Neechan wa Chuunibyou – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Le choc !!! La Clinique Rose !

Partie 2

Si elle était juste fermée à clé, il pouvait la crocheter assez facilement... Mais en levant les yeux vers la porte, sa mâchoire était tombée :

Elle avait été soudée. Il ne pourrait pas l’ouvrir assez vite pour s’enfuir.

« Ce n’est pas bon. Nous sommes coincés, » Yuichi se retourna pour faire face à leurs poursuivants.

Le groupe de personnes les avait presque atteints.

Il y avait un air de méchanceté autour d’eux alors qu’ils se déployaient de l’autre côté du couloir pour couper tout moyen d’évasion.

« Bzzt ! Mauvaise réaction. Dommage. »

« Il n’y a pas d’issue, crétin. »

« Qu’est-ce que c’est que ces masques ? Vous prenez-vous pour des superhéros ? »

« C’est une fille ? C’est bien, j’ai pensé qu’une seule ne suffirait pas. »

« Personnellement, je suis intéressé par le garçon. »

Les hommes s’étaient arrêtés et se mirent à lâcher des remarques grossières depuis une certaine distance. Leurs sourires noirs s’infiltraient dans la peau de Yuichi.

« Vous deux, cachez-vous dans la salle de bains là-bas, » avait-il dit. « Placez-vous contre la porte, et si quelqu’un essaie de l’ouvrir, bloquez la poignée de porte. » La salle de bain des filles près de l’entrée arrière avait une porte, ce qui pourrait les aider à gagner du temps.

Aiko et la fille avaient couru docilement dans la salle de bains alors que Yuichi s’avançait.

Il savait que s’il attendait qu’ils fassent le premier pas, il aurait à faire face à une bataille d’attrition. À la place, il avait commencé à se précipiter vers eux, jetant les pierres de plomb dans sa main alors qu’il avait avancé.

Lorsqu’il s’agissait de déterminer la meilleure façon de s’engager face à un grand groupe de personnes, il y avait une variété de théories. Certains croyaient qu’il fallait d’abord se concentrer sur les plus faibles, afin de réduire leur nombre. D’autres pensaient qu’il fallait d’abord vaincre les plus forts, pour briser le moral et les forcer à fuir.

La stratégie de Yuichi était toute autre chose.

Yuichi s’était arrêté devant l’homme le plus proche et s’était retourné pendant qu’il sautait, l’envoyant voler avec un coup de pied tourbillonnant. L’homme avait rebondi sur le mur voisin et avait frappé le sol d’un coup.

Yuichi avait ensuite atterri avant de regarder pour voir quel effet son attaque avait eu sur les autres.

La tactique de contrôle de foule que Mutsuko lui avait apprise consistait à éliminer un adversaire avec le coup le plus explosif possible, ce qui était généralement suffisant pour paralyser le reste du groupe.

Le coup de pied de tourbillon était le mouvement tape-à-l’œil parfait. La plupart des personnes seraient stupéfaites dans l’immobilité après avoir vu quelqu’un donner un coup de pied en sautant comme ça.

En effet, cela avait semblé étourdir les délinquants pendant un moment, mais ils avaient ensuite foncé sur Yuichi en criant.

S’il n’y en avait eu que quelques-uns, les autres auraient pu s’enfuir en raison de la peur. Mais leur grand nombre semblait agir comme un réducteur de chocs, la pression mutuelle des pairs repoussant tout signe de faiblesse.

Oh, franchement ! avait pensé Yuichi. Alors que l’un d’eux se précipitait vers lui en brandissant une épée de bois, il s’était approché et avait saisi le coude de l’homme, le tirant vers le haut pour le déséquilibrer avant de le jeter vers l’arrière. La chute l’envoya s’écraser sur quelques camarades qui arrivaient derrière lui, ralentissant leur avance en même temps.

Une batte avec des clous avait balayé l’air en direction de lui. Yuichi s’était penché aussi loin qu’il pouvait aller et s’était glissé en dessous, avait saisi la jambe de son adversaire et avait frappé son genou. Puis il évita un autre coup et balaya la jambe de l’attaquant.

Un autre bras avait été poussé vers lui, tenant un couteau. Il avait saisi le bras, l’avait tordu et l’avait cassé au niveau du coude.

« Pas de couteaux ! » cria Yuichi. « J’essaie de faire preuve de retenue ! »

Sortir un couteau dans une bataille comme celle-ci était le comble de la folie. Il n’aurait pas touché Yuichi, mais l’homme aurait pu finir par poignarder l’un des siens.

Yuichi n’avait aucun problème avec la horde non organisée, mais les hommes semblaient bientôt se rendre compte qu’ils ne faisaient aucun progrès comme ils l’étaient, et décidèrent plutôt de former un large cercle autour de lui et de s’approcher lentement. Ils avaient dû se rendre compte que leur meilleure chance était d’arriver au bon moment et de tomber sur lui d’un seul coup.

Quatre des hommes avaient échangé un regard et avaient ensuite sauté vers Yuichi en même temps.

S’ils venaient de tous les côtés, il ne pouvait pas s’échapper, et même s’il en abattait un ou deux, les autres pourraient le bloquer. Puis, une fois qu’ils l’auraient maintenu au même endroit, ils pourraient probablement trouver quelque chose.

Telle était probablement leur façon de penser. Si c’était le cas, ils n’avaient pas réalisé que Yuichi avait encore une simple direction d’évasion : Le haut.

Yuichi avait fait un léger coup de pied au sol et avait volé dans les airs, s’agrippant à un dispositif d’éclairage dans le plafond pour retarder sa chute.

Alors que les hommes avaient paniqué en perdant de vue leur adversaire, Yuichi était retombé sur eux avec un coup de pied.

Dans de telles situations, la chose la plus importante à faire était de continuer à bouger et de ne pas se faire bloquer.

Yuichi avait continué à se déplacer en maintenant son équilibre pour éviter leurs attaques, les distraire et continuer à les abattre un par un.

On disait qu’il était impossible de maintenir une force de combat en ordre une fois qu’elle avait subi 30 % de pertes. Ce gang n’avait pas exactement été en ordre au départ, et plus ils voyaient leurs nombres diminuer, plus ils semblaient se réveiller de leur frénésie. Ils avaient dû se rendre compte que s’ils continuaient ainsi, ils finiraient par terre comme les autres. Une fois que la moitié d’entre eux étaient au sol, leur nombre avait commencé à s’effriter progressivement.

« Toi..., » un homme lui avait crié dessus en réalisant qu’il ne pouvait pas gagner.

Yuichi venait de le frapper contre le sol, la tête la première.

Heureusement, sa chute avait été arrêtée par un autre homme qui était déjà par terre.

Il ne restait plus qu’un seul « Vampire ? » qui se tenait là, apparemment sans être dérangé par le chaos que Yuichi avait infligé. Yuichi s’était rendu compte que c’était probablement le chef du gang.

« Si tu n’avais pas été si fort, je t’aurais fait passer un bon moment... mais maintenant tu es mort, d’accord ? » déclara l’homme.

Ça ressemblait à du bluff selon Yuichi. Cet homme n’était pas si différent de ceux qui étaient déjà au sol. Une fois qu’il l’aura battu, tout sera fini. Mais au moment où Yuichi était sur le point de faire un pas, l’homme avait soudainement changé.

Son visage avait commencé à se transformer.

Yuichi se tenait là, surpris, alors que le nez et la bouche de l’homme commençaient à s’allonger et à aller vers l’avant. Son visage s’était couvert de fourrure et ses oreilles s’étaient tortillées en avançant jusqu’au sommet de sa tête. Ainsi, son visage était maintenant celui d’un chien.

L’étiquette « Vampire ? » s’était transformée en « Anthromorphe (Loup) ».

La vue du visage d’un homme se transformant en visage de chien devant ses yeux était si irréelle qu’elle obligea Yuichi à faire une pause.

Mais « pause », c’était tout ce que c’était. Malgré sa surprise, Yuichi avait poursuivi son plan original, se précipitant vers l’homme et le frappant des deux côtés du visage avec ses poings dans un mouvement similaire à la technique « Frappe des Oreilles » du Tai Chi.

L’Anthromorphe avait touché le sol comme un sac de pommes de terre. Yuichi était soulagé de le voir réagir ainsi. La position changeante des oreilles de l’homme l’avait laissé un peu incertain de l’endroit où frapper, mais il semblait que cela n’avait pas d’importance.

« Qui est ce type ? » Yuichi murmura à lui-même, regardant l’homme au sol. Le visage de l’homme avait l’air normal maintenant, mais il était sûr qu’il ne l’avait pas seulement imaginé. Il se souvenait de la sensation de la fourrure sur ses poings.

C’était certainement étrange, mais Yuichi n’avait pas eu le temps d’y penser maintenant. Il avait regardé autour de lui. Aucun des hommes autour de lui ne bougeait, et ceux qui s’étaient enfuis ne montraient aucun signe de vouloir revenir ici.

« Bon sang... quel désordre, » déclara une Aiko exténuée en sortant de la salle de bains.

Yuichi n’avait même pas transpiré ; l’entraînement de Mutsuko avait donné la priorité à l’utilisation efficace de l’endurance. Il avait abattu la moitié du groupe, une douzaine d’individus, avant que les autres ne s’enfuient. Mais même s’il les avait tous vaincus, cela ne l’aurait probablement pas trop fatigué.

La jeune fille sortit après Aiko et se tint là, la bouche immobile, regardant en état de choc les hommes qui jonchaient le couloir.

« Hum... C’est..., » murmura-t-elle.

« C’est un secret, d’accord ? » Aiko avait réagi d’elle-même pour régler le problème.

« Quoi qu’il en soit, on devrait y aller, » déclara Yuichi. « Les gars qui se sont enfuis pourraient revenir. »

Ils avaient enjambé les hommes tombés au sol pour retourner à l’entrée.

Il ne semblait pas que quelqu’un attendait pour leur tendre une embuscade à l’extérieur, alors ils avaient réussi à s’échapper de l’hôpital sans problème.

Ils s’étaient dirigés vers le restaurant chinois, Nihao la Chine, en supposant qu’ils ne subiraient pas trop de questions concernant la jeune fille blessée.

 

♡♡♡

 

« Tant de clients ! » Tomomi Hamasaki était là dans son cheongsam, semblant choquée de tout son cœur.

« Nous ne sommes que trois, » protesta Yuichi.

« Non, non, non, non, Sakaki. C’est impressionnant de voir trois personnes venir ici à cette heure de la nuit, vous savez ? Oui, oui, » répondit Tomomi.

« Hé, c’était un “oui, oui” au hasard ou quoi. Ça ne devrait pas être “impressionnant, oui, oui, oui” ? » Yuichi soupira, se sentant un peu fatigué de l’utilisation incohérente de Tomomi.

« Je n’ai pas non plus vu beaucoup de clients ici pendant la journée..., » murmura Aiko. Elle semblait s’inquiéter des affaires de Nihao la Chine.

Elle et la serveuse semblaient assez proches, avait remarqué Yuichi, alors qu’ils se dirigeaient vers une table ronde.

Ils avaient assis la jeune fille sur une chaise où Yuichi pourrait examiner sa blessure.

Heureusement, ce n’était pas vraiment grave ; juste une petite coupure sur la bouche. Face à l’instigation de Yuichi, Tomomi avait préparé un sac en plastique rempli de glace, qu’il avait mis sur la joue de la fille.

« Tout devrait aller bien après avoir refroidi ça pendant un certain temps, mais si vous êtes encore inquiète, vous devriez aller à l’hôpital, » avait-il dit.

Une fois que la jeune fille semblait s’être calmée, Yuichi et Aiko s’étaient également assis.

« Hé, Sakaki. Fais-tu ça souvent ? » demanda Aiko, avec curiosité.

« Eh bien... si quelqu’un a des ennuis et que tu es là, ne vas-tu pas l’aider ? Bien que je ne vois généralement pas de choses à ce niveau-là dans cette région..., » Yuichi s’était creusé la tête, essayant de penser à qui pourrait être derrière quelque chose comme ça.

Il était presque sûr d’avoir écrasé la plupart des personnes problématiques qui vivaient dans la région. S’ils avaient été des malfrats, ça ne l’aurait pas dérangé. Mais voir l’étiquette « Vampire ? » et la façon dont elle s’était soudainement transformée en « Anthromorphe (Loup) » le dérangeait.

Yuichi avait demandé à la jeune fille ce qui s’était passé, mais tout ce dont elle se souvenait, c’était d’avoir été soudainement attaquée alors qu’elle était en ville.

« Vous ne les connaissiez pas, hein ? Ils ne vous dérangeront probablement plus, mais s’il se passe quelque chose, contactez-moi. Je vous donnerai mon numéro, » Yuichi avait échangé son numéro de téléphone portable avec la fille.

« Hé, Sakaki. Fais-tu ça souvent ? » demanda Aiko, exaspérée.

« Hein ? » Il avait l’impression qu’elle lui avait demandé ça juste avant, avec une nuance légèrement différente cette fois-ci.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire