Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 8

***

Chapitre 3 : L’infiltration en ville d’un certain mort-vivant

Partie 8

La forêt d’Azuul était grande et s’étendait à perte de vue. En vérité, il s’agissait d’un bastion de la nature, abritant toutes sortes de flore et de faune. Lorraine, ayant glané toutes ses connaissances dans les livres, connaissait la forêt dans une certaine mesure. Le voir en personne, cependant, avait été une autre expérience, avec les nombreuses différences entre ce qu’elle avait vu et ce qu’elle avait lu, et cela n’arrêtait pas de la fasciner.

Pour le dire franchement, Lorraine ne se débrouillait pas très bien dans son périple à travers la forêt, car elle n’avait pratiquement pas exploré de zone avant ça. Le problème ici n’était pas exactement un manque d’endurance — l’endurance ne devrait pas être un problème pour un enfant de 14 ans. De plus, Lorraine avait renforcé son corps avec divers sorts d’amélioration.

Cependant, à l’insu de Lorraine, il y avait des techniques de base et des connaissances en ce qui concerne la traversée de terrains boisés — en particulier, c’était une connaissance qu’elle n’avait pas. Lorraine s’était trouvée de plus en plus fatiguée en marchant dans les broussailles, son endurance semblant être sapée par la forêt elle-même à chaque pas.

À l’inverse, le jeune de la classe Bronze qui l’accompagnait, bien que son rang d’aventurier soit beaucoup plus bas, ne semblait pas du tout fatigué. Invoquant de l’eau de nulle part, il en offrit une tasse à Lorraine, qui se reposait actuellement à cause de ses efforts soutenus.

En jetant un coup d’œil au jeune, Lorraine avait remarqué que sa ceinture à outils, qui était auparavant vide, était maintenant remplie d’herbes médicinales de toutes sortes qu’il avait dû ramasser dans divers endroits pendant qu’elle ne regardait pas. À la demande de Lorraine, le jeune lui avait remis une partie des herbes. Il n’avait pas fallu longtemps à une érudite comme elle pour remarquer que chacune des herbes avait été récoltée correctement et méthodologiquement.

Bien qu’elle ait déjà commandé des herbes de toutes sortes auprès d’apothicaires et autres, elle ne se souvenait pas d’avoir vu des herbes préparées jusqu’à ce degré ni avec une telle compétence. C’était aussi le cas lorsqu’ils rencontraient des monstres.

Jusqu’à ce moment de sa vie, où elle avait décidé de s’aventurer dans une forêt à la recherche d’herbes, Lorraine n’avait pas combattu de monstres sous quelque forme que ce soit. Bien sûr, en tant que « Grand Professeur », la magie de Lorraine avait plus de puissance qu’il n’en fallait pour se débarrasser du monstre moyen. Mais comme Lorraine était généralement accompagnée d’un compagnon ou d’une escorte lors de ses voyages, elle n’avait guère eu l’occasion d’utiliser sa magie, car le monstre aurait déjà été vaincu avant même qu’elle n’y ait pensé.

C’est peut-être la raison pour laquelle Lorraine s’était contentée de se tenir debout et de regarder sans émotion le monstre. À moins que le jeune ne soit avec elle, elle aurait été seule cette fois-ci. Ce n’était qu’à ce moment-là que Lorraine avait constaté à quel point les monstres pouvaient être féroces.

Son esprit était dans un état de choc — elle savait qu’elle devait se battre, qu’elle devait jeter un sort quelconque. Cependant, son corps ne bougeait pas.

C’est alors que la voix de l’homme avait retenti, la sortant de sa stupeur.

« Lorraine ! Une boule de feu ! Foteia Borivaas ! Utilise-le ! » déclara le jeune.

Si Rentt n’avait pas crié, Lorraine serait restée éternellement figée, et cela aurait pu être la fin de sa vie. Mais des instructions lui avaient été données, et Lorraine les avait suivies. En effet, Lorraine ne semblait guère plus qu’une marionnette au cours de cet incident.

Alors que les restes carbonisés de ce qui était autrefois un monstre continuaient à fumer à la suite de la magie de Lorraine, on avait pu encore une fois constater qu’elle était immobile, avec une expression vide qui éclaboussait ses traits. Rentt, en découvrant que Lorraine avait peu ou pas d’expérience au combat, avait décidé de lui donner des détails sur les monstres, les techniques de combat et les mouvements communs de ces monstres pendant la bataille.

Lorraine était sage, en fait, elle était beaucoup plus sage que n’importe quel mage ordinaire. Et ainsi, elle avait rapidement absorbé les connaissances que Rentt avait à offrir, absorbant tout cela à une vitesse étonnante. Cependant, elle n’avait pu le faire que grâce à l’intervention de Rentt lors de sa première bataille, et elle en était pleinement consciente.

C’était la même chose quand elle avait appris les subtilités de sa mission, à savoir la récupération de certaines herbes médicinales. Selon ses livres, les herbes étaient assez communes malgré le fait qu’elles ne poussaient qu’à certains endroits. Pour cette raison, l’herbe ne serait pas très difficile à trouver.

Mais la réalité était très différente, car Lorraine s’était retrouvée les mains vides. Après une demi-heure de recherche, Lorraine ne pouvait s’empêcher d’être déçue, sa grande découverte n’étant qu’une seule herbe, l’une des nombreuses herbes nécessaires à sa quête. Frustrée par la situation, Lorraine nota mentalement qu’elle donnera un bon coup de poing à l’auteur du livre qu’elle avait étudié la prochaine fois qu’elle les rencontrera.

Pourtant, malgré tout cela et la frustration croissante de Lorraine, Rentt, qui marchait derrière elle depuis tout ce temps, souriait tout simplement d’un sourire ironique alors que les herbes dans la poche de sa ceinture à outils continuaient à augmenter. En se retournant, Lorraine s’était rendu compte que les herbes qu’il avait ramassées avaient doublé depuis sa dernière vérification — et parmi elles se trouvaient des grappes entières des herbes qu’elle avait été chargée de ramasser.

Il s’était avéré que l’auteur du livre avait raison. Lorraine n’avait tout simplement pas remarqué les herbes en question en passant par les endroits marqués. À ce moment-là, Lorraine avait finalement réalisé à quel point elle savait peu de choses sur le monde.

Lorraine avait ensuite demandé à Rentt de lui faire une démonstration et de l’éduquer sur une variété de sujets : des bases du combat et de l’aventure, à la cueillette et à la préservation des herbes, et même là où ces herbes poussaient. Rentt, pour sa part, était heureux de le faire. C’est ainsi que les deux individus étaient finalement revenus dans la soirée, complétant la mission de Lorraine à temps.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire