Neechan wa Chuunibyou – Tome 1 – Prologue

***

Prologue : L’Éveil du Lecteur d’Âmes !

« Maman ! Yu a réveillé sa vision magique ! Il faut du riz sekihan pour fêter ça ! »

« Oh, mon Dieu. Je ne sais pas vraiment de quoi tu parles, mais si c’est une bonne chose, c’est du riz Sekihan que nous aurons. »

Yuichi avait failli cracher sa soupe au petit-déjeuner.

C’est bon, je vais bien. Personne ne le fait vraiment en dehors des animes et des mangas, pensa Yuichi.

Sa grande sœur, Mutsuko, lui avait fait tout un exposé avant ça sur le fait qu’il ne pouvait parler de sa vision à personne — et si une société secrète s’en prenait à lui ? Pourtant, apparemment, elle n’avait rien vu de mal à le dire à leurs parents.

Il la dévisageait, la poussant à arrêter d’en parler.

Mutsuko lui répondit en souriant, interprétant mal le geste. Elle ne l’avait pas du tout compris.

Mutsuko venait tout juste d’entrer en deuxième année de lycée, le même lycée que Yuichi fréquenterait à partir d’aujourd’hui. Les autres disaient qu’elle était belle, bien que Yuichi, étant son frère, ne puisse pas vraiment confirmer ce fait.

Ses cheveux étaient longs et maintenus en place avec une variété de pinces à cheveux en métal. Pour l’observateur occasionnel, elles ne ressemblaient qu’à des barrettes en forme de couteaux, mais elle se vantait toujours qu’il s’agissait de vraies lames en acier de Damas.

Sa silhouette était mince et sa poitrine était modeste, mais cela ne semblait pas la déranger. Elle avait toujours dit que le fait d’avoir une grosse poitrine se mettrait en travers de son chemin, et on aurait dit qu’elle le pensait vraiment.

Sa mère était très facile à vivre, de sorte que la conversation sur la vision magique ne la dérangeait pas. Elle ne savait probablement pas ce qu’était une « vision magique ».

Yuichi avait vérifié la réaction de son père, mais il se concentrait toujours sur son journal, prenant parfois une bouchée de nourriture. Il ne semblait pas particulièrement intéressé par la conversation.

La petite sœur de Yuichi, Yoriko, prenait son petit-déjeuner comme si tout était normal. Mutsuko disait toujours des choses bizarres comme ça, alors elle semblait à peine le remarquer.

Yoriko commencerait sa deuxième année de collège aujourd’hui. Contrairement à Mutsuko, qui ne se souciait guère de son apparence, Yoriko était très soucieuse de toujours être belle. Ses longs cheveux noirs lui convenaient très bien, et elle en prenait grand soin. Elle ne songerait pas à l’affliger d’ornements bizarres comme l’avait fait sa sœur. Son visage ressemblait à celui de Mutsuko, mais elle avait un air serein et, en ce qui concerne les proportions féminines, elle la dépassait déjà.

 

♡♡♡

 

La conversation sur la vision magique s’était poursuivie. Yuichi regarda autour de la table et poussa un soupir. Peut-être qu’il aurait dû en faire plus pour qu’elle se taise. Il avait repensé à l’incident de la nuit précédente.

Il était minuit passé. Yuichi avait frappé légèrement sur la porte de la chambre de Mutsuko.

Leurs parents et leur petite sœur dormaient tous profondément à ce moment-là, mais il savait que Mutsuko resterait éveillée tard pour faire des choses bizarres.

La porte s’ouvrit aussitôt et Mutsuko se tenait devant lui. Elle était vêtue d’un pyjama rose, fixant Yuichi dans la confusion.

« Yu ? Que fais-tu ici à cette heure ? »

« Euh ! Il y a quelque chose pour laquelle je voudrais que tu m’aides..., » commença Yuichi.

« Bien sûr que oui ! Tu vas me parler de ta collection de jeux fétichistes sur les grandes sœurs, n’est-ce pas ? Ne t’inquiète pas, ça ne me dérange pas du tout ! » Mutsuko avait gonflé sa poitrine.

Yuichi n’avait aucune idée de l’origine de cette idée, mais elle en était extrêmement fière.

« Ce n’est pas ça ! » déclara Yuichi.

« C’est la seule raison pour laquelle un jeune homme visite la chambre de sa grande sœur au milieu de la nuit ! Je l’ai vu dans un anime ! » déclara Mutsuko.

« Mais on n’est pas dans un anime, c’est la vraie vie, » sa réponse n’avait pas eu la force de ses convictions. Ce qu’il s’apprêtait à lui demander était le contraire du réalisme.

« Bref, arrête de rester là et rentre pour qu’on puisse parler, d’accord ? » Mutsuko lui avait fait un signe vers l’intérieur de la pièce.

Elle avait toujours son kotatsu, bien que le chauffage sous la table basse ne soit pas nécessaire ici au début du printemps. Ils s’étaient tous les deux dirigés vers lui et avaient pris place.

Yuichi n’avait pas été dans la chambre de Mutsuko depuis un moment. Le fait qu’elle soit encore plus encombrée qu’elle ne l’était auparavant lui donnait l’impression d’être légèrement épuisé.

Il avait pris une brochure sur la table. Le titre était « Abdo Pare-Balles » la couverture présentait une image agrandie d’une armure abdominale. Elle avait l’air de pouvoir dévier les balles.

Yuichi avait commencé à faire un nettoyage élémentaire dans les livres éparpillés au hasard sur la table.

Le Roi de la Force de Préhension, Le Roi des Articulations, Le Guide complet du Bajiquan, Pourquoi Masahiko Kimura n’a-t-il pas tué Rikidozan ?, La Science de la Libération de votre Pouvoir Interne..., des livres avant ces titres et bien d’autres avaient été empilés au bord du kotatsu. Il ne pouvait pas rester assis à une table en désordre.

Mais le fait de mettre de l’ordre dans ce petit fouillis n’avait pas changé l’état déplorable du reste de la pièce. Les éléments les plus évidents de l’encombrement étaient les armes éparpillées dans toute la pièce.

Il y avait beaucoup d’armes chinoises : guandao, emeici, fouets à chaîne, marteaux météores, miaodao...

Pour les armes de style occidental, il y avait des bâtons de combat, des arbalètes, des mains gauches...

Pour les armes indiennes, madu et un katar...

Il y avait aussi des armes de style japonais. manri-gusari, jutte, shurikens et même des katanas. Du moins, les éventails semblaient un peu féminins, mais ils étaient faits d’acier... en d’autres termes, encore plus d’armes.

Yuichi savait qu’elle avait des armes, mais pas qu’elle en avait autant, ni qu’elle les laissait traîner au grand jour comme ça. La question paranoïaque de ce qui se passerait si quelqu’un marchait sur l’un d’eux commençait à le ronger.

Pourtant, même si vous ignoriez les armes, ce n’était pas comme si la pièce était vraiment féminine. Le sol était un désordre de câbles sinueux et de mystérieuses cartes à circuits imprimés. Il y avait une rangée de ce qui ressemblait à des casiers empilés contre un mur, remplis de machines vacillantes. Et même en les mettant de côté, il y avait les masques, les talismans en papier et l’autel, tous à des fins inconnues.

Yuichi avait poussé tout ça hors de son esprit. S’il s’y attardait, cela ne s’arrêterait jamais.

« D’accord ! De quoi voulais-tu parler ? » demanda Mutsuko avec enthousiasme. Elle mettait souvent Yuichi dans des situations difficiles, mais il ne se souvenait pas de la dernière fois qu’il lui avait demandé des conseils. C’est peut-être pour cela que ses yeux débordaient d’anticipation.

« Depuis hier, je vois des choses étranges et je ne sais pas pourquoi, » expliqua Yuichi, tâtonnant pour trouver les bons mots.

« Oh ? » Mutsuko s’était penchée vers l’avant au-dessus de la table, et c’est alors qu’une flottée de questions était sortie de sa bouche.

« Qu’est-ce que c’est ? Quoi ? Qu’est-ce que tu vois ? Hein ? Des lignes ? Les lignes de la mort ? As-tu la perception des Yeux Mystiques de la Mort ? Il faut qu’on te trouve des lunettes ! Mais qu’est-ce qu’ils en font encore ? Ou bien peux-tu voir les chakras ? Vois-tu tous les yeux en blancs ? Est-ce les Yeux de la Roue Miroir ? Ou bien peux-tu voir des fantômes ? Est-ce la vision des fantômes ? »

« Calme-toi ! Ce n’est pas si grave ! » déclara Yuichi.

« J’ai compris ! Attends un peu, » elle avait pris une grande respiration, essayant clairement de se calmer.

« D’accord ! Qu’est-ce que tu vois ? » lui demanda-t-elle.

« Ce n’est pas si important que ça... J’espère que tu n’as pas trop espéré, parce que c’est juste... euh... des mots, » répondit-il.

« Des mots ? » demanda sa sœur.

« Je vois des mots au-dessus de la tête des personnes, » répondit-il.

« Est-ce tout ? » Mutsuko était clairement déçue. Même si c’est lui qui lui demandait conseil, il avait presque l’impression de l’avoir déçue.

Mais elle avait rebondi rapidement, en se penchant à nouveau vers l’avant.

« C’est vrai ! Ce n’est peut-être pas une vision magique basée sur le combat ! Mais c’est quand même incroyable ! Alors, est-ce qu’il y a quelque chose au-dessus de ma tête en ce moment ? Peut-être que tu peux voir mon espérance de vie ? J’ai vu ça dans les films d’horreur ! » déclara-t-elle.

« C’est juste écrit “Grande Sœur”, » déclara-t-il.

« Hein ? » s’exclama-t-elle.

Les mots « Grande Sœur » flottaient au-dessus de la tête de Mutsuko en grosses lettres noires.

« Au-dessus de la tête de maman, il est écrit “Maman”. Au-dessus de la tête de Yori, il y a écrit “Petite Sœur”, » continua-t-il.

Mutsuko, Yuichi et Yoriko étaient frères et sœurs. Avec leurs parents, ils formaient la famille Sakaki composée de cinq membres.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? Je ne comprends pas, » déclara Mutsuko.

« Je ne comprends pas non plus ! » déclara-t-il. « Je n’ai aucune idée de ce qui se passe, donc je ne suis pas sorti du tout depuis le début de la journée d’hier. Mais j’ai l’école demain, donc je ne peux pas rester à l’intérieur. J’ai pensé que tu pourrais savoir quelque chose, » déclara-t-il.

 

♡♡♡

 

Yuichi avait dormi tard le dernier jour des vacances de printemps, puis s’était rendu à la cuisine pour un petit-déjeuner tardif. C’est à ce moment-là qu’il avait remarqué.

Sa mère était dans la cuisine en train de cuisiner, le mot « Maman » flottant au-dessus de sa tête en lettres noires.

Il avait cligné des yeux à plusieurs reprises, pensant qu’il rêvait peut-être encore à moitié. Mais peu importe combien de fois il avait cligné des yeux ou s’était frotté les yeux, les lettres noires étaient restées présentes.

Il avait dévoré sa nourriture, puis était retourné dans sa chambre. Il pensait qu’il était peut-être juste fatigué des vacances de printemps, alors il était retourné au lit. Mais c’était pareil quand il s’était réveillé. Tout ce qu’il avait réussi à faire, c’était de confirmer qu’il pouvait aussi voir des mots au-dessus de la tête de ses sœurs.

 

♡♡♡

 

« Alors, peux-tu voir quelque chose au-dessus de ta tête ? » demanda sa sœur.

« Je ne voyais rien quand je me regardais dans le miroir. Peut-être que je dois le regarder directement... de toute façon, c’est tout ce que je sais. Une idée de ce que ça pourrait être ? » demanda-t-il.

« Tiens bon ! Attends un peu ! » Mutsuko appuya une main sur son front, et poussa l’autre vers Yuichi, paume vers l’extérieur.

« D’accord, mais qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? » demanda-t-il.

« Je réfléchis ! As-tu un problème avec ça ? » Mutsuko avait maintenu sa pose, alors qu’elle était apparemment profondément dans ses pensées.

Elle était le genre de personne qui, une fois dans son propre petit monde, ne pouvait rien voir d’autre autour d’elle. Elle pourrait rester comme ça toute la nuit s’il la laissait faire.

Yuichi était sur le point de retourner dans sa chambre quand Mutsuko avait recommencé à bouger.

« Lecteur d’âme... C’est ça ! Cela doit être ça ! Peut-être que tu as des yeux magiques qui peuvent lire la vraie nature d’une personne ? » déclara-t-elle.

« Hein ? Alors, “Grande Sœur” est ta vraie nature ? » demanda-t-il.

« Ouais ! Il n’y a pas de grande sœur plus grande que moi ! » Mutsuko avait gonflé sa poitrine. Elle avait toujours semblé être particulièrement fière d’être une grande sœur, même au-delà de sa vantardise habituelle.

« Je suppose que cela vaut aussi pour “Maman”, “Petite Sœur” et “Papa”. Peut-être que ça ne vaut pas la peine de s’inquiéter, » déclara Yuichi.

Le fait d’entendre Mutsuko faire tellement de bruit avait fait que Yuichi se sentait un peu bête de s’inquiéter. Est-ce si important qu’il ait vu les mots « Grande Sœur » au-dessus de la tête de sa grande sœur ?

« Au fait ! As-tu la moindre idée de ce qui aurait pu éveiller le pouvoir en toi ? » demanda-t-elle.

« Hein ? Non... il était là quand je me suis réveillé le matin, » répondit-il.

Bien qu’il soit venu la voir pour lui demander conseil, il avait été un peu surpris par la rapidité avec laquelle elle avait cru à des choses comme la vision magique. Elle parlait toujours de choses dans les animes et mangas comme si elles existaient vraiment, mais il avait toujours pensé que c’était au moins en partie de sa mise en scène.

« As-tu été touché par une flèche ou quelque chose comme ça ? » demanda-t-elle.

« Je pense que je m’en souviendrais ! » déclara-t-il.

« As-tu mangé un fruit avec un motif en spirale ? » demanda sa sœur.

« Je pense aussi que je m’en souviendrais, » répliqua-t-il.

« As-tu entendu une voix demandant, “Désirez-vous le pouvoir ?” » demanda-t-elle.

« Si je l’avais fait, ce serait la première chose que je t’aurais dite, » répliqua-t-il.

« Hmm, je suppose que c’est un effet où tu n’en es pas conscient... l’influence d’un séisme démoniaque ou d’une porte de l’enfer..., » déclara sa sœur.

« Désolé, mais je ne peux pas te donner plus d’informations que ce que je t’ai déjà dit. Je me suis déjà creusé les méninges pour trouver toutes les causes possibles, » déclara-t-il.

Mutsuko se replongea dans une profonde réflexion. « Des nanomachines, peut-être... ou une boîte de Pandore ? On ne peut pas non plus exclure les Personas..., » après avoir réfléchi dans son coin pendant plusieurs secondes, elle avait finalement regardé Yuichi. « Tu ne dois en parler à personne ! Tu pourrais devenir l’objet d’une chasse au surhomme ! »

« Qui ferait une chose pareille ? » demanda-t-il.

 

 

« Une société secrète ! » répondit-elle. « Oui, il pourrait y avoir une société secrète pour ce genre de choses ! Sois prudent ! Ils pourraient te trouver et t’arracher les yeux ! »

« Hé, ne dis pas des trucs comme ça ! » s’exclama Yuichi.

De toute évidence, Yuichi n’avait pas l’intention d’en parler à qui que ce soit d’autre. Seule sa sœur bizarre prendrait une telle histoire au sérieux. N’importe qui d’autre douterait de sa santé mentale.

« Je ne le dirai à personne. Alors tu le gardes pour toi aussi, d’accord ? » demanda-t-il.

« Tu as tout compris ! Je te protégerai des sociétés secrètes, Yu ! » Il y avait de la fierté dans sa voix alors qu’elle tapotait une main contre sa poitrine. Cette vue l’avait vraiment rempli de confiance.

Quoi qu’il arrive, ma sœur sera de mon côté. Elle était peut-être un peu excentrique, mais elle ne l’avait jamais laissé tomber. Bien qu’il se sentait un peu pathétique d’avoir à compter sur elle comme ça, parler avec elle avait vraiment soulagé beaucoup de ses soucis.

 

♡♡♡

 

Mais il avait commencé à le regretter dès qu’il avait entendu sa sœur demander du riz sekihan.

Après tout, peut-être qu’il n’aurait pas dû venir la voir.

Il pouvait sentir de sombres nuages se former alors qu’il faisait face à son premier jour de lycée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    La flèche c'est une réf à Jojo hein ?

Laisser un commentaire