Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 8

***

Chapitre 1 : Le Labyrinthe de la Nouvelle Lune

Partie 8

« Vous… l’avez fait, » j’avais parlé aux deux autres après qu’ils eurent vaincu leur ennemi.

« Oui… D’une façon ou d’une autre, » déclara Raiz.

« J’ai été tellement surprise… Mais pourquoi d’autres aventuriers nous cibleraient-ils… ? » demanda Laura, encore un peu secouée.

En réponse, j’avais donné une explication.

« Vous étiez… dans la guilde, oui ? Ce serait une… compétition. L’équipe qui atteint le… le but d’abord, gagne, » déclarai-je.

Il y avait plusieurs façons d’interpréter cette affirmation : à première vue, il semblerait que le simple fait d’atteindre le but en premier permettait à une équipe de remporter la victoire. Cependant, cela signifierait aussi que les équipes qui viendraient après la première perdraient.

En retour, il ne serait pas au-dessus de la pensée de certaines personnes de supposer qu’une réduction du nombre d’équipes participantes entraînerait une augmentation des chances de victoire. Du moins, c’est ce que certains candidats penseraient.

« Donc… en gros, ces gens étaient des candidats… et ils essayaient de nous disqualifier ? » demanda Raiz.

« C’est bien ça, » déclarai-je.

À l’insu de Laura et de Raiz, de telles personnes étaient courantes à chaque test. La Guilde, pour sa part, avait veillé à ce que cela reste vrai pour chaque test, compte tenu de leurs conditions mal formulées.

En fait, il était juste de dire que les conditions de la guilde pour les tests de progression de grade avaient été conçues pour encourager les délinquants, ne serait-ce que parce qu’ils seraient ainsi éduqués et mis à leur place par des aventuriers plus compétents par la suite.

J’avais supposé que je laisserais ces points à discuter pour la fin du test.

« … Dans tous les cas, il y aura… plus d’informations plus tard. Des incidents comme celui-ci dans… l’avenir viendront. Avançons… avec précaution. Ne pas… hésiter, » déclarai-je.

Les deux autres acquiescèrent profondément à mes paroles avant de repartir vers les ténèbres du donjon.

Voyant qu’ils étaient à une certaine distance devant moi, je m’arrêtai là où je me tenais, me retournant pour parler de la présence que j’avais ressentie tout à l’heure.

« … Vous devriez… vite… les ramener, » déclarai-je.

Avec ça, j’avais senti des ombres derrière moi se déplacer. Satisfait, j’avais couru après les deux et je les avais vite rattrapés.

◆◇◆◇◆

Après que Rentt et son groupe se soient éloignés du coin du couloir, une personne était sortie de l’ombre. Vêtu d’habits noirs, il semblait se fondre dans l’obscurité du donjon lui-même. Puis, regardant dans la direction dans laquelle Rentt et son groupe étaient partis.

« Celui-là… Il m’a remarqué, hein ? C’est quelque chose, n’est-ce pas ? N’est-il pas un nouvel aventurier… ? » marmonna la silhouette. D’après le son de leur voix, on pouvait supposer que la personne était un homme.

En disant cela, l’homme en noir se dirigea vers les trois aventuriers tombés au sol, et bientôt, il se fit parler par l’épéiste.

« Vous pourrez marmonner vos observations plus tard. Enlevez-moi d’abord ces cordes…, » déclara l’épéiste.

« Ah, c’est vrai. Je suis désolé pour ça. Mais, oui, même si c’est votre travail, vous faites face à beaucoup de choses, n’est-ce pas ? » déclara l’homme en noir, presque comme s’il s’en prenait à l’épéiste abattu.

« Comme nous tous, non ? Eh bien ! Cependant, il vous a remarqué, » déclara l’épéiste, se balançant en arrière avec son propre rire.

L’homme en noir ricana, regardant l’épéiste avec une expression condescendante.

« Vous parlez comme si vous n’étiez pas vous-mêmes découverts. Ce type en robe savait probablement que vous étiez là, vous savez ? Je parle du fait que vous trois avez été engagés par la guilde. Pour les deux autres… Eh bien, je ne sais pas quant à eux, » déclara l’homme en noir.

Les yeux de l’épéiste s’ouvrirent alors. « Hein… ? Êtes-vous sérieux… ? C’est qui ce type ? » demanda l’épéiste.

L’homme en noir inclina la tête en réponse, alors son expression était celle de la contemplation.

« … Qui sait ? J’ai une petite idée… enfin, je suppose. C’est peut-être comme elle l’a dit…, » déclara-t-il.

« Hein ? » demanda l’épéiste.

« Oh, non, ne vous inquiète pas pour ça. C’est juste quelque chose à quoi je pensais, » déclara l’homme en noir.

« Alors, battons-nous en retraite ? On n’a pas quelques équipes en moins ? » demanda l’épéiste.

« Oui, deux équipes. Dire qu’on allait y aller doucement avec eux… les jeunes récemment, c’est vraiment quelque chose d’autre, » déclara l’homme en noir.

« Ce type tout à l’heure… Croyez-vous qu’il réussira ? » demanda l’épéiste.

Après ça, le groupe s’était éloigné, tout en continuant ses conversations.

◆◇◆◇◆

« … En fin de compte… C’était inattendu… le voyage était sans surprise, » murmurai-je.

Après cette attaque, nous avions continué à vaincre des monstres au fur et à mesure que nous avancions, pour finalement atteindre une zone proche du point désigné sans incident.

Même si ce n’était que le premier étage, c’était le large et gigantesque Donjon de la Nouvelle Lune. Il y avait un sentiment d’accomplissement d’être venu jusqu’ici, malgré le fait que nous n’étions qu’à un étage de profondeur.

Ce qui nous attendait, cependant, n’était pas une acclamation de félicitations ou un bouquet de fleurs — c’était plutôt une porte en pierre froide et lourde.

« Cette porte est… ce genre de porte, n’est-ce pas ? » demanda Laura, regardant dans ma direction avec appréhension.

« Ah… N’avez-vous pas déjà… vécu ce genre de choses… avec une porte à l’avant, » demandai-je.

« Pas encore, » Raiz avait vite répondu à ma question. « Ça aurait été dur, vu qu’on n’est que tous les deux… »

En soi, c’était un choix judicieux.

Les portes qu’ils n’avaient jamais franchies auparavant, des portes qui gardaient les secrets et la progression éventuelle d’un individu à travers un donjon… Ces portes n’étaient rien d’autre que…

« Une salle… de boss. J’ai entendu dire… qu’il n’y avait pas mal… Au premier étage. Cela doit être… l’une d’elle, » déclarai-je.

En effet, ce n’était rien d’autre que la chambre du boss. La disposition des salles de boss en particulier différait d’un donjon à l’autre, certaines n’en ayant qu’une par étage, d’autres ayant plusieurs salles. Parfois, il fallait passer par ces pièces pour descendre aux étages inférieurs, et parfois, on pouvait les éviter sans aucun inconvénient.

Cette fois, cependant, les portes qui se trouvaient devant nous n’avaient pas conduit aux étages inférieurs. Au lieu de cela, ce n’était que l’une des nombreuses salles de ce genre qui se trouvaient au premier étage de la Nouvelle Lune.

Pourtant, la région vers laquelle nous nous dirigions passait par ces mêmes portes. Il n’y avait pas d’autre moyen de se rendre à l’endroit désigné, alors notre route était tracée. L’intention de la guilde était évidente pour tout le monde : pour réussir cette épreuve, il fallait passer par cette pièce, vaincre le monstre qui s’y trouvait et se diriger vers le but.

C’était une porte ornée, très différente des différentes portes que nous avions franchies jusque-là. La guilde, en choisissant une telle tâche, déclarait clairement que ceux qui n’avaient pas la force appropriée ne pouvaient pas devenir des aventuriers. Bien que cette affirmation puisse sembler condescendante, elle est tout à fait vraie. Ainsi, même si les implications du test étaient de mauvais goût, on ne pouvait pas en dire grand-chose.

« Et toi, Rentt ? As-tu déjà franchi la porte d’une salle de boss ? » demanda Raiz.

Peut-être était-il curieux de savoir quelle expérience avait son collègue candidat. J’avais répondu clairement à la question de Raiz.

« Oui, quelques-uns…, » répondis-je.

La pièce où j’avais déjà rencontré le squelette-géant était exactement une de ces pièces. De plus, il s’agissait d’un type particulier de salle de boss dont il n’y avait pas d’échappatoire jusqu’à ce que son résident soit vaincu. Ce n’était certainement pas un type de salle que la plupart des aventuriers aimeraient traverser.

Cela dit, j’avais près d’une décennie d’expérience à mon actif et, à ce titre, j’avais plus qu’assez d’expérience avec les salles de boss en général. Raiz, ne le sachant pas, m’avait posé une telle question, tout en ne réalisant pas que c’était une erreur de le faire.

Comme je m’y attendais, l’expression de Raiz s’était amoindrie en entendant ma réponse, peut-être parce qu’il avait l’impression que son expérience était insuffisante. Je ne pouvais m’empêcher de poser une question à Raiz en retour.

« … Es-tu incertain… ? Si oui… Nous pourrions… abandonner, » déclarai-je.

Il y avait, bien sûr, toujours un choix. Alors que je voulais gravir les échelons rapidement et que je ne voulais pas me retirer, j’avais peur d’exposer ces jeunes au danger. Bien que je sois pressé, je n’ai pas été assez impitoyable pour échanger leur avenir contre un petit gain de temps. Après tout, je n’avais que 25 ans. Il me restait sûrement pas mal de temps…

Je m’arrêtai un instant, me demandant comment ma vie avait été affectée par le fait que j’étais maintenant immortel. Bien sûr, il n’y avait pas de réponses toutes faites, et j’avais mis ces idées de côté pour l’instant.

Raiz avait levé la tête face à ma demande.

« Je ne peux pas faire ça, pas maintenant. Si je m’enfuis maintenant… J’ai le sentiment que je ne pourrai jamais revenir…, » déclara-t-il, avec une pointe de détermination audible dans sa voix.

Je suppose que Raiz avait raison, car les aventuriers dont la volonté avait été brisée une seule fois devenaient faibles. Dans certains cas, les aventuriers étaient devenus plus forts après s’être de nouveau donné du mal, mais il y avait aussi des cas où une telle chose ne pouvait tout simplement pas se produire. C’est peut-être pour cela que Raiz avait dit cela, réalisant instinctivement cela quelque part au fond de son cœur.

D’après le peu que j’avais vu de son caractère pendant le temps que j’avais passé avec lui, je pouvais déjà dire qu’il n’était pas possible qu’il abandonne. Je le lui demandais juste par courtoisie. S’il ne voulait pas fuir et s’il s’était préparé pour les épreuves à venir, alors c’était tout ce qu’il y avait à faire.

J’avais hoché la tête à Raiz. « Je vois… Alors… c’est assez pour moi. Mais… Si tu es inquiet… j’ai… une idée. »

« Eh… ? »

En penchant légèrement la tête en arrière, j’avais dirigé l’attention de Raiz vers le couloir que nous venions d’approcher. En tournant, la mâchoire de Raiz s’était baissée — derrière nous se trouvaient quatre aventuriers, marchant lentement vers les portes aux couleurs de pierre.

« Ces types… »

« Probablement… d’autres… aventuriers. Nous devons juste… les laisser… y aller en premier, » déclarai-je.

Face à mes mots, les yeux de Raiz s’ouvrirent en grand à nouveau. Sa mâchoire, bien sûr, n’était toujours pas fermée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire