Neechan wa Chuunibyou – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 1

***

Chapitre 4 : Un premier rendez-vous au cœur battant ! (Avec la petite sœur tout au long)

Partie 1

Ici, des animaux en peluche géants dominaient tout. Ils constituaient le trait distinctif de la chambre d’Aiko.

Il s’agissait d’une sorte d’ours en peluche appelé « Coquin », fabriqué par une compagnie appelée Merrythought, et connu pour ses grosses têtes et ses larges fronts qui les faisaient ressembler à des bébés. Le plus grand aurait besoin de deux bras pour le porter, mais il y avait d’autres animaux en peluche autour de lui, et c’était trop nombreux pour être comptés.

Apparemment, à un moment où elle était très petite, Aiko avait exprimé son affection pour eux, et son père avait commencé à les acheter pour elle à partir de ce moment-là.

Aiko n’était pas contente d’avoir toujours des ours en peluche comme cadeaux. Cela ne semblait pas approprié pour une fille du lycée, mais elle avait abandonné depuis longtemps l’espoir de voir son père développer un meilleur goût pour les cadeaux.

Quoi qu’il en soit, les ours en peluche pourraient être un cadeau facile à offrir, mais ils étaient quand même une expression d’amour. Et ce n’était pas comme si elle les détestait, alors elle avait décidé de continuer à les accepter, avec complaisance.

L’élément suivant le plus remarquable dans la chambre d’Aiko était la couleur rose et blanche.

Le blanc était la couleur de base pour les meubles et les décorations intérieures. Les tissus d’ameublement comme les rideaux, le canapé et le couvre-lit étaient tous d’un rose pâle. Aiko elle-même s’était occupée de la coordination, mais elle avait été harcelée par la pensée qu’elle était allée trop loin.

C’était un peu trop jeune fille, et elle était un peu gênée de le montrer aux autres. Chaque fois que ses amies venaient lui rendre visite, elles disaient toujours que c’était « un peu incroyable », et elle n’était jamais sûre qu’elles étaient sincères ou sarcastiques.

Aiko était allongée sur son lit dans cette chambre en pyjama rose, serrant un animal en peluche contre sa poitrine. Elle pensait à ce qui s’était passé cet après-midi-là.

Yuichi avait été si imprudent. Il s’était précipité dans ce bâtiment abandonné et avait sauvé la jeune fille attaquée, simplement parce qu’Aiko avait dit qu’elle sentait le sang.

Il n’avait même pas hésité. Il avait traité tout cela comme si cela allait de soi et que c’était normal d’agir ainsi.

Yuichi avait traité sa sœur d’étrange, mais il était lui-même très étrange.

Eh bien, je suppose que je suis tout aussi étrange pour l’accepter... pensa Aiko.

Il avait neutralisé une douzaine de personnes dans une rafale de coups de poings et de pieds. La plupart des gens trouveraient cette violence choquante, mais pour Aiko, cela n’avait pas fait beaucoup plus que de lui faire plisser son nez. Elle semblait s’habituer à ce genre de choses.

Est-ce que ça continuerait si elle traînait avec Yuichi et les autres ?

C’est vrai, Yoriko a mentionné quelque chose comme ça..., pensa-t-elle.

Quand ils s’étaient rencontrés pour la première fois, elle avait dit : « Mon frère essaye simplement d’aider une personne dans le besoin. » En d’autres termes, c’était quelque chose que Yuichi faisait régulièrement.

Ah, ça me fait penser à..., pensa-t-elle.

Elle n’avait jamais remercié Yoriko de lui avoir prêté ces sous-vêtements. Elle voulait faire quelque chose de bien pour elle, mais elle n’arrivait pas à comprendre quoi. Elle avait fini par remettre cela à plus tard. C’était un peu vulgaire de la payer pour eux, et grossier de lui acheter le même ensemble de sous-vêtements.

Ça devrait être quelque chose qui la rendra vraiment heureuse... pensa-t-elle. Mais c’était difficile de savoir ce que ce serait. Elle n’avait parlé à Yoriko qu’une seule fois chez Yuichi et n’avait aucune idée de ce qu’elle aimait.

Aiko s’était retournée, et les yeux tombèrent sur le téléphone portable à côté du lit. Je pourrais peut-être demander ça à Sakaki...

Elle ne savait pas si Yuichi connaîtrait ou non les goûts de Yoriko, mais c’était une bonne raison d’essayer de l’appeler pour la première fois.

Elle se sentirait un peu gênée de l’appeler sans raison, mais il ne devrait pas y avoir de problème à appeler pour demander de l’aide pour un cadeau de remerciement.

Elle avait repensé à la façon dont Yuichi avait échangé son numéro de téléphone avec la fille qu’il venait de rencontrer cet après-midi-là. Peut-être que Yuichi avait échangé son numéro et avait parlé avec toutes ces filles. Si c’est le cas, elle n’y avait pas besoin d’être timide.

Aiko avait pris son téléphone et, avec un peu d’appréhension, avait composé le numéro de Yuichi.

 

♡♡♡

 

Il s’agissait du samedi, le lendemain et un peu avant midi.

Aiko marchait dans le hall de la gare où ils avaient dit qu’ils se retrouveraient.

Il y avait là un objet d’art qui ressemblait à un carillon avec une horloge et une cloche qui servait souvent de point de rencontre. De la brume était pulvérisée à partir du plafond, refroidissant toute la zone. À midi exactement, l’horloge avait commencé à jouer une chanson rendue populaire par un groupe local.

Yuichi était déjà là, juste à l’heure.

Il était vêtu d’une veste légère, d’un jean bleu marine et de baskets grises. Aiko n’avait jamais vu Yuichi en tenue de ville auparavant, mais elle les trouvait très appropriés sur lui.

Aiko était sur le point d’appeler quand elle avait remarqué qu’il y avait une fille avec lui. La fille était suspendue près de Yuichi, dans son espace personnel, suggérant une petite amie ou une personne de sa famille.

Tandis qu’Aiko se tenait là pendant un moment de surprise, la belle fille était soudainement arrivée en courant vers elle.

La fille avait pris la main d’Aiko et l’avait éloignée de Yuichi.

« Hein ? » Aiko se tenait là, déconcertée, alors que la jeune fille se rapprochait d’elle et parlait aux oreilles :

« Qu’est-ce que ça veut dire exactement, Noro ? Mon frère et moi sommes ici aujourd’hui pour aller acheter des vêtements. C’était censé être lui et moi. Juste lui et moi ! »

Il s’agissait de Yoriko, la petite sœur de Yuichi. Elle portait un chemisier sans manches et une minijupe, un étalage effronté de bras et de jambes nus qui attirait l’attention de tout le monde autour d’eux. Elle avait l’air si différente d’une élève du collège dans ses vêtements de ville qu’Aiko ne l’avait pas immédiatement reconnue.

Aiko se demandait comment procéder. Elle était venue acheter un cadeau pour Yoriko, mais elle ne pouvait pas vraiment le faire pendant qu’elle était là.

« Euh. Te souviens-tu du fait que j’ai emprunté tes vêtements avant ? Je voulais acheter quelque chose que tu aimerais pour te remercier, et alors j’ai demandé à Sakaki ce que cela pourrait être, et il m’a dit qu’il sortait aujourd’hui et que je devrais venir avec lui... Je ne savais pas qu’il avait des projets avec toi, et il ne m’a rien dit non plus..., » déclara Aiko, ses paroles ne contenaient pas qu’un peu de reproches pour l’insouciance de Yuichi.

« Je vois, » Yoriko répliqua d’une manière vénéneuse. « Je te fais une faveur, et c’est comme ça que tu me remercies ? Utiliser un cadeau pour moi comme prétexte pour venir ici, tout éblouissante et habillée sur ton 31 ? »

« Tu n’as pas besoin de le dire comme ça..., » Aiko baissa les yeux sur sa propre tenue. C’était une robe blanche sans manches et à froufrous sous un gilet à bretelles, un sac à main blanc suspendu à son épaule, des chaussettes avec de la dentelle et des rubans, et des chaussures à talons compensés de couleur cannelle. Elle ne pouvait pas nier qu’elle avait fait des efforts pour s’habiller.

Yoriko continuait à la fusiller du regard. Elle devait vraiment avoir hâte à cette sortie, pensa Aiko.

« Peut-être que je devrais y aller..., » dit-elle, horrifiée par l’insensibilité de Yuichi. S’il avait déjà fait des plans avec Yoriko, il aurait dû refuser.

« Ne crois-tu pas que c’est un peu tard pour ça ? Si tu pars maintenant, mon frère va s’inquiéter pour toi ! » Yoriko s’était écriée.

Aiko regarda dans la direction de Yuichi. Yuichi rencontra ses yeux et fit signe de la main. Ce serait vraiment difficile pour elle de partir maintenant...

« Je suppose que tu as raison..., » avait admis Aiko.

Yoriko inclina la tête et soupira profondément, puis leva les yeux. « Très bien. Il n’y a rien qu’on puisse faire maintenant, alors je l’autorise. Mais essaye d’éviter de trop t’accrocher à mon frère, d’accord ? »

« Je n’avais pas prévu ça ! » Aiko se rétracta, son visage devenant rouge. Yoriko la regardait avec scepticisme.

Ensemble, ils s’étaient dirigés vers le grand centre commercial rattaché à la gare.

« Sakaki... Si tu sortais avec Yoriko, tu aurais dû me le dire..., » déclara Aiko, avec une pointe de ressentiment.

« Je pensais que le fait d’avoir Yori ici accélérerait les choses. Si tu veux savoir ce que quelqu’un aime, il suffit de le lui demander directement, n’est-ce pas ? » demanda Yuichi.

« Ça ne me dérange pas ! » Yoriko ajouta joyeusement, comme si la rencontre hostile n’avait jamais eu lieu. « Je suis si heureuse d’aller faire du shopping avec Noro ! »

Comment peux-tu avoir deux visages !? pensa Aiko.

Yoriko avait pris le bras de Yuichi, et ainsi ils marchèrent ensemble en ligne : Yuichi, Yoriko, puis Aiko.

« N’est-ce pas un peu bizarre qu’un frère et une sœur se promènent bras dessus bras dessous ? » Aiko ne pouvait s’empêcher de le demander.

Yoriko s’était contentée de se renfrogner et de chuchoter : « Je croyais t’avoir dit de ne pas te mêler inutilement de nos affaires, n’est-ce pas ? »

Aiko tomba dans un silence stupéfait et se déplaça pour marcher à côté de Yuichi. Bien sûr, elle ne pouvait pas lier leurs bras ou se tenir les mains, et elle maintenait une certaine distance. Elle pouvait sentir Yoriko la regarder fixement avec des poignards dans les yeux.

« Sakaki, allais-tu faire du shopping ? Quel genre de vêtements cherches-tu ? » demanda Aiko, ignorant le regard fixe de Yoriko.

« Je pense chercher quelque chose qui va bien avec ce jean. Ma grande sœur n’arrête pas de me crier dessus pour que je les porte, » avait dit Yuichi en montrant son jean. Ils ressemblaient à un jean bleu marine ordinaire.

 

 

« C’est vrai ! Grande sœur n’est pas très pointilleuse à propos de ce que les personnes portent, mais elle capte des obsessions étranges et occasionnelles, » avait rajouté Yoriko, s’immisçant dans la discussion. « Ils sont apparemment faits de fibres spéciales en utilisant un procédé particulier qui les rend plus solides que la plupart des autres vêtements. »

« Mutsuko aime ce genre de choses, hein ? Tes baskets ont aussi l’air un peu étranges. Est-ce aussi d’elle ? » demanda Aiko, regardant les pieds de Yuichi. Les baskets ne semblaient pas si inhabituelles d’un coup d’œil, mais quand elle avait regardé de plus près, elle avait vu qu’elles n’avaient pas de lacets.

« C’est vrai, mais... mais je sais où tu veux en venir, d’accord ? Je peux refuser, et elle ne me force pas. Elle commence juste à bouder, c’est tout, » déclara Yuichi.

« Je parie qu’elle le ferait, » c’était facile à imaginer pour Aiko.

« Ah, ceux-là sont aussi faits de matériaux spéciaux pour être très robustes. Ils n’ont pas de lacets parce qu’ils s’adaptent à la pression de l’air, » avait expliqué Yoriko.

« Ta grande sœur aime vraiment ces matériaux spéciaux, hein ? » murmura Aiko.

Pendant qu’ils bavardaient, ils étaient finalement arrivés dans le centre commercial, puis s’étaient dirigés ensemble vers un magasin de vêtements décontractés, où Yoriko avait rapidement commencé à s’enraciner dans les étagères.

Yuichi n’avait pas l’air de souhaiter choisir lui-même les vêtements. Il se tenait juste à quelques pas derrière Yoriko alors qu’elle regardait autour d’elle. Aiko, bien qu’on ne lui avait rien demandé, avait décidé de faire une petite initiative en cherchant des vêtements qui auraient l’air bien sur Yuichi.

« Quand il demande à notre grande sœur d’acheter des vêtements, elle achète les choses les plus ridicules, » avait déclaré Yoriko.

« Ah, je crois savoir ce que tu veux dire..., » déclara Aiko.

« Quand on y pense, une cotte de mailles, n’est-ce pas aberrant ? » demanda Yoriko.

« Hein !? » Cotte de mailles ? Ce n’était pas un mot qui revenait souvent dans les conversations informelles...

« Elle lui apporte aussi des gilets pare-balles. Qui porterait une telle chose dans la vie de tous les jours ? » demanda Yoriko.

« Où est-ce qu’ils vendent ce genre de choses ? » L’image de Mutsuko montrant fièrement un gilet pare-balles apparaissait dans l’esprit d’Aiko. C’était trop facile à imaginer.

« Et même quand elle choisit des vêtements normaux, ils sont toujours noirs. Elle veut le voir en noir de la tête aux pieds ! Je ne peux pas la laisser s’occuper de la gestion de sa garde-robe, » déclara Yoriko.

« Vous avez l’air de bien vous entendre, hein ? » déclara Yuichi en les regardant choisir leurs vêtements.

Bien sûr, superficiellement..., pensa Aiko.

« Oh, on s’entend si bien ! N’est-ce pas vrai ? » Yoriko se mit à rire tout en regardant vers Aiko.

« Eh bien, je suppose que oui..., » répondit Aiko.

« Grand Frère, comment trouves-tu ça ? » demanda Yoriko, montrant une chemise et une veste bien adaptée, semblable à celle qu’il portait déjà.

« Eh bien, je ne sais pas..., » déclara Yuichi en lui prenant la chemise. « Noro, en as-tu aussi choisi un ? »

« Hein ? Oh, non ! » Aiko tenait un T-shirt avec un logo anglais incompréhensible. C’était gênant d’être découvert en train de choisir quelque chose qu’on ne lui avait pas demandé.

Yoriko cacha son visage à Yuichi et gloussa. Il n’y avait ni bien ni mal quand il s’agissait de choisir des vêtements, mais Aiko se sentait toujours comme si elle avait perdu d’une façon ou d’une autre face à elle.

« Alors, je vais aller les acheter. Il y a beaucoup de personnes dans la file d’attente, donc cela peut prendre un certain temps, » déclara Yuichi, en prenant le T-shirt d’Aiko.

« Hein ? » déclara Yoriko avec surprise. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il achète le T-shirt qu’Aiko avait choisi.

Yuichi était parti faire la queue, laissant Aiko et Yoriko l’attendre près de l’entrée du magasin.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Une vraie peste cette yoriko... A choisir je préfère vraiment Mutsuko... Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire