Neechan wa Chuunibyou – Tome 1 – Chapitre 9 – Partie 1

***

Chapitre 9 : Enfin ! La bataille contre le Tueur en Série I

Partie 1

Yuichi et Mutsuko avaient suivi les instructions de Natsuki et étaient arrivés à la ville désignée. C’était un bidonville plein de sans-abri, à environ une heure de train de leur ville natale de Seishin.

Ils avaient utilisé le GPS de leur téléphone cellulaire pour trouver l’emplacement exact, ce qui s’était avéré être une vieille usine délabrée.

On pourrait s’attendre à ce qu’une usine abandonnée soit pleine de sans-abri à la recherche d’un toit, mais cela ne semblait pas être le cas ici. Le bâtiment était silencieux et empli de noirceur.

Yuichi et Mutsuko s’étaient dirigés vers l’intérieur, toujours en état d’alerte.

Des poutres d’acier et des matériaux traînaient tout autour d’eux, suggérant une ancienne usine de travail des métaux.

Bien que l’électricité semblait être coupée, ils pouvaient encore voir une lumière devant eux. Il y avait un son grave comme le tourbillon de turbines. Peut-être un générateur domestique.

Ils étaient entrés et avaient marché vers la lumière jusqu’à ce qu’ils voient une fille en uniforme du lycée. Elle les regardait d’un regard aiguisé.

Natsuki Takeuchi se tenait au centre d’un grand espace dégagé éclairé par des lumières aveuglantes.

Aiko était assise à ses pieds. Elle n’était pas attachée et ne semblait pas blessée.

« Sakaki ! » Dès qu’elle avait vu Yuichi, Aiko s’était levée et avait couru droit devant lui. Natsuki n’avait pas essayé de l’arrêter, mais l’avait regardée partir.

Aiko avait placé ses bras autour de Yuichi.

« Hé, ça va ? » avait-il demandé. Elle avait l’air terrifiée. Yuichi caressa doucement sa tête.

« Oui, je vais bien... Désolée de m’être fait attraper, » le sourire momentané d’Aiko s’était assombri en raison des regrets qu’elle ressentait.

« Ne t’en fais pas. Tu vas bien, et c’est tout ce qui m’importe, » il l’avait regardée de haut en bas, mais il n’avait rien vu d’anormal chez elle, si ce n’est un uniforme poussiéreux.

« Oh mon Dieu, Noro ! Comme c’est avant-gardiste de ta part ! » s’exclama Mutsuko.

Les paroles de Mutsuko avaient ramené Aiko à la réalité. Elle s’était rapidement arrachée à Yuichi comme si elle avait réalisé ce qu’elle faisait.

L’accolade avait été un peu bizarre pour Yuichi, alors il était un peu soulagé. Mais juste à ce moment-là, il avait remarqué l’étiquette au-dessus de la tête d’Aiko.

« Intérêt Romantique. »

 

 

Quand est-ce que c’est arrivé ? Se demanda-t-il.

« Qu’est-ce qu’“Intérêt Romantique” ? » murmura Yuichi.

« As-tu entendu ça !? » cria Aiko, son visage devenant écarlate.

« Hein ? Je parlais juste de ton étiquette qui dit maintenant “Intérêt Romantique”..., » répondit Yuichi.

Aiko avait balayé ses mains en haut de sa tête comme si elle essayait d’effacer les mots. Ils n’avaient pas disparu, mais pendant qu’elle y travaillait, Mutsuko avait relié ses bras derrière son dos et s’était promenée dans la ligne de vue de Yuichi, en fredonnant.

« Qu’est-ce que tu fais, sœurette ? » demanda-t-il, souhaitant silencieusement qu’elle ne sabote pas l’ambiance.

« Allez, qu’est-ce que mon étiquette dit ? » demanda-t-elle.

« Hein ? C’est écrit “Grande Soeur”, comme toujours, » déclara-t-il.

« Oh, franchement ! » Mutsuko grogna. « Si tu es le protagoniste, et que Noro est un intérêt amoureux, alors je devrais aussi l’être ! »

« N’es-tu pas ma vraie sœur ? » demanda Yuichi.

« Oui ! Nous sommes sans aucun doute frères et sœurs ! Il n’y aura pas de “non lié par le sang” plus tard ! » annonça Mutsuko.

« Alors ne trouves-tu pas cette idée bizarre !? » demanda Yuichi.

« Pourquoi ta sœur ne peut-elle pas être ton intérêt amoureux ? » Mutsuko lui avait fait la moue.

Yuichi l’avait poussée sur le côté pour pouvoir faire un pas en avant. Il pouvait l’entendre derrière lui, bouder encore, mais il était soulagé qu’elle ne fasse plus rien pour se mettre en travers de son chemin.

« De toute façon, vous deux, partez de là. Je m’occupe du reste, » déclara-t-il.

« Noro ! Je pense que cet endroit devrait être bien. C’est juste la bonne hauteur pour s’asseoir, » Mutsuko avait montré du doigt une montagne de matériaux en acier, et les deux filles s’y étaient assises.

Yuichi avait vérifié pour s’assurer qu’elles étaient à une distance de sécurité, puis avait commencé à marcher vers Natsuki.

Ils étaient à une dizaine de mètres l’un de l’autre, l’un en face de l’autre.

Son étiquette disait : « Jack l’Éventreur ». Le tueur en série qui avait terrorisé l’Angleterre en 1888. L’affaire n’avait pas été résolue et l’identité du tueur restait inconnue. Qui pourrait dire quelle aurait pu être sa faiblesse ?

Mutsuko ne connaissait pas non plus la vérité derrière les incidents, mais... « Plus de cent ans se sont écoulés depuis lors. Alors peut-être que la légende a donné naissance à une sorte de yokai, » avait-elle dit avec beaucoup d’intérêt.

Bien sûr, ce n’était pas Natsuki Takeuchi elle-même qui avait commis ces meurtres. Elle n’avait même pas l’air anglaise. Malgré ses traits exotiques, elle était clairement japonaise.

« Bonsoir. Tout est fini avec vos retrouvailles émotionnelles ? » demanda-t-elle.

« Je suis surpris que tu l’aies laissée partir si facilement. J’ai pensé que tu voudrais la prendre en otage, » avait commenté Yuichi. Il avait supposé qu’elle voudrait utiliser Aiko pour le garder docile, mais apparemment non. D’un autre côté, cela pourrait aussi être un signe de la confiance en Natsuki. Si c’est le cas, cela pourrait entraîner un nouveau type de problèmes.

« Mon temps et mon énergie sont précieux. Préparer une corde et l’attacher aurait été si difficile. Et je n’ai pas besoin de faire ça pour t’achever, » déclara Natsuki.

« Je peux dire que tu es vraiment confiante. Mais ne serait-il pas plus efficace d’utiliser un otage comme bouclier pour me tuer ? Cela te ferait économiser beaucoup de temps et d’énergie, » demanda Yuichi.

« C’est vrai, mais tuer une personne sans défense n’est pas satisfaisant, désolé de le dire. Donc, si tu es attaché, ou si tu ne peux pas résister parce que j’ai un otage, le meurtre ne me procure rien. Je veux dire, évidemment, ça ne fait pas de différence si je te tue pour te faire taire, mais pourquoi ne pas apaiser ma faim pendant que j’y suis ? » demanda-t-elle.

« Tu me dis beaucoup de choses sur toi, là, » déclara Yuichi.

« Tu es sur le point de mourir, alors je peux dire ce que je veux, » répondit-elle.

« Takeuchi, non ! C’est un drapeau rouge ! » s’exclama Mutsuko. « La phrase “Vous pouvez emporter ça en enfer avec vous” est un signe que tu es sur le point de perdre ! »

« Qui est-elle ? » Natsuki regarda Mutsuko avec perplexité. Elle devait s’attendre à ce qu’il vienne seul.

« Il s’agit de ma grande sœur. Je lui ai accidentellement dit ton identité, alors je l’ai emmenée, » répondit Yuichi.

« Oh ? As-tu fait ça pour moi ? Comme c’est prévenant... Au fait, as-tu laissé une lettre avant de venir ? » demanda-t-elle.

« Pas nécessaire. Je suis venu ici pour parler. Je suis sûr qu’on peut trouver un compromis pour s’en sortir sans tuer personne, » déclara Yuichi.

« Hmm, d’accord. As-tu un téléphone portable ? C’est peut-être plus naturel. Tu n’as qu’à envoyer un courriel à tes parents plus tard... Hmm, mais le fait que ta sœur soit là complique les choses, » Natsuki exsudait une confiance désinvolte, pensant apparemment que tout allait dans son sens.

« Hé... C’est quoi cet endroit ? » demanda Yuichi. Comme Natsuki ne s’engageait pas du tout, il allait passer à un autre sujet. Son premier objectif était de la faire parler avec lui. Il avait besoin d’un moyen de l’accrocher.

« C’est notre Colisée, » annonça Natsuki.

« Hein ? » Yuichi était abasourdi. C’était la dernière chose qu’il s’attendait à entendre.

« Crois-tu que je chasse les sans-abri du coin ? Penses-tu que je suis un tueur immoral ? » demanda-t-elle.

« Veux-tu dire que tu ne l’es pas ? » Yuichi venait de supposer que lorsqu’il avait appris que c’était son territoire de chasse. Cet endroit avait connu plusieurs centaines de morts par le gel et la famine chaque année. Ce serait assez facile pour elle de mélanger ses meurtres avec ça.

« Comme c’est grossier. Je me sens insultée. Crois-tu que je tue des adversaires sans défense ? Bien sûr, je suis une tueuse, mais j’essaie toujours de me fondre dans la société. Je ne cause pas de souffrances inutiles, et je ne tue pas les gens qui ne sont pas prêts à mourir, » déclara Natsuki.

« Noro n’était pas prête à mourir, mais tu allais la tuer, » déclara Yuichi.

« Cela relève de la catégorie des “souffrances nécessaires”. C’est une affaire complètement différente de celle de la satisfaction personnelle, » répondit Natsuki.

Yuichi avait décidé de renoncer à comprendre sa logique. Il n’allait pas entrer dans l’esprit d’un tueur en série.

« C’est un Colisée où les intrépides viennent se battre. Tous ceux qui viennent ici savent qu’il y a une chance qu’ils meurent. Ainsi, s’ils meurent, personne ne peut se plaindre, et cela rend le nettoyage beaucoup plus facile. Bien sûr, nous ne faisons pas de publicité pour ce genre d’endroit, mais l’odeur du sang l’imprègne encore. Alors, même si c’est un bon refuge, les sans-abri restent à l’écart, » expliqua Natsuki.

« C’est trop cool ! Je pensais que le Colisée souterrain du Dôme de Tokyo était le seul de ceux-là ! » Mutsuko s’était exclamée.

« Franchement, il n’y a pas de colisée souterraine dans le Dôme de Tokyo, » avait dit Yuichi, se détournant instinctivement de sa confrontation avec Natsuki pour corriger la déclaration ridicule de Mutsuko.

« Est-ce que tu diffuses tes combats sur Internet ? » avait-elle demandé avec enthousiasme.

« La cotisation est chère, mais il est possible de la consulter en ligne... Qui est-elle, déjà ? » Natsuki avait fait demi-tour pour vérifier ce point avec Yuichi. Il était clair qu’elle avait peu d’expérience avec des commentaires bouleversants comme ceux de Mutsuko. Yuichi ne pouvait s’empêcher de sympathiser.

« Désolé, s’il te plaît, ignore ma sœur. De toute façon, on ne parlera de toi à personne d’autre. Alors s’il te plaît... ne nous laisserais-tu pas partir ? » demanda Yuichi.

« Tu sais que je ne peux pas. Vous tuer est la façon la plus simple de s’en sortir, » déclara Natsuki.

« Tu sais, on pourrait s’enfuir, » déclara Yuichi.

« Peux-tu le faire ? Je n’ai pas l’intention de te laisser partir d’ici, et même si tu m’as franchis, j’ai un ami qui bloque l’entrée, » déclara Natsuki.

« Un ami !? » Yuichi n’y avait même pas pensé. Il pensait qu’elle était seule.

« Yu... Tu aurais dû y penser quand Noro a été capturée ! Comment aurait-elle pu l’amener ici alors qu’elle était inconsciente ? Elle aurait besoin d’une voiture ! Et Takeuchi est une adolescente, donc elle ne pouvait pas conduire. Elle devait avoir un collaborateur ! » déclara sa sœur.

« Sœurette... Est-ce que tu avais fait cette déduction avant maintenant ? » Yuichi s’était retourné vers Mutsuko. Il aurait pu utiliser cette information plus tôt.

« C-Certainement pas ! » L’expression triomphante de Mutsuko s’était effondrée en raison de la question décourageante de son frère. Il devait avoir raison. Yuichi savait que si Mutsuko avait eu une telle théorie à l’avance, elle n’aurait pas attendu pour la révéler.

Elle ruinait vraiment la tension dans l’air. Mais même ainsi, Yuichi s’était tourné vers Natsuki et avait continué la conversation.

« Un ami... Tu veux dire un Oni comme Ibaraki ? » demanda-t-il.

Un ami tueur en série, pensa Yuichi. Au moins, celui qui l’avait fait n’était probablement pas humain.

« Hmm ? Qu’est-ce que tu veux dire ? A-t-il révélé son secret ? Je ne peux pas imaginer comment..., » commença-t-elle.

« Il parle beaucoup. Il doit vraiment te détester, » déclara Yuichi.

« Oh ? C’est inattendu... Je me demande s’il me sous-estime. J’aurais peut-être dû tuer l’une de leurs espèces pour leur servir d’exemple, » déclara Natsuki.

Combattre plusieurs adversaires serait délicat en soi, et Yuichi ne savait toujours pas à quel point Natsuki était douée. Il avait décidé de demander.

« Es-tu... vraiment forte ? » demanda-t-il.

« Hmm ? Bonne question. Je ne suis pas à la hauteur d’un Oni sur le plan de force brute. Mais c’est surfait à notre époque, » Natsuki avait tendu la main dans sa poche de poitrine et avait sorti quelque chose, puis s’était tournée vers Yuichi.

« Hein ? » s’exclama Yuichi.

D’une certaine façon, il convenait à la scène de cinéma qui les entourait, mais son apparition avait quand même surpris Yuichi.

C’était une arme.

« Les Onis et d’autres êtres de l’ancien monde sont extrêmement vulnérables à ce genre de choses. Bien sûr, ça marche aussi sur les humains, » déclara-t-elle.

Yuichi avait jeté un coup d’œil à Mutsuko tout en essayant de ne pas quitter le fusil des yeux trop longtemps.

« Je suis désolé, Yu. Je ne connais pas grand-chose aux armes à feu, » Mutsuko avait l’air vraiment désolée.

Mais ce n’était pas une déception. Ses espoirs n’avaient pas été grands au départ. Il savait que Mutsuko n’étudiait pas les armes légères en détail, prétendant qu’elles n’étaient pas une préoccupation réaliste au Japon.

« Maintenant, parler semble ne nous mener nulle part, alors je pense que je vais te tuer maintenant. Tu es sûr que tu ne veux pas de déclaration d’amour avec Noro ? Ça ne me dérange pas de te donner assez de temps pour ça, » déclara Natsuki.

« Non, rien de tel, » déclara Yuichi en soupirant.

« P-Parce qu’on n’est pas comme ça ! » Aiko bégayait d’irritation.

« Vraiment ? J’espérais un échange de baisers passionnés, ou quelque chose comme ça, » déclara Natsuki.

« Ouais, donnez-lui un gros smoochie-poo ! » Mutsuko plaça ses bras autour d’Aiko et fit semblant de l’embrasser.

« Personne ne t’a demandé ton avis, sœurette ! » avait gémi Yuichi.

La tension s’était rapidement dissipée.

« Je n’ai pas envie de mourir aujourd’hui, et je ne te laisserai pas tuer Noro ou ma sœur. Si tu veux ma mort, tu devras te salir les mains pour que je meure, » dit Yuichi, en se tournant vers Natsuki.

« Oh, quelle chose virile à dire ! » déclara-t-elle avec joie. « J’aime ce genre de choses... Mais au revoir. »

Natsuki avait appuyé sur la détente.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire