Neechan wa Chuunibyou – Tome 6 – Prologue

***

Prologue : Natsuki Takeuchi est en fuite.

Natsuki se tenait dans la chambre vide avec son uniforme.

Elle s’était débarrassée de tout pour mettre de l’ordre dans ses affaires, mais dès le départ, elle n’avait jamais eu beaucoup de possessions.

Elle avait pris son identité de Natsuki Takeuchi il y a un an.

Elle avait commencé à vivre dans cet endroit à ce moment-là, mais comme elle savait qu’elle devrait partir un jour, elle n’avait pas acheté grand-chose à y mettre.

C’était un appartement avec trois chambres à coucher, assez grandes pour quelqu’un vivant seul. Il aurait dû être pour une famille, et en fait, elle l’avait volé à une famille nommée Takeuchi qui avait vécu là à un moment donné.

Natsuki n’avait jamais rencontré la famille Takeuchi qui vivait là auparavant, et elle ne savait pas ce qui leur était arrivé. Elle avait acheté les documents d’identité de Natsuki Takeuchi, et l’appartement était venu avec.

Ce serait mentir que de dire que Natsuki n’avait rien ressenti quand elle avait regardé cette pièce nue. Elle se sentait seule.

Natsuki était sortie de la pièce.

Avant de quitter l’appartement, elle jeta un coup d’œil dans la pièce voisine. C’était la chambre de Sakiyama.

Sakiyama était un homme étrange qui traînait autour de Natsuki depuis son arrivée dans cette ville. Il n’avait pas cessé de la suivre même après avoir appris que Natsuki était une tueuse en série, et intrigué par son stoïcisme, elle l’avait recueilli.

Les murs de sa chambre étaient couverts de photos de Natsuki.

Il n’était pas vraiment subtil sur ses intérêts, mais Natsuki s’en fichait. Ce n’était que des photos, il pouvait en faire ce qu’il voulait.

Pourtant, elle était un peu galvanisée à l’idée de voir quelques photos de Mutsuko Sakaki et d’Aiko Noro mélangées à celles d’elle. Un harceleur devait se fixer sur une fille et la suivre partout pour toujours. Quel genre de harceleur s’est-il ramifié ?

Natsuki ne disait pas à Sakiyama qu’elle partait. Elle ne se sentait pas responsable de le faire. S’il voulait la suivre, il pourrait. Quoiqu’il soit en train de faire en ce moment, à son retour, il se rendrait certainement compte immédiatement que Natsuki ne reviendrait pas.

Natsuki savait, depuis un certain temps déjà, que c’était dans cette ville.

Elle avait eu peur, au début, qu’il soit venu ici après elle, mais elle ne pouvait détecter aucun motif particulier derrière ses actions — ce qui suggérait, au moins, qu’il n’était pas après Natsuki.

En même temps, elle ne pouvait pas se permettre de le laisser la trouver.

Depuis qu’elle en avait senti la présence, elle avait fait de son mieux pour rester sous le radar. Elle s’était rendue à l’école aux heures de pointe seulement et, à la fin des cours, elle s’était mêlée dans la foule sur le chemin du retour.

Mais tant qu’elle restait au lycée, elle savait qu’on pouvait la suivre d’un seul regard. L’uniforme du lycée Seishin était unique. Une fois qu’il saurait qu’elle fréquentait cette école, elle aurait du mal à s’échapper.

Tant qu’il se déplaçait dans la ville sans objectif particulier, il y avait toujours une chance que cela lui arrive.

Il y avait aussi une chance qu’il quitte la ville, mais elle ne pouvait pas compter là-dessus. Si elle voulait s’enfuir, elle devait le faire maintenant, avant d’être découverte.

Natsuki avait vérifié l’horloge de l’appartement.

C’était vendredi à 14 h, début décembre. Même si elle allait à l’école maintenant, elle n’arriverait pas à temps pour les cours.

Bien sûr, Natsuki n’avait pas l’intention d’aller à l’école. Elle allait s’enfuir.

Elle avait envisagé d’envoyer sa notification, mais il faudrait du temps pour qu’elle soit acceptée. D’ailleurs, tant qu’elle abandonnerait l’identité de Natsuki Takeuchi, ça marcherait probablement tout seul.

Bien sûr, dans ce cas, il n’y avait aucune raison pour qu’elle ait mis son uniforme. Le fait qu’elle l’avait enfilé sans réfléchir indique un certain degré d’attachement persistant.

Elle était en train de faire des plans pour savoir où aller après avoir quitté la ville quand soudain l’interphone avait sonné.

Elle n’avait pas prévu d’envoyer ses affaires par la poste, alors c’était peut-être quelqu’un qui vendait quelque chose. Elle aurait pu simplement ignorer qui que ce soit, mais elle avait décidé que la méthode la plus efficace serait de chasser la personne rapidement et de partir ensuite.

Natsuki avait ouvert la porte d’entrée.

« Hé, Natsuki ! Allons à l’école à pied ! » une fille en uniforme du lycée Seishin avait crié d’une voix insouciante.

C’était Yurika Maruyama, qui vivait dans l’appartement d’à côté.

Normalement, Natsuki l’aurait rencontrée à la porte d’entrée et elles marcheraient ensemble pour aller à l’école, Natsuki ne se serait jamais attendue à ce qu’elle vienne la voir, surtout à cette heure de la journée. Elle pensait qu’elle était allée à l’école il y a longtemps.

Yurika était l’amie de Natsuki… ou du moins, c’est ce que Yurika semblait penser, et Natsuki avait dû admettre qu’elle était probablement plus proche d’elle que quiconque à l’école.

« Pourquoi attends-tu jusqu’à maintenant pour partir ? » demanda Natsuki.

« J’ai dormi », avait admis Yurika.

« Pourquoi ne prends-tu pas le reste de la journée ? »

Natsuki ne voyait pas l’intérêt d’aller à l’école de son côté. Elles n’arriveraient probablement même pas à temps pour la dernière période si elles partaient maintenant.

« Ce serait impensable pour un héros vertueux comme moi, » déclara la jeune fille. « Je ne pourrai peut-être pas résister à l’appel de trop dormir, mais c’est différent de rester à la maison, n’est-ce pas ? »

Natsuki avait été surprise. Elle avait toujours vu Yurika comme une fille plutôt négligée, mais il semblait qu’elle était en fait très sérieuse.

Natsuki réfléchit un moment, puis prit son sac.

 

✽✽✽✽✽

Elles avaient quitté la gare et s’étaient dirigées vers l’école.

Natsuki avait d’abord eu l’intention de trouver un endroit pour abandonner Yurika, mais elle était restée avec elle à la place, venant de si loin. Elle aurait pu aussi se contenter de mendier à ce moment-là, mais elle avait subi une étrange hésitation à le faire.

Là où elles se trouvaient en ce moment, l’école n’était qu’à cinq minutes de marche. Yurika marchait avec le rythme tranquille de quelqu’un qui savait que se dépêcher ne servirait à rien, et Natsuki avait suivi ce rythme.

« Au fait, comment savais-tu que j’étais à la maison ? » demanda Natsuki.

« Hmm, j’ai senti qu’il y avait quelqu’un. »

Yurika avait toujours été une personne sans honte, semblant toujours ignorer les rejets continus de Natsuki de ses tentatives d’accrochage.

Une fois auparavant, Natsuki lui avait demandé pourquoi elle était si tenace.

« Les voisins devraient être amis, non ? » Yurika avait répondu.

Même si Natsuki l’ignorait complètement, Yurika marcherait quand même à côté d’elle, ce qui fait qu’elles arrivaient toujours à l’école ensemble. Au début, Natsuki avait pensé à la tuer, mais elle ne voulait tuer ses proches qu’en dernier recours. La marche ensemble s’était répétée jusqu’à ce qu’elle ait fini par cesser de s’inquiéter, et maintenant, elle l’aimait déjà presque autant.

Natsuki pensa, et dit, après une pause, « As-tu dit “héros” ? »

« Ça t’a pris du temps, hein ? » demanda Yurika. « Oui, je suis devenu un héros. Je vais tabasser tous les méchants. Les héros sont assez rares, hein ? Je me demande si des monstres ou un seigneur démoniaque pourraient bientôt arriver. »

Natsuki n’était pas sûre si elle était sérieuse ou si elle plaisantait, mais elle avait décidé de jouer le jeu. « Je vois. Mais je connais les héros. »

« Hein ? Vraiment ? Ne dis-tu pas ça comme ça ? » demanda Yurika.

« Les ennemis qu’ils vainquent reviennent en voulant être leurs alliés. »

« N’est-ce pas un dompteur de monstres ? » demanda Yurika.

Natsuki s’était sentie un peu mieux en voyant quelqu’un reconnaître sa référence. Avoir des conversations idiotes, rire de choses insignifiantes… peut-être que c’était ce que Natsuki voulait depuis tout ce temps.

Mais à partir d’aujourd’hui, c’était aussi fini.

Elle ne pouvait plus rester dans cette ville. Chaque seconde qu’elle retardait augmentait les chances qu’il la retrouve. Elle devait partir le plus vite possible.

Sa décision, cependant, était arrivée trop tard. Alors qu’elle se débattait avec sa propre réticence, le destin rattrapa Natsuki.

Un homme se tenait là, à quelques mètres devant elles.

Natsuki ne l’avait pas remarqué avant qu’il ne soit si près. Elle n’avait même pas pensé qu’il pourrait supprimer son aura. Il ne lui était jamais venu à l’esprit qu’un être d’une puissance aussi écrasante puisse avoir recours à quelque chose d’aussi sournois.

Son corps s’était replié, sa vision s’était rétrécie à cause de la peur… et puis, elle avait remarqué quelque chose d’étrange. L’homme la regardait avec surprise.

Natsuki avait peut-être raison de dire qu’il ne la cherchait pas. C’est pourquoi il avait été surpris.

Tandis qu’il s’approchait de Natsuki, il s’arrêta. C’était le seul point positif dans cette terrible situation.

Natsuki hésitait à laisser Yurika toute seule, mais elle avait jugé qu’il serait plus dangereux de rester avec elle.

Alors Natsuki avait commencé à courir de toutes ses forces.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire