Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Prologue

***

Prologue

C’est... c’est vraiment mauvais en ce moment.

Il s’agissait de la première pensée qui m’avait traversé l’esprit lorsque le monstre devant moi avait ouvert ses lèvres rouge pourpre, se précipitant vers moi avec la bouche grande ouverte.

Dans une zone particulièrement rurale, ces terres se trouvaient le royaume de Yaaran, et à la périphérie du royaume se trouvaient une petite ville du nom de Maalt. Moi, Rentt Faina, un aventurier de rang Bronze inférieur, m’était retrouvé à chasser des monstres faibles dans le Donjon de la Réflexion de la Lune — qui, si je pouvais ajouter, était proche de la commune de Maalt. Ce jour-là, comme tous les autres, j’avais continué ma chasse incessante aux squelettes et aux gobelins, assemblant le plus de matériaux de faibles niveaux et de minerais magiques que je pouvais.

Après tout, il s’agissait de ma routine quotidienne. Je faisais la même chose quasi tous les jours, retournant en ville le soir et apportant les matériaux rassemblés à la Guilde des Aventuriers pour une humble somme d’argent. Du moins, c’était ce que j’avais l’intention de faire aujourd’hui, comme je l’avais toujours fait auparavant.

Cependant, la perturbation de ma routine bien établie avait été soudaine et abrupte — un changement rapide dans les rouages de ma vie, si vous voulez le savoir.

Je devrais peut-être m’étendre un peu sur le sujet des donjons. Comme j’avais parcouru chaque jour les pièces et les couloirs du Donjon de la Réflexion de la Lune, il y avait peu ou pas de possibilité que je me perds. Ironiquement, il s’agissait de cette familiarité qui avait été ma perte, car j’avais découvert ce qui semblait être un nouveau passage différent le long de mes anciens et familiers itinéraires. Je suppose qu’on pourrait appeler ça de la malchance.

Eh bien, allons de l’avant à propos de ça.

Dans des circonstances normales, j’aurais probablement négligé une telle chose. Après tout, les aventuriers étaient censés être des individus qui s’aventuraient d’où leur nom. Cela étant dit, la définition de « l’aventure » ne se précipitait pas exactement dans des situations sans précautions ou planifications préalables.

Cependant, en réalité, il y avait beaucoup plus d’aventuriers qui avaient simplement foncé la tête la première dans n’importe quelle situation — et aussi honteux que je sois d’être compté parmi eux, j’avais, moi aussi, fait de telles erreurs.

Cela me ferait probablement du bien d’avoir pris plus précaution.

Pour commencer, le Donjon de la Réflexion de la Lune avait été découvert il y a bien longtemps. Trouver de nouvelles salles et de nouveaux passages dans un donjon aussi bien exploré était pratiquement impossible — en d’autres termes, il s’agissait d’une grande découverte. On en déduirait sommairement qu’une sorte de grimoire ou d’arme magique avec une plage de prix farouchement ridicule se trouverait au bout de ce chemin mystérieux. En outre, on pourrait atteindre un certain degré de gloire et de fortune en cartographiant une zone précédemment inexplorée d’un donjon.

Et c’est ainsi que je m’étais aventuré dans ce passage inconnu, avec des pensées de richesses potentielles obscurcissant à la fois mon esprit et mon jugement. Cependant, mon rapide voyage d’exploration ne s’était pas bien terminé. Je m’étais vite retrouvé face à face avec un monstre aux proportions gigantesques dans une grande pièce. Et quand il pleut, il pleut à verse — c’était ce qu’on disait. Le monstre, de toutes les choses possibles, devait être un Dragon.

Vous savez, les Dragons. Des monstres qui se trouvaient au sommet de la hiérarchie des monstres. Normalement, il faudrait être un aventurier de Rang Platine ou Mithril pour avoir une chance contre eux, car ils étaient les monstres parmi les monstres.

Au premier coup d’œil, il semblait un peu différent de la vision habituelle d’un Dragon. Alors que la plupart des Dragons avaient l’air d’un dragon si l’on peut dire, celui-ci était très différent — il ressemblait à un gros serpent, ou peut-être à une grenouille. Cependant, il n’y avait pas de malentendu que le monstre en question était une sorte de Dragon — dans tous les cas, c’était ce que je pensais.

Les aventuriers malheureux qui croisaient la route des Dragons ne s’en sortaient généralement pas vivants pour raconter l’histoire. Comme les dragons n’apparaissent généralement pas très souvent devant les individus, les témoignages oculaires étaient rares, peut-être même un fait historique. En fait, vous pourriez même compter les rencontres existantes et cataloguées avec une main. La légende racontait qu’il n’y avait pas plus de quatre de ces Dragons dans le monde, et on disait que leur force rivalisait même avec celle du Seigneur-Démon. Certains diraient qu’ils n’étaient pas des monstres, mais plutôt des êtres divins, tandis que d’autres diraient qu’ils étaient au-delà de cela.

En d’autres termes, quelqu’un comme moi, qui avais été coincé dans le Rang Bronze pendant des années malgré tous mes efforts, serait vraiment totalement écrasé et vaincu si le Dragon levait son petit doigt.

— Pendant un moment, je m’étais demandé si les Dragons avaient vraiment des doigts.

Avec un Dragon apparaissant devant moi, je n’avais pas d’autre choix que d’être surpris — en premier lieu, je n’avais aucune illusion ou pensée de vouloir ou pouvoir le combattre. C’était précisément la raison pour laquelle j’avais décidé de fuir. Si je ne courais pas, je mourrais sûrement — et mes pieds avaient commencé à bouger, comme il se devait.

Mais après ça — .

Je suppose que le Dragon était vraiment le monstre des monstres, car il avait rapidement remarqué ma tentative et mon intention de m’échapper. Peut-être qu’il n’avait pas pu s’empêcher de le remarquer, tout comme mes pieds n’avaient pas pu s’empêcher de geler sur place. Et ainsi, je m’étais retrouvé incapable de bouger.

Il était peut-être plus juste de dire que mon corps lui-même refusait de bouger. Il n’avait même pas tremblé. Un individu normal se demanderait pourquoi c’était ainsi — s’il s’agissait, disons, d’une personne normale qui n’avait jamais été confrontée à un monstre auparavant.

En raison de mon long mandat d’aventurier, il ne m’avait pas été difficile de comprendre le phénomène qui m’affectait actuellement. Les aventuriers finissaient par apprendre à lire leurs adversaires, quelle que soit leur nature, qu’ils soient humains ou monstres. En résumé, la pression et l’aura libérée par un être de grande force étaient souvent suffisante pour opprimer et intimider les faibles. On disait que c’était comme être écrasé par une masse lourde et invisible.

Du moins, c’est ainsi que les rumeurs s’étaient propagées. Mais c’était exactement ce que j’avais vécu.

Incapable de résister à la pression émanant du Dragon, j’étais incapable de bouger, complètement enraciné sur le sol. En réalisant ma situation, j’avais souhaité du fond du cœur que le Dragon m’épargne. Mais ce ne serait probablement pas le cas. Ça, je le réalisais parfaitement.

À ce moment-là, tout ce que je pouvais faire, c’était de rester debout et de regarder le Dragon s’approcher de moi — tout en priant pour qu’il change d’avis sur le fait de me manger. Cependant, la réalité n’était pas aussi indulgente.

Après qu’il m’eut aperçu, le Dragon avait rapidement ouvert sa bouche, la déplaçant dans ma direction. Bien sûr qu’il allait me manger — comme prévu. Il s’agissait de la conclusion à laquelle j’étais arrivé lorsque j’avais réfléchi, un peu calmement, face à une mort certaine.

En même temps, une petite voix dans ma tête me rappelait à quel point la situation était désastreuse et le fait que je serais bientôt mort. Il n’y avait pas grand-chose que je pouvais faire, cependant — mon corps ne bougeait tout simplement pas.

Cela faisait une dizaine d’années que j’étais devenu un aventurier. J’avais commencé à l’âge de 15 ans. À l’époque, j’avais cru qu’un jour je dépasserais le Rang Platine et deviendrais l’un des rares aventuriers légendaires du Rang Mithril — c’était mon rêve lorsque j’avais commencé.

J’avais donc entrepris des quêtes simples, effectuant mes missions quotidiennes dans les donjons tout en continuant à rêver d’un tel avenir. Quand j’en avais fini avec mes quêtes quotidiennes, je continuais mon entraînement quotidien. Et bien que j’avais fait tout cela, il semblait que tout s’arrêterait ici.

C’était pathétique, malheureux, oui, mais surtout pathétique.

 

 

Avec des sentiments de regret extrême en moi, et un étrange sentiment de libération sachant que ma vie relativement inutile se terminerait ici et maintenant, mon corps avait été englouti dans la bouche du Dragon — et c’était tout.

◆◇◆◇◆

Cependant, ce à quoi je ne m’attendais pas, c’était la sensation étrange de se réveiller après une période indéterminée. Il semblerait que je me sois réveillé, alors même que j’étais sûr d’avoir été mangé par un Dragon, confirmant ma mort de mes propres yeux. Pourtant, j’étais là, éveillé.

Et puis j’avais remarqué — .

Attends, non, non, ce n’est pas possible.

C’était ce que je pensais en me réveillant, tout en confirmant la situation autour de moi.

Tout cela semblait impossible, en particulier la question de ce qui était arrivé à mon corps. Je ne pouvais pas traiter ce qui se passait, même si, d’abord, un coup d’œil à mes mains était justifié.

C’était alors que la prise de conscience m’avait frappé. Il n’y avait pas de chair sur mes mains — bien qu’il aurait dû y en avoir — et il n’y avait pas de peau non plus. En fait, tout ce qui restait de ce qui était autrefois ma main était une série d’os fins et blancs.

— Et c’était tout ce qu’il y avait.

Cette étrange maladie ne s’était pas arrêtée à mes mains, mais elle avait apparemment affligé chaque centimètre de mon corps. Mes pieds, eux aussi, n’étaient que de l’os — pas de chair ni de peau nulle part. Même chose pour mes cuisses, ainsi que pour mes deux bras.

Quant à mon visage... Eh bien. Les aventuriers n’avaient pas l’habitude de transporter des miroirs transportables. Inutile de dire que je n’en avais pas. Je suppose, en toute connaissance de cause, que j’avais probablement un crâne comme visage. En d’autres termes :

Moi, Rentt Faina, aventurier de Rang Bronze inférieur, j’avais apparemment effectué un Changement de Classe d’« Aventurier » à « Squelette » à un moment donné.

Impossible...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre, et ce novel j'avais commencé a lire le manga mais maintenant je vais plutôt lire le novel Merci encore une fois pour votre travail.

  2. Merci pour le chapitre !

  3. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire