Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 1

***

Chapitre 5 : Preuve d’Inhumanité

Partie 1

Franchement, j’avais trouvé extrêmement regrettable que Loris ait une famille. S’il avait dit qu’il n’avait pas de famille, en plus de ne pas avoir de dettes, cela signifierait qu’il m’aurait menti. Si c’était le cas, cela aurait en fait fonctionné en ma faveur — du moins, c’était ce que je pensais.

La raison en était que l’instinct primitif en moi s’était intensifié ces derniers temps et qu’il me disait de faire une chose :

Manger un être humain.

Si je devais vraiment faire une telle chose… une méchante personne ne serait-elle pas mieux ? Et un menteur ? Si quelqu’un m’avait menti, cela serait-il acceptable… ?

Et pourtant… Loris était, en fin de compte, une personne de bonne volonté. C’est pour ça que je ne pouvais pas le manger. Après tout, si je le faisais, il aurait été préférable pour moi de ne pas connaître son nom. C’était en effet dommage — j’avais même accepté cet acte jusqu’à un certain point.

Quand j’avais remarqué que j’avais de telles pensées, j’avais rapidement secoué la tête, les rejetant.

C’est mauvais, pensai-je.

J’avais continué à secouer violemment la tête, essayant de sortir ces pensées de ma tête. Mais il était difficile de penser autrement. J’avais l’impression qu’un rideau lourd avait été drapé sur mon esprit.

Ma prochaine destination était la maison de Lorraine.

Quel est le goût de la chair humaine ? Est-ce délicieux ? Est-ce que son goût se répandrait sur le bout de ma langue ? me demandai-je.

Le sang humain serait sûrement comme le vin, servant à étancher ma soif.

Non… Non. C’est mal, pensai-je.

Ce n’était… pas quelque chose à laquelle je devrais penser. Mais je ne pouvais plus contrôler mes pensées.

Oui… Lorraine. La maison de Lorraine. Lorraine… Maison…, pensai-je.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire