Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 15

***

Chapitre 3 : L’infiltration en ville d’un certain mort-vivant

Partie 15

Le client avait franchi les portes, puis il était parti. Il était certainement étrange, vêtu d’une robe tissée dans l’obscurité de la nuit. Sur son visage se trouvait placé un masque en forme de crâne, blanc comme de l’os, apparemment fait dans le pays des morts lui-même. Mais le plus troublant chez lui, c’était qu’il me rappelait un jeune qui, jusqu’à tout récemment encore, fréquentait souvent notre établissement.

Mais après ça…

« Hé, Luka. Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu as un visage bizarre. »

C’était Clope, mon mari et le forgeron de cet établissement — notre établissement. Avec son sourire rude habituel, il m’avait appelée de derrière, après avoir finalement quitté son atelier.

En me retournant, je n’avais pas pu m’empêcher de lui dire : « … Tu sais, n’est-ce pas ? Tu sais que c’était… »

Clope avait repris là où mes mots avaient été laissés, car je n’arrivais pas à terminer cette phrase.

« Eh bien… Je ne l’ai pas vu dans la rue ou à la taverne récemment… Je pensais qu’il est allé quelque part, tu sais. On dirait qu’il s’est mis dans une sale situation… »

« Pourquoi ne nous demande-t-il pas de l’aide ? Ne nous fait-il pas confiance ? »

Clope semblait hocher la tête à mes mots — des mots qui s’échappaient des profondeurs de mon cœur, portant une lourde teinte de tristesse.

« Oui, peut-être… Je plaisantais, c’est tout ! Je plaisante. »

J’étais prête à pleurer à ces mots, la réaction était probablement suffisante pour secouer Clope de son humeur rugueuse. Il avait agité les mains de façon quelque peu dramatique, comme pour dissiper l’idée.

J’avais regardé Clope — je voulais son opinion, pas le reste.

« … Tu vois. Peut-être qu’il ne veut pas nous déranger ? Je ne sais pas pourquoi il a cette robe et ce masque, mais… peut-être qu’il a été maudit ou quelque chose comme ça ? Tu sais, ce genre de choses arrive parfois aux aventuriers. »

« S’il est vraiment maudit, les détracteurs de notre établissement viendront certainement ramper hors du bois. Eh bien, les gens comme ça ont toujours été là depuis le début. Ou peut-être qu’il pense qu’on ne le reconnaîtra pas, et qu’on lui dirait de s’en aller parce qu’il est maudit. Peut-être qu’il a juste besoin d’un peu de temps et qu’il nous le dira plus tard… Ou quelque chose comme ça, tu vois ? »

« Qu’est-ce que tu veux dire, “quelque chose comme ça” ? Tu ne lui as rien dit de tel, n’est-ce pas ? »

« … Oui, » répondit rapidement Clope, sentant la pression et la détresse croissantes dans mes mots. « Je ne parle pas aux vauriens, tu sais. Mais c’est comme ça qu’il est, tu vois. Il a toujours été comme ça… C’est probablement bien ainsi. On sait qu’il est vivant, alors pour l’instant, on va le laisser faire ce qu’il veut. Il nous le dira en temps voulu… Il nous a donné assez d’indices sur son identité. Je ne peux pas en être sûr, mais c’est peut-être tout ce qu’il peut faire pour l’instant… Il nous a quand même rendu visite, tu vois. Comme il le faisait avant. »

Les mots de Clope étaient convaincants. Un individu trois fois béni avec un accès libre à la maison de Lorraine —

C’était déjà un gros indice.

C’était indubitable — il nous avait intentionnellement donné cet indice pour nous dire qui il était. Mais même alors… nous n’avions toujours aucune idée de ce qui lui était arrivé exactement. Il semblait qu’il ne pouvait pas en parler librement.

Mais il était venu à nous à la recherche d’une arme — ce qui, en soi, était révélateur de la confiance qu’il avait pour notre établissement… Et nous aussi. J’avais l’impression de mieux comprendre la situation.

« Oui…, je suppose que oui, » déclarai-je, en me tournant vers mon mari alors que je frottais lentement les larmes sortant de mes yeux.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire