Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 4

***

Chapitre 4 : Artisanat magique

Partie 4

« Ughhhh…, » Alize avait gémi, alors qu’elle tentait désespérément de canaliser le mana dans le bout de son index.

Tant qu’on y était habitué, le mana pouvait être canalisé vers pratiquement n’importe quelle partie du corps. Pour la plupart des individus humains, les mains étaient l’endroit d’où le mana coulait habituellement et d’où il sortait.

Dans ces pays, il était courant pour la plupart des gens de penser à la magie qui jaillissait de leurs paumes ou de leurs doigts. De nombreuses explications avaient été avancées pour expliquer ce phénomène : qu’il était plus facile de canaliser le mana dans ses bras, ou que c’était quelque chose que la plupart des gens pouvaient facilement imaginer. Quoi qu’il en soit, le phénomène était vrai et courant.

Personnellement, je connaissais un mage qui avait la capacité de lancer de la magie de ses yeux, et je sentais que la théorie de l’imagination était juste. Le mage en question pourrait canaliser le mana à travers ses mains. Je lui avais demandé un jour pourquoi il avait choisi d’utiliser ses yeux à la place, et sa réponse avait été mémorable : « Parce que c’est impressionnant. » Ah, une personne vraiment inoubliable.

Blagues mises à part, j’avais supposé que ma connaissance-mage tirant des sorts magiques de ses yeux était le choix le plus rapide et le plus facile pour lui. De tels mages existaient, même si leur nombre n’était pas très élevé.

« Hmm… Oui. Pas trop mal du tout. Vous êtes maintenant capable de déplacer le mana en vous, je vois. C’est encore une petite quantité comparée à ce qu’il y a en vous, mais, avec cette quantité de mana, vous serez peut-être capable de lancer une ou deux boules de neige sans trop de problèmes, » déclara Lorraine.

Alize n’avait pas réagi, sa respiration devenant râpeuse. « Arghh... Ha… Ha… »

Sa concentration interrompue, le mana du doigt d’Alize s’était dispersé.

« Ça va, Alize ? Cette prochaine infusion sera vraiment rude…, » déclara Lorraine.

Lorraine avait averti Alize d’un ton de voix quelque peu inquiet. Alize était courbée à quatre pattes sur le sol, essayant toujours de reprendre son souffle.

Les précédents efforts d’Alize étaient comme des sprints de courte distance et à pleine vitesse — deux ou trois fois. La fatigue actuelle d’Alize ressemblait beaucoup à celle qu’elle avait couru quelques marathons autour des murs de Maalt, de sorte que l’enfant était près de ses limites.

On pouvait penser que c’était un peu trop pour son premier jour, mais c’était peut-être pour le mieux. Les régimes les plus stricts doivent être appliqués dès le début. Penser qu’Alize s’approcherait de ses limites physiques rien qu’en apprenant la magie… Elle ferait sûrement une bonne aventurière à l’avenir.

Bien que les mages aient généralement moins de force physique et d’endurance que leurs frères aventuriers, Alize devrait avoir un niveau d’endurance beaucoup plus élevé que la moyenne des habitants de la ville pour survivre. Même Lorraine, qui était une érudite de profession et n’acceptait les demandes de la guilde que lorsqu’elle en avait envie, était une véritable force de la nature. Par exemple, elle ne perdrait jamais face à des voyous de la rue quand il s’agissait de bras de fer. Après tout, les aventuriers étaient tenus d’effectuer des travaux et des exploits physiques sur une base régulière, ou ils deviendraient éventuellement capables de le faire. Les méthodes par lesquelles cela se produirait variaient. Peut-être que c’était un entraînement, ou peut-être que c’était juste de la puissance absorbée par les ennemis qu’ils avaient tués.

« Je vais… tout à fait… bien. Jusqu’à ce que je puisse faire ça… Rentt… Ce que Rentt… a fait… Je continuerai… à essayer…, » déclara Alize.

Alize m’avait regardé avec des poignards dans les yeux tout le temps. C’était peut-être la fontaine d’eau qui jaillissait encore de l’une de mes paumes.

Une force de caractère admirable, pour un enfant de son âge. Si j’étais à sa place, j’aurais déjà terminé la séance.

Lorraine se tourna vers Alize, et l’inquiétude était évidente dans sa voix.

« Ça ne me dérange pas… mais vous ne devriez vraiment pas vous forcer autant, Alize. Rentt vous provoque, évidemment. Pendant qu’il jouait peut-être, l’entraînement qu’il avait suivi pour être capable de faire exactement cela était un enfer. C’est sa façon de vous encourager, Alize, de vous dire de travailler dur, même si vous êtes déjà si fatiguée, » déclara Lorraine.

C’est n’importe quoi ! Je n’avais pas de telles intentions…

Probablement…

Les humains étaient une race capable de réaliser de grands exploits s’ils essayaient. Alize, cependant, avait souri à Lorraine entre ses halètements.

« Je comprends. Je ne suis… pas… tellement en colère. Mais vraiment, Professeur Lorraine… est-ce vraiment possible ? Pour que je puisse faire quoi... Rentt le fait ? En un jour ? » demanda Alize.

« Hmm. Eh bien… Rentt ne suggère pas quelque chose qui est clairement hors de votre portée. Si je devais dire… vous y êtes presque. Un peu plus, peut-être. Si vous devenez capable de ça… alors notre leçon pour la journée peut se terminer, » déclara Lorraine.

« Eh bien… Je vais le faire. Alors, je vais le faire… Que dois-je faire ensuite ? » demanda Alize.

Lorraine hocha la tête. « Ensuite, il y aura les instructions pour le lancement du sort de Rentt. En d’autres termes, c’est ce qui vous fait penser à l’image du sort en question. Il y a peu de façons de le faire : avec une incantation complète, une incantation raccourcie, ou sans incantation du tout. Il existe d’autres méthodes plus spéciales, oui, mais, pour l’instant, ces trois méthodes sont bonnes. Vous comprenez, Alize ? »

« Je crois que je comprends l’essentiel de tout ça, » Alize hocha lentement la tête, mais son expression trahissait le fait qu’elle comprenait peu, voire rien du tout.

Il fallait s’y attendre, et Lorraine l’avait bien compris.

« Oui, oui, oui. Je suppose qu’une démonstration s’impose. Eh bien, dans ce cas, donnons la parole à Rentt, vous qui avez fait de nombreuses provocations à partir de la ligne de touche. Assumez la responsabilité de cette tâche. Vous vous souvenez de l’incantation, n’est-ce pas, Rentt ? » demanda Lorraine.

Lorraine semblait amusée quand les mots sortaient de ses lèvres, si l’on en croit son sourire.

 

◆◇◆◇◆

« … »

C’était un spectacle étrange. J’étais resté silencieux, au milieu de la pièce, pendant qu’Alize et Lorraine regardaient.

C’était la démonstration de la Magie Commune en question. Bien que j’étais un aventurier, de la classe Bronze, j’étais aussi un vétéran dans le métier, il était donc naturel de m’utiliser comme un outil pédagogique magique, une transition en douceur dans le curriculum.

Cependant, je ne pouvais pas dire que j’étais confiant… Mais encore une fois, ce n’était que de la simple magie, le même sort qui avait encouragé Alize à continuer quand elle en avait été témoin pour la première fois.

Le problème était la demande de Lorraine, à savoir l’incantation de ce sort. La raison étant que je n’avais pas vraiment utilisé d’incantations d’aucune sorte. Dire que je n’utilisais pas du tout les incantations serait inexact, car je me souvenais de quelques exemples des manuels scolaires que j’avais appris dans ma jeunesse.

La magie était une chose qui devenait de plus en plus instinctive au fur et à mesure que l’on s’y habituait. Les incantations longues devenaient courtes et, avec le temps, aucune incantation n’était nécessaire pour un sort familier. Pendant une dizaine d’années, j’avais jeté ces trois sorts simples, encore et encore. En tant que tel, je n’avais presque pas besoin d’incantations pour invoquer ces sorts une fois de plus. C’est pourquoi je me souvenais peu des incantations que j’avais utilisées dans ma vie…

Attends… Lorraine m’a demandé de faire ça parce qu’elle savait que ça arriverait ? Argh…

« Hmm… Ah. “Oh, flamme. Que mon mana soit comme un grain, et qu’il se manifeste devant moi”…, Ignite Aryumage, » déclarai-je.

Dès que l’incantation s’était terminée, une petite flamme s’était matérialisée au bout de mon doigt. C’était un sort qui m’avait soutenu pendant toutes ces années où j’avais campé dans la nature. C’était tout naturel que je puisse l’utiliser aussi simplement.

Le problème, c’était l’incantation — m’en suis-je bien sorti ? Le plus gros, peut-être, mais qu’en est-il des détails ? Je n’étais pas certain de la formulation… C’était une flamme ? Ou de la braise ? Du feu ? Y avait-il quelque chose qui manquait ? Manifeste-toi devant moi ? Se présenter devant moi ? Êtes convoqué devant… Hmm. Non. Je ne m’en souvenais vraiment pas.

Le doute se manifestait probablement sur mon visage, car Lorraine n’avait rien dit. Au lieu de cela, elle m’observa silencieusement avec une expression marquée d’amusement. Le sentiment du doute s’était infiltré plus profondément dans mon âme.

Alize, pour sa part, me regardait avec admiration, comme si j’étais un grand pionnier, éclairant le chemin devant elle… Enfin, si l’incantation était correcte.

Pendant quelques minutes terribles, Lorraine garda le silence avant de finalement décider de parler.

« Ho… Tu t’en souviens, après tout ? Comme c’est inattendu. Bravo, Rentt, » dit-elle, ce même sourire sur son visage.

J’avais poussé un soupir de soulagement. Avec ça, mon épreuve était enfin terminée.

« J’étais incertain… Tout à fait… Quoi qu’il en soit, je suis content de m’en souvenir. Seriez-vous capable de faire la même chose, Alize ? » demandai-je.

Je m’attendais à ce qu’Alize soit irritée par mes provocations constantes, mais elle avait répondu d’une manière quelque peu inattendue.

« Hmm… Je ne sais pas vraiment. Puis-je vraiment le faire ? Je pense toujours que vous êtes génial, Rentt…, » déclara Alize.

Il n’y avait aucun sens de malice dans sa déclaration. Entre Alize et moi, je ne savais plus qui était le plus mature.

Eh bien… ce n’était pas tout à fait vrai. J’étais de toute évidence plus puéril. Je savais au moins ça.

Lorraine avait rapidement repris la conversation. « Bien sûr que vous pouvez le faire, Alize. Il existe de nombreux trucs et astuces de base que vous pouvez utiliser… Vous feriez mieux de demander à Rentt, bien sûr. Après tout, c’est un vétéran quand il s’agit de magie pour débutants. »

La maîtrise d’une magie spécifique affectait directement la vitesse et la puissance de lancer d’un sort. Ayant pratiqué les trois mêmes sorts pendant plus d’une décennie, je pouvais dire en toute confiance que ma maîtrise de ces trois sorts avait même rivalisé avec celle de Lorraine.

Se retournant, Alize m’avait regardé avec impatience. Je demande déjà conseil, je vois.

« Concentrez votre mana sur un seul point. Puis stabilisez ce mana concentré. Imaginez dans votre esprit le résultat souhaité… Ce sont des étapes qui s’appliquent à toutes sortes d’autres magies. Il n’y a pas de mal à imaginer ce que vous voulez faire… du moins, je pense, » déclarai-je.

Même si j’étais un vétéran en la matière, je ne pouvais pas utiliser d’autre magie que la magie de base, donc je ne pouvais pas faire de déclarations générales sur la magie de niveau supérieur.

« Les paroles de Rentt sont vraies, » Lorraine acquiesça d’un signe de tête. « L’imagination est une chose puissante. Imaginez le résultat dans votre esprit, cela vous aidera dans d’autres types de magie. Des trucs et astuces pour d’autres types de sorts existent aussi, bien sûr… Dans tous les cas, il est plus rapide pour vous de simplement l’essayer. L’incantation vient en premier, mémorisez-la, puis chantez-la. Pouvez-vous faire ça, Alize ? »

Alize hocha rapidement la tête, se levant et se préparant une fois de plus.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire