Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 5

***

Chapitre 4 : La Fleur de Sang du Dragon

Partie 5

Bien que je voulais retourner chez Lorraine et faire les préparatifs appropriés pour le lendemain, Alize avait une autre demande pour moi. Apparemment, le fait qu’elle parlait de monstres dans le sous-sol de l’orphelinat était réel, alors j’avais décidé de lui offrir mon aide.

La plus grande moitié des monstres qui s’étaient infiltrés dans les villages humains n’étaient pas très menaçants. Alors que ceux qui avaient la capacité de se déguiser en humains, d’attaquer du ciel ou d’infiltrer les villes par des moyens spéciaux pouvait être dangereux, on ne pouvait pas en dire autant des monstres qui se faufilaient dans les caves des bâtiments.

Suivant Alize, je m’étais dirigé vers l’entrepôt du sous-sol, me demandant quel genre de monstre avait décidé d’y nicher.

L’air frais du sous-sol m’attirait un peu. Je suppose que le fait d’être un non-mort vivant avait eu une grande influence sur mes préférences. Plus précisément, je m’étais trouvé plus attiré par les endroits sombres et humides comme celui-ci, plus que dans ma vie. Ce n’était pas forcément une mauvaise chose, mais je m’écarte du sujet.

« … Ah. Le voilà. Il est là, » déclarai-je.

« Hein ? Où ça ? Où ça ? Où ça ? Où ça ? » demanda Alize, en tournant la tête par-ci par-là.

Dans ses mains se trouvait un petit couteau, probablement destiné à l’autodéfense. On n’était jamais trop prudent, quand on avait affaire à des monstres, aussi faibles soient-ils.

J’avais pointé du doigt le coin sombre de la pièce. « Là-bas… le voyez-vous ? Il est assis à droite… Voilà. Cette chose ronde. »

« Ah… Ça ? C’est… N’est-ce pas un peu grand, non ? » demanda Alize.

Assis dans le coin de la pièce, il n’y avait nul autre qu’un Puchi Suri, un petit monstre en forme de souris.

Me rappelant mes discussions passées avec Lorraine, c’était un monstre qui avait été fréquemment expérimenté par les érudits. Dans des circonstances normales, ils n’étaient que légèrement plus gros qu’un rat d’égout. Celui-ci était au moins cinq fois plus grand, d’où les observations d’Alize. Peut-être l’environnement était-il propice à sa croissance.

Finalement, le Puchi Suri se retourna, sifflant et grinçant des dents, et nous remarqua. J’avais dû reconnaître le mérite de la souris : ses dents étaient très tranchantes, comme des couteaux qui brillaient dans l’obscurité.

Peut-être que je n’aurais pas dû emmener Alize — une erreur de jugement.

J’avais quand même dégainé mon couteau. Alors que je sortais habituellement mon épée, le sous-sol n’était en aucun cas un grand espace, et frapper avec ça par ici n’était de bon augure pour personne.

Je suppose que c’était un coup de chance si j’avais mon couteau à dissection avec moi, même s’il me permettait seulement de canaliser le mana à travers sa lame. Étant donné que mon adversaire était un Puchi Suri, ce n’était pas vraiment un problème.

« Deviens acier, » déclarai-je.

En disant cela, j’avais serré mon couteau, avant de poser rapidement mon pied sur les briques froides du sous-sol et de me propulser vers le monstre.

Les Puchi Suris étaient des organismes simples. Ils étaient plus rapides que la moyenne des citadins, ce qui les rendait difficiles à attraper.

Mais ce n’était pas le cas pour un aventurier. Devant un individu qui fortifiait son corps avec du mana ou de l’esprit, un Puchi Suri n’avait aucun espoir de victoire.

En avançant dans la direction opposée, j’avais frappé le Puchi Suri s’avançant avec mon couteau à dissection. Le monstre avait été envoyé en un vol plané, et j’avais dû remercier mon mana et ma force de non-mort.

Frappant le mur du sous-sol d’un bruit sourd et grinçant, le monstre glissa lentement vers le bas, s’immobilisant finalement sur le sol froid et en brique. Il respirait encore, bien qu’il ne reste pas beaucoup de vie dans la créature.

Tout ce que j’avais à faire, c’était de mettre fin à sa misère. J’avançai lentement vers le monstre tombé, couteau levé haut. Ce à quoi je ne m’attendais pas, cependant, il s’était relevé pour m’attaquer à nous dans un dernier mouvement de défi.

Je pourrais éviter une telle attaque, vu sa vitesse pathétiquement lente. Mais le problème était qu’Alize était derrière moi. Des cas comme celui-ci m’avaient fait reconsidérer ma position sur l’aventure en solo. Tout le temps que j’avais passé à m’aventurer seul m’avait habitué à ne penser qu’à ma propre sécurité, par opposition à celle des autres. Une erreur de jugement, en effet…

Étant donné qu’Alize était derrière moi, je n’avais pas pu éviter le coup du monstre. Et même si je frappais avec mon couteau, l’angle dans lequel il était tenu ne se prêtait pas bien à une telle attaque.

Je n’avais pas le choix — j’avais plutôt frappé de ma main libre, interceptant le monstre volant. Mais j’avais eu le malheur de frapper le Puchi Suri en plein dans les dents. Je sentais un picotement dans ma main, mais c’était une pensée après coup.

Ai-je enfin tué la bête ?

Ce que j’avais vu m’avait troublé : j’avais frappé le monstre avec assez de force pour le tuer instantanément, mais il était en convulsion sur le sol, son souffle était court et douloureux.

« Qu’est-ce que… cela signifie ? » demandai-je.

Ne voulant plus prendre de risques, j’avais lentement mis une certaine distance entre moi et la souris qui se tortillait. Je n’avais aucune idée de ce qui allait arriver, ou de ce qui pourrait arriver.

Le Puchi Suri, pour sa part, avait continué à jeter des déchets plus loin pendant quelques instants, avant de se détendre enfin, complètement étendus sur les briques froides et humides. Sa fourrure, autrefois grise, était devenue noire, foncée et intense. En même temps, j’avais ressenti une sensation étrange du plus profond de mon être.

Secouant la tête, le Puchi Suri se leva lentement, regardant tranquillement dans ma direction. Nos yeux s’étaient croisés, et j’avais finalement compris.

Le monstre avait développé une connexion avec moi.

En abaissant mon couteau, je m’approchai lentement, tranquillement, prudemment. Le Puchi Suri resta immobile en silence, maintenant son regard sur moi.

« Eh… ? Attendez… Quoi ? Quoi ? Qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Alize.

J’entendais la voix paniquée et confuse d’Alize derrière moi. Même moi, je ne comprenais pas bien ce que je regardais. Quoi qu’il en soit, le Puchi Suri avait poursuivi sa vigile silencieuse.

« Tourne-toi tout de suite trois fois sur toi-même, » ordonnai-je.

Comme s’il obéissait à mes paroles, le monstre avait fait ce qu’on lui a dit, tournant trois fois lentement où il se tenait. La confusion d’Alize semblait s’intensifier en voyant un tel spectacle.

« Hein ? Ahhhh ? Qu’est-ce qu’il se passe ? » demanda Alize.

J’avais finalement compris ce qui s’était passé.

En soulevant mon gant perforé jusqu’aux yeux, on pouvait voir un liquide sombre suinter de la plaie — je suppose que c’était du sang. Mon sang.

Bien que mon corps de Thrall soit sec et desséché en grande partie, il y avait des parties plus humaines qu’un cadavre. Il n’y en avait pas beaucoup, mais une certaine quantité de sang coulait dans mes veines. Malgré tout, je n’avais pas beaucoup saigné quand j’avais été blessé.

Il se trouve que les dents du Puchi Suri étaient entrées en contact avec une partie vivante de mon corps. Ce faisant, il avait ingéré une partie de mon sang, ce qui était le résultat de ce contact. C’était logique, vu que j’étais un Thrall. Les Thralls étaient des vampires, quoique pas très puissants. Les vampires avaient toujours créé des familiers en mordant les humains et en injectant leur propre sang dans la malheureuse victime. La victime se transformait alors en monstre, et parfois en Thrall. Si l’on suivait cette logique, on pouvait supposer que le Thrall, lui aussi, pouvait créer ses propres familiers.

Dans des circonstances normales, cela ne devrait pas être possible. On disait que les Thralls étaient des zombies sans cervelle, des zombies errants sans buts, de sorte qu’ils n’étaient en aucun cas capables de pensées compliquées. Il serait difficile de trouver un Thrall qui cherchait activement des victimes pour les transformer en des familiers. Même s’il réussissait d’une façon ou d’une autre à créer un familier, il n’aurait pas l’intelligence nécessaire pour le diriger et l’instruire.

Un Thrall avait sa propre volonté, aussi simple et fragile soit-elle. Cette simple volonté leur avait permis de suivre les ordres des vampires de rang supérieur et de créer, sans toutefois les contrôler, des familiers. Dans ce cas, un Thrall serait capable de créer des familiers en injectant son propre sang dans une victime. La victime d’une attaque de vampire verrait alors son corps modifié de force par le vampire, se transformant finalement en un familier Thrall.

Et maintenant… mon sang s’était retrouvé dans le Puchi Suri, d’où les convulsions, car son corps avait été modifié de force par mon sang.

Le résultat de ce processus fut le lien mental que j’avais maintenant avec cette créature. Si je devais le mettre en mots, le Puchi Suri donnait l’impression d’être une partie de moi, bien que cela soit une partie plus petite, détachée, semblable à une souris. 

Le Puchi Suri était devenu mon familier, c’était la seule supposition possible que je pouvais faire. 

Bien sûr, dire cela à Alize ne serait pas une bonne idée. Seuls les vampires et d’autres types de monstres étaient capables d’un tel exploit. Je devais trouver une excuse pour justifier ce qu’elle venait de voir. Pour Alize, tout ce spectacle devait être incompréhensible et étrange. Heureusement, j’avais l’explication parfaite pour la faire oublier.

« Il semblerait que… ma volonté soit passée dans le monstre, » déclarai-je.

« Passer » était un terme ancien et spécialisé utilisé par les dompteurs de monstres. On l’utilisait pour décrire le moment où leur magie spécialisée dominait l’esprit d’un monstre, le transformant en un serviteur obéissant. J’essayais essentiellement de convaincre Alize que ce qu’elle venait de voir était un acte de domptage d’un monstre, et non de la transformer d’un monstre en mon familier.

« Eh… ? Qu’est-ce que ça veut dire ? » demanda Alize.

Apparemment, Alize n’avait pas beaucoup de connaissances sur les dompteurs de monstres. Au contraire, elle semblait encore plus confuse par mes paroles.

Hochant la tête, j’avais donné une explication. « J’ai réussi à apprivoiser et dominer l’esprit de ce monstre. »

« Alors… vous êtes un dompteur de monstres… avec la capacité de contrôler les monstres ? » Alize commençait à comprendre.

Je n’étais pas du tout un dompteur de monstres, mais avec ça, je pouvais contrôler ce qu’Alize savait en toute sécurité. Elle avait pu découvrir que je n’étais pas une telle chose avec quelques recherches simples, et c’est pourquoi j’avais dit :

« Pas tout à fait. Je suis un épéiste, mais j’ai appris les méthodes d’un dompteur de monstres que j’ai connu il y a longtemps, alors j’ai pensé que j’allais l’essayer, » expliquai-je.

« Oh ! Les aventuriers sont vraiment quelque chose d’impressionnant, hein ? C’est incroyable… ! » déclara Alize.

Bien que l’art de l’apprivoisement des monstres soit exclusif et ne soit généralement jamais enseigné à ceux qui n’étaient pas dans leur ordre secret, Alize n’avait pas besoin de le savoir. Même si elle avait fait des recherches sur moi après les faits, il n’y avait aucun moyen de nier qu’une telle chose était possible. Avec cela, il n’y avait plus de problèmes.

« Alors…, » Alize avait continué, « Est-ce que ce monstre est sûr maintenant ? Il ne nous attaquera plus ? »

C’était une question à laquelle je pouvais répondre honnêtement.

« Oui. En fait, il va maintenant écouter tout ce que je dis. C’est pratique, car nous pourrions le faire surveiller le stockage du sous-sol. Vous avez dit que les monstres arrivaient parfois à trouver un chemin jusqu’ici, non ? » demandai-je.

Un endroit froid et humide qui attirait souvent les monstres… J’avais eu un peu pitié de Sœur Lillian, qui avait dû purifier ce sous-sol à plusieurs reprises.

Quoi qu’il en soit, nous avions maintenant un nouveau gardien pour le sous-sol. Mais Alize ne semblait pas très convaincue.

« Êtes-vous sûr… ? À propos de ça, cela ne se retournera-t-il pas soudainement pour nous mordre dans le dos ? Est-ce vraiment sûr ? » demanda Alize.

Malgré les soupçons et l’apparente méfiance d’Alize, elle avait fini par céder après quelques signes de la main et quelques claques dessus, plaçant un certain degré de confiance dans le monstre-souris surdimensionnée et réanimée qui était devenue mon familier.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire