Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 12

***

Chapitre 3 : L’infiltration en ville d’un certain mort-vivant

Partie 12

L’arrière du magasin où j’avais été conduit contenait la pièce pour la forge : forge, forgeron, vapeur chaude, et tout le reste. Comme on pouvait s’y attendre, un homme couvert de muscles, mais quelque peu mince balançait son marteau calmement et méthodiquement, frappant du métal rouge et chaud encore et encore. Je m’étais dirigé de moi-même vers lui — il était impossible de lui parler quand il était comme ça.

Comme si elle lisait mon esprit, Luka avait une explication pénitente similaire à offrir. « … Je m’excuse. Il se peut que vous ayez à attendre un certain temps… Il sera prêt à parler dans, disons, une heure. Il vaudrait mieux que vous passiez votre temps dans un autre établissement en attendant… »

Une expression vraiment désolée était apparue sur son visage.

Peut-être qu’un nouveau client pourrait être décontenancé par ces développements. Moi, cependant, je ne l’étais pas, ayant connu Clope depuis tant d’années. C’était une bizarrerie de sa part de tomber dans un état presque en transe quand il martelait une arme, c’était comme ça qu’il était.

Bien sûr, lui parler dans cet état était impossible. En fait, Clope était tellement concentré que toute interruption pourrait simplement être répondue avec un seul coup de marteau. Il valait mieux pour toutes les parties concernées d’attendre qu’il pose son marteau après avoir atteint un point de progrès ou un autre. Encore une fois, je n’étais pas du tout inconnu des particularités du Harpon à Trois Dents.

« … Non. Ce n’est pas… grave. Puis-je… attendre, ici… à la place ? » lui demandai-je.

« Bien sûr, ce n’est pas grave, mais… est-ce que ce serait acceptable ? Rien d’intéressant ne se passe vraiment ici. Ne trouvez-vous pas ça ennuyeux ? » demanda Luka, apparemment curieuse de ma décision.

« Regarder… Forgeron… Au travail. Non… Ennuyeux, » avais-je répondu.

Une légère expression de surprise se répandit une fois de plus sur le visage de Luka, avant d’être rapidement remplacée par son sourire comme si de rien n’était.

« Dans ce cas, il y a une chaise dans ce coin à partir de laquelle vous pouvez surveiller de près le processus. J’apporterai des rafraîchissements — excusez-moi, » en disant cela, Luka avait quitté la pièce.

Franchement, ma décision de rester n’était pas un acte quelconque. J’aimais voir des personnes compétentes faire leur travail. J’avais trouvé que ceux qui étaient tout à fait compétents dans leur métier avaient une sorte de flux et de rythme dans leur travail — c’était quelque chose que l’on pouvait ressentir juste en regardant.

Clope était, pour sa part, indubitablement un forgeron extrêmement compétent, et l’on pouvait sentir un sentiment de beauté fluide dans les différents aspects de son travail. Il n’y avait aucun moyen de trouver un tel spectacle ennuyeux — pas possible, en effet.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire