Neechan wa Chuunibyou – Tome 1 – Chapitre 6 – Partie 1

***

Chapitre 6 : Quand vous empruntez de l’argent, vous devez le rendre

Partie 1

Si le corps humain venait avec des limiteurs naturels, cela signifiait qu’il y avait des choses qu’il n’était pas censé faire. Que se passerait-il si vous dépassiez ces limites ?

La réponse était ce que le corps de Yuichi était en train d’expérimenter.

Il était recroquevillé dans un coin du couloir, le visage tordu par la douleur. Ses muscles déchiquetés étaient gonflés par leur processus d’autoguérison. En termes simples, son corps hurlait d’agonie. Sa jambe gauche était particulièrement abîmée. Il ne marcherait pas pendant un moment.

« C’est dur de frapper le sommet de la tête ! C’est un point faible ! Yu a dit qu’il était surhumain, donc je savais qu’il ne pouvait pas le battre dans un combat loyal. C’est pourquoi tu dois les frapper là où ils sont vulnérables ! On gagnerait probablement à ce moment-là, mais il faut toujours les frapper à nouveau pour en être sûr. Ainsi, un bon coup dans les reins ! J’ai pensé que ses muscles Oni pourraient être assez forts pour l’empêcher de passer, mais je suppose que ce n’était pas un problème ! » déclara Mutsuko.

Elle semblait avoir supposé que l’attaquant à cornes était un Oni.

« Euh... Mutsuko ? Sakaki va-t-il bien ? » Aiko s’était aventurée à demander ça.

Mutsuko était en train de bavarder, ne prêtant que peu d’attention à l’état de santé de son frère. Ainsi Aiko était allée le voir.

« Il va bien ! C’est un coriace ! Oui, il est aussi fort que la mère et la fille de Shatun : Higuma no Mori ! » déclara-t-elle.

« Je ne sais même pas ce que ça veut dire ! » répliqua Aiko.

« Oh ? Eh bien, que penses-tu de ça : Il est assez solide pour prendre un coup de Nanahan 750cc et dire : “Ne t’inquiète pas, je vais bien !”, » expliqua Mutsuko.

« Euh... Par Nanahan, parles-tu de la moto ? A-t-il déjà été renversé par une moto ? » demanda Aiko.

« Bien sûr ! Et il donnait encore des coups de pied après ça. Le furukami fait des ravages, mais il va bien ! La dernière fois, il avait juste besoin d’une journée de repos pour récupérer ! » répliqua Mutsuko.

Aiko semblait ne pas savoir si elle devait s’inquiéter ou être soulagée.

Yuichi avait utilisé le furukami en sachant qu’il lui faudrait une journée pour se rétablir. Il n’aurait probablement pas pu continuer le combat longtemps, mais il savait que si quelque chose arrivait, sa sœur prendrait la relève. C’est pour ça qu’il était allé de l’avant.

Aiko se dirigea vers Yuichi, dont le visage était déformé par la douleur. « Hé, Sakaki », lui dit-elle.

« Hmm ? » répliqua Yuichi, avec le visage grimaçant de douleur.

« As-tu caché le fait que tu es vraiment fort ? » demanda Aiko.

« Euh..., » Yuichi avait inconsciemment détourné les yeux.

« Si tu pouvais le battre, est-ce qu’on devait faire tout ça avant ? » demanda Aiko.

« Eh bien..., » Yuichi avait semblé chercher ses mots. Il était sûr que son expression reflétait son embarras.

« Laisse-moi te l’expliquer ! » Mutsuko l’avait interrompu, surgissant à côté d’elle. « “Oh, c’est si dur ! Je suis si fort, mais je dois cacher mon vrai pouvoir pour éviter les projecteurs ! Je ne peux pas le révéler pour quelque chose d’aussi insignifiant !” C’est la petite comédie qu’il aime faire. »

« Non ! Ce n’est pas comme ça ! » Yuichi avait crié si fort qu’il avait failli cracher du sang, et avait plaidé avec ses yeux pour qu’Aiko le croie.

« ... Désolée... Je crois que j’ai mal compris quelque chose à ton sujet, Sakaki. Ce n’est pas grave. Je te crois..., » Aiko avait doucement tapoté la tête de Yuichi.

« Qu’as-tu mal compris ? » demanda Yuichi.

« La façon dont tu m’as révélé ce secret et tout ça ? Je pensais que tu étais un vrai abruti, » déclara Aiko.

« Oh, ça... Euh, désolé..., » ses excuses étaient sincères. Même s’il avait voulu son aide, il y aurait probablement eu un meilleur moyen de lui demander de l’aide.

« Dommage que ton secret soit dévoilé, » poursuivit Mutsuko, inconsciente du moment de silence qu’ils partageaient. « Adieu à ta vie scolaire paisible, hein ? Tous ces regards subreptices... hé ! » s’écria-t-elle, comme elle semblait enfin s’en rendre compte. « Ne me laissez pas de côté alors que vous allez dans votre petit monde ! Je me sens rejetée là ! » Elle n’aimait pas qu’on l’ignore.

« De toute façon, ce n’est pas comme si je le cachais, » murmura Yuichi. « C’est juste que les gens qui disent qu’ils peuvent botter le cul de n’importe qui sans raison sont des idiots. Et je viens juste de commencer le lycée cette année, tu sais ? Ce n’était pas vraiment le moment de commencer à me vanter de mes talents de combattant. Et... peut-être que si j’avais étudié le karaté ou le judo ou quelque chose comme ça, ça ne me dérangerait de le dire. Mais... regarde, je pratique un style de combat bizarre que ma sœur a inventé à partir de ce qu’elle a lu dans les mangas ! Je ne peux pas montrer ça aux gens, c’est humiliant ! »

« Oh, Yu ! Si facilement embarrassé, même au lycée ! » Mutsuko lui avait donné une tape dans le dos.

« C’est parce que je suis au lycée que c’est embarrassant ! » répliqua-t-il.

« Euh... Je ne le dirais à personne si ça te gêne. Mais peut-on savoir ce qu’on fait de cet Oni ? » demanda Aiko, en coupant la discussion du frère et de la sœur.

Yuichi s’était tourné vers leur ennemi vaincu. Il pouvait se réveiller à n’importe quel moment, donc s’occuper de lui devait être leur priorité.

« Bonne question, » déclara Mutsuko. « On ne peut pas le laisser ici, mais j’ai mon atelier d’escaliers roulants à aller voir... »

Les yeux de Yuichi s’étaient élargis de surprise. « Hein ? Tu vas toujours à ça ? N’est-ce pas un peu plus important ce qu’on fait là ? » Il n’arrivait pas à croire qu’elle mettait un stupide atelier avant la situation de son frère.

« Comment peux-tu dire ça, Yu ? » demanda Mutsuko. « Il est important de tenir ses promesses. Le monde des adultes fonctionne sur la confiance. »

« Argh... Maintenant, tu joues la carte du bon sens ? » demanda Yuichi.

Mutsuko s’était accroupie à côté du garçon au sol et le poussa ici et là, comme si elle analysait quelque chose. « Je vois. Il a l’air d’un étranger. Tu vois ? Ses yeux sont bleus, » Mutsuko avait ouvert l’une de ses paupières.

Les traits du visage du garçon étaient profondément marqués, avec ses cheveux blonds et ses yeux bleus. Vu de près, il n’était manifestement pas japonais.

« Tu as dit qu’il avait une corne quand tu l’as vu pour la première fois, n’est-ce pas ? Mais je ne la vois pas maintenant... Peut-être qu’il n’apparaît que lorsqu’il utilise ses pouvoirs ? ... j’ai compris. Il y a donc une part de vérité dans la théorie de l’Oni Étranger. Tu la connais celle-là ? Il est dit que les Onis de la légende de Momotaro étaient en fait des étrangers. Il y a une théorie selon laquelle les Tengus sont aussi des étrangers. Et si ce n’étaient que des étrangers ? Je suppose que certaines personnes doivent penser que les kappa et tout ça sont aussi des étrangers..., » déclara Mutsuko.

« Assez avec les futilités ! Qu’est-ce qu’on fait ? » Yuichi l’avait encouragée à avancer. Il avait l’air d’avoir peur que s’il la laissait continuer, elle ne s’arrête jamais.

« Pour l’instant, on devrait l’attacher. Yu... non, tu ne peux probablement pas encore t’en occuper. Alors, Noro. Pourrais-tu prendre par là ? » Mutsuko souleva l’un des bras du garçon et ordonna à Aiko de prendre l’autre. Elle semblait vouloir le traîner quelque part.

Aiko avait fait ce qu’on lui avait dit, prenant la main du garçon et travaillant avec Mutsuko pour le tirer jusqu’à la porte de la salle de club. « L’enfermer dans une pièce suffira-t-il ? Il se réveillera probablement bientôt », demanda-t-elle.

« Ne t’inquiète pas. J’ai les moyens de m’occuper des Onis ! » Pendant qu’elle parlait, Mutsuko avait déverrouillé la porte.

Les deux filles avaient travaillé ensemble pour le traîner à l’intérieur.

Yuichi avait réussi à se relever, curieux de ce qu’elles faisaient. Il s’était un peu rétabli. La course à pied lui était impossible, mais il était capable de marcher lentement.

Il semblait qu’elle avait terminé ses préparations anti-Oni dans le temps qu’il lui avait fallu pour s’y rendre. Le garçon avait été placé sur le côté sur le sol, enveloppé encore et encore avec un shimenawa, une corde cérémonielle shinto. Une sorte de poisson séché et des feuilles étaient coincés dans et sur la corde. On lui avait enfoncé une pêche dans la bouche — probablement, fausse, puisqu’elle maintenait sa forme — susceptible d’agir comme un gag.

Il y avait un talisman en papier collé sur son front peint avec des symboles que Yuichi ne pouvait pas comprendre. Tout cela était étrange en soi, mais il y en avait d’autres. Tout autour du garçon, il y avait des objets plus étranges : des tasses à mesurer pleines de soja, des épées en bois et des épées avec des pièces de monnaie liées par du fil...

L’absurdité de la situation lui donnait le vertige.

Mutsuko l’avait vu. « Oh, tu peux déjà marcher ? Euh... Je parie que cela signifie que nous pouvons prolonger le temps d’activation du furukami... Peux-tu toi-même le faire ? Si c’est le cas, j’irai directement aux activités de mon club. »

« Je peux moi-même le faire. Alors, c’est quoi tout ça ? » demanda-t-il.

« Des contre-mesures pour les Onis ! Sardines, feuilles de houx et soja pour Setsubun ! Et juste pour être sûr, j’ai ajouté quelques mesures à la chinoise. Des épées en bois de prunier et des épées à pièces de monnaie ! » répondit sa sœur.

« Je ne te demanderai même pas où tu les as eues. Est-ce qu’ils fonctionnent ? » Tout comme sa chambre à la maison, la salle du club était remplie d’objets impénétrables. Il ne serait pas surpris par ce qu’il pourrait trouver.

« Bien sûr que oui ! Quand il s’agit de yokai, de fantômes et de légendes urbaines, presque toutes les connaissances communes fonctionnent. Je veux dire que s’il n’y avait pas de méthodes faciles pour les arrêter, ils nous envahiraient en un rien de temps ! En d’autres termes, ils doivent avoir des tonnes de faiblesses. Prends par exemple les vampires. Ils sont vulnérables au soleil, à l’ail, aux croix... ne peuvent pas traverser l’eau courante, ne peuvent pas être vus dans les miroirs... C’est comme ça qu’ils sont exterminés ! » déclara sa sœur.

La mâchoire d’Aiko était tombée.

Le visage de Yuichi était devenu plus pâle. Il y avait un vampire avec très peu de faiblesses devant elle. Cela avait jeté des doutes extrêmes sur la logique de Mutsuko.

« Écoute... hypothétiquement, et s’il y avait un vampire ou quelque chose qui n’avait pas ces faiblesses ? » avait-il demandé.

« Bonne question. Je suppose que c’est possible ! Mais pas de soucis. S’ils n’ont pas de faiblesses, ils seraient alors eux-mêmes assez faibles, et donc, aucune menace pour nous ! » déclara Mutsuko.

« Quelle est cette logique ? » demanda Yuichi.

« Eh bien, tu n’as pas à t’inquiéter des Onis. Franchement, ils sont célèbres ! Pourquoi faire le festival de Setsubun ici au Japon si ça ne marche pas ? » demanda sa sœur.

Mutsuko avait quitté la pièce, rayonnant de confiance. Yuichi et Aiko l’avaient suivie.

Yuichi jeta un regard inquiet vers Aiko. Sa confusion était écrite sur tout son visage. Tout cela devait lui paraître incompréhensible.

Yuichi posa avec douceur une main sur son épaule.

« Ne t’inquiète pas, Noro. Je ne comprends pas non plus, » l’avait-il rassuré.

Mutsuko fredonnait pour elle-même, clairement confiante dans ses contre-mesures alors qu’elle verrouillait la pièce.

« C’est une chose de le laisser ici. Mais si quelqu’un vient, que va-t-il se passer ? Le professeur de nuit a une clé, n’est-ce pas ? Ne serait-ce pas une mauvaise chose s’ils le trouvent ? » demanda-t-il.

« Tu réfléchis intelligemment, Yu ! Je n’y avais même pas pensé ! Mais ne t’inquiète pas ! Je viens d’avoir une idée géniale ! » déclara Mutsuko.

Mutsuko était retournée dans la pièce et était revenue avec du papier d’imprimante, un stylo-feutre et un peu de ruban adhésif.

« Je vais mettre une pancarte ! » s’exclama-t-elle. Mutsuko s’était assise sur le sol et avait commencé à écrire des mots sur le papier.

Yuichi jeta un coup d’œil par-dessus son épaule, curieux de ce qu’elle écrivait. Dans une écriture élégante, il avait lu : Au service : des ramens frais !

« C’est le contraire de ce que nous voulons ! N’importe qui voudrait ouvrir la porte pour savoir ce qui se passait à l’intérieur ! » s’exclama Yuichi.

« C’était une erreur ! C’est là où va mon esprit quand je pense à écrire des signes..., » Mutsuko avait froissé le papier et avait réessayé. Son écriture était à nouveau inutilement élégante. Cette fois, c’était probablement ce qu’elle voulait écrire.

Elle avait écrit : Extermination d’insectes en cours !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire