Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 13

***

Chapitre 1 : Le Labyrinthe de la Nouvelle Lune

Partie 13

« On a réussi ? NOUS L’AVONS FAIT ! Hé, Laura ! On a réussi !! »

La voix de Raiz, d’abord emplie d’incrédulité, avait lentement augmenté en volume à mesure que la réalité de la situation le frappait. Laura, aussi, avait été bientôt prise dans les célébrations.

« Oui ! On a réussi, Raiz ! Ce n’était pas une erreur d’aller à l’encontre de ce que mes parents ont dit et de quitter le village… ! » déclara Laura, avec une joie évidente dans sa voix.

Cependant, le contenu de son exclamation m’avait laissé quelque peu mal à l’aise, mais c’était une préoccupation pour une autre fois.

À bien y penser, de nombreux aventuriers étaient venus dans des villes comme Maalt pour s’éloigner des villages ruraux. Moi aussi, j’étais l’un d’eux, et j’étais à peine en mesure de faire la leçon à Laura sur ses choix de vie. Le fait qu’ils soient ici aujourd’hui montrait bien qu’ils avaient suffisamment de compétences pour survivre, et c’est tout.

Même si l’on pouvait attribuer une partie de leur succès à la chance, il était indéniable qu’ils avaient réussi à se hisser au rang de classe Bronze en grande partie grâce à leur vertu et à leur dur labeur. En tant qu’aventuriers de classe Bronze, leur capacité de gain s’était considérablement accrue, nettement supérieure à celle de l’aventurier moyen et ordinaire. Même un fermier qui possédait sa propre terre, ses récoltes et ses outils dans un village ne pouvait espérer faire plus qu’un aventurier de ce calibre.

S’ils choisissaient de retourner dans leurs villages à l’avenir, ils pourraient le faire en s’habillant de toutes sortes de parures et de richesses, ce qui était, je suppose, une raison plus que suffisante pour être heureux.

Comme je m’y attendais, j’avais également été satisfait du résultat. J’avais passé la majeure partie de ma vie comme un aventurier de classe Bronze, incapable de progresser davantage. À bien des égards, je connaissais très bien ce grade particulier d’aventurier. Ainsi, je pourrais à nouveau accepter les demandes que j’avais faites dans le passé et travailler à devenir un aventurier de classe Argent, la prochaine étape de ma carrière.

Ma vie actuelle d’aventurier était satisfaisante — non, plus que satisfaisante. Cela pourrait très bien être le sommet de ma carrière, et je continuerais, ne m’arrêtant pas un instant jusqu’à ce que j’atteigne enfin mon objectif d’être un jour de classe Mithril. Ce fut une étape importante dans ma deuxième vie d’aventurier.

Il y avait encore une myriade de problèmes, à savoir mes vêtements d’apparence suspecte, mon masque apparemment immuable et le fait que j’avais actuellement le corps d’un Thrall mort-vivant. Eh bien ! Des obstacles mineurs dans le grand ordre des choses, je devais les voir de cette façon.

Est-ce que c’est vraiment si mal d’avoir un mort vivant dans les rues de Maalt ?

Décidant de réfléchir à ma situation, j’étais resté immobile, pensant aux implications d’un tel événement…

Supposons qu’un Thrall chancelant entre sur la place du marché de Maalt, son corps plein de trous. Il s’arrête ensuite à un stand, engageant le commerçant dans une conversation décontractée.

« Je… voudrais… une pomme, s’il vous plaît… »

« D’accord, c’est parti ! Ce sera une pièce de bronze… Oui, une pièce de bronze. Dis-moi Rentt, tu es encore plein de trous aujourd’hui, n’est-ce pas ? »

« Oui… Je suis… Morts-vivants… Après tout… Ha… Haha… »

« Haha ! Tu me tues, Rentt ! »

C’était probablement ainsi que se déroulerait la conversation.

… Est-ce une si mauvaise chose ?

Ce n’était probablement pas la meilleure des images… mais pas exactement celle qui était fausse de quelque façon que ce soit. Contrairement à la plupart des autres types de morts-vivants, je ne m’étais pas déchaîné pour terroriser les habitants des villes. Emmenez cette vieille dame là-bas — elle s’en soucierait si j’étais un Thrall plein de trous, ou un sac d’os ambulant ? Non. Tout le monde s’en ficherait.

Cependant, pour être réaliste, tout cela se terminerait au moment où quelqu’un crierait et appellerait les gardes. Je dirais alors adieu à cette parole cruelle.

Hahaha…

J’avais du mal à rire des scènes imaginaires de carnage dans mon esprit.

J’avais décidé de mettre ces pensées de côté pour l’instant, car je n’aurais pas grand-chose à craindre si je continuais sur la voie de l’Évolution Existentielle. Si l’on devait croire les études de Lorraine, je pourrais un jour marcher à nouveau dans la lumière. Tout ce que j’avais à faire, c’était de continuer dans mon exploration du donjon. Tant que j’aurais fait ce que j’étais censé faire, je serais capable d’évoluer, de collecter des ingrédients de monstres pour financer mes aventures, de répondre à de nombreuses demandes de clients et finalement de monter au rang d’aventurier.

En effet, je ferais vraiment d’une pierre deux coups, peut-être trois… Enfin, si tout se passe comme prévu.

Plus important encore, je devrais finir le processus de progression de la classe Bronze. Bien que nous étions tous déjà qualifiés, il nous restait encore quelques petits détails à régler. Bien que je connaissais bien ces détails et ces processus, Raiz et Laura ne les connaissaient pas.

Comme si de rien n’était, Sheila s’était tournée vers nous.

« Pour vous trois qui avez passé avec succès à la classe Bronze, un remplacement d’une pièce d’identité émise par la guilde est nécessaire. Pour être précises, vos cartes actuelles de couleur fer seront remplacées par des cartes de couleur bronze, un peu comme celle-ci. »

En disant cela, Sheila tenait dans ses mains ce qui semblait être une carte d’aventurière de la classe Bronze. Le nom inscrit sur ladite carte, cependant, était pour le moins intéressant. Cette carte appartenait à une certaine « Guild Guildar » qui appartenait apparemment à la guilde de l’aventurier de Maalt.

Voyant la confusion sur leurs visages, Sheila avait rapidement proposé un addendum à son explication : « … Bien sûr, il s’agit d’un exemple à titre d’illustration, et la carte appartient à une personne fictive. Mais “Guild Guildar” est la personne fictive officielle que toutes les guildes d’aventuriers utilisent pour annoter leurs cartes échantillons. »

Bien que je ne sois pas du tout intéressé par ce que Sheila avait à dire, ses histoires de Guild Guildar avaient apparemment attiré l’attention de Raiz et Laura. Je suppose que c’était une rareté à leurs yeux, mais n’avaient-ils pas vu ce même nom lorsqu’on leur avait présenté leurs cartes de rang Fer ?

« Ouais, eh bien, je pensais vraiment qu’il y avait quelqu’un qui s’appelait comme ça quelque part quand j’ai reçu ma première carte…, » déclara Raiz, en se grattant la tête.

Je suppose que le membre du personnel qui s’occupait de lui à l’époque n’était pas aussi descriptif que Sheila, ou qu’ils prenaient simplement plaisir à tromper les jeunes aventuriers. Ce n’était pas nécessairement une ruse nuisible ou quelque chose qui entraverait leur carrière.

Sheila avait poursuivi sa phrase.

« Les cartes d’identité de classe bronze et supérieure sont généralement enchantées par certaines magies pour empêcher la falsification, de sorte qu’il vous faudra environ un à deux jours pour recevoir vos documents à jour. Il devrait être prêt le lendemain, mais pour l’instant, vous pouvez continuer à utiliser vos cartes d’identité actuelles. Et ne vous inquiétez pas, vous pourrez quand même accepter des demandes de classe Bronze entre temps, » expliqua Sheila.

Les magies anti-falsification en question n’avaient pas facilité l’identification du titulaire de la carte, mais elles avaient plutôt pour but de dissuader les fraudeurs de prétendre être des aventuriers, de voler des cartes et d’y inscrire leur propre nom. Mais bien sûr, ces magies n’étaient pas imprenables. Si un magicien expérimenté ou autre s’y mettait, il était tout à fait possible de falsifier et d’éditer illégalement des pièces d’identité émises par la guilde. C’était en partie pour cette raison qu’un si grand nombre de personnes suspectes aux antécédents douteux faisaient partie de la liste de la guilde. Cette situation avait fait en sorte que la guilde avait été perçue comme une organisation dont la moralité était douteuse.

Maintenant, ces enchantements anti-falsification étaient devenus plus compliqués avec chaque rang d’aventurier. Par exemple, la carte d’identité de classe Argent de Lorraine, examinée de près par la propriétaire elle-même, avait été jugée falsifiable, à condition qu’on ait le temps et l’argent pour le faire. Il fallait aussi avoir une connaissance adéquate des techniques utilisées. C’était ce que Lorraine avait à dire à ce sujet. Il en va de même pour les cartes de classe Or et Platine.

Les cartes de la classe Mithril, par contre, étaient enchantées par des pouvoirs et des sorts extrêmement puissants au point qu’il était presque impossible de les contrefaire, et encore moins de les modifier. Les aventuriers de classe Mithril étaient des trésors vivants de la guilde, après tout. La guilde ferait tout son possible pour empêcher la falsification illégale de ces cartes.

Mais Lorraine avait déclaré que ce n’était pas tout à fait impossible et qu’elle pourrait probablement faire quelque chose si elle y consacrait suffisamment de temps et de recherches. J’avais rappelé à Lorraine de ne jamais entreprendre une telle tâche, d’autant plus que je n’avais aucune idée de ce qui se passerait si Lorraine décidait un jour de faire une telle carte à cause d’une fantaisie.

Il semblait que Sheila en avait fini avec ses explications maintenant. Bien qu’elle ait eu pas mal de choses à dire, le métier d’un aventurier de classe Bronze ne s’éloignait pas trop de celui de ses homologues de la classe Fer. La principale différence réside dans la nature des demandes reçues. On s’attendait à ce que les aventuriers de classe Bronze s’engagent davantage auprès de leurs clients, en particulier pour les missions nécessitant des escortes actives. Ces aventuriers auraient alors besoin d’apprendre l’étiquette et les lois commerciales appropriées qui régissent la terre.

Tout cela était écrit dans l’épais manuel qui se trouvait sur le comptoir de la réceptionniste. Des cours et d’autres moyens de partager l’information étaient disponibles à la Guilde pour ceux qui en avaient besoin, et à un prix bas et abordable.

Mais je suppose que ce n’était pas le moment. Et plus important encore…

« … Raiz. Laura, » déclarai-je à mes deux compagnes. Bien sûr, ils s’étaient vite tournés vers moi.

Bien qu’ils se soient habitués à moi en relativement peu de temps, leurs visages joyeux n’avaient pas montré un soupçon de compréhension pour ce que j’allais dire. Les coins de mes lèvres étaient courbés vers le bas, mais il n’y avait pas grand-chose à faire. Nous n’étions rien de plus qu’un arrangement de dernière minute pour commencer : deux groupes regroupés par la guilde dans le but exprès de passer le test de progression de la classe Bronze.

Je n’allais pas me plaindre de cet arrangement maintenant de tous les temps, mais au cœur de celui-ci, mes tendances à être seul lors de mes aventures subsistaient. Il était temps pour nous de nous séparer, maintenant que le test était enfin terminé.

« Qu’est-ce qu’il y a, Rentt ? » demanda Raiz.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Laura.

« … Nous avons… tous travaillé… durement. C’était… amusant. Nous avons… eu nos hauts… et nos bas. Bien que je… ne sache pas… quel genre d’aventuriers…, vous deviendriez… tous les deux…, n’oubliez pas… ce que nous avons… accompli aujourd’hui. Merci beaucoup, » déclarai-je.

Tous les deux ne semblaient pas du tout décontenancés. Plus que surprenant, c’était un calme sentiment d’acceptation. Peut-être qu’ils avaient tous les deux compris que nous devions nous séparer un jour ou l’autre, et m’avaient répondu par des expressions qui étaient un mélange de soulagement et de satisfaction.

« … Non, c’est à nous de le dire, n’est-ce pas ? J’ai l’impression que nous sommes devenus de véritables aventuriers aujourd’hui, et c’est toi qui nous as aidés à y parvenir, Rentt… Je pensais que l’aventure n’était qu’une question de compétence et de pouvoir, mais maintenant je sais que ce n’est pas comme ça. Tu nous l’as appris. Merci, Rentt… C’est moi qui n’oublierai jamais. Je me souviendrai des choses que tu m’as enseignées aujourd’hui et je développerai mes compétences sur cette base. Si jamais nous travaillons ensemble sur une autre mission… Je serais heureux de faire un groupe avec toi à nouveau, » déclara Raiz.

« Monsieur Vivie… Si possible, j’aurais voulu que tu restes avec nous pour toujours… mais ce n’est pas quelque chose que nous devrions dire, n’est-ce pas ? Je crois que je comprends, d’une certaine façon. Je comprends que tu es… différent, Monsieur Vivie. Je ne veux pas dire que tu as l’air différent, mais tes objectifs, ton but, sont différent… C’est comme si tu allais dans un endroit lointain, inconnu de nous… Je suis sûre que tu n’arriverais pas là avec nous, car c’est à toi seul d’y parvenir, » déclara Laura. « Tu nous as appris beaucoup de choses, Monsieur Vivie… Non seulement tu as veillé sur nous au combat, mais tu nous as donné l’occasion de progresser et d’acquérir une expérience précieuse, tout en nous soutenant. De plus… nous savions aussi que nous allions nous séparer une fois le test terminé. Malgré tout, bien que ce groupe soit maintenant terminé et qu’elle n’ait duré qu’une journée, tu seras toujours l’un des membres de notre groupe, Monsieur Vivie. Donc si jamais quelque chose arrive, s’il y a une occasion… s’il te plaît, reviens dans le groupe avec nous, Monsieur Vivie. Merci pour tout. »

J’avais été surpris par leurs paroles. Quand je pense qu’ils avaient compris mes intentions en si peu de temps. Je les considérais comme de jeunes aventuriers que je devais guider, mais ce n’était pas tout à fait juste. Je m’étais souvenu de divers cas où nous avions veillé les uns sur les autres, nous encourageant les uns les autres au fur et à mesure que nous avancions dans notre voyage. Au moins, j’avais maintenant senti les paroles encourageantes de Raiz et Laura me donner une tape rassurante sur le dos.

Un jour, je redeviendrais humain. Je ne pouvais pas perdre cet espoir.

« … Je m’excuse… de ne pas pouvoir… faire un groupe… avec vous, » répondis-je. « Il ne s’agit… pas que je vous… déteste ou… que ce soit… une question de force. J’ai ma… propre situation. Si, un jour… mes problèmes… sont résolus…, alors je vous… en dirai certainement… plus sur moi-même. D’ici là…, nous devrions… tous aspirer à être… de grands aventuriers. »

Après ça, nous avions partagé une poignée de main, tous les deux souriant alors qu’ils tenaient mes mains gantées dans les leurs. Malgré le port de gants, il n’était pas exagéré de penser que mes mains leur semblaient étranges sous le cuir. Malgré cela, ils ne dirent rien, me saisissant fermement les mains.

Je ne pensais pas qu’ils avaient déduit mon état, que j’étais un non-mort. Mais ils comprenaient maintenant que j’avais des circonstances et des problèmes qui m’étaient propres.

Raiz et Laura, ayant finalement terminé tout ce qu’ils avaient à faire, étaient sortis de la salle de guilde, retournant dans leurs chambres louées pour un repos bien mérité. En marchant avec eux jusqu’à l’avant de l’immeuble, je les avais salués avant de tourner pour partir en direction de la maison de Lorraine. Ce faisant, cependant…

« … Monsieur Rentt ! »

Une voix familière avait retenti derrière moi. La voix n’appartenait à personne d’autre que Sheila — et je ne pouvais m’empêcher d’être surpris de ce que j’entendais.

La façon dont elle m’avait appelé, la façon dont elle disait mon prénom — c’était presque comme si elle s’adressait à quelqu’un qu’elle connaissait depuis longtemps…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire