Neechan wa Chuunibyou – Tome 2 – Chapitre 7

***

Chapitre 7 : La domination du monde commence au Lycée Seishin !

***

Chapitre 7 : La domination du monde commence au Lycée Seishin !

Partie 1

Le lendemain, c’était samedi. Yuichi avait récupéré Aiko le matin et s’était dirigé vers l’école. Si les vampires avaient vraiment infiltré l’école, ils devaient enquêter.

Alors qu’ils approchaient de la porte, ils avaient vu une certaine agitation.

La porte était fermée. Hanako Nodayama se tenait devant lui, face à un groupe d’étudiants. Elle portait l’étiquette « Vampire ? » au-dessus de sa tête.

« Est-ce qu’on se moque de moi ? » murmura Yuichi. Jusqu’à présent, Yuichi n’avait pas vraiment cru les paroles du chasseur de monstres. Il était convaincu qu’ils ne pouvaient pas s’en prendre à l’école.

« Mademoiselle Nodayama est… !? » Aiko avait dit cela en état de choc après que Yuichi lui ait expliqué la situation.

« Hé, Mademoiselle Nodayama. Personne ne m’en a parlé…, » Shota était l’un des étudiants qui se disputaient avec Hanako.

« L’école est fermée. Compris ? » répondit-elle. « Je veux dire, évidemment… » Elle avait son air habituel, mais semblait encore plus apathique que d’habitude.

Yuichi avait marché jusqu’à Shota. « Saeki, que se passe-t-il ? »

« Hé, c’est toi, Sakaki ? Es-tu aussi là pour le club ? » Shota avait demandé à Yuichi quand il l’avait vu.

Yuichi avait donné une réponse sans engagement.

« Notre bonne amie Hanako ne nous laisse pas entrer dans l’école, » répondit Shota. « Je ne comprends pas la situation. »

Shota devait être venu à l’école pour les activités du club. Il portait un sac de sport.

Yuichi regarda Hanako. Il y avait les traces d’une cicatrice sur son cou et ses yeux semblaient vides.

« Quelque chose est-il arrivé ici ? » demanda Aiko à Hanako.

« Écoutez donc, pensez-vous vraiment que je sais ? Tout ce qu’on m’a dit, c’est de vous dire que c’est fermé. Je ne fais que mon travail, alors mettez-vous ça dans la tête et partez » même si elle était sous le contrôle d’un vampire, Hanako était toujours Hanako.

Shota n’avait pas l’air convaincu, mais il avait dû se rendre compte qu’il n’entrait pas. Il était donc parti, la tête inclinée, et les autres étudiants avaient suivi son exemple. Yuichi et Aiko étaient restés à la porte avec Hanako.

Il avait regardé dans la cour de l’école.

Hanako avait prétendu que l’école était fermée, mais il y avait des vampires qui erraient sur la pelouse. Ils semblaient tous se déplacer lentement ; peut-être que la lumière du soleil les avait vraiment affaiblis.

Ce serait assez simple pour entrer à l’intérieur du bâtiment, mais il ne semblait pas que cela seul résoudrait le problème.

« Parfait choix du moment, Sakaki. On m’a dit de prendre contact avec vous, » déclara Hanako abruptement. « Voyons voir, qu’est-ce que c’était déjà ? “Passe ce soir pour que je puisse te tuer”, enfin, je crois, » Hanako regarda le ciel en essayant de se souvenir.

« Ce n’est pas le genre de choses qu’un professeur devrait dire à un élève…, » répliqua Aiko avec hésitation à Hanako.

« Écoutez, je fais juste mon travail, » Hanako avait gémi d’exaspération.

« Mademoiselle Nodayama, et si j’essaye d’y aller pendant la journée ? » demanda Yuichi, juste pour être sûr.

« Il tuera probablement tous les profs, alors s’il vous plaît ne le faites pas ? Nous ne sommes pas seulement des serviteurs, nous sommes aussi des otages, » répondit-elle.

Il avait donc pris en otage tous les professeurs de l’école…

Mais ça ne changerait pas grand-chose parce que Yuichi serait venu la nuit. Si c’était tout aussi risqué d’une façon ou d’une autre, il n’avait aucune raison de jouer selon ses règles et de se mettre dans une situation désavantageuse.

« Oh, je sais ce que vous pensez, mais il veut vraiment vous massacrer personnellement, alors si vous venez la nuit, il n’utilisera probablement pas les otages comme boucliers, » déclara Hanako. « Alors je préférerais vraiment que vous fassiez ça, comprenez-vous ? » C’est tout ce qu’elle voulait dire à Yuichi, et elle ne voulait pas en dire plus.

Yuichi mena Aiko un peu plus loin de la porte.

« … je ne pensais pas que mon frère serait aussi stupide…, » déclara Aiko, son expression suggérant une véritable incrédulité. « Pourquoi irait-il si loin ? Qu’est-ce qu’il va faire la semaine prochaine ? »

Une fois que les élèves seraient revenus à l’école, il était évident qu’il y aurait des problèmes vu le nombre de personnes…

« Peut-être que c’est là qu’il essayera de conquérir le monde…, » Aiko semblait essayer d’avoir l’air joyeux, mais n’y arrivait pas vraiment. « Il ne le ferait pas… n’est-ce pas ? »

Le chasseur de monstres lui avait parlé des pouvoirs que Kyoya pouvait utiliser maintenant, et l’un d’entre eux était la capacité d’asservir les autres. Il pouvait sucer le sang de quelqu’un pour qu’il fasse ce qu’il voulait. C’était un pouvoir qui, s’il était utilisé correctement, pourrait certainement être utilisé pour conquérir le monde.

« Penses-tu que les choses vont empirer si on ne fait rien ? » demanda Yuichi.

« Je suppose qu’on ne peut pas appeler la police, hein ? » demanda Aiko.

« S’il a tout le corps professoral sous son contrôle, cela ne fera probablement rien de bon, » avait convenu Yuichi. « Ils ont probablement une sorte d’histoire préparée si la police vient demander. » C’était une situation plus grave qu’il ne le pensait. « Pourtant, il y a quelque chose de bizarre dans tout ça. Pourquoi ton frère veut-il me tuer ? »

Yuichi ne se souvenait pas d’avoir rencontré le frère d’Aiko, et encore moins de faire quelque chose pour mériter son ressentiment. Aiko ne semblait pas non plus avoir la moindre idée de la façon dont ils étaient liés.

Yuichi avait décidé de rentrer chez lui pour l’instant. Mutsuko devrait être là, pour en apprendre plus sur les vampires.

 

***

 

« C’est vraiment mauvais ! » était la première chose qui sortait de la bouche de Mutsuko quand Yuichi était arrivé.

« Oui, vraiment, » acquiesça-t-il. « Nous avons confirmé que le frère de Noro est à l’école. »

Ils prirent place à la table basse dans la chambre de Mutsuko, et Yuichi expliqua ce qu’il avait vu.

« Je le savais déjà ! » Mutsuko avait sorti son ordinateur et montra l’écran à Yuichi.

Yuichi pouvait voir les images de leur école dans une série de fenêtres sur l’écran. À l’intérieur du bâtiment, la cour, la piscine, le gymnase, les terrains de sport… De temps en temps, les angles de vue changeaient.

Il avait fait une pause. « OK, j’ai beaucoup de questions à ce sujet. Tout d’abord… »

« C’est l’école, n’est-ce pas ? Pourquoi as-tu ça ? » Aiko venait de le lui demander, sans aucune des subtilités de Yuichi.

« J’ai installé des caméras de sécurité ! On ne sait jamais quand quelque chose peut attaquer ! » leur avait répondu Mutsuko.

« Ne te donne pas cet air suffisant de “Je pensais que ça pourrait arriver” ! C’est illégal ! » cria Yuichi.

« Sakaki, je pense qu’il est un peu tard pour s’inquiéter de la légalité…, » Aiko avait déclaré ça timidement.

Aiko avait raison. Mutsuko s’était déjà engagée dans plus que sa part de comportement contraire à la loi.

« Ne vous inquiétez pas ! » avait annoncé Mutsuko. « J’accorde la plus grande valeur à la vie privée, et je ne l’utilise que pour des situations d’urgence comme celle-ci ! Alors, quoi qu’il en soit ! Comme vous pouvez le voir, l’école est déjà tombée entre leurs mains ! »

Des personnes aux yeux vides erraient dans l’école. Les victimes de Kyoya, semble-t-il.

« Il semble y avoir quelques types différents parmi les personnes touchées. Il y a ce type sans esprit — leur esprit semble totalement vide — le type qui semble avoir une autonomie totale, et le type qui ne fait que répéter une tâche qu’on leur a ordonné d’accomplir, » expliqua Mutsuko.

« C’est bien, mais qu’est-ce que tu voulais dire quand tu as dit que les choses allaient vraiment mal ? » demanda Yuichi.

Ce qu’elle leur montrait était certainement un problème, mais les paroles de Mutsuko semblaient signifier quelque chose de plus.

« Regardez ça ! » Mutsuko avait utilisé la tablette pour appeler l’image d’une salle de classe. Environ, la moitié d’une classe était remplie de filles qui étaient assises à leurs bureaux, les yeux fixés vers l’avant, les yeux grands ouverts.

« Qui sont-elles ? » demanda Yuichi.

« Eh bien ? Vous ne remarquez rien ? » Mutsuko lui avait demandé ça.

« Vous ne remarquez rien ? Ce sont toutes des filles… Hein ? Attends, c’est Orihara ! » s’écria Yuichi.

« Ah ! Qu’est-ce qu’elle fait là ? » cria Aiko, remarquant en même temps ce fait.

Kanako était l’une des filles dans la pièce. Elle avait le même regard vitreux que les autres étudiantes.

Mutsuko avait alors soupiré. « Yu ? C’est vrai, mais ce n’est pas ce que je voulais dire. Vous regardez la mauvaise chose ! Ne devrait-il pas être évident ? Elles ont toutes de gros seins ! »

« Tout le monde s’en fout ! » Yuichi avait crié. « Orihara est plus important, n’est-ce pas ? Qu’est-ce qu’elle fait là ? »

« C’est une bonne question, » déclara Mutsuko. « Il semble qu’elles aient toutes reçu un appel de l’école leur disant de venir pour des leçons supplémentaires. »

« Tu veux dire… mon frère… » Aiko bégayait. Yuichi comprenait parfaitement ce qu’elle ressentait.

« Tout à fait ! En contrôlant les professeurs de l’école, il a eu accès aux informations personnelles des élèves ! Alors il a choisi les filles les plus mignonnes avec les plus gros seins et les a appelées à l’école ! » expliqua Mutsuko.

« Grand Frère, imbécile ! » cria Aiko.

« Ça devient intéressant ! Le club de survie ne peut pas se taire pendant que l’un de nos membres est en danger ! Appelle Takeuchi, qu’on s’en occupe ensemble ! » Malgré la sombre situation, Mutsuko semblait vraiment s’amuser.

Le groupe s’était temporairement dispersé, avec le plan de se retrouver ce soir-là au restaurant chinois Nihao la Chine près de l’école.

Yuichi n’avait pas grand-chose à préparer, alors il avait passé sa journée à s’amuser, tandis que Mutsuko s’en allait quelque part pour « préparer les choses ».

***

Partie 2

À la tombée de la nuit, Natsuki était arrivée chez Yuichi dans une fourgonnette blanche.

« Je parie que ce serait génial pour un kidnapping ! » s’exclama Mutsuko. C’était une chose extrêmement impolie à dire, mais Natsuki, sa propriétaire, ne semblait pas s’en soucier.

Yuichi et les autres étaient entrés dans le véhicule puis ils avaient pris Aiko en chemin, avant d’arriver à Nihao la Chine. D’ailleurs, la camionnette était conduite par le « Harcelleur » Sakiyama.

Après avoir atteint leur destination, Mutsuko avait donné à Sakiyama une nouvelle série d’instructions, et il était parti de son côté.

Le groupe était entré dans le restaurant et avait pris place à la table ronde.

« Oh, vous êtes tous ensemble aujourd’hui ! Est-ce pour une occasion spéciale ? Vous inquiétez-vous du fait qu’on n’a pas assez d’affaires ? » Tomomi, dans son cheongsam, semblait très heureuse. Les autres étaient en uniforme scolaire, car Mutsuko avait insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une activité de club.

« Qu’est-il arrivé à ton tic verbal ? » demanda Yuichi.

« Oh, eh bien, je faisais ça parce que peu de gens venaient ici, mais c’est un peu gênant de continuer quand les mêmes personnes continuent à venir…, » déclara Tomomi.

« Essaie d’avoir votre propre style de restaurant ! » s’était écrié Yuichi.

Même la nuit, il n’y avait pas de clients. Mis à part le groupe de Yuichi et le personnel, le seul autre résident semblait être un unique rat qui se précipitait ici et là.

« Tu sais, c’est assez dégoûtant d’avoir des rats qui errent dans un établissement de restauration…, » avait-il commenté.

« Même si on n’a pas de clients, on fait toujours beaucoup de nettoyages…, » Tomomi avait incliné la tête, apparemment confiante dans les normes d’hygiène du restaurant.

Mutsuko avait commandé une sélection assez vaste de plats. Comme d’habitude, la nourriture était délicieuse ; le manque de clients n’était certainement pas dû au goût.

« Alors, qu’est-ce que vous faites ici ? » demanda Tomomi.

« Nous avions besoin de sécuriser un centre d’opérations près de l’école. Je pensais qu’on pourrait utiliser cet endroit ! » Pendant qu’elle parlait, Mutsuko avait placé une paire de lunettes sur la table. « C’est un ordinateur portable destiné à ressembler à des lunettes. Nous pouvons les utiliser pour communiquer ! Elles sont encore au stade de prototype, donc elles ont une courte portée et tu dois rester à proximité pour les utiliser, mais elles nous laisseront voir tout ce que tu vois, Yu ! »

Mutsuko avait l’intention de lui donner des ordres depuis ici. Yuichi avait mis les lunettes expérimentalement, et avait vu devant ses yeux des nombres et des flèches mystérieux apparaissant dans son champ de vision.

« Oh, c’est intéressant, » dit-il. « Que signifient les chiffres ? »

« Ils ne veulent rien dire, ils ont juste l’air cool ! » s’était-elle exclamée.

« C’est stupide ! Éteins-les ! » s’écria-t-il.

Mutsuko s’était plainte en sortant sa tablette et en faisant quelques manipulations sur sa machine, l’affichage avait disparu.

« Alors, qu’est-ce qu’on fait ? » demanda Yuichi.

Ils y allaient la nuit, comme Kyoya l’avait demandé, mais ils n’avaient pas de plan plus concret en ce moment.

« Tu vas charger dans le tas et le faire sortir de force ! » déclara Mutsuko. « De quoi d’autre as-tu besoin ? »

« Pourrais-tu être un peu plus de spécificité, s’il te plaît ? » Il y avait des limites à l’irresponsabilité que Yuichi pouvait encaisser.

« Alors… voyons voir, » déclara Mutsuko, en regardant Aiko. « Ton frère semble être dans la salle du Conseil des Étudiants, mais y a-t-il un moyen de l’attirer ailleurs ? Si nous le faisons, nous aurons beaucoup plus d’options. »

« Attends un peu ! As-tu même des caméras cachées dans la salle du Conseil des Étudiants ? » s’exclama Yuichi.

« Eh bien, on ne sait jamais ce qu’un Conseil des Étudiants pourrait planifier ! Il faut les surveiller, » avait-elle déclaré.

« Ils ne planifient rien ! » cria-t-il.

Mutsuko avait sorti un mini-projecteur de sa poche et l’avait projeté sur le mur du restaurant comme si l’endroit lui appartenait. L’écran montrait des images vidéo de la salle du Conseil des Étudiants.

Kyoya était en train de feuilleter un livre relié en cuir avec une expression apathique.

Il ne fait que simuler, pensa Yuichi, en voyant que le garçon n’en lisait pas un mot.

« Orihara et les autres semblent aller bien, » déclara Mutsuko, en regardant de nouveau la vidéo.

L’écran montrait plusieurs endroits à la fois, et Kyoya ne semblait pas faire quoi que ce soit dans la classe où se trouvait Kanako en ce moment.

« Sœurette, Orihara peut-elle redevenir normale après ça ? » demanda Yuichi.

Mutsuko leur avait dit que Kanako et les autres étaient sous le charme, mais selon le chasseur de monstres, le charme et la servitude étaient des choses différentes. C’était quelque chose à voir avec le fonctionnement de leurs réflexes… C’était au-delà des capacités de Yuichi quant à comprendre cela.

« Voyons voir, » s’interrogea Mutsuko. « Le chasseur de monstres a dit que le charme ne durera pas très longtemps. Je parie que si nous les sortons et les enfermons quelque part, cela devrait disparaître naturellement. Le plus gros problème, ce sont les gens dont le sang a été consommé. Apparemment, leur domination est beaucoup plus profonde. »

« Nous devons tuer l’original, » déclara finalement Natsuki.

« Pas question…, » Aiko avait déclaré ça après quelques secondes avant de tomber sans voix.

« Attends un peu. Nous ne pouvons pas faire cela, » avait protesté Yuichi. « C’est du frère de Noro dont on parle. »

« Je ne sais pas grand-chose sur les vampires, mais il est facile de voir que la succion du sang confère un contrôle puissant sur leurs victimes, » déclara Natsuki. « Pour sauver les victimes, il faut probablement tuer le vampire original. »

« Je vois, » déclara Mutsuko. « Je préfère ne pas le faire, pour Noro, mais nous devrions être prêts à le faire, s’il le faut. »

Mutsuko pouvait vraiment être très insensible lorsqu’il s’agissait de personnes extérieures à son entourage immédiat, et le frère d’Aiko, qu’elle n’avait jamais rencontré, était apparemment un lien trop éloigné pour qu’il puisse jouir de sa sympathie.

Quels que soient les sentiments de Mutsuko, ce n’était pas si facile pour Yuichi de se préparer à l’idée. Aiko inclinait la tête, comme si elle était en état de choc.

« Bien sûr, c’est le pire des scénarios, » avait ajouté Mutsuko, comme pour rassurer Aiko. « Si on peut en finir sans le tuer, on le fera ! »

« Sakaki, laisse-moi te donner quelques conseils, » déclara Natsuki en regardant Yuichi.

« Quoi ? » demanda Yuichi.

« Il s’agit de tuer des individus. L’une des principales raisons pour lesquelles je peux tuer des individus, c’est que je ne les considère pas comme la même espèce que moi. Ta sœur l’a déjà dit, mais la résistance instinctive à tuer ne s’applique vraiment qu’à ceux de la même espèce, d’humain à humain. Les humains n’ont aucun problème pour tuer des animaux, n’est-ce pas ? Au moins, ils ne ressentent pas le même conflit que lorsqu’ils tuent un humain. Donc tu dois juste changer d’état d’esprit : pense à la personne que tu combats comme étant quelque chose d’inhumain, » déclara Natsuki.

« Changer mon état d’esprit, hein ? » Yuichi se demandait si ce serait aussi simple.

« Si tu perds ta virginité sur le grand frère de Noro… Wôw, ça sonne bien Yaoi ça, hein ? » demanda Mutsuko avec une grande joie.

« Veux-tu faire preuve d’un peu de considération, sœurette ? » s’exclama Yuichi.

« Dois-je aussi te donner mes conseils ? » avait proposé Mutsuko.

« Bien sûr, comme de toute façon, je ne pourrais pas t’arrêter, » murmura Yuichi.

« Le point faible d’un vampire, c’est le cœur ! » avait-elle déclaré.

« Le mien aussi ! » cria-t-il.

« Je ne sais pas s’ils fonctionneraient, mais emmène-les. Il s’agit de piquets de magnolia blanc, » Mutsuko avait donné à Yuichi quelques morceaux fins de bois de la taille et de la forme de crayons.

Yuichi avait mis les piquets dans sa poche de poitrine. Est-ce qu’elle voulait qu’il les plante dans le cœur du frère d’Aiko ?

La porte s’était effondrée vers l’intérieur.

« Hein ? » Yuichi regarda l’entrée en pleine confusion, et il vit les mots « Anthromorphe (Loup) ».

Une créature humanoïde recouverte de fourrure d’animal avait frappé la porte d’entrée et avait marché sur la porte de bois à l’intérieur, suivi par d’autres. Il y avait en tout sept créatures. Yuichi ne savait pas ce qu’ils voulaient, mais ils n’avaient certainement pas l’air amicaux.

« Hé ! Pourquoi avez-vous défoncé notre porte ? » demanda Tomomi avec indignation.

« Comment saviez-vous que nous étions ici ? » demanda Yuichi alors que lui et Natsuki se levaient, prêt à se battre.

« Le rat que vous avez vu tout à l’heure était son familier, qui lui a dit où nous étions ! Et le chasseur de monstres a dit qu’il avait des goules et des lycanthropes à son service, alors il a envoyé quelques-uns d’entre eux après nous ! » s’exclama Mutsuko, comme si elle le savait depuis le début.

« N’aurais-tu pas pu nous le dire plus tôt ? » cria Yuichi.

« Qu-Qu-Qu-Quoi !? » Aiko bégayait en raison de sa confusion.

« Il y en a plus qu’un seul, hein ? » murmura Yuichi.

Les « Anthromorphes (loups) » étaient des monstres bipèdes avec des visages en forme de chien qui étaient à peu près aussi grands qu’un homme de taille moyenne. Il en avait déjà vu un à l’hôpital, de sorte que leur existence même ne l’avait pas surpris, mais leur présence dans le restaurant chinois familier ressemblait à une intrusion dans sa vie quotidienne.

« Sakaki, n’es-tu pas surpris ? » demanda Aiko, semblant un peu plus calme, peut-être influencé par la réaction calme de Yuichi.

« Non, je suis surpris, » avait-il répondu.

Et en effet, il l’était. Mais paniquer face à un ennemi inconnu ne l’aiderait pas à le combattre. Pouvoir ignorer la surprise et faire ce qu’il devait faire… C’était le but de son entraînement.

Yuichi avait regardé dans le restaurant. Tomomi était une spectatrice innocente, et il ne voulait pas lui causer d’ennuis… Mais Tomomi, étonnamment, semblait vraiment très calme.

« Nous voulons plus de clients ici, mais nous ne servons pas les individus avec des chiens, d’accord ? » déclara-t-elle. « Et nous ne pouvons pas non plus vous laisser menacer nos clients. Papa ! »

« Laissez ça à Nihao la Chine ! » Un homme avec une tresse était sorti de la cuisine.

« Qui êtes-vous !? » avait crié Yuichi. Mais même lorsqu’il l’avait demandé, il connaissait la réponse. C’était « Nihao la Chine. » Rien de plus, rien de moins. C’était écrit au-dessus de la tête de l’homme.

« Yu ! Laisse Nihao la Chine s’en occuper et vas-y ! » déclara Mutsuko, les yeux brillants.

« Comme si je ferais ça ! » cria Yuichi, hésitant à suivre son ordre.

Nihao la Chine avait baissé ses hanches et il avait frappé avec un coude, faisant sortir un Anthromorphe du restaurant. C’était un coup de coude provenant d’un art martial ; il devait être un praticien du bajiquan.

« Sakaki, je vais l’aider, » déclara Natsuki en dégainant un scalpel de sa poche. « Vas-y. »

En voyant ça, Yuichi s’était décidé. Alors que Nihao la Chine utilisait des frappes de points et de pieds pour neutraliser les Anthromorphes, Yuichi était sorti du restaurant.

***

Partie 3

Yuichi était arrivé au Lycée de Seishin et avait traversé la porte laissée ouverte, se dirigeant vers le nouveau bâtiment de l’école. La salle du Conseil des Étudiants était au quatrième étage.

« Eh bien ? Vous m’entendez ? » demanda Yuichi.

« Réception forte et claire, » Mutsuko répondit en utilisant les lunettes d’ordinateur que Yuichi avait mises.

« Comment vont les choses de votre côté ? » demanda-t-il.

« Tout est fini, » déclara Natsuki, sa voix se joignant à celle de Mutsuko à travers les lunettes. « Dois-je me joindre à toi ? Je pourrais l’achever si tu ne peux pas le faire. »

« Non, c’est plus facile si j’y vais seul, » avait-il répondu. « Et je ne veux pas te faire porter cette responsabilité. »

« Dois-je interpréter cela comme une expression d’amour ? » demanda Natsuki.

« Pourquoi ferais-tu ça ? » demanda-t-il en réponse.

« Sakaki… euh… ne fait pas plus que ce que tu peux gérer, » avait ajouté Aiko à travers les lunettes.

« Tout ira bien, » lui assura Yuichi. « On parlera pour commencer. »

Kyoya ne sera pas nécessairement déraisonnable, pensait Yuichi. Ce n’était pas parce qu’il était un vampire qu’il n’était pas prêt à parler. Peut-être qu’ils pourraient en arriver à une certaine forme de compréhension.

Yuichi était entré dans le bâtiment de l’école, se préparant à se diriger vers la salle du Conseil des Étudiants. Mais il s’était vite rendu compte qu’il n’en avait pas besoin. Alors qu’il quittait le hall d’entrée rempli d’armoires à chaussures et se dirigeait vers le couloir, il aperçut un homme qui marchait vers lui.

« Vampire II. »

L’homme qui s’approchait de lui était l’image archétypique d’un vampire. Il portait une cape rouge sur une tenue de soirée. Il avait de longs cheveux argentés qui ondulaient derrière lui.

« Grand Frère ! » il avait entendu Aiko crier.

C’était donc son grand frère, Kyoya.

Il s’était approché sans crainte jusqu’à Yuichi jusqu’à ce qu’ils soient à environ cinq mètres l’un de l’autre, puis s’était arrêté.

« Pourquoi as-tu envoyé tes hommes contre moi ? » demanda Yuichi.

« Tu prenais trop ton temps, alors j’ai pensé t’envoyer une escorte… Juste au cas où tu pensais à fuir de peur, » Kyoya avait fait un rire sec.

« Je me demandais quel était ton problème avec moi, » avait commenté Yuichi. « Tu es donc le vampire qui m’a attaqué l’autre jour, n’est-ce pas ? »

À en juger par l’étiquette se trouvant au-dessus de sa tête, Kyoya était l’homme au capuchon qui avait attaqué Yuichi le jour où il était sorti avec Aiko. Le capuchon avait caché son visage à ce moment-là.

« Mais je ne sais toujours pas pourquoi déjà à ce moment-là tu m’as attaqué, » poursuit Yuichi. « Qu’est-ce que je t’ai fait exactement ? »

« J’étais tout à fait indifférent envers toi au début, » ricana Kyoya. « Mais j’ai vu à quel point Aiko avait l’air heureuse quand elle est avec toi… et j’ai commencé à ressentir l’envie de voir son visage se contorsionner en raison du désespoir. »

« Hein ? » demanda Yuichi, déconcerté par cette réponse.

« Frère, pourquoi ? » chuchota Aiko. C’était sûrement une chose incroyable à entendre.

Donc, Aiko était la raison pour laquelle Kyoya s’en était pris à Yuichi. Il en voulait vraiment à elle.

D’après ce qu’Aiko avait dit, ils n’avaient jamais été particulièrement proches, mais Yuichi n’avait jamais imaginé que cela irait aussi loin.

« Franchement, je ne sais pas d’où vient cette animosité que tu ressens pour elle, mais c’est une chose minable à dire, » déclara-t-il. Tout respect que Yuichi aurait pu ressentir à l’égard d’un aîné et le frère de son amie s’était immédiatement effondré en lui.

« Ah. Je vois que tu ne sais pas ce qui se cache sous son masque ! Tout ce qu’elle fait, elle ne s’en souvient même pas… C’est ridicule ! » Kyoya s’était soudainement enragé, comme s’il se souvenait de quelque chose de particulier. Peu importe ce que c’était, ça devait être horrible pour produire un tel écart entre frères et sœurs. Mais Kyoya avait refusé d’en dire plus.

Il y avait eu un moment de pause.

Alors que Yuichi réfléchissait à ce qu’il allait faire, il entendit un bruit de quelque chose qui se déchirait dans l’air.

« Hein !? » Yuichi n’en croyait pas ses yeux.

D’énormes ailes de chauve-souris se déployaient maintenant derrière Kyoya. D’énormes ailes reliées entre elles par de fines sangles qui poussaient dans son dos.

« Sœurette ! Il a vraiment fait pousser des ailes ! » cria Yuichi.

« Oh, ouais ! Ils ont dit qu’il avait des ailes pour s’échapper, tu t’en souviens ? » Mutsuko avait confirmé cela.

Yuichi avait déjà vu les hommes-loups, donc il savait que les monstres devaient exister. Mais savoir qu’ils existaient était très différent de voir une transformation sous ses yeux.

« Tu crois que ces ailes ont déchiré ses vêtements ? » demanda Mutsuko.

« Tout le monde s’en fout ! » cria Yuichi.

Kyoya s’était incliné vers l’avant dans la position d’un coureur. Il y avait un bruit de claquement d’ailes qui battaient et il avait foncé vers l’avant à une vitesse incroyable.

 

 

Alors qu’il était paniqué, Yuichi avait quand même réussi à esquiver, faisant que Kyoya l’avait dépassé avant qu’il ne déploie à nouveau ses ailes pour s’arrêter.

« C’est quoi ce bordel ? » Yuichi savait que le garçon était un vampire, mais il s’attendait à ce que les capacités de Kyoya soient dans le domaine habituel des attentes humaines. Il ne s’attendait pas vraiment à ce qu’il vole.

« Yu ! Reste calme ! Il va encore te charger ! » déclara Mutsuko.

« Tais-toi ! C’est bizarre ! Pourquoi peut-il voler ? » cria Yuichi.

Kyoya était redescendu au niveau du sol. « Hmm. Ce n’est pas une façon très précise de se déplacer, n’est-ce pas ? Mais qu’en est-il de ça ? » Les jambes de Kyoya avaient commencé à changer.

Yuichi ne pouvait pas expliquer ce qu’il voyait exactement, mais l’instant d’après, la moitié inférieure de Kyoya était devenue le corps d’un loup. Son torse sortait du dos du loup.

« Euh !? » s’exclama Yuichi.

« Ah, je suppose que ses vêtements font partie de la transformation ! » déclara Mutsuko en bavardant dans son oreille. « Ce genre de transformation est de toute façon impossible selon les lois de la physique, donc je suppose qu’il peut faire ce qu’il veut ! »

Le loup courait le long du sol, plantant ses pieds avec une grande précision alors qu’il se précipitait sur lui avec une vitesse aveuglante.

Le loup l’avait attaqué avec ses crocs et ses griffes, ne laissant à un Yuichi déconcerté aucun autre choix que d’esquiver. Il avait roulé sur le sol, s’éloignant un peu de la bête.

« Yu, tu ne peux pas être surpris par chaque petite chose ! » l’avait réprimandé sa sœur.

« Ce n’est pas exactement une petite chose ! » Malgré sa confusion, Yuichi n’arrêtait pas de bouger.

Après ça, il décida qu’il devait contrer l’assaut continu du loup. Il l’avait frappé avec son poing, mais ce qui avait suivi l’avait rendu complètement muet.

Son poing était passé à travers sa cible.

Le corps du loup s’était transformé en brouillard, rendant son attaque totalement insignifiante. Yuichi était tombé au sol alors qu’il poursuivait l’élan de l’attaque, puis il avait fait demi-tour.

Kyoya était immédiatement passé au-dessus de lui, ayant rétabli sa forme physique.

« Écoute, on ne sait jamais ce qui va se passer, donc on ne peut pas s’arrêter pour être surpris par tout ce qui se passe ! » cria Mutsuko. « Je t’ai appris ça, tu t’en souviens ? »

Mutsuko lui avait en effet appris à faire face avec tout ce qu’il rencontrait. Mais cela semblait presque impossible lorsqu’il s’agit d’un monstre qui changeait constamment de forme.

Kyoya avait battu des ailes, attaquant Yuichi avec de violents coups de vent. Yuichi avait abaissé son centre de gravité pour éviter d’être projeté au sol, mais cela l’avait quand même bloqué sur place.

Le loup lui était tombé dessus une fois de plus.

Yuichi avait esquivé sa morsure et avait essayé de se déplacer pour se placer derrière lui. C’était une réaction instinctive face aux quadrupèdes, et Yuichi l’avait immédiatement regretté.

Il avait oublié le torse humain du monstre. C’était peut-être le plan de Kyoya — il ne l’avait pas utilisé jusqu’à présent pour faire baisser la garde de Yuichi.

Kyoya s’était défendu avec un coup de poing en réaction.

Yuichi avait réussi à l’esquiver, mais ce qui avait suivi était tout à fait incroyable.

Un énorme poing noir l’avait frappé comme s’il venait de nulle part.

Il n’avait pas pu l’éviter.

Il avait levé les bras pour le bloquer, mais ce n’était pas assez. La puissance du coup l’avait fait voler dans les airs.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire