Neechan wa Chuunibyou – Tome 1 – Chapitre 6 – Partie 2

***

Chapitre 6 : Quand vous empruntez de l’argent, vous devez le rendre

Partie 2

« Je me sens un peu mal de le traiter comme un cafard..., » Aiko avait dit ça d’un air coupable. « Est-il possible de le laisser enfermé là-dedans jusqu’à demain ? Il n’aura pas faim ? »

« Cela devrait bien aller si ce n’est que pour une journée, » avait dit Yuichi. Aiko laissait Yuichi se pencher sur son épaule pendant qu’ils marchaient vers la porte d’entrée de l’école.

Le soleil se couchait sur le chemin bordé d’arbres. Mutsuko était déjà partie en courant, inquiète d’être en retard.

À cette heure de la journée, les seules personnes qui restaient à l’école étaient occupées par les activités du club. Tous les autres étaient partis.

« Ça va, Sakaki ? » demanda Aiko.

« Je pense qu’un jour de repos devrait suffire, » répondit-il. « Je me sens déjà assez bien pour être plus ou moins mobile d’ici demain. »

« Je l’espère... Hé, puis-je récupérer mon argent ? » demanda-t-elle.

« Hein ? » s’exclama Yuichi.

« Je t’ai donné ces pièces de 500 yens, tu t’en souviens ? Rends-les-moi, » déclara Aiko.

« Je t’ai dit de me les donner ! » déclara Yuichi.

« ... Tu penses vraiment que ça marche comme ça ? Tu penses que tu peux avoir 500 yens et ne pas avoir à rembourser ? » demanda Aiko.

« C’est vrai, mais j’ai jeté ces pièces et je ne sais pas où elles sont allées, » déclara Yuichi.

« Je sais. Je ne parle pas de celles que tu as lancées. Je considère que c’est un sacrifice nécessaire. Mais tu n’en as lancé que huit, n’est-ce pas ? Il devrait en rester deux, » déclara Aiko.

« ... Je n’arrive pas à croire que tu aies remarqué ça. Écoute ! Je n’essayais pas de t’arnaquer, ou quoi que ce soit du genre ! J’ai juste oublié, » répondit Yuichi.

Aiko avait plissé ses yeux sur Yuichi avec scepticisme. « Ne t’inquiète pas pour ça maintenant. Tu me rembourseras plus tard. »

« ... Pour quelqu’un avec tout cet argent, tu es plutôt avare..., » déclara Yuichi.

« As-tu d’autres talents surprenants que je devrais connaître ? » Aiko regarda Yuichi avec impatience. Il ne pouvait pas cacher son malaise à propos de la question.

« Eh... Eh bien... J’en ai quelques-uns. Pour ce genre de choses, je peux lancer des baguettes en bois, » déclara Yuichi.

« Parles-tu du genre qu’on trouve dans les magasins alimentaires ? À quoi ça sert de les jeter ? » demanda Aiko.

« Je peux facilement transpercer un tatami avec, » répondit Yuichi.

« ... Qu’as-tu combattu, Sakaki ? » Aiko le regarda avec incrédulité.

« Je n’ai rien combattu ! Si j’avais passé toute ma vie à combattre des monstres, je n’aurais pas peur d’un tueur en série ! » répliqua Yuichi.

« Oh, bonne remarque. Alors c’était quoi ce saut que tu as fait ? » demanda Aiko.

« Ça s’appelle un atterrissage en cinq points. Les parachutistes l’utilisent pour amortir leurs chutes, » déclara Yuichi.

« Oh, disons... T’en es-tu aussi servi quand tu m’as sauvée ? N’étais-tu pas sur le toit ? » demanda-t-elle.

« Cette fois, j’ai juste glissé le long du mur, » répondit Yuichi.

« Hein ? » s’exclama Aiko.

« C’est beaucoup moins dangereux, je te le jure, » déclara Yuichi.

Aiko avait laissé filer la conversation, s’enfonçant profondément dans la réflexion à propos de quelque chose.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Yuichi.

« Je pensais que je devrais te remercier, mais... rien de tout ça ne serait arrivé si tu ne m’avais pas au départ mêlée à ça... alors je suppose que je ne le ferai pas, » déclara Aiko.

« Bonne remarque. J’ai l’impression de t’avoir causé des ennuis... eh bien, je suppose que nous causons tous les deux des ennuis l’un à l’autre. Il y a aussi le truc avec ton frère. Même si je ne sais toujours pas quoi faire à ce sujet, » déclara Yuichi.

« ... Hey. As-tu été un peu moins formel avec moi à un moment donné ? » demanda Aiko.

« Hein ? L’ai-je fait ? » Yuichi avait l’air décontenancé. Il semblait s’en rendre compte. Un mur s’était effondré au moment où ils étaient poursuivis par le Tueur en Série II. « Si ça ne te plaît pas, je peux arrêter. »

« ... C’est bon, » déclara Aiko. Ça ne la dérangeait pas. « En parlant de ça, tu n’as pas répondu avant, mais pourquoi t’es-tu enfui alors que tu aurais pu le battre ? »

« Écoute... si tu voyais un monstre, est-ce que ta première pensée serait de savoir comment le vaincre ? Tu t’enfuirais, n’est-ce pas ? » Yuichi soupira. Les personnes n’étaient pas des barbares. Lorsqu’il était attaqué, aucun individu moderne ne penserait d’abord à la façon de riposter. C’était toujours plus sûr de s’enfuir si vous le pouviez.

« C’est vrai, mais qu’est-ce qui t’a poussé à te battre ? » demanda Aiko.

« Ma sœur m’a dit que je pouvais gagner. Elle est peut-être un peu bizarre, mais elle a un jugement parfait pour ce genre de choses. Si elle m’avait dit de courir, j’aurais continué à courir avec vous deux, » répondit Yuichi.

« Hmm... Alors tu lui fais confiance, hein ? » demanda Aiko.

« Hé ! Ne le traite pas comme une histoire réconfortante ! » répliqua Yuichi.

« Ne crois-tu pas que cela l’est ? Au moins, tu sembles t’entendre mieux que moi et mon frère, » déclara Aiko.

« ... Eh bien, je suppose que ce n’est pas mal. Mais n’est-ce pas bizarre d’avoir une relation étroite avec ta grande sœur même après le lycée ? » demanda Yuichi.

« Vraiment ? Eh bien, je suppose que je ne voudrais pas moi-même être si proche de mon frère en ce moment..., » répondit Aiko.

Leur marche lente les avait finalement amenés à la porte de l’école.

Juste avant qu’ils ne l’atteignent, Yuichi s’arrêta brusquement. Aiko lui jeta un regard interrogateur.

« J’ai complètement oublié... Noro, fais l’imbécile, » déclara Yuichi.

« Hein ? » demanda-t-elle.

La voix de Yuichi était étouffée, les yeux fixés sur la porte. Qu’est-ce qu’il regardait ?

 

♡♡♡

Le terrain était bordé de haies un peu plus hautes que le niveau des yeux. Yuichi ne pouvait pas voir ce qui se trouvait au-delà de la porte, mais il pouvait y sentir une présence.

Il avait recommencé à marcher vers l’avant, prudemment.

La première chose qu’il avait vue, c’était les mots « Tueuse en Série ».

Natsuki Takeuchi avait marché dans son champ de vision de l’autre côté de la porte. « Bonne journée, Sakaki, Noro. Hmm ? Ou est-ce le bonsoir ? » déclara-t-elle.

Elle était encore avec son blazer d’école. Elle n’avait pas dû rentrer chez elle et elle avait dû traîner dehors avant ça.

« Joli numéro, » murmura Yuichi.

Natsuki le regarda dans la confusion. « Excuse-moi ? »

Il s’était soudain rendu compte que sa petite conversation feinte était due à la présence d’Aiko à ses côtés. Si Natsuki pensait qu’Aiko n’était pas impliquée, il était dans son intérêt de jouer le jeu.

« Peu importe. Que fais-tu ici à cette heure, Takeuchi ? As-tu oublié quelque chose ? » demanda-t-il.

« Plus ou moins, » répondit-elle. « Vous avez été très proches ces derniers temps. Sors-tu avec lui ? »

« Hmm... euh... » Aiko bégayait, le visage rouge.

Si Yuichi ne l’arrêtait pas, elle révélerait tout. « Pas exactement, » il avait décidé d’agir. « Je me suis tordu la cheville, et Noro m’a trouvé. Elle m’a aidé. »

Yuichi s’éloigna d’Aiko et s’appuya contre la porte.

« Noro. Merci de m’avoir emmené jusqu’ici. Ça va aller maintenant, alors vas-y, » déclara Yuichi.

« Hum, mais..., » commença Aiko.

« Je peux y arriver si je marche assez lentement. Je ne pourrais pas te demander de me raccompagner jusqu’à la maison, » dit-il avec désinvolture.

Vas-y ! pensa Yuichi en fixant Aiko.

« D’accord, » déclara-t-elle enfin. « Eh bien... à demain. Prends soin de toi sur le chemin du retour, d’accord ? »

Après ça, Aiko avait poursuivi son chemin. Yuichi et Natsuki avaient été laissés seuls.

Il s’agissait de Natsuki qui avait rompu le silence en premier.

« Je ne pensais pas te trouver vivant, » elle avait l’air surprise. Presque impressionnée.

« Tu as pris ton temps, n’est-ce pas ? » Yuichi avait riposté, testant tranquillement la mobilité de son corps.

À part sa jambe gauche, il pourrait probablement bouger s’il se forçait... mais si les compétences de Natsuki étaient égales ou supérieures à celles de Tueur en Série II, il n’aurait aucune chance.

« Tu ne sais pas où j’étais, mais tu prétends que je prenais mon temps ? » demanda Natsuki de façon tranchante. « ... Eh bien, tu n’as pas tort. Pour être honnête, j’ai pensé que tu étais mort, donc je ne me suis pas donné la peine de me dépêcher. J’ai passé un peu de temps à chercher dans la zone autour de l’école, mais il n’y avait aucun signe d’appel de police ni aucun problème, alors je suis venue voir ce qui se passait. Que s’est-il passé ? »

Yuichi avait fouillé dans sa poche. Il avait encore deux des 500 yens qu’il avait empruntés. Ils ne feraient pas de grandes armes.

« J’ai suivi ton conseil et j’ai continué à courir. C’est ainsi que j’ai fini par me tordre la cheville. Puis, à un moment donné, il a disparu, » déclara-t-il.

« Euh ? Cela semble peu probable... mais je suppose que je vais te croire, » répondit Natsuki.

« Hein ? » C’était une excuse pathétique, donc le fait qu’elle croyait cela avait fait glisser le visage de poker Yuichi pendant une seconde.

« C’est la seule façon de survivre, » déclara Natsuki en haussant les épaules. « Il est du genre capricieux, donc je ne serais pas surprise qu’il s’ennuie. »

Ses paroles avaient une certaine logique en elles. Il était probablement assez difficile de croire que Yuichi avait survécu à une attaque, et encore moins de se défendre et de battre l’attaquant. Il avait décidé de s’en tenir à cette histoire.

« Alors, dis-lui de ne plus me poursuivre, » avait dit Yuichi. « Tu n’as aucune raison de faire des pieds et des mains pour me tuer, n’est-ce pas ? »

« Je suppose que non, » avait dit Natsuki. « Je pensais que ce serait plus facile pour moi si tu étais à l’écart, mais il semble que lui demander de l’aide n’a fait qu’empirer les choses. Je lui dirai d’arrêter, mais je ne sais pas s’il m’écoutera. Je vais te donner un avertissement. Attention à la marche sur le chemin du retour. La chasse est peut-être encore en cours. Si tu baisses ta garde, je ne peux pas te promettre que tu ne finiras pas avec un couteau dans le dos. » Après ça, Natsuki était partie.

Après avoir confirmé que Natsuki était partie, Yuichi avait glissé jusqu’au sol, le dos toujours contre la porte.

Il avait laissé sa respiration se calmer et il s’était lentement détendu.

Je vais me reposer quelques minutes, puis je rentre chez moi..., pensa-t-il.

Mais avant qu’il puisse terminer cette pensée, quelqu’un s’était approché de lui avec un cri désespéré.

« Sakaki ! » Yuichi souleva de nouveau son visage. Aiko se tenait devant lui, avec son visage pâle.

« C’est sorti ! » s’exclama-t-elle.

« Hein ? » demanda Yuichi. Aiko était clairement agitée, mais il ne comprenait pas pourquoi.

« J’attendais au coin de la rue, et Takeuchi s’est approchée de moi ! » avait-elle crié.

« Je t’ai dit de rentrer chez toi... » Yuichi soupira.

« Eh-Eh bien, Takeuchi utilise le train pour rentrer chez elle, alors j’ai pensé qu’elle irait dans l’autre sens, en direction de la gare..., » déclara Aiko.

« Alors, qu’est-ce qui est sortie, exactement ? », avait-il demandé, revenant à la question originale.

« Elle m’a pris par surprise et m’a dit : “Ne donne pas mon numéro de téléphone aux personnes”, alors j’ai dit : “Je suis désolée...”, » déclara-t-elle.

Yuichi avait couvert son visage de ses mains. Il ne savait pas avec certitude si leur secret était dévoilé, mais cela indiquait un lien entre lui et Aiko. Mais encore une fois, le fait que Takeuchi avait même essayé de l’appâter de cette façon indiquait qu’elle s’en doutait. Même si Aiko n’avait rien dit, ce n’était peut-être qu’une question de temps avant qu’elle réalise que Yuichi et Aiko étaient de connivence.

« ... Eh bien, je suppose que le secret est dévoilé... Alors, elle t’a laissé partir ? » demanda-t-il.

« Du moins, elle est partie..., » Aiko avait répondu ça.

Yuichi avait essayé de réfléchir à la meilleure façon d’éloigner Natsuki de la piste. « Pour l’instant, rentrons à la maison et dormons, » déclara-t-il enfin. Il était épuisé, et son corps lui faisait mal. Réfléchir était hors de ses possibilités.

« Hein ? Qu’est-ce que c’est que ce genre de réponses ? » demanda-t-elle.

« On trouvera une solution demain ! » déclara Yuichi, avec autant de confiance qu’il pouvait rassembler.

Et puis il était rentré chez lui, en s’appuyant sur l’épaule d’Aiko pendant tout le trajet.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire