Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 13

***

Chapitre 3 : L’infiltration en ville d’un certain mort-vivant

Partie 13

Après un temps qui semblait considérable, le cliquetis rythmique du métal s’était finalement arrêté, se dispersant avec le nuage intangible de tension qui pendait dans la pièce de forge depuis une heure.

Clope tenait l’épée sur laquelle il travaillait et souriait lentement. Il était évident, d’après son expression, que c’était une pièce dont il était très satisfait. Moi aussi, j’avais senti que c’était une chose qui valait la peine d’être célébrée. Mais à ce moment-là, Clope s’était retourné pour me faire face.

« Désolé. Je vous ai fait attendre, hein ? »

D’après les paroles de Clope, je pouvais voir qu’il avait effectivement remarqué ma présence. Il était simplement trop concentré dans son travail pour me saluer. Un nouveau client offrirait probablement une ou deux plaintes à ce stade. Mais la nature de son travail signifiait qu’il ne pouvait pas simplement être arrêté à mi-parcours — pour ma part, je n’avais aucun scrupule à le faire.

C’est pourquoi j’avais répondu : « … Non… Pas du tout. Je ne… pas dérangé. C’était… Intéressant. »

En entendant mes paroles, Clope avait souri. « Et moi qui pensais qu’il est rare que Luka amène quelqu’un ici… On dirait que vous êtes un type intéressant. »

L’expression de Clope était plus digne d’un guerrier au plein cours d’un combat fixant un adversaire avec un sourire inébranlable — par opposition à celle d’un forgeron typique. Ses traits faciaux, cependant, indiquaient qu’il était un peu plus en avance sur son âge — quelque part dans la quarantaine, ce serait une bonne estimation.

Bien qu’il avait l’air un peu plus âgé que Luka, en vérité, les deux personnes n’étaient pas si éloignées l’une de l’autre dans leur âge. Bien sûr, je ne leur avais pas posé cette question avant ça. C’était plutôt une conclusion que j’avais tirée des déclarations de Clope au fil des ans. Ce qui était particulièrement révélateur était celui où il prétendait que Luka était son amie d’enfance, d’où mon hypothèse.

Bien que la pratique de demander directement l’âge de quelqu’un n’était pas inexistante, il s’était avéré extrêmement difficile de poser une telle question face à la pression émanant du sourire inaltérable de Luka. En gros, on ne le découvrirait probablement pas même si on lui avait demandé directement.

« Je… Je ne sais pas… sur le fait d’être intéressant. Mais je… On me l’a dit. Vous pourriez forger… Moi. Une épée, » déclarai-je.

« Oh, voudriez-vous une pièce spécialement faite sur commande ? Il y a beaucoup d’épées déjà affichées à l’avant, bien que… Et ce sont toutes des pièces de haute qualité, je peux en témoigner. Au lieu d’en commander une sur mesure qui est coûteuse, vous en trouverez peut-être une qui vous convient si vous regardez autour de vous ? » me demanda Clope.

Clope était un homme brutal, et un de ceux qui parlaient peu. Alors que quelqu’un qui n’était pas familier avec lui supposait simplement qu’il refusait ma demande, la réalité était tout à fait différente. Clope ne faisait que s’inquiéter des clients qui dépensaient inutilement des sommes d’argent considérables.

Avec ses yeux aiguisés et son expression parfois intimidante, il semblerait que Clope pourrait faire pleurer quelqu’un rien qu’en le regardant. Pour empirer les choses, la moitié de ses déclarations ressemblaient à des menaces ou à des expressions de mécontentement. Mais je savais mieux que quiconque que Clope, contrairement à son apparence et à ses manières, était en fait une personne très douce. C’est pourquoi j’avais répondu, sans être intimidé par ses manières.

« Les… Lames… que vous avez faites… à l’avant… du magasin. Impossible… besoin… Divin… ité. »

« Divi... ? Oh, Divinité ! Quoi, vous pratiquez les arts sacrés ? Vous n’avez pas l’air d’un prêtre. Si c’est le cas, n’auriez-vous pas une forge spécifique à laquelle vous allez ? » me demanda-t-il.

En effet, c’était tout comme Clope l’avait dit. Je n’avais pas, en fin de compte, l’apparence de près ou de loin à un prêtre. Au contraire, j’avais l’impression d’être à l’opposé de l’un d’eux — et pourtant, avec les choses telles qu’elles étaient, je n’avais pas d’autre choix que de m’expliquer complètement.

« Non… Un prêtre. J’ai aussi… Utilisation. Magie… Et… Arts spirituels. »

« Quoi… !? Vous voulez dire que vous êtes l’un de ceux trois fois bénits… ? Euh, je vois. D’accord. Eh bien, alors… On dirait que vous ne pouvez pas utiliser ceux de devant. C’est pour ça que Luka vous a amené à moi, hein. Avez-vous l’argent pour ça ? »

« La… Personne… à l’avant. Elle m’a dit que j’avais… assez pour… la commande. »

« Hmm. Si Luka le dit… D’accord, j’ai compris. Alors, c’est peut-être soudain, mais allons droit au but. À propos des honoraires, aussi. »

En disant cela, Clope avait récupéré une chaise dans un coin de son atelier, la soulevant par une de ses pattes. En le plaçant proche d’une petite table, le forgeron et moi avions finalement commencé notre discussion.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire