout un travail de mauvaise qualité. Mon équipe de maquillage s’était assurée que je n’aurais l’air que d’une femme, allant même jusqu’à me mettre un corset. Pour toutes les bonnes courbes, elles m’avaient dit — et bien sûr, certaines… prothèses avaient été ajoutées, à mon derrière et à ma poitrine.

C’était la condition secrète de Lorraine : qu’elle ne participerait que si je faisais la même chose.

Quel désordre... Peut-être le genre de désordre qu’aimait Lorraine. En tout cas, je n’étais pas en mesure de refuser.

J’étais curieux de savoir jusqu’où ils iraient avec tout cela, et en tant que tel, je ne m’attendais pas à être dans cette pièce… avec Lorraine.

« C’est vrai ! Notre prochaine concurrente est…, » annonça un membre du personnel, tenant la porte de la salle d’attente ouverte.

Ils avaient ensuite annoncé le nom de la prochaine concurrente…

« Mlle Adeline Fran ! »

Le nom qui allait suivre était, malheureusement, le faux nom que Lorraine m’avait donné… pour mon usage.

« Ah, ils t’appellent, n’est-ce pas ? Vas-y, Rennie… Ah. Peut-être que Ren-Ren serait plus approprié ? Concentre-toi ! Tu es le prochain ! » dit Lorraine en me poussant joyeusement vers le lieu de l’événement.

Au diable tout ça… Regarde, Lorraine. Je te rembourserai entièrement pour cette humiliation…

Eh bien… Je suppose que ce sera fait. Peut-être que je vais juste prendre une partie des récompenses de sa prochaine demande de guilde.

Lentement mais sûrement, des mots familiers résonnaient dans l’air.

« Ren Ireed ! C’est à vous, maintenant ! »

Obéissant aux instructions de l’annonceur, mais sans le vouloir, j’étais lentement sorti de la salle d’attente et me dirigeais vers le lieu de l’événement.

◆◆◆

Bien sûr, la vainqueuse n’était autre que Lorraine. Et, comme prévu, le second était votre serviteur.

Je plaisante. C’était un mensonge stupide… Bien que cela ne se soit pas tout à fait terminé ainsi, personne ne se doutait de qui j’étais, et le concours s’était déroulé sans incident. J’avais cependant réussi à obtenir les sélections finales — et j’avais passé beaucoup de temps à rechercher des réponses à cette terrible situation difficile qui était la mienne. Je ne pouvais pas dire grand-chose, évidemment, et j’avais plutôt souffert en silence.

« Est-ce que j’ai un visage féminin, Lorraine ? » avais-je demandé, en marchant aux côtés de Lorraine, alors que nous nous dirigions vers sa demeure.

Lorraine avait depuis longtemps changé de costume et de déguisement. Se tournant vers moi, elle avait donné sa réponse sur un ton étrangement sérieux.

« Hmm. Je ne dirais pas exactement ça, Rentt. C’est juste que tu n’as pas beaucoup de… traits distinctifs. Ça permet au maquillage de se démarquer, tu vois. Tu as aussi une musculature légère… par exemple, je ne dirais pas que tu es musclé…, » répondit Lorraine.

En d’autres termes, j’étais apparemment adapté aux tâches qui impliquaient de se travestir. Ce n’était pas vraiment quelque chose dont je pourrais être fier.

Cela mit à part...

« C’était un fait acquis que tu gagnerais, Lorraine. Tu es très belle, après tout, donc il n’y avait aucun doute, » déclarai-je.

« Toi, disant de telles choses en plein jour…, » répliqua Lorraine.

« C’est la vérité, non ? » demandai-je.

« Hmph. Dis ce que tu veux. Cependant… c’est un peu du gâchis si nous laissons cela se terminer ici. Qu’en dis-tu, Ren-Ren ? Veux-tu refaire ça avec moi un de ces jours ? » demanda Lorraine.

« Je vais poliment refuser…, » répliquai-je.

Personnellement, j’avais l’impression qu’un tel événement ne se répéterait jamais, mais, au cas où il se reproduirait, j’avais ardemment offert mes prières aux dieux — que je n’aurais plus jamais à faire quelque chose comme ça.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire