Neechan wa Chuunibyou – Tome 1 – Chapitre 7 – Partie 3

***

Chapitre 7 : Bienvenue au Club de Survie !

Partie 3

« Qu’en pensez-vous, Orihara ? Vous avez regardé dehors tout ce temps, » demanda Yuichi.

« Qu’est-ce que c’était, Sakaki ? Hmm ? Je n’ai rien vu ! » déclara Kanako.

« C’est vrai, tu n’as rien vu. Viens ici et commençons les activités du club, » déclara Mutsuko.

« Oh, mais..., » Kanako regardait encore dehors. Elle n’avait même pas fait de gestes en regardant dans la pièce.

« Ce n’est pas grave. Tu pensais probablement qu’il y avait un garçon attaché ici qui s’est pissé dessus, mais c’était juste ton imagination, » déclara Mutsuko.

« Vraiment ? Est-ce la vérité ? » demanda Kanako.

« Oui, c’est vrai. Reviens et regarde ! » Face à l’insistance de Mutsuko, Kanako avait fait demi-tour.

« Eh ! » Elle avait poussé un petit cri à la vue du garçon blond.

« Ne t’inquiète pas de ça, c’est juste un ami de Yu. Tu pensais probablement l’avoir déjà vu allongé sur le sol, mais c’était juste ton imagination, » déclara Mutsuko.

« Est-ce le cas ? Était-ce vraiment mon imagination ? » demanda Kanako.

« Ça l’était vraiment. Tu es tellement inquiète de tout, Orihara. Tu vas avoir de gros ennuis si jamais on t’envoie dans un isekai pour de vrai, » déclara Mutsuko.

« Je sais, tu as raison. Je ne pourrais jamais survivre dans un isekai comme ça. Je dois vraiment être plus courageuse, » déclara Kanako.

Est-ce comme ça que tu la convaincs !? pensa Yuichi en faisant claquer son visage sur la table.

La table principale du club était composée de deux longues et étroites tables pliantes collées ensemble. Aiko, Yuichi et le garçon blond s’étaient assis d’un côté.

En face d’eux étaient assises Mutsuko, et — après avoir été ramené à la réalité — Kanako.

« D’accord ! Commençons les activités du club ! » déclara Mutsuko.

« Attends un peu ! » interrompit Yuichi en levant la main.

« Je n’ai jamais dit que je voulais rejoindre le club de survie. Noro non plus, » il pensait que ça ne servait à rien, mais il essaierait au moins de résister.

« Oh, vraiment ? Maintenant que tu en parles, vous n’avez jamais rempli les formulaires... Alors, faisons-le maintenant ! » Mutsuko était partie un peu plus loin et elle était revenue avec les formulaires d’inscription, qu’elle avait présentés devant les deux étudiants.

Comme prévu, ils ne sortiraient pas d’ici sans adhérer au club.

« ... Très bien, je vais m’inscrire... mais puis-je être dans deux clubs ? » demanda Yuichi.

« Hmm ? Si tu veux... y a-t-il un autre club que tu voulais rejoindre, Yu ? » demanda sa sœur.

« Club de chorale, » répondit Yuichi.

« Hein ? Pourquoi ? » demanda Aiko de surprise. Elle semblait qu’elle n’aurait jamais imaginé que le club de chorale serait son premier choix.

« Hein ? Pourquoi est-ce bizarre ? Je veux juste jouer du piano, » répondit Yuichi.

« Joues-tu du piano, Sakaki ? » demanda Aiko avec étonnement.

« Oui, c’est un hobby. Est-ce un problème ? Nous n’avons qu’un clavier électrique à la maison, alors j’aimerais vraiment essayer un vrai..., » Yuichi avait pris des leçons de piano à l’école primaire, et il aimait toujours jouer du clavier électrique. Ses deux sœurs avaient également commencé des leçons, mais elles avaient immédiatement abandonné.

« Noro, as-tu un autre club que tu veux toi aussi rejoindre ? » demanda Mutsuko.

« Je suppose que je n’y avais pas vraiment pensé..., » répondit Aiko.

« Alors tu veux rejoindre le club de survie ! La participation aux activités du club est totalement volontaire ! Tu peux juste te montrer les jours où tu en as envie ! Orihara et moi sommes les seules à être venus aujourd’hui ! » déclara Mutsuko.

« Ouais, qu’est-ce qui se passe avec ça ? Comment pouvez-vous avoir des activités avec la présidente et la vice-présidente ? » demanda Yuichi.

« Alors si tu veux aussi rejoindre le club de chorale, Yu, tu peux le faire ! » déclara Mutsuko.

« Très bien. Je suppose que ça ne me dérange pas d’être sur la liste. Est-ce suffisant ? » demanda Yuichi.

« Pareil ici..., » Aiko avait parlé avec hésitation.

Ils avaient tous les deux signé les formulaires d’inscription, et Mutsuko les avait pris, souriant vivement.

« D’accord, officialisons ça. En fait, j’ai l’impression de dire ça souvent aujourd’hui... Mais de toute façon, bienvenue au club de survie ! » déclara Mutsuko.

« Oui, d’accord, » avait dit Yuichi.

« C’est un plaisir d’être ici, » avait ajouté Aiko.

La réponse de Yuichi était superficielle, alors que celle d’Aiko semblait relativement sérieuse.

« Eh bien, commençons par les présentations des membres ? » demanda Mutsuko.

« Oh, franchement... » gémit Yuichi. Il connaissait déjà tout le monde, donc c’était une perte de temps.

« D’accord, je vais commencer, » déclara-t-elle. « Mutsuko Sakaki ! Je suis la présidente du club ! Ma spécialité est les arts martiaux fictifs ! OK, Orihara, tu es la prochaine ! » Mutsuko l’avait exhorté à parler.

Kanako se leva et salua brièvement. « Je suis Kanako Orihara. Je suis la vice-présidente du club. Ma spécialité est l’isekai. »

« Bien ! Yu, tu es le prochain, » déclara Mutsuko.

« Yuichi Sakaki, » grogna-t-il.

« Euh, est-ce tout ? » Mutsuko fronça les sourcils.

« Je n’ai pas de spécialité, » continua Yuichi.

« Eh bien, d’accord. Suivante, Noro, » déclara Mutsuko.

« D’accord. Je suis Aiko Noro. Je ne sais pas si j’ai une spécialité, mais mon hobby est de faire des sucreries. C’est un plaisir d’être ici, » déclara-t-elle.

« Compris. C’est bon de t’avoir parmi nous ! Maintenant, toi, l’Oni, » Mutsuko avait pointé du doigt le garçon Oni.

« Hein ? Tu veux que j’en fasse aussi un ? » Il semblait surpris qu’on s’adresse à lui.

« C’est exact. Ce serait triste si tu traînais ici et qu’on ne connaissait même pas ton nom ! » déclara Mutsuko.

« Bien... Je suis Kyoshiro Ibaraki. J’ai quinze ans. Si j’étais au lycée, je serais en première année, » répondit l’Oni.

« Tu veux dire que tu ne l’es pas ? Mais tu portes un uniforme scolaire, n’est-ce pas ? » demanda Yuichi.

« C’était juste du camouflage pour se fondre parmi les humains. Les gens comme nous ne vont pas dans les lycées normaux. Cette fille... Takeuchi, dont tu m’as parlé ? Elle est à peu près la seule que je connaisse qui fait des efforts pour aller à l’école, » répondit Kyoshiro.

Yuichi regarda à nouveau le garçon — apparemment nommé Ibaraki —. « Ibaraki-doji » était maintenant l’étiquette au-dessus de sa tête. C’était différent d’avant. Peut-être parce qu’il savait maintenant que Natsuki et lui étaient des espèces différentes... ou peut-être que les mots sur Natsuki deviendraient plus spécifiques la prochaine fois qu’il la verrait. Il ne pouvait pas encore en être sûr.

« Les présentations sont terminées. Commençons ! » Mutsuko se leva et remonta le tableau blanc.

Elle avait sorti un marqueur noir et avait écrit « Idées pour Survivre dans un Isekai » dessus.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Aiko, avec hésitation.

« Hmm ? Nous allons faire une réflexion sur la façon de survivre si vous vous retrouvez dans un isekai. Un autre monde ! Vous savez, comme avec le voyage dans le temps, ou le saut dimensionnel ! » déclara Kanako.

« Est-ce que ça sert à quelque chose ? Je pourrais comprendre comment survivre à un tremblement de terre, ou même à une guerre nucléaire, mais en changeant des dimensions ? » demanda Yuichi.

« Tu ne peux pas prouver que ça n’arrive pas, alors c’est clair ! » Mutsuko s’était exprimée en toute confiance.

Yuichi supposait que c’était vrai qu’il n’avait aucune preuve que les gens ne pouvaient pas voyager...

« Nous avons beaucoup de débutants ici aujourd’hui, donc nous allons commencer simplement. “Trouver quoi faire si vous voyagez dans un monde rempli de formes de vie à base de silicium” serait probablement un peu trop avancé pour vous, » déclara Mutsuko.

« Est-ce vraiment un sujet dans lequel tu peux avoir une perspective avancée ? » demanda Yuichi.

« Considérons donc un isekai où la langue japonaise et le bon sens japonais s’appliquent. Disons... si tu devais voyager dans le temps jusqu’à la Période des Royaumes combattants ! Orihara, s’il te plaît, mène la discussion. Noro, tu écris le résumé, » déclara Mutsuko.

« Hein ? Moi ? Mais je n’ai jamais fait ça avant..., » déclara Aiko.

« Ce n’est pas grave. Écris ce que tu peux. Nous t’aiderons à remplir ce que tu as manqué, » elle lui avait glissé un stylo et un bloc-notes.

« C’est vrai. Je vais maintenant diriger la discussion. Merci à tous d’être venus. J’irai droit au but. Il y a beaucoup d’œuvres qui traitent des voyages dans la Période des Royaumes combattants, » Kanako avait commencé à écrire des noms sur le tableau blanc.

« Le G.I Samouraï de Ryo Hanmura. Il s’agit d’un roman célèbre qui a été adapté en une émission de télévision et un long métrage. Il s’agit des forces d’autodéfense qui se rendent dans la Période des Royaumes combattants. Oda Nobuna no Yabō de Mikage Kasuga. Il s’agit d’un roman qui a été adapté en anime. Le protagoniste voyage dans un monde de guerre où les généraux célèbres sont toutes des filles. Le Chef de Nobunaga, écrit par Mitsuru Nishimura et dessiné par Takuro Kajikawa. Il s’agit d’un manga qui a également été adapté dans une émission de télévision. Il s’agit d’un chef du Japon moderne qui voyage dans la Période des Royaumes combattants et finit par servir Nobunaga. Cette liste n’est pas exhaustive, mais il y a tellement d’œuvres que vous pouvez acheter de façon conventionnelle, et si nous ajoutions des romans sur le Web, cela deviendrait tout simplement écrasant. Les romans centrés sur Nobunaga sont de plus en plus populaires ces derniers temps, nous en discuterons donc à partir de ce point de vue pour l’instant. Que faire si vous vous trouvez dans l’armée de Nobunaga ? » déclara Orihara.

Orihara semblait si doux et sans prétention la plupart du temps. Yuichi était étonné de la facilité avec laquelle les mots sortaient de sa bouche.

Les yeux d’Aiko s’étaient écarquillés. Elle semblait ressentir la même chose.

Malgré son apparence, c’est quand même toujours une amie de ma sœur..., pensa-t-il.

 

 

« Les œuvres que j’ai mentionnées sont adéquates pour fournir une image de base de l’époque, mais il s’agit encore d’œuvres de fiction, de sorte qu’elles comportent une certaine dramatisation. Toutes les histoires prennent des libertés pour rendre les choses plus intéressantes. Alors, que faisons-nous si nous voulons en savoir plus sur le vrai Nobunaga ? Nous consultons les textes historiques. Pour cela, la meilleure source primaire est The Chronicle of Lord Nobunaga, écrit par Gyuichi Ôta, un véritable vassal de Nobunaga. En d’autres termes, il s’agit d’une œuvre écrite par quelqu’un qui a vu Nobunaga en action de ses propres yeux. Plusieurs copies de ce travail ont été faites, et ils ont tous des différences subtiles, donc il ne peut pas être pris complètement à la valeur nominale, mais c’est toujours le meilleur document historique sur Nobunaga que nous avons. »

« Oh, et ne faites pas d’erreur et lisez plutôt The Record of Lord Nobunaga. C’est un roman écrit par un érudit confucéen du nom de Hoan Oze, basé sur la Chronique. Son histoire est la raison pour laquelle les gens pensent que la bataille d’Okehazama a eu lieu dans une vallée alors qu’Okehazama est, en fait, une montagne. Si vous lisez The Chronicle of Lord Nobunaga, il est clairement écrit “Mt Okehazama”. Cette fausseté est devenue omniprésente parce que The Record était un best-seller de la période Edo. D’autres œuvres ont été créées à partir de celle-ci, et elle s’est progressivement répandue, jusqu’à ce qu’elle devienne l’une des images fondamentales associées à Nobunaga. Mais si vous finissez par retourner là-bas avec ces images fictives dans votre esprit, vous allez devenir confus, alors nous basons nos prémisses sur l’histoire factuelle autant que possible, » continua-t-elle.

« Maintenant, à notre sujet principal : Personnellement, je crois qu’il serait stupide de choisir de travailler pour Nobunaga. C’était un homme erratique, sujet à des caprices violents, ce qui l’a conduit à mettre à mort nombre de ses propres serviteurs et vassaux. C’est une chose difficile à accepter. Donc les documents qui traitent de Nobunaga en tant que protagoniste ont tendance à l’oublier. Bien sûr, si nous partons de l’hypothèse que vous n’aurez pas beaucoup de conversation, supposons que vous réussissez à vous conduire sans faille dans le service de Nobunaga. Dans ce cas, il y a plusieurs points importants à noter : la bataille d’Okehazama, l’incident Honno-ji et le siège de Kanegasaki. On va commencer avec ça. Si vous voulez survivre à ces événements... »

Une seule pensée envahit l’esprit de Yuichi. Est-ce vraiment pour les débutants ?

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire