Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 7

***

Chapitre 2 : Rina, l’Aventurière

Partie 7

En mettant la main dans le sac après avoir confirmé son contenu, j’avais agrippé la robe avec mes mains, j’avais sorti le vêtement et je l’avais inspecté de près. Elle était relativement spacieuse et ample, en plus d’être totalement noir. Elle était également équipée d’une capuche, ce que j’avais trouvé pratique pour mes besoins particuliers. Les robes comme celles-ci étaient en grande partie portées par les mages, et je n’aurais jamais pensé en porter une dans la vie.

Il s’agissait au contraire d’un obstacle pour les épéistes. Comme j’étais maintenant, cependant, la capacité de me cacher en son sein était une aubaine, car la robe me couvrait entièrement de la tête aux pieds, et elle avait même des manches longues pour cacher mes bras. Avec cela, aller acheter des articles dans les magasins serait un jeu d’enfant.

J’avais applaudi le sens de la mode de Rina — elle avait bien compris ce que je voulais malgré mes instructions simples. Cela étant dit, applaudir était impossible pour mes mains desséchées.

Après avait eu cette pensée, j’avais décidé d’essayer le vêtement. Mes bras s’insèraient parfaitement dans les manches de la robe, et le matériau était très agréable au toucher. Avoir ce sens du toucher tout en étant dans un corps de chair séchée était quelque peu surprenant, sans parler de ma nouvelle capacité à bouger d’une manière aussi agile. Mais en y pensant calmement, j’étais encore un monstre — c’est sûrement la raison de ces irrégularités.

Il fallait aussi se demander si une pièce d’équipement présentait des problèmes de mouvement pendant le combat, en plus d’être à l’aise. Soulevant rapidement le capuchon de la robe, j’avais décidé de me le recouvrir, et j’avais été agréablement surpris par les résultats. Alors que mon champ de vision était quelque peu restreint par le capuchon, je n’avais aucun problème à voir droit devant moi, et je pouvais même jeter un coup d’œil à mon environnement en toute sécurité dans une certaine mesure. Si je devais être encerclé, cependant, je n’aurais pas d’autre choix que de l’abaisser — mais ce ne serait pas nécessaire si je ne combattais que face à un ou deux monstres.

« ... Comment est-ce ? Est-ce à votre goût ? » me demanda-t-elle.

« ... O-oh. Oui... Vous. Ça m’a surpris, » déclarai-je.

Rina avait apparemment jugé bon de s’approcher de moi pendant que j’essayais la capuche. Elle était maintenant beaucoup plus proche de moi qu’elle ne l’avait jamais été, malgré le fait qu’elle était visiblement terrifiée par moi il y a quelques minutes à peine.

Bien qu’elle tenait encore son épée, l’extrémité « efficace » de sa lame n’était plus pointée vers moi.

S’habitue-t-elle déjà à moi ?

Je me demandais si elle s’était sentie à l’aise avec de nouvelles choses si soudainement.

« ... C... Vêtements. Bon ajustement. Mo... Plus important encore. Êtes-vous... Vous n’avez pas peur ? Effrayé... De moi ? » lui demandai-je.

« Non, pas du tout ! Comme vous avez caché la plupart de vos parties non humaines, alors... Ce n’est pas trop difficile pour moi de me tenir à cette distance, » déclara Rina alors qu’elle se tenait à trois pas de moi.

— Un peu plus près que la portée de sa lame, si je devais le dire de cette manière.

Il semblerait qu’elle se trouvait à une distance suffisante pour réagir de façon appropriée en cas de problème. Contrairement à l’expression initiale que j’avais eue d’elle, il semblerait que Rina était relativement prudente. Mais même ainsi, je voyais cela comme une grande amélioration — c’est ce que j’avais pensé au moins pendant que je continuais à inspecter les mouvements de Rina.

Alors que je pouvais parfaitement dire que toute la série des événements avait commencé par le fait d’avoir été mangé par un Dragon. J’étais ressuscité en tant que squelette, ce qui avait été, disons-le, franchement, un peu malchanceux. Mais la rencontre avec Rina avait probablement été la chose la plus fortuite qui m’était arrivée jusqu’à présent.

Bien qu’il soit vrai que je lui avais sauvé la vie, il n’y aurait normalement pas d’humains capables de parler ainsi avec les monstres. Et même si je ne savais pas ce que l’avenir me réservait, le fait que Rina ait continué à coopérer avec moi était quelque chose dont j’étais extrêmement reconnaissant.

« Oh, oui... C’est exact. J’ai aussi acheté d’autres choses... Voilà, voyez-vous ? Des chaussures, des gants et même une ceinture. Ce serait mauvais si on vous voyait dans la rue avec ces mains et ces pieds, n’est-ce pas ? » demanda Rina.

En disant cela, Rina avait tendu la main dans le sac, retirant les objets susmentionnés avant de les poser délicatement sur le sol du Donjon.

Les chaussures et les gants étaient faits de cuir de qualité, de couleur, mais les deux objets étaient discrets. Ils avaient été vraisemblablement choisis de façon à ce qu’ils ne se démarquent pas.

J’avais trouvé cela très agréable. Pour commencer, je n’avais pas demandé de telles choses à Rina — dans ma situation, je ne pouvais penser qu’à demander une robe. Et pourtant, Rina avait lu inopinément entre les lignes, pensant en détail aux objets dont j’aurais besoin pour revenir à Maalt en toute sécurité. Je ne pouvais m’empêcher de me demander s’il y avait un autre monde où les jeunes filles choisissaient des vêtements appropriés pour les monstres.

Ayant rencontré la première personne qui m’avait traité avec gentillesse depuis que j’étais devenu un monstre, j’avais l’impression de pouvoir pleurer — mais hélas, cela n’était pas possible avec ce corps.

Dans tous les cas, j’avais décidé de mettre les chaussures et les gants. En raison de la nature de ma chair séchée, je n’étais pas tout à fait sûr que l’un ou l’autre objet me serait utile, mais pour l’instant, je m’étais contenté de les porter.

En gardant cela à l’esprit, j’avais mis mes pieds dans les chaussures, tout en ajustant les gants étrangement larges avec ma main libre. Il était difficile de tenir mon arme à travers ces gants, et alors que les implications étaient inquiétantes, j’avais accepté cela comme faisant partie d’un sacrifice nécessaire pour retourner à Maalt.

« Wôw... C’est une aura intimidante. Vous avez l’air... Comment ça s’appelle, déjà ? Des goules... ? Ouais, vous avez l’air d’une goule ! Oh, c’est vrai, j’ai aussi un miroir ici. Qu’est-ce que ça donne ? » demanda-t-elle.

Sonnant de plus en plus comme une sorte de commerçant à chaque seconde qui passait, Rina me couvrait d’éloges... si le fait d’être appelé goule pouvait être considéré comme un éloge. Retirant un miroir du sac apparemment sans fond, Rina le posa une fois de plus sur le sol.

Alors que le refus de Rina de me remettre directement le miroir était un peu triste, je suppose que cela avait quand même progressé depuis la dernière fois.

La prévenance de Rina, qui m’avait apporté le miroir, avait certainement été un geste utile. Après tout, je n’avais pas pu voir à quoi je ressemblais depuis que j’étais devenu un squelette, et la question flottait dans ma tête tout ce temps. Bien sûr, je ne m’attendais pas à ressembler à ce que j’avais l’habitude — j’avais un visage un peu jeune qui ne semblait pas avoir changé entre 15 et 25 ans. Juste pour info, mon apparence n’était pas du tout stupéfiante ou époustouflante quand j’avais été en vie.

Et entre toute chose, un visage effrayant n’était pas non plus trop une mauvaise chose. C’était bien d’avoir une expression intimidante, du moins, quand c’était pour un aventurier.

Avec ces pensées en tête, j’avais pris le miroir. Sa surface était apparemment une sorte de métal poli. En y jetant un coup d’œil, j’étais à peine préparé à ce que je voyais.

« ... C’est... C’est... moi..., » murmurai-je.

Cela ne voulait pas dire que je n’avais pas anticipé cela. Cependant, j’avais été choqué de voir le visage desséché d’un cadavre. Il faisait vraiment très mort-vivant, avec les orbites s’enfonçant profondément dans mon crâne. En fait, il manquait l’un de mes yeux — c’est une chose que je n’avais pas prévue. Même si c’était un mystère quant à la raison pour laquelle je pouvais encore voir des deux yeux, ce n’était pas le problème que je voyais actuellement reflété.

Peu importe comment je le regardais, c’était le visage d’un cadavre.

Cependant, la seule chose qui ressortait, c’était une série de tatouages compliqués et lumineux sur mon visage, pulsant dans une teinte douce de bleue. Bien qu’ils soient en fait un peu jolis à regarder, les tatouages avaient également produit une aura mystérieuse, presque incompréhensible. J’en avais déduit que ces tatouages avaient quelque chose à voir avec ma transformation en un membre des morts-vivants.

Mais mis à part tout cela, il était indéniable que la situation était désastreuse, et mes efforts de déguisement avaient été ruinés par ces tatouages lumineux. Au contraire, ils m’avaient fait ressortir comme le nez au milieu de la figure.

Les tatouages eux-mêmes auraient été très bien, mais le fait qu’ils rayonnaient rendait les choses bien pires. Après tout, on pouvait les voir clairement, même si j’avais le capuchon relevé. Déterminé à voir si je pouvais remédier à la situation, j’avais levé mon capuchon plusieurs fois et essayé différentes positions de repos, mais mes efforts s’étaient avérés infructueux. La lumière apparaissait régulièrement de l’intérieur de mon capuchon — peu importe comment on le regardait, ce n’était pas une chose très humaine.

En fin de compte, je devrais vivre ma vie comme une goule, une goule, avec un terrible et redoutable capuchon bleu luisant.

... Non. Non ! Non !

Ce serait mauvais !

Qu’est-ce que je dois faire ?

Je tenais ma tête en plein désespoir.

« Ah, c’est vrai. Vous ne m’avez pas demandé d’acheter ça, mais c’était bon marché, et je me suis dit que vous aimeriez avoir quelque chose comme ça... Qu’en pensez-vous ? » demanda Rina, une fois de plus, en récupérant quelque chose depuis son sac sans fond.

L’objet que Rina m’avait tendu n’était pas quelque chose que j’avais vu lors de ma première inspection de son contenu. Était-ce vraiment un sac magique ?

Pour l’instant, j’avais été forcé de mettre de côté cette pensée.

Plus important encore, l’objet que Rina en avait retiré n’était autre qu’un masque. Il s’agissait d’un grand masque facial pleine grandeur, fait de ce qui semblait être de l’os. Comme sa taille le suggérait, il était assez grand pour cacher complètement mon visage, mes tatouages et tout le reste.

« ... Quoi... Est-ce que c’est... ? » demandai-je.

Je voulais lui demander pourquoi elle l’avait acheté pour commencer, par opposition à la nature de l’objet. Cependant, Rina m’avait rapidement offert une réponse joyeuse.

« Monsieur Rentt... Voulez-vous retourner à Maalt ? Vous devriez vous cacher le visage pour le faire, et je ne pense pas qu’on vous laisserait entrer avec un visage rayonnant, non ? » demanda-t-elle.

Encore une fois, c’était comme Rina l’avait dit.

Cette fille... Elle était vraiment quelqu’un. Alors que je sentais mes régions faciales se réchauffer, il n’y avait malheureusement pas de larmes de gratitude. J’avais essayé de pleurer, mais Rina n’avait probablement pas remarqué de changement dans mon comportement.

En m’approchant du masque que Rina avait posé sur le sol, je l’avais ramassé, puis je l’avais inspecté de près. Il semblait avoir des trous de taille adéquate pour les yeux et la bouche, de sorte qu’il ne me semblait pas que j’aurais beaucoup de problèmes à voir ou à respirer. Cependant, la question de savoir si je pouvais même respirer comme je le fais actuellement était un tout autre problème.

En gardant cela à l’esprit, j’avais tenu le masque avec les deux mains et je l’avais attaché. Sans prévenir, le masque s’était soudainement collé à mon visage, se collant presque sur ma peau sèche et morte.

« ... Argh ! » Ce son étrange s’était échappé de mes lèvres.

Avant même que je m’en rende compte, le masque était bien ajusté sur tout mon visage.

« Wôw... Cela vous va bien, vous savez ? » déclara Rina, démontrant une fois de plus son sens unique des éloges. Face à ses mots, je m’étais regardé dans le miroir — .

Reflété là, il y avait ce qui semblait être un épéiste d’apparence suspecte utilisant de la magie noire, qui avait aussi, comme par hasard, un masque en forme de crâne couvrant tout son visage.

En effet, cela me semblait bien me convenir. Après tout, j’avais été un squelette il y a à peine quelques jours, alors, en tant que tel, un masque squelettique m’irait parfaitement.

— Du moins, c’était ma logique.

Cependant... Ce masque était très serré, presque comme une seconde peau. Est-ce que ça s’enlèverait ?

Soudain rempli d’un sentiment de malaise, j’avais essayé d’enlever le masque, en positionnant mes doigts pour l’arracher de mon visage. C’est alors que j’avais réalisé — .

« ... Coi... Coincé. Je ne peux pas... Allez, enlève-toi, » déclarai-je.

« Ah... »

Face à mes mots, les louanges joyeuses de Rina s’étaient vite éteintes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre

  2. Merci pour la traduction

  3. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire