Neechan wa Chuunibyou – Tome 6 – Chapitre 7 – Partie 1

***

Chapitre 7 : Après tout, on dirait que le fait de frapper va résoudre ça

Partie 1

Yuichi avait suivi la féline Yuri dans les profondeurs des tunnels souterrains.

Là, ils avaient trouvé une pièce fermée par une grille, avec trois personnes à l’intérieur. Il y avait Natsuki, ainsi que la « Tueuse en Série de Dieux » qu’il avait étalée sur le trottoir pendant les vacances de printemps, et l’homme « Dieu Maléfique » qu’il avait déjà rencontré.

Dès que Yuichi avait vu ce qui se passait à l’intérieur, il avait décidé qu’il devait détruire la grille.

« Takeuchi ! Pousse-toi de l’entrée ! » cria-t-il.

Il pouvait dire que Natsuki était dans un état de transe. Mais quand même, elle avait bougé.

Furukami ! En un instant, il avait libéré le pouvoir qui lui avait permis de dépasser les limites humaines. Il avança la paume de sa main et frappa la grille avec toute sa puissance. Incapable de résister à sa puissance, la grille s’était pliée et avait volé.

Yuichi s’était glissé à l’intérieur.

Il avait couru vers Natsuki et l’avait soulevée. Natsuki était vautrée dans les bras de Yuichi, ayant dépassé ses limites.

Yuichi était entré pour sauver Natsuki par instinct, mais il ne savait pas vraiment ce qui se passait.

Il avait alors regardé autour de lui.

Il se tenait debout dans un large espace en forme de dôme avec un autel au centre entouré de braseros. Les murs étaient recouverts de peintures murales avec ce qui ressemblait à des lettres gravées dedans. La Tueuse en Série de Dieux était effondrée sur le sol un peu plus loin. Son bras était cassé, sa poitrine semblait avoir été frappée. Elle semblait encore vivante, mais elle ne durerait peut-être pas longtemps sans traitement.

Et puis, il y avait « le Dieu maléfique ».

Il se tenait devant Yuichi, à plusieurs mètres de là, le regardant dans la confusion. Il avait vraiment l’air d’une personne parfaitement gentille. C’était difficile de croire que c’était un dieu maléfique.

« T’ai-je déjà rencontrés, non ? » demanda le dieu maléfique. « M’as-tu suivi jusqu’ici ? »

« Bien sûr que non, » riposta Yuichi. « Nous sommes juste venus ici pour sauver Takeuchi. »

« Vous vous connaissez ? C’est vrai, j’ai été surpris d’apprendre que Natsuki fréquentait une école normale… »

Yuichi regarda Natsuki. Elle pleurait comme une enfant, s’accrochait à Yuichi et tremblait.

« Qu’est-ce que tu lui as fait ? » grogna-t-il.

« Excuse-moi, mais te dois-je une explication ? » demanda l’homme avec nonchalance.

« Tu as dit que tu étais un dieu maléfique, non ? Ça fait-il partie de ta guerre ? » demanda-t-il.

« Eh bien, puisque tu es un participant, je te répondrai : Non, ça n’a rien à voir avec la guerre. Est-ce assez pour toi ? J’ai rencontré une petite fugueuse quand j’étais en ville, et je voulais la ramener. »

« Tu es de la famille ou quoi ? » demanda Yuichi. Si c’était le cas, ça n’arrangerait pas les choses, car cela rendrait la situation plus compliquée. Il y avait des problèmes que seule la famille pouvait comprendre.

« Tu pourrais le voir comme ça. D’ailleurs, la fille qui est tombée là-bas est apparentée de la même façon, donc tu n’as pas à t’inquiéter pour elle, » déclara le dieu.

« Bien sûr que non ! » cria Yuichi. « Elle est peut-être mauvaise, mais si elle est mourante, je l’emmène à l’hôpital ! »

Yuichi trouvait gênant les agissements de l’homme. C’était comme s’il voyait à travers tout le monde et qu’il regardait tout de haut.

« Je doute que ce soit suffisant pour la tuer personnellement, » dit l’homme calmement. « Je me suis retenu, après tout. Cela mis à part, qu’est-ce que tu veux ? Pour autant que je sache, tu as débarqué sur mon territoire et tu as commencé à te plaindre de moi sans raison. »

« Je prends Takeuchi et cette femme et je rentre chez moi. Tu peux rester ici et faire ce que tu veux, » déclara Yuichi.

« Non, je ne peux pas laisser faire ça, » déclara l’homme avec sang-froid. « J’ai besoin de Natsuki. Bien que cette femme là-bas… Aki Takizawa, je crois ? Tu peux l’emmener. »

« Je ne t’ai pas demandé ton avis, » grogna Yuichi. « Je vais le faire, même si je dois le faire par la force. »

« Hmm, c’est vraiment un problème. Je préfère ne pas te tuer ici, mais si tu persistes, tu ne me laisseras pas le choix. »

« Est-ce une menace ? »

« Je suppose que c’est plutôt une prédiction, non ? Je suis moi-même indifférent à cette question. » On aurait dit qu’il y avait de la place pour la discussion, mais les manières du dieu maléfique étaient différentes de ce qu’il avait été dans l’allée, il semblait prêt à se battre s’il en était ainsi.

Il était fort, Yuichi le sentait dans sa peau. Certaines personnes pourraient inconsciemment lire cela comme de la malice, mais pour Yuichi, ce n’était rien d’aussi vague.

Le ton de l’homme, son expression, son attitude, sa posture, son regard, sa respiration, son pouls… il les évaluait tous, calmement, et le jugement qui en résultait était que cet homme était prêt à le tuer.

Il n’était pas sur le point de déclarer la défaite avant même d’avoir combattu, mais il savait qu’il ne pouvait pas rivaliser pendant qu’il protégeait Mutsuko et les autres filles.

Que dois-je faire ? se demanda Yuichi.

S’il avait été seul, tout irait bien. Soit il se battait, soit il s’enfuyait. Mais dans sa situation actuelle, ce ne serait pas possible.

S’il se battait, les autres autour de lui pourraient être pris pour cible. Il ne sera peut-être pas non plus possible de tous les prendre et de fuir.

« Je suppose qu’il n’y a aucun moyen d’en parler, hein ? » demanda Yuichi, tout en sachant que c’était probablement une tentative futile depuis le début.

Il savait que ce n’était qu’une image dans son esprit, mais bien que cet homme ait été étiqueté « Dieu maléfique », il semblait étrangement raisonnable. Ils pourraient être capables de négocier quelque chose.

« J’en doute, » l’homme haussa les épaules. « Je n’ai pas l’intention de laisser Natsuki partir pour l’instant, alors que tu veux emmener Natsuki loin de moi. Je ne vois pas de place pour des compromis, et toi ? »

Cela avait rendu tout cela impossible, mais il était au moins ouvert à cette tentative. Peut-être que parler pourrait l’atteindre après tout.

« Hé, tu as dit “pour l’instant”. Ça veut dire que tu la laisseras partir plus tard ? » Mutsuko l’avait interrompu.

« Je t’en ai déjà dit beaucoup, donc cela ne sert à rien de s’arrêter là maintenant… C’est vrai. Je vais faire un petit rituel, et quand ce sera fait, je serai heureux de la libérer. Mais une fois que je l’aurai fait, je ne suis pas sûr qu’elle reviendra vers toi, » déclara le dieu maléfique.

« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » riposta Yuichi. Il y avait quelque chose dans la façon dont il l’avait dit qui n’avait pas l’air d’être honnête.

« Je me demande si tu sais que l’archétype du tueur en série attaché à Natsuki en ce moment est Jack l’Éventreur. Il semble qu’il soit devenu assez faible récemment, alors j’ai pensé l’échanger contre un autre. C’est un moyen de renforcer son instinct de tueur. Si je fais ça, bien sûr, il y a une chance que sa personnalité actuelle n’y survive pas. »

Yuichi fit une pause. « Est-ce toi qui as fait de Takeuchi un tueur en série ? » Il sentit une vague de rage monter en lui. Si l’envie de tuer de Natsuki lui avait été donnée par le dieu maléfique, cela signifiait qu’elle était forcée de tuer contre son gré. Yuichi ne pouvait pas laisser passer ça.

« Hmm ? Je pense que tu as peut-être un malentendu… elle a toujours voulu tuer des gens. Je ne l’ai pas forcée. C’est facile de parler de tuer des gens, tu vois, mais c’est plus difficile que tu ne le penses de le faire. Les gens ne sont pas faits pour tuer les autres. Il y a un obstacle psychologique important qu’ils doivent franchir. Les personnes que je choisis comme serviteurs doivent donc avoir le potentiel de base pour surmonter cet obstacle. »

« Qu’est-ce que tu essaies d’accomplir ? » cria Yuichi.

« Le meurtre, bien sûr. »

Yuichi avait été frappé par sa réponse totalement directe.

« Eh bien, je suis un dieu de la mort, » dit l’homme. « Pas les accidents et les suicides, bien sûr… Je suis un dieu du meurtre. Toutes sortes de meurtres, des meurtres intimes aux guerres généralisées. Les fléaux et les virus font également partie de mon domaine. »

« Un dieu de la mort ? Comme Hadès ou Thanatos ? » demanda Mutsuko gaiement malgré la tension qui pendait au-dessus de la pièce.

« Hmm, je ne suis pas directement lié à des mythes comme ça. En vérité, je m’appelle Nergal. »

« Du mythe babylonien ! Mais n’as-tu pas aussi une version de dieu du Soleil ? » demanda Mutsuko.

« Écoutez, je reçois beaucoup de fous de mythologie qui viennent me voir avec ces questions, alors laissez-moi vous dire à l’avance que les mythes n’ont rien à voir avec quoi que ce soit. »

« Si tu es un dieu de la mort, qu’essaies-tu de faire ? Créer des tueurs en série et les envoyer pour tuer des gens ? » demanda Mutsuko.

« Ma finalité est l’extinction de l’humanité, » déclara l’homme. « Mais c’est difficile à réaliser d’un seul coup, alors je suis généralement obligé de recourir à des mesures plus mesquines. Je préférerais de loin une énorme pandémie — cela ou une guerre nucléaire — mais c’est trop pour moi seul. Je suis limité dans ma portée jusqu’à ce que mon corps principal se réveille. »

« Alors, pourquoi ne pas tuer des gens toi-même, sans rôder dans l’ombre avec des tueurs en série ? » demanda Yuichi.

« Je ne peux pas me permettre de me démarquer. Si je le fais, cela déclenchera l’apparition de puissants alliés du bien. La façon la plus efficace de faire les choses, c’est donc de les réduire petit à petit en copeaux. De petites actions, tu comprends ? »

L’extinction de l’humanité. Les pandémies. Guerre nucléaire. Les mots qu’il lançait semblaient tellement hors de portée de la réalité que l’esprit de Yuichi pouvait à peine s’y retrouver.

« Oui, » dit l’homme. « Au fait, tu n’as pas de réceptacles divins à l’intérieur de toi, mais comme tu participes à la guerre, je suppose que je peux te dire ceci… Si tu les rassembles tous, tu auras un vœu exaucé, mais je vais détruire toute l’humanité. »

« Hein ? » demanda Yuichi, effrayé.

« Tu t’attendais à quoi ? Vous ressusciterez un dieu maléfique qui aspire au massacre de toute l’humanité. Dès que je me réveillerai, je passerai à l’action. »

« Ça n’a aucun sens ! Tu donnes l’impression d’être le dieu lui-même ! »

« Je suis son incarnation. Dans l’hindouisme, on m’appelle un avatar. Mon corps réel a été divisé en plusieurs parties et scellés, et je vais ici et là en agissant sur mes plans à sa place. La guerre est l’un de ces stratagèmes. »

« Au fait, saviez-vous que le terme “avatar” pour décrire votre personnage dans un jeu vidéo fait référence à la même chose ? » s’exclama Mutsuko.

« Tout le monde s’en fout ! » cria Yuichi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire