Neechan wa Chuunibyou – Tome 5 – Chapitre 7 – Partie 4

***

Chapitre 7 : Deuxième semaine de novembre : Esprit

Partie 4

Elle était un peu plus grande qu’Aiko, mais plus large dans toutes les directions. Pour parler franchement, elle était grosse.

« Ce n’était pas une lettre d’amour. C’était une lettre de bataille. Au fait, c’est Dannoura, » Yuichi parlait normalement plus respectueusement des femmes qu’il connaissait à peine, et n’était plus décontracté que lorsqu’il apprenait à mieux les connaître. Dans ce cas, cependant, son manque de déférence n’était pas un indicateur de proximité.

Chiharu avait alors ri. « Dans quel but m’appelles-tu ici ? Veux-tu te rendre à moi ? Si oui, je m’en réjouis ! » La grosse fille avait fait un geste audacieux.

« Oh, t’es-tu mis d’accord sur un modèle de discours ? » demanda Yuichi.

« Oui. Même moi, j’ai réalisé que j’avais l’air un peu bizarre. J’ai travaillé dur pour choisir celui-ci ! »

« Tu ne devrais pas avoir besoin de travailler dur juste pour ça… Ah, eh bien. Je t’ai appelée ici parce que j’ai un service à te demander. »

Yuichi avait obtenu les coordonnées de Chiharu de Mutsuko. Apparemment, elles se connaissaient, elle et Mutsuko avaient travaillé ensemble pour développer des armes bizarres.

« Oh ? Une demande pour moi ? Mais après tout, je te suis redevable, » déclara-t-elle. « Ça ne me dérange pas de t’écouter… mais si je peux me permettre, qui est cette fille ? »

Chiharu avait pointé Aiko du doigt.

« C’est Noro, » dit-il. « Elle est de ma classe. »

Alors qu’il présentait Aiko, Chiharu avait commencé à l’inspecter de haut en bas. « Ah ha… en apparence, elle n’est peut-être ni au-dessus ni en dessous de mon niveau… »

« Non, Noro est bien plus mignonne, » dit Yuichi, étonnamment à l’aise avec l’insulte.

« M-Mignonne…, » Aiko bégayait.

« Ah, eh bien, » dit Chiharu. « Ma nature est celle de la magnanimité. Bien que tu fasses partie de mon harem, je te laisserai avoir un harem ! »

« C’est un club, en fait, » déclara Yuichi.

Aiko semblait se remettre suffisamment de son choc pour se rapprocher de Yuichi et lui parler en silence. « Alors… qui est cette personne ? Pourquoi l’as-tu amenée ici ? »

« Quant à qui elle est, c’est un peu difficile à expliquer… mais comme tu peux le voir, elle a une personnalité plutôt malheureuse, alors ne t’en fais pas trop, » dit Yuichi. « La raison pour laquelle je l’ai appelée ici, c’est à cause de ses yeux. Elle a aussi des yeux qui voient des choses bizarres. »

« Des trucs bizarres ? Quelle impolitesse ! Mes yeux sont les Yeux de l’Apocalypse ! » s’exclama Chiharu.

Chiharu s’était apparemment approchée d’eux à un moment donné et s’était jointe au groupe d’Aiko et de Yuichi.

« Hé ! Aiko et moi avons une conversation privée ici ! » cria Yuichi.

« Si vous ne voulez pas que j’entende, ne parlez pas devant moi ! » déclara Chiharu. « Quoi qu’il en soit, je vais vous montrer mon pouvoir ! Toi, là-bas ! Noro, c’est ça ? Et si je te faisais une évaluation ? »

« Quoi ? » Aiko avait reculé, effrayée.

« Hum… un taux d’intérêt amoureux de seulement 5 ? Déchet…, » dit Chiharu avec dédain.

« Hé ! » Aiko regarda Yuichi, la mâchoire tombant. C’était le visage de quelqu’un qui voulait parler, mais qui ne trouvait pas les mots.

« Elle dit qu’elle peut voir les chiffres, » dit Yuichi. « Bien que nous ne sachions pas vraiment ce que les chiffres signifient. » Yuichi se souvenait qu’elle disait que c’était quelque chose comme un pouvoir de combat. « Celle que je veux que tu regardes n’est pas Noro, c’est elle. Tu vois ? » Yuichi désigna Nami.

« Hmm ? Hmm ? Je ne vois que des nombres flottants dans l’espace. Moins 30… mais je n’ai jamais vu de valeur négative. Qu’est-ce que cela signifie ? »

« Apparemment, c’est un esprit. »

« Eek ! » Chiharu avait poussé un cri d’effroi et s’était envolée vers Yuichi.

Yuichi avait esquivé.

Chiharu avait frappé le sol avec un bruit sourd.

« Pourquoi as-tu esquivé ? Une belle fille t’a sauté dessus par peur d’un fantôme ! Ton travail est de l’attraper doucement ! » Chiharu se plaignait alors qu’elle relevait avec une expression aigre.

« Cela ressemblait plus à une presse à corps pour moi, » dit-il. S’il avait été touché par ça, il aurait été gravement blessé. Une telle masse ne pouvait être sous-estimée.

« Euh…, » dit Aiko, hésitante. Elle n’aurait probablement jamais vu une lycéenne sauter comme ça.

« Quoi qu’il en soit, nous savons qu’elle peut aussi voir les esprits, maintenant, alors elle pourrait être utile, » dit Yuichi. La raison pour laquelle Yuichi avait appelé Chiharu était pour évaluer le niveau de menace des esprits. Il était facile pour lui d’évaluer la force d’un humain, mais avec un esprit, c’était d’autant plus difficile.

« Mais le fait de connaître ces chiffres t’aidera-t-il vraiment à résoudre ça ? » demanda Aiko.

« Hmm, c’est un bon point…, » Yuichi avait pensé qu’il pourrait être utile d’avoir quelqu’un d’autre que lui qui puisse voir les esprits, mais il n’y avait pas pensé plus loin que ça. « Alors, c’est tout ce que tu peux voir chez l’esprit ? »

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Dis-tu que tu peux le voir ? »

« Oui, faiblement. »

« Hmm, » dit Chiharu. « Ce n’est pas logique que tu le voies, mais je ne peux pas. Je vais faire un peu plus d’efforts ! »

Chiharu ouvrit grand les yeux. Yuichi avait trouvé ça un peu effrayant.

« Oh-ho… Je peux la voir maintenant, » continua Chiharu. « En apparence, elle n’est ni au-dessus ni au-dessous de mon niveau… »

« Tu n’arrêtes pas de dire ça, mais ton niveau est plutôt bas ! » s’écria Yuichi.

« Hé, je me demande si je peux la voir, » dit Aiko, se sentant apparemment exclue.

« Je ne sais pas… essaye de te concentrer, » Yuichi dit vaguement, incertain de la façon de lui répondre.

« D’accord. Je vais essayer. » Aiko, semblant prendre ses paroles au sérieux, commença à se concentrer. Elle plissa ses sourcils, rétrécit les yeux et regarda l’endroit où se trouvait l’esprit. « Oh, je crois que je vois quelque chose… »

« Sérieusement !? » Yuichi regarda Aiko, en partie incrédule, puis sursauta soudain. « Noro ! Tes yeux ! Tes yeux sont devenus rouges ! »

« Hein ? » cria-t-elle. « Impossible ! Qu’est-ce qui se passe ? »

Ses yeux étaient devenus rouges quand elle utilisait ses pouvoirs vampiriques. Ils l’avaient fait une fois lorsqu’elle avait été blessée, mais les voir rougir sur quelque chose comme ça était totalement inattendu. Il était paniqué à l’idée de ne pas savoir quoi faire.

Il regarda rapidement Chiharu, mais heureusement, elle était entièrement concentrée sur l’inspection de Nami, et n’avait pas encore remarqué le changement d’Aiko.

Yuichi avait sorti une paire de lunettes de son sac. (Naturellement, Mutsuko les y avait mis sur un coup de tête.) « Tiens ! Mets ça ! »

« D’accord ! » Apparemment aussi un peu paniquée, Aiko avait fait ce qu’on lui avait dit de faire, plaçant les lunettes massives sur ses yeux. Les lunettes de vision nocturne couvraient presque toute la moitié supérieure de son visage.

« Ah ! Qu’est-ce que c’est ? Comme c’est impressionnant ! Est-ce pour ça que son pouvoir d’intérêt amoureux est passé à 3 000 ? » demanda Chiharu en se retournant vers eux, s’étant apparemment ennuyée d’inspecter Nami.

Ce n’était pas loin.

« Pourquoi les lunettes augmenteraient-elles sa puissance d’intérêt amoureux ? » demanda Yuichi. Ça devait être ses pouvoirs vampiriques qui augmentaient son niveau de puissance. Chiharu avait dit que le niveau de Yuichi était de 18 000, ce qui signifie que celui d’Aiko était un sixième du sien. Cela pouvait sembler une vantardise, mais Yuichi pensait qu’Aiko devait être très forte dans sa forme actuelle.

« Maintenant, on peut tous les voir. Que faisons-nous n — . »

« Hé ! Pourquoi es-tu toujours sur le toit ? Tu aimes tant que ça le toit, Yu ? Tu devrais épouser le toit ! »

Yuichi se retourna pour faire face à l’interruption soudaine.

Mutsuko se tenait à l’entrée du toit. Pour une raison quelconque, elle portait la tenue d’une miko, avec un kimono « kosode » blanc et un hakama rouge, et elle tenait un grand sac dans une main. « Je t’ai dit de me dire si les choses devenaient plus bizarres, et si tu rôdes par ici, c’est que c’est le cas ! Alors que s’est-il passé ? Qu’est-ce qui est bizarre ? »

« La seule bizarrerie ici, c’est toi en tant que miko, sœurette… »

« Qu’est-ce que c’était que ça !? » demanda-t-elle.

« Ah, rien. Désolé. Je ne savais pas quoi faire ensuite, alors c’est le bon moment. S’il te plaît, aide-nous, sœurette. »

« D’accord ! » Mutsuko sourit vivement. Cette seule petite demande semblait avoir suffi à lui redonner bonne humeur.

« Ah ! C’est toi, Sage Mutsuko ! » dit Chiharu avec un air de surprise exagéré.

Yuichi savait qu’elles se connaissaient, mais pas que leur relation était telle qu’elle l’appellerait « Sage ».

« Dannoura, tu es là aussi ? » demanda Mutsuko. « C’est génial ! Qu’est-ce qui se passe ici ? »

Yuichi se mit à résumer à Mutsuko exactement ce qui s’était passé.

« Je crois que j’ai compris ! La fille Misaki Gokumon contrôle les esprits pour que son amie puisse prétendre avoir un sixième sens ! » cria Mutsuko.

« Gokumon n’avait pas l’air d’en être consciente elle-même, » dit Yuichi. Cela s’était peut-être déjà produit auparavant. Le résultat était que Reiko était devenue plus arrogante, et qu’elle avait attiré encore plus d’adeptes.

« Il y a trois façons de résoudre ce problème ! » déclara Mutsuko.

 

 

« Si tu nous donnes des choix, cela signifie que la plupart d’entre eux vont être mauvais… mais je suppose qu’on va les écouter, » déclara Yuichi, sans trop espérer.

« Un : Vaincre Misaki Gokumon, le médium ! »

« Tu veux dire la tabasser, c’est ça ? Je ne vais pas battre une fille ordinaire de mon âge ! » cria Yuichi. Il ne pouvait pas frapper quelqu’un juste parce qu’elle contrôlait les esprits.

« Deux : Apaisez Misaki Gokumon en sortant avec Reiko Takasugi ! »

« Si j’avais voulu faire ça, je l’aurais déjà fait, » dit Yuichi en ricanant.

« Trois : organiser un exorcisme à l’école ! Si les esprits qu’elle a réduits en esclavage disparaissent, elle ne pourra rien te faire ! »

« Je suppose qu’on va devoir prendre la dernière… et à en juger par ta tenue, tu le savais, non ? » Yuichi fixa Mutsuko du regard. Pourquoi ne l’avait-elle pas dit dès le début ?

« Ce n’est pas vrai ! C’est juste une coïncidence que je portais cette…, » dit Mutsuko alors même qu’elle commençait à fouiller dans son sac pour en sortir des choses.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Yuichi.

C’était un pot. Il y avait aussi un brûleur à gaz, un panier fumant en bambou et une bouteille d’eau, ainsi que des sacs de riz et de sel. Allait-elle cuisiner ? Yuichi était soudain devenu nerveux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire