Neechan wa Chuunibyou – Tome 6 – Chapitre 1 – Partie 1

***

Chapitre 1 : La brusque bataille finale du boss

Partie 1

« Un intérêt romantique qui ne sait pas se battre devient invisible ! C’est la loi ! » déclara Mutsuko.

Yuichi Sakaki fixait sans retenue sa sœur aînée, toujours aussi tendue.

Comme d’habitude, le sujet de la journée n’avait rien à voir avec la survie.

C’était après l’école un vendredi. Les membres du club de survie, ainsi que leur conseillère, s’étaient réunis dans la salle de réunion de leur club dans l’ancien bâtiment de l’école. Yuichi était assis à la longue table, le menton dans les mains, indiquant clairement qu’il aurait aimé être ailleurs.

La phrase « L’avenir de l’Intérêt Romantique ! » avait été écrite sur le tableau blanc. La fille hyperactive qui se tenait devant lui était Mutsuko Sakaki, la présidente du club de survie et la sœur aînée de Yuichi.

C’était une fille mince aux longs cheveux noirs et décorés d’accessoires qui ressemblaient à des couteaux. Elle était considérée comme l’une des plus belles filles de l’école, mais sa personnalité excentrique avait tendance à éloigner les garçons.

L’étiquette « Grande Soeur » était suspendue au-dessus de sa tête, visible uniquement aux yeux de Yuichi. C’est grâce à une capacité connue sous le nom de « Lecteur d’âme », qui montrait le rôle d’une personne dans le monde.

« Mutsuko… ça fait vraiment mal ! »

Celle qui avait parlé était une petite fille assise à côté de Yuichi : Aiko Noro, dont le label était « Interêt Romantique ».

Elle était à l’origine « Vampire » et était brièvement devenue « Princesse Vampire », mais « Interêt Romantique » semblait être son réglage par défaut actuel.

« Après ce commentaire sur le fait d’avoir un niveau de puissance d’intérêt romantique de cinq, et aussi…, » murmura Aiko un instant plus tard.

Yuichi l’avait entendue, il semblerait qu’elle avait pris personnellement le commentaire de Chiharu Dannoura pendant l’incident des esprits.

« Sakaki ! Pourquoi ne puis-je pas échapper au sentiment que tu parles aussi de moi ? » demanda Kanako.

Kanako Orihara était la vice-présidente du club et elle était assise en face de Yuichi. Elle avait une aura douce autour d’elle. Son propre label était auparavant « Fanatique de l’Isekai », puis « Écrivaine d’Isekai », mais il était actuellement « Intérêt Romantique III ». Elle était une auteure d’un Light Novel publié, et en conséquence, elle était actuellement assez bien connue dans l’école.

La dernière membre du club aurait dû être « Intérêt Romantique II », Natsuki Takeuchi, mais elle semblait absente aujourd’hui.

Bien sûr, même si elle s’était présentée en classe, elle ne serait probablement pas venue au club par la suite. Pour une raison quelconque, récemment, Natsuki semblait rentrer chez elle à la fin des cours.

Le label de Natsuki était à l’origine « Tueuse en Série », donc l’idée lui était venue qu’elle pourrait partir pour ne rien faire de bon, mais il n’avait aucun moyen de lui en parler, donc il n’était pas sûr.

« Je n’ai pas de pouvoirs, mais je sais me battre. » La femme qui s’était exprimée de loin était une enseignante à lunettes : leur conseillère du club, Makina Shikitani.

Elle avait été leur ennemie, mais pour une raison ou une autre, elle avait verrouillé ses propres capacités et participait maintenant à leur club. C’était un être connu sous le nom d’Externe, une créature qui existait en dehors du destin — bien que Yuichi ne connaissait pas encore toute la portée des implications de cela.

« Crois-tu que tu t’intéresses à l’amour ? » demanda Yuichi avec dégoût.

« Hmm ? Bien sûr que si. Si je pouvais avoir une étiquette au-dessus de ma tête, il y aurait sûrement “Interêt Romantique”, » dit-elle.

Elle n’avait pas d’étiquette parce qu’elle était une Externe, les étiquettes révélaient le rôle d’une personne dans le monde, et les Externes n’avaient aucun rôle.

Au moins, ça me permet d’identifier facilement mes ennemis… Yuichi avait décidé qu’il n’avait aucun scrupule à passer dans pertes et profits tout ce qu’il rencontrait comme ennemi.

« Quand tu dis qu’elles deviennent invisibles, veux-tu dire qu’elles ne sont pas populaires ? » demanda Yuichi.

Mutsuko parlait souvent comme si tout le monde savait ce que signifiaient son argot et ses abréviations, alors Yuichi avait pris l’habitude de confirmer immédiatement chaque fois qu’il avait le moindre doute.

« Ce n’est pas une question de popularité ! » déclara Mutsuko. « C’est plus que tu ne réalises même pas qu’elles existent ! »

« Mais quel est le rapport avec leur incapacité à se battre ? » demanda Aiko. « Je pense que les intérêts romantiques ne se battent pas d’habitude, n’est-ce pas ? »

« Oh, j’ai oublié de le mentionner ! Je ne parle que d’histoires de combat, » dit Mutsuko. « Bien sûr que tu n’as pas besoin de te battre dans des comédies d’amour et tout ça ! Tu peux t’affirmer assez bien en flirtant tout simplement ! Mais dans une histoire de combat, il est facile de devenir invisible si tu n’as aucune aptitude au combat. Si tu es dans un manga de combat et que tu ne peux pas te battre, tu n’auras jamais de temps d’écran ! Si tu ne peux pas être un passionné d’amour qui soutient le protagoniste dans la bataille, tu seras oublié, petit à petit ! »

« Temps d’écran, hein ? » murmura Aiko.

« Temps d’écran…, » chuchota Kanako à elle-même en réfléchissant.

« Comme l’assistante d’équipe dans un manga sportif, comprenez-vous ? » demanda Mutsuko. « Les mangas de sport sont généralement à propos de l’amitié entre les hommes, donc l’intérêt pour l’amour finit par devenir superflue ! »

Maintenant qu’elle en parlait, cela rappelait à Yuichi un manga sportif extrêmement populaire. Il y avait eu une assistante au début, mais à un moment donné, les gens avaient cessé de s’intéresser à elle, et elle avait plus ou moins disparu en conséquence.

« Est-ce que cela signifie… devrais-je apprendre à me battre ? » demanda Aiko, comme si elle se décidait pour quelque chose.

« Hey, hey, hey. Que comptes-tu combattre, et comment ? » demanda Yuichi.

« Eh bien… euh, tu sais, comme mon frère l’a fait, » dit Aiko. Elle essayait de rester vague devant Kanako, mais elle faisait référence à ses pouvoirs vampiriques, qui pourraient bien faire d’elle une combattante assez puissante.

« Je… Je pense que je peux utiliser la magie ! » insista Kanako, ajoutant à l’étrangeté des propos tenus.

Kanako avait en fait utilisé la magie dans le passé, mais ses souvenirs de cet incident semblaient s’estomper depuis lors. Elle avait toujours été le genre de fille à fuir les phénomènes irréalistes qu’elle rencontrait, alors quand quelque chose lui arrivait qu’elle ne comprenait pas, elle réécrivait probablement les événements dans son esprit après coup.

« Eh bien, mis à part les trucs de temps d’écran, les sentiments d’intimité entre un homme et une femme peuvent vraiment être affectés par le temps passé ensemble ! » déclara Mutsuko. « Plus vous êtes proches et plus vous passez de temps ensemble, plus vous devenez intimes ! C’est ce qu’on appelle l’effet de la simple exposition, aussi connu sous le nom de loi de Zajonc, puisqu’il a été proposé pour la première fois dans un essai du psychologue américain Robert Zajonc ! Il affirme que le cerveau humain développe un penchant pour ce qui est familier ! »

« Cela n’est-il pas normal ? » demanda Yuichi.

« Oui, c’est tout à fait normal, » dit sa grande sœur. « Mais la plupart des gens n’y pensent pas activement, n’est-ce pas ? Que vous soyez conscient ou non de quelque chose fait une énorme différence ! Donc si vous voulez qu’un membre du sexe opposé vous aime, il est important de rester près d’eux aussi longtemps que possible ! Vous avez aussi besoin d’un contact direct ! »

« Je ne sais pas à quel point j’ai confiance en ce que tu as à dire sur l’amour, ma sœur…, » murmura-t-il. À sa connaissance, elle n’avait jamais eu de relations amoureuses, et elle n’avait non plus aucune perspective à cet égard.

« Mais s’ils ne t’aiment pas depuis le début, cela n’aura-t-il pas l’effet contraire ? » demanda Aiko en levant la main.

« Eh bien, ils s’habituent à toi, » dit Mutsuko. « Même s’ils pensent : “Je ne supporte pas cette abrutie !” Si vous passez assez de temps ensemble, vous pourriez éventuellement développer un attachement ! »

« Ça marche-t-il vraiment comme ça ? » demanda Yuichi avec méfiance.

« L’esprit humain est vraiment simple, » dit Mutsuko avec confiance. « Il pense, “Je suis avec elle tout le temps. Si je ne les aimais pas, je ne la laisserais pas s’approcher.” Il se trompe en pensant qu’il doit l’aimer. C’est semblable à l’effet d’un pont suspendu : il est facile d’obtenir que quelqu’un accepte une proposition si vous le faites debout sur un pont suspendu. C’est parce que l’esprit confond l’excitation d’être dans un endroit élevé avec l’excitation de l’amour. »

« Est-ce que ça veut dire que tes sentiments pour quelqu’un pourraient être un malentendu ? » demanda Yuichi.

« Dans un sens extrême, oui. Ce n’est qu’une illusion. Les sentiments romantiques ne sont que l’effet secondaire nécessaire de l’acquisition par l’homme de fonctions cérébrales supérieures. En tant qu’animaux, les humains pourraient vraiment choisir n’importe qui avec qui s’accoupler afin de procréer, bien que la diversité génétique soit la meilleure chose à faire. Mais les humains sont devenus intelligents, nous ne pouvons donc pas nous résoudre à accepter n’importe qui. Nous avons dû commencer à trouver des raisons de les accepter, alors nous avons trouvé l’amour… du moins, c’est ce que j’en pense, mais je reconnais qu’il y a des contre-arguments à cela, » déclara-t-elle.

Aiko semblait sceptique, mais l’explication de Mutsuko ne semblait pas encore terminée.

« Il existe en fait des techniques romantiques basées sur cette tendance humaine, » déclara Mutsuko. « Voulez-vous les entendre ? »

« Je n’adhère pas à ta théorie, mais je mentirais si je disais que je n’étais pas curieuse, » dit Aiko intensément.

Kanako feignait aussi un manque de curiosité en se penchant un peu en avant.

« Eh bien, l’un d’eux est de les amener à te donner des cadeaux et à t’aider à t’en sortir, » déclara Mutsuko.

« La stratégie actuelle ? » Aiko inclina la tête dans la confusion à la mention de cette stratégie, qui ne semblait pas du tout nouvelle.

« Non, non, non ! » déclara Mutsuko. « Tu ne donnes pas de cadeaux, tu les reçois. Tu ne les aides pas, tu leur demandes de t’aider. C’est comme ça que ça marche. Leur esprit commencera à penser : “Pourquoi est-ce que je l’aide ? Je ne l’aiderais pas si je la détestais, alors je dois l’aimer.” Inconsciemment, bien sûr. »

« Bien sûr, je parie que ça ne marcherait pas s’il te détestait vraiment, » dit Yuichi. « Cela ne concerne sûrement que quelqu’un qui t’aime au moins un petit peu. »

Aiko semblait maintenant accepter l’argument, faisant comme si le voile était tombée de ses yeux.

Les trois filles s’étaient alors épanouies pour parler d’amour, demandant à Mutsuko quelles autres techniques il y avait. Yuichi, ayant l’impression d’être laissé pour compte, se retourna pour regarder par la fenêtre.

Il entendit un faible bruit.

C’était le genre de son que vous ne remarqueriez pas normalement, et que vous pourriez ignorer. Mais Yuichi avait senti que quelque chose semblait étrange. L’instinct lui avait dit qu’il ne pouvait pas faire disparaître ça.

« Noro ! » Combien de fois cela s’est-il déjà produit ? Yuichi attrapa Aiko, qui était assise à côté de lui, et la prit dans ses bras.

Une seconde plus tard, la fenêtre s’était brisée.

Au milieu des éclats de verre dispersés, Yuichi aperçut le fond d’une chaussure. Quelqu’un était entré par la fenêtre.

Après avoir déterminé que les éclats de verre ne toucheraient personne d’autre dans le club, Yuichi avait sauté en arrière.

Il pleuvait des éclats de verre sur le bureau alors qu’une personne atterrissait également sur le bureau.

Yuichi leva les yeux vers cette personne, tenant toujours Aiko dans ses bras. C’était une fille qui portait l’étiquette « Héritière » au-dessus de sa tête.

Yuichi n’avait pas pu identifier la personne tout de suite. Il connaissait quelques personnes avec le label « Héritière », mais cette fille n’était ni l’une ni l’autre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire