Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 9

***

Chapitre 3 : L’infiltration en ville d’un certain mort-vivant

Partie 9

Ce n’est que plus tard que Lorraine avait été informée de la vérité par l’étrange épéiste. Il avait compris que Lorraine n’avait pas d’expérience au combat tout simplement à cause de ses mouvements et de son équipement (ou de son manque d’équipement), et il avait eu l’intention de faire de Rentt son guide. Lorraine, surprise du développement, ne pouvait s’empêcher de se demander si la Guilde des Aventuriers prenait grand soin de chaque nouvel aventurier. Mais ce n’était pas le cas, car Rentt, qui était alors stationné à la taverne, avait simplement remarqué Lorraine. En discutant de la question avec son compagnon épéiste, Rentt s’était rendu compte que Lorraine ne reviendrait probablement pas vivante si on la laissait sortir dans la nature telle qu’elle était. C’est pourquoi les deux aventuriers avaient élaboré un plan pour s’approcher d’elle, présentant Rentt comme quelqu’un pour porter ses sacs afin d’éviter de blesser sa fierté.

Lorraine avait l’impression que leur petit projet lui causait des ennuis et, dans une certaine mesure, prenait beaucoup de leur temps, mais elle était reconnaissante de leur intervention — cela lui avait finalement sauvé la vie. Une fois de plus, Lorraine avait réalisé à quel point sa connaissance du monde était limitée, puisqu’elle n’avait presque rien vu au-delà de ses livres et du bout de ses doigts.

Lorraine s’imaginait qu’une fois devenue maître de la connaissance, — en comprenant le connu, et en tenant compte des problèmes connus facilement trouvables dans son esprit, tout en tenant compte des inconnues qu’elle pourrait un jour rencontrer, elle pourrait tout surmonter.

Mais en réalité, Lorraine ne savait pas grand-chose — et c’était tout ce qu’il y avait à dire. En fin de compte, c’était Rentt qui lui avait enseigné certaines des choses qui lui manquaient, et c’était elle qui avait appris par la suite des choses provenant de l’expérience de Rentt en tant qu’aventurier.

Lorraine s’était retrouvée dans la ville de Maalt après cet incident. Pour la première fois de sa vie, elle avait vu la couleur — là où les choses étaient autrefois grises et ennuyeuses, elle était maintenant remplie de joie. Pour la première fois, Lorraine avait eu du mal à quitter un lieu, en particulier la ville de Maalt.

Mais Lorraine appartenait déjà à un autre endroit, car elle n’était à Maalt que pour une mission, une simple tâche. Après de nombreuses demandes et communiqués de la capitale suppliant pour son retour, Lorraine s’était finalement décidée :

Elle retournerait dans la capitale — et ensuite, elle repartirait une fois de plus pour la ville de Maalt. Cette fois, elle n’aurait pas de regrets ou de détails à régler.

Pour commencer, les érudits avaient droit à une vie relativement libre — elle n’avait pas nécessairement besoin d’être dans la capitale pour poursuivre ses études. C’est pourquoi Lorraine était retournée dans la capitale, réglant diverses affaires et questions qui nécessitaient son attention, tout en planifiant de retourner à Maalt après que tout ait été dit et fait.

De retour dans la capitale, Lorraine avait été surprise de constater que ce qu’elle considérait auparavant comme sans vie et gris était exactement le contraire. Ouvrant les yeux, Lorraine avait vu que ses collègues et amis de la capitale étaient inquiets pour elle, et c’est alors qu’elle s’était rendu compte que sa position dans la capitale était plus qu’une chaise vide — les gens s’en souciaient vraiment. C’était, une fois de plus, quelque chose qu’elle n’avait réalisé qu’après sa rencontre avec Rentt.

L’aventure avec Rentt lui avait ouvert les yeux sur le monde, et Lorraine elle-même l’avait compris.

Malgré tout cela, Lorraine s’était une fois de plus retrouvée à se languir de la ville de Maalt. Bien qu’elle n’ait pas nécessairement été ravie de laisser ses collègues et amis, anciens et nouveaux, derrière elle dans la capitale, elle n’avait pas le choix.

Comme prévu, son annonce avait été accueillie avec une mer de visages déçus, mais à la fin, les amis et collègues de Lorraine avaient laissé faire. C’est peut-être parce qu’ils avaient réalisé qu’il y avait quelque chose de différent en Lorraine — que sa volonté, cette fois entre tous les temps, ne serait pas si facilement ébranlée.

En échange de sa demande, cependant, il y avait une condition : Lorraine devait revenir dans la capitale une fois par an. À son tour, on lui avait accordé la permission de rester à Maalt et d’y établir ses propres installations pour ses activités de savant. Cet arrangement avait permis à Lorraine d’établir de nouvelles relations à Maalt tout en poursuivant ses recherches et en publiant ses résultats sur une base annuelle. Cela permettrait également de maintenir une ligne de contact entre Lorraine et la capitale.

Promettant de faire sa part avec une attitude décontractée, Lorraine avait finalement quitté la capitale, faisant ce qu’elle avait dit qu’elle ferait. En résumé, Lorraine avait acheté une maison dans la ville de Maalt et avait continué ses recherches au cours de ses temps libres. Mais c’était alors que la nature négligente de Lorraine s’était finalement relevée.

Si la passion et l’amour de Lorraine pour la recherche étaient vrais, comme en témoigne sa quête incessante de connaissances, sa ponctualité en matière de communication laissait beaucoup à désirer. Alors qu’au départ, elle avait été relativement ponctuelle avec les correspondances, cela s’avérerait rapidement être davantage l’exception que la norme.

Alors que les missives de la capitale arrivaient toujours à l’heure, Lorraine avait eu du mal à réagir. Même sa promesse de retourner dans la capitale une fois par an était vite tombée à l’eau, au fil des années, Lorraine faisant remonter parfois l’idée ici et là. Avant même de s’en rendre compte, Lorraine avait chargé Rentt de répondre à ses lettres et de planifier ses voyages de retour au pays.

La raison en était simple : l’un des amis de Lorraine de la capitale, comprenant la futilité de toute l’entreprise, avait écrit à Rentt pour lui demander de prendre soin de Lorraine au mieux de ses capacités. Il semblerait que l’ami en question connaissait bien Lorraine et ses tendances.

En réalité, Lorraine dépendait de Rentt dès le début — tout, de l’achat de sa maison jusqu’à ses conditions de vie, avait été laissé à Rentt, qui s’était occupé de plus de la moitié de l’ensemble des procédures. Rentt avait enseigné à Lorraine divers types de compétence pour la vie quotidienne, se répétant souvent jusqu’à ce qu’elle aussi soit capable de prendre soin d’elle-même d’une manière raisonnable. Si Lorraine prenait du retard dans l’exercice de ses fonctions, Rentt, lors d’une de ses nombreuses visites, arrangerait les choses pour elle.

Mais ce n’était pas exactement quelque chose que Rentt avait fait gratuitement. En échange de son aide ménagère et de son aide pour d’autres affaires, Lorraine avait de son côté enseigné à Rentt beaucoup de choses.

Lorraine, malgré tous ses défauts, était encore un « Grand Professeur » et érudite. Plus précisément, elle était l’une des meilleures érudites quand tout était dit et fait. En d’autres termes, alors que Rentt aurait normalement dû payer une belle somme d’argent pour un tuteur du calibre de Lorraine, il avait plutôt fait tous ses travaux ménagers et ses corvées, recevant les leçons en retour en guise de paiement.

Rentt n’avait pas cette idée en tête.

Pour commencer, il connaissait peu l’histoire de Lorraine. Il l’avait seulement déduit au cours des rangements des livres tombés de Lorraine, et Lorraine expliqua le reste après ses questions initiales. Bien que Lorraine n’ait pas menti, elle n’avait pas vraiment parlé à Rentt de son passé, ni de la façon dont elle avait abandonné sa vie dans la capitale pour vivre à Maalt, ni de la façon dont ses amis avaient essayé de l’arrêter, ni du fait qu’elle exerçait encore une certaine influence dans les affaires du royaume, ni du fait qu’elle était l’un des meilleurs érudits du pays.

Heureusement, la personne avec qui elle parlait était Rentt. Bien que Lorraine ne soit pas sûre s’il croyait à son explication, Rentt n’avait pas creusé davantage, et il avait laissé les choses telles qu’elles étaient.

Dix ans s’écoulèrent ainsi. Lorraine, pour sa part, était satisfaite de l’arrangement. Elle était satisfaite, et elle souhaitait que cela puisse durer indéfiniment — peut-être, du moins, jusqu’à sa mort.

Si Rentt voulait continuer l’aventure, c’était bien. Elle se contentait de regarder et de se tenir à ses côtés. En fait, Lorraine était d’accord pour faire ses recherches, comme elle l’avait toujours fait, avec Rentt à proximité. Elle aimait les repas qu’ils partageaient parfois en parlant d’affaires mondaines — elle n’avait pas la moindre suspicion ou le moindre doute que ces jours ne dureraient pas indéfiniment.

Mais un jour, Rentt Faina avait disparu.

Lorraine était remplie d’un pressentiment d’appréhension, car il n’était pas normal que Rentt ne se présente pas pendant plusieurs jours d’affilée. Les pensées de Rentt mourant face à des monstres remplissaient l’esprit de Lorraine. Si c’était effectivement le cas…

Lorraine avait trouvé son cœur rempli d’un chaos tourbillonnant. C’était une force violente — une force qu’elle n’avait jamais ressentie auparavant. Elle voulait vraiment patrouiller dans les rues en criant le nom de Rentt pendant qu’elle cherchait — c’est ce qu’elle ressentait.

Mais dans son esprit brillant et logique, Lorraine s’était vite rendu compte de la futilité d’une telle entreprise. Si une telle méthode s’avérait infructueuse, il suffirait de changer de méthode. Il serait prudent de demander à d’autres aventuriers de le chercher, l’argent n’avait pas d’importance. Après tout, elle avait beaucoup d’économies.

Alors qu’elle était sur le point de lever sa plume, Lorraine avait été interrompue par un son familier provenant du heurtoir de sa porte — un cliquetis familier et rythmique…

Durant ses dix années de résidence dans la ville de Maalt, Lorraine avait beaucoup d’amis et avait forgé pas mal de relations. Il était possible que son visiteur soit l’un de ces nombreux amis. Cependant, il y avait quelque chose d’autre à propos de ce son — quelque chose de différent.

Lorraine, avec son esprit typiquement curieux, avait rapidement discerné les caractéristiques particulières du rythme de ce cliquetis. Il n’y a pas eu d’erreur. Une seule personne frappait de cette façon particulière — .

Rentt Faina.

Avec cette pensée en tête, Lorraine avait voulu se précipiter pour s’assurer que c’était bien lui — mais cela serait sans doute considéré comme étrange. Dans tous les cas, Rentt avait survécu. C’était suffisant pour elle.

Mais Lorraine n’avait pas pu s’empêcher de remarquer autre chose. Pendant toutes ses années, Rentt avait rarement frappé à la porte. Le fait qu’il frappait actuellement signifiait que quelque chose n’allait pas — ou bien, dans tous les cas, qu’il y avait une différence. Dans des circonstances normales, Rentt entrerait probablement tout seul après un certain temps — du moins, c’était comme ça depuis toujours. C’est la raison pour laquelle Lorraine avait décidé de le rencontrer comme d’habitude. Mais il n’y avait qu’un seul problème :

Elle dormait habituellement sur son canapé à cette heure de la journée.

C’était avec cette idée en tête que Lorraine avait décidé de le faire. Faisant passer ses mains dans ses cheveux pour se donner une apparence éreintée, Lorraine s’allongea sur le canapé et ferma les yeux.

C’est alors qu’un clic familier retentit dans la pièce — la poignée de porte avait été tournée. Avec les pas qui s’approchaient, une voix familière…

« … Hey… Hey. Réveille-toi. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire