Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 2

***

Chapitre 1 : Le Labyrinthe de la Nouvelle Lune

Partie 2

Il était incroyablement facile de décrire les caractéristiques visuelles d’un orc : ils étaient ronds, se tenaient sur deux pattes comme un homme, et possédaient la tête d’un cochon. Si l’on devait les décrire ainsi, même un enfant serait capable d’imaginer à quoi ils ressemblent. En fait, ils étaient assez populaires parmi les enfants — du moins, c’était l’image populaire d’un orc pour les gens qui vivaient sur ces terres.

Ils avaient l’air lents et stupides, au point qu’on pourrait supposer qu’ils pouvaient être facilement vaincus même si on manquait de technique, de talent ou de force.

Cependant, j’étais maintenant confronté à ce même monstre…

L’orc devant moi n’avait guère trotté sans se presser. Au contraire, il se précipitait sur moi avec une grande forme, visant à combler rapidement la distance entre nous. Un seul regard m’informait des muscles de ses membres, et d’un regard tout aussi sauvage dans ses yeux. Il était évident qu’un seul coup pouvait facilement moissonner la vie d’un homme adulte.

Bien que l’orc en question ne tenait pas une épée ou une lance dans ses bras, il tenait une massue grossièrement taillée, il avait probablement été récupéré venant d’un arbre dans les forêts environnantes. Il n’était pas difficile d’imaginer le type d’impact qu’une telle arme aurait sur le corps humain, car un seul coup suffisait peut-être à abattre un aventurier.

L’orc, cependant, semblait manier sans effort sa massue en bois, ce qui témoignait de sa force brute.

En tenant compte de toutes les observations ci-dessus, je pouvais dire en toute confiance que les orcs n’étaient pas des monstres faibles sous quelque forme que ce soit. Si l’on devait simplement traiter un orc comme un gobelin surdimensionné, on perdrait sûrement sa vie presque instantanément. Pour ma part, je n’étais pas étranger à de tels récits.

Alors que les orcs étaient souvent dépeints dans les livres d’images des enfants comme des êtres ronds avec un ventre large et gonflé qui trottinaient lentement sur de minuscules jambes, la réalité n’était pas aussi clémente. Une caricature d’un orc était, peut-être, loin d’être aussi menaçante que la vraie chose.

Un vrai orc était, finalement, un guerrier. Même si la qualité de son équipement laissait beaucoup à désirer, il serait insensé de baisser la garde. Cette folie pourrait facilement tuer le plus habile des aventuriers.

Cela étant dit, il valait peut-être la peine de noter que je venais d’esquiver un coup féroce de la massue des orcs.

Me propulsant rapidement vers l’arrière sans défense du monstre, j’avais tenu mon épée en l’air et je l’avais descendue en un grand arc de cercle sur son dos maintenant exposé.

Les orcs étaient en effet forts, c’est un point que je ne contesterais pas. Mais tant que l’on était conscient des forces d’un monstre, et si l’on prenait les précautions appropriées et se préparait en conséquence, la victoire serait toujours à sa portée. Cette règle s’appliquait à toutes sortes de monstres dans le donjon.

L’orc, cependant, avait rapidement compris que je l’avais attaqué par-derrière. Il s’était immédiatement retourné et avait balancé violemment sa massue dans un mouvement horizontal.

On pourrait peut-être se demander pourquoi mon attaque n’avait pas semblé inspirer la moindre crainte aux orcs. Mais cette réponse était claire : mon coup n’avait sans doute pas été très profond.

À première vue, un orc peut ne sembler n’être rien de plus qu’un gros cochon ambulant, mais sa forme ronde démentait la véritable nature de son corps, à savoir sa musculature intensément affinée. Si l’on ne s’engageait pas complètement dans le coup, ses muscles arrêteraient simplement la plupart des types de lames, ce qui ferait que l’arme ne laisserait qu’une blessure superficielle à la chair. Ce n’était pas du tout une attaque très efficace. On pourrait le considérer comme une sorte d’armure naturelle dont tous les orcs avaient été bénis à la naissance.

Mais cela ne m’avait pas suffi pour concéder la défaite.

Évitant la frappe horizontale de l’orc, j’avais canalisé mes réserves de mana et d’esprit. Si cela traînait, ce serait sûrement une longue escarmouche physique.

En m’enchantant avec le sort du Bouclier au cas où mes plans tournent mal, j’avais converti ma réserve d’esprit en force physique. Il était clair pour moi que je devais porter un coup fatal avec une seule frappe.

Un orc normal comme celui-ci n’était pas équipé d’une armure ou d’un bouclier métallique d’aucune sorte. Si je devais dire, plus de la moitié des orcs normaux n’avaient pas non plus de réserves de mana ou d’esprit. Malgré cela, cet orc particulier avait senti mon Aura changeante, levant sa massue et me regardant avec ses yeux perçants. Avant que j’aie pu terminer mes enchantements, l’orc frappa le sol avec ses pieds, se précipitant vers moi avec sa massue levée et sans une seconde réflexion.

On pouvait presque sentir l’intimidation à la vue d’un orc courant à toute vitesse vers soi-même. C’était en effet une chose à voir, et peut-être même une chose face à laquelle beaucoup d’autres pourraient fuir. Les aventuriers qui s’étaient enfuis d’un orc en train de charger, cependant, avaient fini par être dépassés par lui, perdant la vie dans le processus.

La méthode par laquelle on obtenait la victoire sur un orc était étonnamment simple : ne pas être intimidé par sa charge, et frapper ses points faibles avec toutes les capacités dont on était doté. En termes simples, on surveillait les ouvertures, puis on les exploitait. Mais pour qu’une telle stratégie soit couronnée de succès, il fallait posséder les connaissances et l’expérience appropriées, en plus d’être capable de lire le déroulement de la bataille.

Quant à moi, je possédais le savoir. Cependant, l’expérience m’avait appris qu’à moins d’être actuellement en combat avec un orc, je n’avais pas grand-chose, voir rien du tout.

Une mince ligne divisait la victoire et la défaite. Comparé à l’époque où j’étais vivant, j’avais maintenant un sens du combat aiguisé. Bien sûr, me comparer comme j’étais maintenant à la façon dont j’étais dans la vie était une chose, c’était comme me comparer à des aventuriers qui étaient de classe Argent et plus. Mais j’étais confiant d’avoir assez de force en moi pour vaincre un orc, sur ce point j’en étais certain.

Cela n’était ni une déclaration de fierté ni de folie, mais simplement un fait dont j’avais pris conscience.

Faisant confiance à mes propres capacités, j’avais préparé ma lame, me préparant à intercepter la charge de l'orc.

Une chance se dévoilera sûrement. J’en suis certain.

Oui… Ces mots résonnaient dans mon esprit.

Peu de temps après, j’avais pu voir le blanc de ses yeux. À ce moment-là, le temps lui-même semblait ralentir, car j’observais clairement les actions et les mouvements de l’orc.

Alors qu’il chargeait vers moi, l’orc souleva sa massue, avec l’intention de foncer droit sur moi tout en balançant son arme pour faire bonne mesure. Malheureusement pour l’orc, la décision de lever sa massue tout en chargeant avait créé une ouverture particulièrement grande au niveau de son torse.

Avec ma lame tendue derrière moi, j’avais claqué mon pied au sol et j’avais déplacé ma lame dans la poitrine exposée de l’orc en un grand arc de cercle.,

Dans un moment de ce qui semblait être un silence pur, l’orc et moi nous nous étions croisés. En me retournant, avec la lame encore à la main, j’avais jeté un coup d’œil à l’orc qui se tenait maintenant silencieusement, alors que de grandes quantités de sang jaillissaient de son corps. Lentement, avec la main tenant toujours sa massue, l’orc tomba face contre terre avec un bruit sourd retentissant.

En observant la scène devant moi, une seule pensée simple m’avait traversé l’esprit :

On dirait que j’ai gagné.

Et c’était exactement ce qui s’était passé.

◆◇◆◇◆

C’était bien beau d’avoir vaincu un orc, mais mon travail était loin d’être terminé. Même s’il avait été facile de creuser dans la carcasse de l’orc et d’en extraire le cristal magique près de son cœur, la demande que j’avais prise demandait spécifiquement que les matériaux soient recueillis directement sur des orcs.

Plus précisément, il s’agissait de la livraison de la chair d’orc, et non de son cristal magique. Je suppose que le client de la guilde avait l’intention d’utiliser sa chair comme ingrédient culinaire.

Diverses viandes avaient été consommées à travers le pays, les plus communes étant le porc, le bœuf et le poulet. Inutile de dire que le bétail et les autres animaux ne possédaient pas de mana ou d’autres capacités, et qu’ils étaient beaucoup plus sûrs à domestiquer et à élever. Leur viande, à son tour, était plus abordable en conséquence. Ces viandes avaient un goût relativement satisfaisant et, avec les techniques appropriées et un effort adéquat de l’agriculteur, les produits fabriqués à partir de ces viandes pourraient être d’une qualité exceptionnelle. Les bovins étaient en effet des créatures utiles.

Mais il existait encore un type de viande qui se situait au-dessus de ce dont la plupart des gens vivaient : De la viande d’orc. Tandis qu’il y avait beaucoup de raisons pour lesquelles c’était le cas, la raison la plus facile et la plus directe était le fait qu’il était bien connu que la viande d’orc avait simplement bon goût.

Je devrais peut-être dissiper une idée fausse répandue dans les masses : beaucoup supposent que le goût de la chair d’orc pourrait être attribué à sa musculature, mais ils se trompent beaucoup. La raison en était, comme j’aime à le dire, relativement simple : la chair et les muscles d’un orc étaient renforcés par le mana, ledit mana se dissipant lors de la mort prématurée de l’orc. Ceci, à son tour, ramènerait la chair de l’orc à son état mou d’origine.

On disait que le goût de la chair d’orc était largement supérieur à celui du porc le mieux élevé, à tel point que celui qui le goûterait détesterait consommer d’autres types de viande.

Peut-être trouverait-on étrange qu’un ingrédient aussi délicieux ne soit pas plus courant, mais c’était un simple cas d’offre et de demande. Au début, les aventuriers qui pouvaient activement chasser les orcs étaient peu nombreux et éloignés les uns des autres. Dans tous les cas, aucun aventurier, à ma connaissance, n’était capable de livrer une cargaison de viande d’orc en quantité suffisante pour soutenir une ville entière sur une base régulière.

C’était en effet un ingrédient rare, que l’on trouvait couramment dans les assiettes des riches et des nobles, ou sur les tables des restaurants un peu plus chers. Telle était la nature de son offre, il va peut-être sans dire qu’elle aurait un prix élevé en raison de sa rareté.

En d’autres termes, si l’on pouvait vaincre un orc et revenir avec sa chair, on serait récompensé généreusement pour ses efforts.

En m’approchant de l’orc abattu qui devait faire partie de ma fortune, j’avais rapidement coupé profondément dans son cou avec ma lame. Le sang avait recommencé à jaillir de la nouvelle blessure sur la carcasse. Ceci, combiné à la coupure déjà importante sur sa poitrine, m’avait permis de drainer rapidement le corps de ses fluides.

Au cours du processus, cependant, j’étais resté silencieux et sur la défensive. Il y avait toujours le risque que d’autres monstres apparaissent et m’attaquent, car la viande d’orc n’était pas seulement préférée des humains, après tout. Même d’autres monstres désiraient son goût prétendument paradisiaque.

C’était donc avec beaucoup de soulagement que j’avais achevé le processus sans rencontrer un autre monstre.

Poursuivant ma tâche macabre, j’avais tranché les parties de la carcasse dont j’avais besoin, enveloppant la viande fraîchement récoltée dans de grandes feuilles molles. Ces feuilles provenaient d’une plante connue sous le nom de Maalt-Hoonoki trouvée dans les forêts autour de Maalt. Il était spécialement connu pour ses effets conservateurs et il était couramment utilisé pour emballer de la viande fraîche. C’était en effet une plante utile.

Pour ma part, j’en emportais souvent une bonne quantité avec moi. Tout comme les flasques que j’avais utilisés pour recueillir les fluides corporels d’un slime, ces feuilles étaient des objets tout aussi utiles que tous les aventuriers avaient sur eux.

Les parties que j’avais découpées dans la carcasse étaient la longe, le filet et la poitrine, ainsi que de gros morceaux de ses cuisses. Bien que j’aurais préféré de loin jeter tout le corps dans mon sac, mon sac pouvait difficilement le contenir. C’était vraiment dommage.

Ces parties souvent utilisées ayant été retirées, j’avais fait quelques coupes supplémentaires, notamment au cœur, à l’intestin. C’était tout ce que je pouvais porter.

C’était une bonne prise, et dans tous les cas, cette quantité de viande rapporterait une juste somme. Après avoir bien disséqué la carcasse, je pourrais la vendre à un boucher pour une bonne quantité de pièces de monnaie. En fait, si je livrais plus que ce que l’on me demandait, je pourrais même manger ou vendre le reste. En raison de la nature de la demande, je n’avais pas à livrer tout ce que j’avais pris de l’orc, car celle-ci n’avait demandé que certaines découpes sur la carcasse. Cela n’avait pas vraiment fait de mal de collecter plus que ce que la demande exigeait, puisque de cette façon, la chair ne serait pas gaspillée.

Il convient toutefois de noter que la guilde offrait des services de dissection, en plus d’avoir une salle de dissection dédiée. Si possible, j’aurais aimé transporter la carcasse en gros, mais je suppose que je ne pouvais pas faire grand-chose avec les contraintes physiques de mon sac.

Après avoir terminé ma moisson, j’avais laissé le corps de l’orc là où il gisait, il finirait par disparaître après un certain temps, comme un autre mystère sans réponse du donjon. Peut-être qu’il nourrissait les autres monstres du donjon, ou qu’il était simplement absorbé par la structure — de toute façon, l’un de ces deux moyens naturels le revendiquait. Ce n’était donc pas vraiment dangereux pour moi de laisser la carcasse en l’état. Au contraire, il serait utilisé à bon escient comme engrais ou comme nourriture pour tout ce qui suivra.

Avec la possibilité actuelle d’une carcasse fraîche attirant les monstres, cela aussi n’était qu’une réalité de la vie, on ne pouvait pas faire grand-chose quant à l’ordre naturel des choses.

Alors, je suppose que je devrais passer à autre chose.

Alors que je repartais en déplacement, je m’étais rappelé que la demande demandait spécifiquement des morceaux de viande de trois orcs.

Avant de pouvoir en rester là, je devais vaincre et ramasser les ingrédients de deux autres orcs. Bien que je sentais que répéter deux autres batailles semblables serait éprouvant, je ne pouvais m’empêcher de me sentir plus fort après avoir absorbé la force vitale de l’orc tué. En effet, j’attendais avec impatience ma prochaine bataille.

Avec ces pensées en tête, j’avais poursuivi mon exploration, m’aventurant plus profondément dans le Donjon de la Nouvelle Lune à la recherche d’un ingrédient culinaire aussi insaisissable.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire