Neechan wa Chuunibyou – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : Un premier rendez-vous au cœur battant ! (Avec la petite sœur tout au long)

Partie 3

« Hein ? » demanda Aiko, surprise. Elle avait supposé qu’ils passeraient un peu plus de temps à faire du lèche-vitrine.

« C’est pour ça que tu ne peux pas avoir de petite amie, » murmura Yoriko, comme s’il y avait une connexion avec Aiko.

« Sakaki, n’as-tu jamais eu de copine ? » demanda Aiko, surprise par la révélation de Yoriko.

« Y a-t-il une raison pour laquelle tu aurais besoin de le savoir ? » chuchota Yoriko, donnant un léger coup de pied à Aiko dans le tibia.

« Je ne sais pas ! Cela semblait être une question naturelle ! C’est toi qui as parlé du sujet des petites amies, Yoriko..., » chuchota Aiko en réponse.

« Je n’en ai jamais eu, » répondit Yuichi, sans la moindre trace de méfiance.

« En veux-tu une ? » demanda Aiko, se sentant légèrement encouragée.

Le visage de Yoriko s’était encore plissé une fois de plus. « Franchement, pourquoi veux-tu le savoir ? Mais je ne l’ai jamais entendu expliquer son point de vue sur la romance... alors, écoutons-le, » Yoriko semblait s’être dissuadée de monter sur ses grands chevaux.

« Ne lui en as-tu jamais parlé ? » demanda Aiko.

« Bien sûr que non ! Ce serait ridicule ! » s’exclama Yoriko.

Yuichi avait ignoré les chuchotements des filles et avait commencé à expliquer. « Voyons... Comment le dire... ? Eh bien, par exemple, regardez autour de vous. »

Aiko avait ainsi été poussée à le faire.

Les hommes autour d’eux avaient tous détourné les yeux en toute hâte, indiquant qu’ils la regardaient.

« C’est toujours comme ça autour de mes sœurs. Peux-tu l’imaginer ? La façon dont les hommes les regardent. Excité, obsessionnel, pathétique... Ils bavent sur elles, tu sais ? » déclara-t-il.

« Et ? » demanda Aiko, louchant en raison de son incompréhension.

« Je suis un peu dégoûté par l’idée d’être comme eux, » déclara Yuichi.

« Je ne suis pas sûre que l’un va de soi par rapport à l’autre..., » murmura Aiko. Elle ne pouvait pas imaginer Yuichi avec une expression lubrique. Il ne tournerait probablement pas comme ça.

« C’est difficile à expliquer exactement, mais c’est exactement ce que je ressens, » déclara Yuichi.

« Je vois. Alors si je continue à faire agir les hommes en chaleur et dégoûtant autour de moi, tu seras tellement dégoûté que tu n’essaieras pas d’avoir une petite amie ? » chuchota Yoriko.

« Yoriko..., » Aiko soupira en réponse. Elle n’aimait pas là où cela allait.

Après quelques instants, Aiko rencontra les yeux de Yuichi et lui fit un signe de tête.

Yuichi s’en était rendu compte et avait hoché la tête en réponse. Il avait ensuite placé un sac en papier sur la table. Il en retira une longue et mince boîte enveloppée dans du papier et la remit à Yoriko.

« Tiens, ton cadeau, » déclara Yuichi.

« Hein ? » Yoriko s’était tournée vers Aiko, puis Yuichi. Elle semblait absolument perplexe quant à la raison pour laquelle Yuichi lui offrirait un cadeau. « Puis-je l’ouvrir ? » demanda-t-elle.

Yuichi hocha la tête.

Elle avait ouvert le petit paquet. À l’intérieur, il y avait un stylo à bille plutôt cher. « C’est... »

« Tu as dit que ton stylo n’avait plus d’encre, alors..., » déclara Yuichi timidement en se grattant l’arrière de la tête.

« C’est trop pratique. Je lui donne une note de quatre sur dix, » commenta Aiko.

Mais cela semblait suffisant pour Yoriko, qui était si heureuse que des larmes se formaient aux coins de ses yeux.

« Merci, Grand Frère ! Je le chérirai toujours ! » Elle avait pris le stylo dans ses deux mains et l’avait serré contre sa poitrine.

« Vraiment, ce n’est pas si génial..., » déclara Yuichi, légèrement déconcerté.

Aiko était soulagée qu’elle l’ait aimé.

Après le repas, Yuichi s’était joint à eux pour une promenade dans le centre commercial. Peut-être que les deux filles avaient usé sa résistance.

Ils s’amusèrent avec peu d’égard pour l’heure, jusqu’à ce que le soir tombe. Puis ils avaient quitté la gare et s’étaient dirigés vers la maison d’Aiko.

Yuichi marchait à quelques pas devant Aiko et Yoriko, qui étaient côte à côte.

« Le cadeau était-il ton idée, Noro ? Mon frère ne penserait jamais à faire ça tout seul, » lui chuchota Yoriko.

Certes, il aurait été un peu étrange pour Yuichi d’acheter à Yoriko un cadeau pour avoir prêté des vêtements Aiko, mais Yoriko semblait avoir plus ou moins compris la situation.

Comme il n’y avait plus de raison de le cacher, Aiko expliqua qu’elle avait décidé que recevoir un cadeau de son frère rendrait Yoriko plus heureuse, alors elle avait donné de l’argent à Yuichi et lui avait dit de choisir un cadeau pour elle.

« Mais au départ, c’était l’argent de Noro, alors assure-toi de la remercier, » déclara Yuichi à Yoriko, en écoutant leur conversation. Cela semble être une action très « Grand Frère », pensa Aiko.

« Mais je n’ai pas donné mon avis sur la sélection du cadeau, donc le choix est venu entièrement de Sakaki, » avait ajouté Aiko.

« C’est vrai ! Merci, Noro ! » Le sourire de Yoriko vers Aiko, cette fois, semblait vraiment sincère.

Sa personnalité peut être un peu grinçante, pensa Aiko, mais ce sourire est authentique.

Ils étaient arrivés chez Aiko. La résidence Sakaki était plus proche de la gare que la sienne, mais Yuichi avait offert de raccompagner Aiko chez elle en premier.

« À bientôt, » déclara Yuichi, alors qu’ils arrivaient à la porte. Apparemment, il pensait que c’était assez loin. Aiko se sentait un peu triste de ne pas le voir s’attarder plus longtemps ici.

Alors que Yuichi se tournait pour partir, Aiko avait supposé que Yoriko le suivrait. Mais à la place, elle s’était rapprochée d’Aiko.

« Je suis de bonne humeur aujourd’hui, alors je te pardonne d’avoir pensé que tu avais un rendez-vous. » Elle était si joyeuse, il était difficile de croire que c’était la même fille qui avait été si grincheuse cet après-midi sur le lieu de rencontre.

« Je ne pensais pas que c’était un rendez-vous..., » Aiko avait répliqué, mais sans démontrer de force dans sa conviction. Si cela n’avait été qu’eux deux, ça aurait été un rendez-vous.

« Tu es plus gentille que je ne le pensais, Noro, » déclara Yoriko. « Mais je ne te laisserai pas me battre ! » Après ça, Yoriko s’était mise à courir vers Yuichi.

« Pourquoi agit-elle comme si c’était une compétition ? C’est sa petite sœur..., » Aiko murmura dans la confusion, puis plaça sa carte de sécurité dans le terminal à côté de la porte.

En entrant dans la maison, elle avait été accueillie par un spectacle surprenant. Son père était là, faisant les cent pas, comme un ours en cage.

« O-Oh ! C’est toi, Aiko ? Je vois que tu es de retour à la maison ! » dit-il avec désinvolture.

« Papa, tu rentres tôt aujourd’hui..., » normalement, il serait occupé au travail à cette heure de la journée. Il travaillait même le samedi et était rarement de retour à cette heure.

« O-Oui. Mais je rentre parfois tôt à la maison. À ce propos, où étais-tu aujourd’hui ? Je sais qu’il fait jour plus longtemps en cette période de l’année, mais je ne peux pas approuver que tu rentres trop tard à la maison..., » déclara Kazuya avec inquiétude. Il n’avait pas l’air en colère contre elle, mais Aiko avait encore un peu honte.

« Je suis désolée. Je suis sortie avec un ami, et on ne faisait pas attention à l’heure, » répondit Aiko.

« J-Je vois. Un ami, hein ? C’est bon d’avoir des amis... Bien sûr, c’était une amie, n’est-ce pas ? » Il était clair qu’il voulait qu’elle le nie. C’était le genre de personne qu’il était.

« C’était un garçon, en fait », répondit Aiko en toute honnêteté.

Les yeux de Kazuya s’étaient écarquillés, ce qui avait poussé Aiko à prendre du recul. Il pourrait être un peu effrayant.

« Je le savais ! Qu’est-ce que tu penses faire là ? Non, ce n’est pas que je suis en colère contre toi, je... Je n’arrive pas à y croire. Tu as vraiment un rendez-vous avec quelqu’un..., » déclara Kazuya.

Rendez-vous..., quand il l’avait dit de cette façon, Aiko s’était sentie soudain gênée. « C-Ce n’est pas le cas ! On vient d’aller faire du shopping. Et sa petite sœur était avec nous. »

« Vous fréquentez-vous ? » demanda timidement Kazuya.

« Bien sûr que non ! » répliqua Aiko.

« Eh bien, c’est correct si tu le fais. Tu es libre de poursuivre l’amour comme bon te semble. Je suis ton père. Je ne me mettrai pas en travers de ton chemin. Mais je ne peux pas rester calme tant que je n’ai pas vu par moi-même quel genre d’homme il est. Je sais ! Pourquoi ne pas l’amener ici l’un de ces jours ? » demanda Kazuya.

« Je te l’ai dit, ce n’est pas comme ça entre nous ! » Aiko avait crié de nouveau en colère. Pourquoi a-t-il dû anticiper de cette façon ?

« C-C’est vrai. Ah ! C’est presque les vacances d’été. Pourquoi n’irions-nous pas quelque part pour une fois ? » Apparemment en train de détecter la colère derrière le regard fixe d’Aiko, Kazuya avait manifestement changé de sujet. Il avait toujours été doux avec Aiko, et il avait peur de la contrarier le moindrement.

« Notre club va aller quelque part pour un camp de formation d’été, mais nous n’avons pas encore de projets, » avait déclaré Aiko, rejetant la proposition. Puis elle s’était soudain souvenue de quelque chose. « C’est vrai, papa. On a bien une maison de vacances ? Pourrions-nous l’utiliser pour notre voyage ? »

« Maison d’été ? Tu as raison, ça fait un moment que nous n’y sommes pas allés..., » Kazuya regarda le plafond, comme s’il essayait de se souvenir.

 

« Nous y sommes allés souvent quand j’étais petite, » déclara Aiko. Elle se souvenait d’une maison dans les montagnes dans la région. C’était une maison isolée, de style occidental, entourée de la nature.

Un souvenir était apparu sans être caché dans le fond de l’esprit d’Aiko. Elle et Kyoya étaient ensemble dans une pièce de cette maison. La pièce était en désordre. Il y avait des entailles découpées dans les murs, les meubles étaient en morceaux. Quelqu’un qui ressemblait à une servante était allongé par terre, saignant...

Kyoya, encore enfant, avait été blessé et avait regardé Aiko avec des signes de peur...

Les petites mains d’Aiko étaient couvertes de sang. Et puis...

« Aiko ! » Kazuya avait crié, ramenant Aiko à la réalité.

Sa voix était redevenue douce alors qu’il continuait. « Cette maison tombait en ruine. On l’a fait démolir. Nous avons d’autres maisons d’été, alors choisit l’une d’elles. »

« Oh, vraiment ? En a-t-on une près de la plage ? » demanda Aiko.

« Oui, je connais l’endroit idéal. On peut en parler pendant le dîner, » déclara son père.

Kazuya vérifia sa montre — c’était l’heure du dîner — puis il conduisit Aiko dans la salle à manger.

Le bref flash de mémoire d’Aiko avait immédiatement disparu de sa mémoire.

 

♡♡♡

 

Yuichi et Yoriko étaient sur le chemin du retour après avoir déposé Aiko. Le soleil s’enfonçait sous l’horizon. Dans la tradition japonaise, c’était le moment de la journée où le désastre était le plus susceptible de frapper.

« Eeeeeeeeeek ! » Le cri légèrement théâtral de Yoriko resonna au milieu d’un quartier paisible.

Elle s’agrippa à Yuichi, qui la souleva et se plaça sur le côté. Alors qu’un homme s’était précipité à l’endroit où il se trouvait il y a un instant, Yuichi avait tendu une jambe, envoyant l’homme au sol.

Il était vêtu d’un parka avec le capuchon couvrant son visage — une chose étrange à porter par ce temps chaud, même si c’était uniquement pour cacher son identité.

Yuichi avait remarqué que quelqu’un les suivait depuis leur arrivée chez Aiko. Mais il ne s’attendait toujours pas à ce qu’ils l’attaquent dans la ville, même s’il n’y avait personne d’autre autour de lui. Un geste étonnamment audacieux d’après lui.

« Serre-moi fort..., » chuchota Yoriko, avec béatitude.

« Tu aurais pu facilement éviter ça, tu sais, » déclara Yuichi, déconcerté de savoir pourquoi elle avait choisi de s’accrocher à lui. Elle n’avait pas vraiment besoin de son aide.

« Bien jouer, Monsieur le Pervers. Tu as mes compliments, » dit Yoriko à l’homme alors qu’il se relevait de terre.

Yuichi avait éloigné Yoriko de lui.

« Qui êtes-vous ? » demanda-t-il. Il ne pouvait pas imaginer qui pourrait les attaquer maintenant. Il avait éliminé presque toutes les organisations hostiles à la famille Sakaki. Personne d’autre ne serait assez stupide pour lever la main contre eux.

L’homme au parka n’avait pas répondu.

Au-dessus de sa tête se trouvaient les mots « Vampire II ».

C’était un indice. Il avait déjà battu les Vampires dans la clinique abandonnée, alors c’était peut-être quelqu’un qui leur était lié. Maintenant qu’il y avait pensé, les Vampires portaient aussi des parkas pour cacher leur visage.

Pourraient-ils avoir quelque chose à voir avec Noro ? pensa Yuichi. Alors qu’il faisait ça, Yoriko était passée devant lui, une clé à douille à la main.

« Hé, Yori..., » Yuichi avait commencé à lui parler.

Yoriko avait une personnalité décontractée en général, mais elle perdait facilement son sang-froid. Bien sûr, il ne pouvait plus faire grand-chose pour Mutsuko, mais il souhaitait que sa petite sœur soit un peu plus féminine.

Yoriko transportait un certain nombre d’outils de bricoleur pour l’autodéfense. Il semble que de tous, elle chérissait surtout la clé à douille pour sa facilité d’utilisation.

« Il ressemble à un pervers. Peut-être devrions-nous le frapper et l’emmener à la police, » déclara-t-elle.

« Ne t’ai-je pas dit qu’il vaut mieux s’enfuir que de se battre ? » Yuichi avait protesté. Peu importe à quel point vous aviez confiance en vos capacités, la meilleure chose à faire dans un combat était de l’éviter. C’était la première règle d’autodéfense.

« Mais si on laisse partir cette ordure, il deviendra arrogant... Nous devons lui apprendre que le monde n’apprécie pas son type. La société abhorre les pervers, » déclara Yoriko.

« Très bien. Alors, laisse-moi faire, » déclara Yuichi. S’il s’agissait d’un ruffian, il n’aurait aucun problème à laisser Yoriko s’en occuper. Mais c’était un vampire avec qui ils avaient affaire. Ils devaient être prudents.

« Oh ! Vraiment ? C’est bien mieux si je te demande de me protéger, » Yoriko avait accepté en frappant ses deux mains ensemble. Elle avait l’air d’en tirer un plaisir étrange.

« D’accord, écoutez-moi. Cela nous éviterait à tous beaucoup d’ennuis en ce moment si vous nous oubliez, » avait dit Yuichi en se tournant vers l’homme au parka. Mais l’homme ne semblait pas avoir l’intention de partir. « La principale chose que je déteste, c’est de ne pas savoir pourquoi ce genre de choses arrive. Alors, dites-moi pourquoi vous faites ça, d’accord ? Après ça, on peut se battre tant que vous voulez. »

« C’est un coup de malchance que tu aies eu une fille avec toi, » déclara l’homme, sa voix grave et sinistre. « Maintenant, bloque-moi cet homme ! »

Ses yeux brillaient d’une manière qui n’était pas de ce monde. Yuichi s’était positionné sur la défensive, se préparant à tout.

Ils se regardaient l’un l’autre, verrouillés dans leurs positions. Le temps s’était écoulé sans que rien ne bouge.

Yuichi avait attendu. Il ne s’était rien produit.

« De quoi parle-t-il ? » demanda Yoriko, brisant le silence comme si elle regardait la chose la plus stupide jamais vue. « Et regarde ce qu’il porte..., franchement, à cette époque de l’année. Tu penses qu’il est fou ou quelque chose comme ça ? »

Yuichi était perdu. L’homme ne le poursuivait pas, et il ne semblait pas assez menaçant pour justifier que Yuichi l’inculpe.

« Pourquoi mon charme ne marche pas ? » cria l’homme en regardant Yoriko.

« J’oublierai la façon dont vous avez essayé de me frapper. Alors pourquoi ne pas en rester là ? » demanda Yuichi.

Cet homme était peut-être un vampire un peu déjanté. Peut-être qu’il ferait mieux de l’éviter. Mais avant que Yuichi n’ait pu terminer cette pensée, l’homme avait poussé ses mains en avant et avait chargé à nouveau.

C’était un plan d’action incompréhensible pour Yuichi. Il avait probablement l’intention de s’agripper à lui avec les deux mains, mais ce genre de posture allait limiter vos options après l’agrippement. Il devait être un novice.

Peut-être qu’il veut me mordre ? pensa Yuichi, cherchant un sens à l’attaque illogique du vampire.

Peut-être qu’il pensait que tant qu’il le mordrait, il pourrait trouver une solution.

Yuichi avait alors simplement saisi la main de l’homme, l’avait tordue sur le côté, puis l’avait placée derrière lui, mettant de la pression sur l’articulation. Il avait réfléchi un instant, puis avait balayé sa jambe pour le jeter au sol, où il avait utilisé une pression contre son poignet pour le maintenir en place.

Yoriko frappa immédiatement son pied sur l’arrière de la tête de l’homme.

« Hé ! » cria Yuichi.

« Désolée, mais je me sens vraiment humiliée en ce moment, » déclara Yoriko.

« Attention ! Il est plutôt fort ! » déclara Yuichi.

L’homme lui avait tendu la main, mais Yoriko avait facilement esquivé sa main et lui avait donné un coup de pied au visage.

« Yori, j’espérais désamorcer la situation..., » déclara Yuichi.

« Nuh-uh. Je vais faire payer ce type, » répliqua Yoriko, lui donnant des coups de pied au visage encore et encore.

« Je vous demande pardon, mais pourriez-vous en rester là ? » Le son d’une voix inconnue avait fait tourner Yuichi.

« Vampire III. » Un autre vampire se tenait derrière lui.

C’était une belle femme avec un air un peu étranger autour d’elle, portant une robe rouge qui révélait une proportion choquante de son décolleté. Ses cheveux étaient une cascade de boucles douces.

La femme les regardait d’un air hautain, comme si elle était pleinement consciente de sa propre beauté.

Yuichi avait trouvé son apparence étrangement déplacée. Ce n’était pas une femme qui devrait interrompre une bagarre au milieu d’un quartier résidentiel.

« Comme vous pouvez le voir, c’est un garçon un peu bête, » déclara la femme. « Je lui donnerai une bonne conversation. Est-ce que c’est d’accord ? »

Yuichi ne ressentait aucune hostilité de la part de la femme.

« Yori, laisse tomber, d’accord ? » Il avait pris la main de Yoriko et l’avait éloignée de l’homme au sol.

Lorsque la femme l’avait croisé, il avait capté la faible odeur de parfum. Elle avait offert à l’homme au parka une main pour l’aider à se relever.

« Au revoir, » dit-elle. Puis l’homme s’en alla avec elle.

« Hé, qui était cette femme ? » demanda Yoriko, plutôt contrariée pour une raison inconnue.

« Je ne sais pas, » répondit Yuichi. L’apparition de vampires autres qu’Aiko était une pensée profondément troublante.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire