Cette oeuvre contient des scènes à caractère sexuel et s'adresse à un public averti. Déconseillée au moins de 18 ans.

Noire de Plaisir – Tome 1 – Chapitre 12

Bannière de Noire de Plaisir ~ Entraînement aux Plaisirs d’une Princesse Vampire Déchue ~ (18+) †††

Chapitre 12 : Confrontation

« Eh bien alors, j’y vais maintenant, » déclara Noire.

« Oh, ouais... Fais attention, » déclara Eiji.

Eiji s’inquiétait un peu de voir Noire sortir par la porte d’entrée tout en levant légèrement la main.

Ce soir, c’était la pleine lune, le jour où la princesse vampire Rouge avait proposé de se battre.

On disait qu’une pleine lune augmentait la puissance des vampires, mais l’autre était dans le même cas, donc tout cela n’aurait pas beaucoup de sens.

Si les conditions étaient les mêmes, vous devriez être en mesure de gagner si ce n’était que basé sur la capacité de base.

Il pouvait penser que tout irait bien en vue de l’apparence de Noire, qui ne semblait pas s’inquiéter du tout, mais Eiji avait un mauvais pressentiment quelque part.

Il entendit soudain un bruit de quelque chose venant de la fenêtre de la pièce.

« Hmm ? »

Il avait incliné la tête afin de mieux entendre le bruit suspect, et il se déplaça vers sa chambre.

Parce qu’il s’agissait du bruit d’une fenêtre qui avait été ouverte, il se demandait si Noire qui aurait dû sortir par la porte d’entrée était revenue après avoir oublié quelque chose.

Une personne ordinaire n’entrerait pas par la fenêtre, mais elle serait capable de le faire.

Pour commencer, quand elle avait attaqué Eiji la première nuit, elle était probablement entrée par la fenêtre.

Cependant, la personne qui, face aux yeux d’Eiji, avait ouvert la porte de la chambre n’était pas la princesse vampire noire qu’il connaissait.

« Fufu, bonsoir, » déclara Rouge.

« Non ! C’est donc vous qui êtes venue, » déclara Eiji. « Pourquoi êtes-vous ici... ? »

Il s’agissait de la princesse vampire Rouge, l’autre partie vers laquelle Noire allait se confronter.

Elle portait la même robe rouge que quand ils s’étaient rencontrés l’autre jour et regardait droit vers Eiji.

Eiji était étonné et surpris qu’elle, qui était censée attendre Noire dans la forêt à l’extérieur de la ville, apparaisse dans sa chambre.

« Je me suis souvenue que j’avais oublié de donner une autre invitation, » déclara Rouge.

« Hein, une invitation ? » demanda Eiji.

« Oui, c’est pour toi. Eh bien, mais —, » déclara Rouge.

Lorsque l’enveloppe retirée de la poitrine ronde avait été placée doucement sur la table dans la pièce, Rouge s’était tournée vers Eiji.

À ce moment, sa silhouette avait disparu de la vue de l’Eiji. Cherchant Rouge qui avait disparu, il avait entendu une voix derrière lui avant qu’il ne puisse regarder autour de lui.

« ─ Tu n’as pas besoin de l’ouvrir, » déclara Rouge.

« gah !? » Juste avant qu’il ne regarde la voix entendue de dos, Eiji avait reçu un choc à l’arrière de sa tête qui l’avait mise à terre.

Sa conscience avait disparu en un instant et était teintée en noir.

La princesse vampire Rouge avait alors été murmurée avec une moquerie condescendante envers l’Eiji tombé au sol.

« Maintenant, je vais t’emmener à la salle de bal, Prince, » déclara Rouge. « La princesse Noire t’y attend. »

†††

« ... Tu étais en retard. Rouge, » déclara Noire. « Quelle est l’idée d’être en retard en m’invitant à ta soirée dansante ? »

« Fufu, je suis désolée. Noire, » répliqua Rouge. « Il me fallait un peu de temps pour me préparer. »

« Préparer ? ... Hein ? » s’exclama Noire.

Dans les faubourgs de la ville, à l’endroit spécifié par l’invitation de Rouge, Noire se plaignit à la princesse vampire Rouge qui se présentait enfin.

Elle attendait les bras croisés, tout en montrant une apparence frustrée à Rouge, qui était en retard depuis un certain temps, alors qu’elle tournait la tête sur le côté pour regarder son visage.

Rouge s’était habillée de la même robe rouge que dans le parc la dernière fois. Il n’y a rien de mal à cela. Non, c’était peut-être drôle de voir qu’elle qui se battait avait une robe, mais comme Noire était aussi habillée en robe, ce ne serait pas elle qui ferait une telle remarque.

Mais ce qui était plus drôle que cette robe, c’était le gros sac blanc qu’elle portait sur son épaule.

« C’est quoi, ce sac ? » demanda Noire. « Vas-tu changer de boulot pour celui du Père Noël ? »

« Presque, » répondit Rouge. « C’est un cadeau pour toi. »

« ... »

Elle ne comprenait pas le sens des mots de Rouge, alors Noire afficha une expression confuse.

Avec leur relation qui était hostile depuis le début, il était peu probable que cela soit vraiment un présent comme un mot le disait.

Si elle y avait bien réfléchi, Rouge aurait préparé une arme qui serait un atout contre Noire.

Avec cette pensée en tête, Noire s’était senti une légère sur ses gardes.

« C’est un cadeau..., » déclara Noire. « Qu’est-ce que c’est que cette chose charmante ? »

« Hmm, je pense que ça va te plaire, » déclara Rouge. « Alors, je vais l’ouvrir. »

Avec un regard aiguisé de Noire qui la regardait ainsi que le sac qu’elle tenait dans ses bras, Rouge la regarda pendant un moment en riant, mais finalement elle laissa tomber le sac devant elle et le déchira avec son ongle.

Ce qu’elle avait vu dans le sac blanc qui avait été déchiré... C’était un résident de la chambre d’où Noire venait de sortir, Eiji.

Eiji avait une tige en forme de cylindre dans la bouche, et ses mains étaient attachées derrière. Il semblerait qu’il avait perdu conscience comme il ne semblait pas ouvrir les yeux. En outre, il semblait qu’il n’y ait aucun danger pour sa vie, car elle avait constaté que sa poitrine se levait légèrement avant de baisser indiquant qu’il respirait.

« Eiji !? » cria Noire. « Rouge, qu’est-ce que ça veut dire ? »

Face à la surprise qui n’était pas prévue, Noire leva les yeux et fixa Rouge qui l’avait amenée ici.

Si vous regardez la forme d’un Eiji dans un tel état, il est évident qu’il avait été enlevé de force.

La question était : pourquoi a-t-elle fait ça ? Il n’y avait pas tant de choses qui lui venaient à l’esprit.

Si elle y pensait normalement...

« Oh, c’est un otage, » déclara Rouge. « Si tu ne veux pas que cet homme soit tué, rends-toi. »

« Argh ! » Noire avait gémi.

Comme Noire l’imaginait, cette annonce fut arrachée de la bouche de Rouge, qui souleva un Eiji inconscient avec sa main gauche facilement. Le pire mot était sorti de ses lèvres.

Cependant, Noire se mit immédiatement à rire alors qu’elle affichait une apparence de calme.

« Hmm, tu dis ça ? » demanda Noire. « Je me demande si tu as mal compris quelque chose. Penses-tu vraiment qu’un tel être humain soit digne d’être pris en otage ? Pour nous, le roi de la nuit, ce genre d’êtres humains n’est que la nourriture ? »

C’était les paroles de Noire visant à le libérer en lui faisant comprendre que l’otage n’avait aucune valeur, mais la moitié de ça était sa véritable intention.

Il s’agissait d’une princesse vampire, le démon roi de la nuit qui transcendait l’être humain.

Certes, elle était restée dans la chambre d’Eiji ces derniers jours et avait répété des actes avec lui, mais ce n’était qu’un moyen de gagner de la magie et de se renforcer, rien de plus pour elle.

En dehors de cela, elle n’avait pas de sentiments d’amour pour lui, et si c’était un appât, alors cela ne l’appâterait pas du tout.

Alors qu’elle se retournait, la période à l’aquarium lui vint à l’esprit pour une raison quelconque, mais Noire s’efforça de le réfréner pour que cela n’apparaisse pas sur son visage.

Quand Rouge avait entendu les paroles de Noire, on dirait qu’elle avait remarqué quelque chose. Aussi blanc qu’il soit.

« Eh bien. Je me le demande, » déclara Rouge.

Voyant Rouge, qui s’accordait facilement avec ses propres mots, Noire fut soulagée intérieurement.

Mais c’était une trop tôt pour ça.

Rouge, qui avait une forte animosité envers Noire, n’avait pas eu l’habitude de penser d’une manière qui lui convenait.

« Débarrassons-nous de ça parce qu’on n’en a pas besoin, » déclara Rouge.

« ... !? Quoi !? » s’écria Noire.

Rouge, qui essayait de frapper avec sa main droite tout en tenant le corps d’Eiji de la main gauche, avait fait que Noire cria sans pouvoir se contrôler, oubliant sa précédente déclaration.

Dès que cette voix s’était fait entendre, la main droite de Rouge s’était arrêtée juste avant qu’elle ne poignarde le cou d’Eiji.

À ce moment, Noire vit qu’un rire maléfique se répandait sur la bouche de la princesse vampire Rouge, mais Noire réalisa qu’elle la testait, mais que c’était déjà tard.

De plus, la frappe que Rouge allait faire était authentique.

Si Noire ne l’avait pas arrêtée là, elle aurait probablement coupé la tête de l’Eiji sans problème. Quoi qu’il en soit, il n’y avait pas d’autre solution que de l’arrêter.

Quand la phrase de Noire avait retenti, elle n’avait plus aucun moyen d’agir.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Rouge. « Y a-t-il un problème à tuer un ou deux êtres humains ? »

« Ah, c’est..., » balbutia Rouge.

Pour Rouge qui demandait ça avec un sourire atroce présent sur son visage, Noire était à court de mots.

Selon leur bon sens, ce que disait Rouge était correct.

Il n’était pas nécessaire de se préoccuper de la vie d’une ou deux personnes, car l’humain n’était après tout que de la nourriture pour ceux qui étaient vampires. Tuer sans raison était un mauvais comportement et bien que cela leur faisait froncer les sourcils, ce n’était pas aussi désespéré comme ce que Noire avait fait maintenant pour l’arrêter.

Cependant, Noire n’avait pas pu le laisser mourir malgré tout ce qu’elle avait dit.

La chaleur de sa peau et les jours qu’elle avait passés avec lui..., ainsi que les souvenirs du jour où elle avait été à l’aquarium étaient encore présents.

Il y avait beaucoup de choses terribles chez lui, mais elle n’avait toujours pas l’impression de le haïr ou quoi que ce soit. Au contraire, elle avait le sentiment qu’elle voulait être davantage avec lui si elle le pouvait.

Quand elle l’imaginait, s’il était tué... son corps tremblait sans permission.

Noire, poussée par la peur de le perdre, supplia Rouge. « S’il te plaît, Rouge. Eiji, ne tue pas Eiji... »

« fufu, hahahahaha, ahaha hahahaha haha! C’est vraiment magnifique, » déclara Rouge. « Pas possible, toi, un Primera est tombée amoureuse d’un homme, un être humain ! ! »

« ... »

Noire n’avait pas de mots pour répliquer à Rouge qui riait et l’insultait avec moquerie.

Elle était consciente qu’elle ne pouvait nier ses paroles.

Alors qu’ils étaient ensemble juste pour augmenter son propre pouvoir magique, elle sentait que ses émotions avaient changé au point qu’elle ne voulait pas perdre Eiji.

Elle ne savait pas si c’était un sentiment d’amour, mais au moins ça ne changeait pas le fait qu’elle tenait à lui.

Si elle pensait calmement, elle faisait une bêtise.

Mais si Noire laisse ça tel quel, Rouge allait le tuer.

Cela serait bien mieux si elle venait à la tuer, mais si on considère son caractère sadique, il était possible d’être sévèrement tourmenté. Elles avaient été hostiles depuis si longtemps. Tout comme Noire détestait Rouge, Rouge détestait aussi Noire.

Elle devrait abandonner Eiji. Elle comprenait cela dans sa tête que c’était la bonne réponse pour se battre avec tout ce qu’elle avait.

De toute façon, même après la mort de Noire, il était peu probable que Rouge le libère comme promis.

Puis, bien qu’elle sache que c’était le bon choix de se battre... elle ne pouvait s’imaginer bouger, quand elle imaginait la scène du meurtre d’Eiji.

« Rassure-toi, Noire, » déclara Rouge. « Je ne vais pas te tuer maintenant. J’apporterais l’humiliation à ton corps. »

« ... Fais ce que tu veux, » déclara Noire.

Face au sourire de plaisir de Rouge, Noire n’avait pu que regarder le sol.

†††

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci, sa faisais longtemps que je l'attendais,

Laisser un commentaire