Neechan wa Chuunibyou – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 1

***

Chapitre 5 : La Bataille contre le Tueur en Série II

Partie 1

« Hé ! Pourquoi on s’enfuit ? » demanda Aiko.

« Euh, parce qu’il nous poursuit ! » répliqua Yuichi.

« Pourquoi nous poursuit-il ? » demanda Aiko.

« Comment le saurais-je !? » Yuichi traînait Aiko par la main jusqu’à ce qu’ils atteignent le bout du couloir.

Heureusement, le Tueur en Série II ne semblait pas pressé. Ils mettraient beaucoup de distance entre eux et lui.

Comme toutes les premières années, leur salle de classe était au quatrième étage. Les deuxièmes années avaient leurs pièces au troisième étage, et les troisièmes années au deuxième. Le premier étage abritait la salle de musique, la salle d’art et le bureau du personnel.

Les cours de la journée étaient terminés depuis un certain temps. Dans tous les cas, il n’y avait aucun signe d’étudiants ici au quatrième étage. Mais il y aurait toujours des étudiants et des enseignants au premier étage impliqués dans les activités de club.

Yuichi avait été tiraillé par une question. Devrait-il appeler à l’aide ? Ou bien devrait-il essayer d’affronter le tueur en série par lui-même ?

« Que devrions-nous faire ? » demanda-t-il à Aiko, faute de quelqu’un d’autre. Mais elle semblait encore moins sûre qu’il l’était.

« Oh ! Euh... D’abord, qu’est-ce qu’il veut ? Est-il après toi ? » demanda Aiko.

« Je ne sais pas. Je ne sais pas s’il attaque sans discernement, ou s’il en a après moi en particulier, » répondit Yuichi.

« S’il s’introduit sur le terrain de l’école, nous devrons le dire à un professeur, n’est-ce pas ? » demanda Aiko.

« Normalement, oui, mais c’est un tueur. Pour l’instant, nous devons courir. Monter sur le toit nous mènerait qu’au toit, donc je suppose qu’on descend ! » déclara-t-il.

S’éloigner de l’école devait être leur priorité. Il venait de se décider de ce qu’il devait faire. Il avait tourné son regard vers l’escalier, pour voir le garçon à la casquette de baseball qui se tenait juste là.

« Hé. Es-tu Sakaki ? », avait-il demandé avec désinvolture. « Je ne m’attendais pas à ce que ma première attaque loupe. J’avais entendu dire que tu n’étais qu’une personne ordinaire. »

Pendant qu’ils l’avaient perdu de vue, il avait dû descendre au troisième étage pour les devancer. Il devait être très rapide.

« Désolé, Noro ! » Yuichi attrapa Aiko dans ses bras avant de courir aussi vite que ses jambes pouvaient le porter. Aiko semblait déconcertée d’avoir été attrapée si brusquement.

« Voyons, parlons un peu ! » le garçon l’avait appelé, tout en courant après eux.

Pas bon ! Il nous rattrape ! Yuichi ne pouvait pas s’enfuir avec Aiko.

Les choses les dépassaient venant de derrière eux.

Hein !?

Des kunais, très probablement. Il ne s’était pas arrêté pour regarder. Le garçon leur en avait lancé quelques douzaines, en essayant de maintenir la pression.

Il n’y avait nulle part où fuir. Yuichi avait maintenu son rythme, claquant la fenêtre d’une salle de classe à pleine vitesse.

 

 

« Eeek ! » Aiko avait crié, mais Yuichi l’avait ignorée, renversant un bureau alors qu’il atterrissait à l’intérieur de la salle de classe.

Presque au même moment, la porte s’était envolée, frappée par le tueur.

Yuichi s’était enfui par la fenêtre extérieure.

Je ne peux pas faire ça avec les deux mains occupées ! Yuichi l’avait déplacée pour la porter à une main à la place des deux.

« Hé ! Hein ? Qu’est-ce que..., » commença-t-elle.

Yuichi plaça sa main sur le cadre de la fenêtre ouverte et sauta à l’extérieur. Il avait eu brièvement l’impression de flotter.

« Waaaaaagh ! » cria Aiko.

L’instant d’après, sa main droite avait trouvé un appui sur le cadre inférieur de la fenêtre de la salle de classe voisine. Il avait maintenu sa prise vers le haut, fléchissant le bras et donnant un coup de pied dans le mur pour se propulser à nouveau vers le haut.

Saisissant le rail de la partie supérieure du cadre du bout des doigts, il avait donné un coup de pied à travers la vitre et s’était glissé dans la salle de classe voisine d’un seul mouvement fluide. Puis il s’était dirigé vers la sortie, claquant la porte pour sortir dans le couloir.

D’accord ! Ça nous a fait gagner un peu de temps ! pensa-t-il.

Yuichi ne s’était pas arrêté un seul instant. Il avait continué à courir jusqu’à ce qu’il atteigne le bout du couloir. Il y avait un escalier qui pouvait les amener jusqu’au toit ou jusqu’au troisième étage.

Yuichi regarda derrière lui. Le garçon tueur ne s’était pas montré. Il était peut-être encore dans la salle de classe.

Que dois-je faire ? Se demanda Yuichi.

Plus tôt, il avait envisagé de descendre pour s’échapper de l’école. Mais maintenant, il savait que ça ne marcherait pas. Ce garçon était vraiment un tueur. Il n’hésiterait pas à tuer les personnes qu’il aurait rencontrées. Si Yuichi descendait maintenant, cela ne ferait qu’augmenter le nombre de victimes.

Mais s’ils allaient sur le toit, ils se retrouveraient coincés...

« Hé ! Veux-tu bien me poser ? » Aiko avait grimacé.

Yuichi l’avait posée sur le sol.

« Qu’est-ce que c’était ? » elle avait crié. « Je croyais qu’on était morts ! Mon cœur bat toujours très fort ! »

« Que pouvais-je faire d’autre ? Si on avait continué à courir droit dans le couloir, il nous aurait jeté plus de shurikens, » il n’y avait pas de temps à perdre à s’inquiéter en ce moment. Yuichi lui avait donné du fil à retordre. « Je vais attendre ici et l’attirer sur le toit. Tu t’échappes en bas, » seul, il pourrait probablement tenir le garçon à distance.

« Pas question ! » déclara Aiko.

« Hein ? » Yuichi ne pouvait pas croire ce qu’il entendait. S’ils se séparaient, il y avait de meilleures chances qu’au moins Aiko puisse rester en sécurité. Il était après tout celui que le garçon cherchait.

« J’ai dit non ! Je ne peux pas m’en sortir toute seule ! C’est mieux si on reste ensemble ! Et si je descends en courant et qu’il me poursuit... ? » Aiko s’accrocha à la manche de l’uniforme de Yuichi. Elle tremblait, terrifiée à l’idée d’être laissée toute seule dans une telle situation.

Elle avait raison. Yuichi avait supposé que le tueur était après lui, mais il ne pouvait pas en être sûr. De plus, s’ils se séparaient et que le garçon prenait Aiko en otage, il perdrait tout espoir de s’en sortir.

« Désolé. Je ne voulais pas te faire peur. On sortira d’ici ensemble, » déclara Yuichi.

Les mots rassurèrent Aiko, qui avait légèrement souri. « Alors ? Qu’est-ce qu’on va faire sur le toit ? »

« Je pensais que je pourrais gagner du temps sur le toit, et que tu pourrais appeler ma sœur pour qu’elle passe, » déclara Yuichi.

« Hein ? Pourquoi voudrions-nous ta sœur ici ? » Aiko le dévisageait dans une pure perplexité.

C’était peut-être naturel. Mais la sœur de Yuichi pensait toujours à des scénarios comme : « Et si des terroristes attaquaient l’école ? » Elle pourrait savoir quoi faire à propos d’un tueur en série déchaîné.

Le garçon était sorti de la salle de classe et avait commencé à marcher lentement vers eux.

« Quoi qu’il en soit, allons sur le toit, » déclara Yuichi. « J’ai une idée. » Il avait tiré Aiko par la main dans les escaliers.

La porte du toit était rapidement apparue, mais quelque chose à côté avait attiré l’attention de Yuichi. C’était une pile de bureaux endommagés. Ils devaient y avoir été entreposés pour être éliminés plus tard.

Yuichi avait tiré les pupitres et les avait hissés jusqu’en haut des escaliers.

« Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Aiko.

« Cela ressemble à quoi. S’il vient vers nous, je vais lui lancer ça ! » déclara Yuichi.

« Sakaki, c’est... audacieux..., » répliqua Aiko.

« Après ça... Noro, as-tu de l’argent ? Prête-moi..., je veux dire, donne-m’en un peu ! » Yuichi lui demanda ça.

« Est-ce vraiment le moment de me prendre de l’argent !? » s’écria Aiko.

« Oui ! Combien en as-tu ? » demanda Yuichi.

« Euh ! Environ 100 000 ? » répondit Aiko.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Pourquoi une lycéenne a autant d’argent sur elle ? » demanda Yuichi.

« Ça ne te regarde pas ! De toute façon, pourquoi as-tu besoin d’argent ? » demanda Aiko.

« Des pièces de 500 yens ? » demanda Yuichi.

« Oui, pourquoi ? » demanda Aiko.

« Donne-les-moi ! » déclara Yuichi.

Yuichi savait que cela n’avait aucun sens. Mais son désespoir lui avait peut-être obtenir un succès, parce qu’elle avait pris dix cents yens dans le sac d’école qu’elle tenait tout le temps.

Il avait entendu des bruits de pas dans les escaliers.

Dès qu’il avait vu un soupçon d’ombre sur le palier, Yuichi avait jeté les bureaux. Ils descendirent les marches en provoquant un bruit fort, semblant prêts à frapper leur poursuivant à mort...

Le garçon avait placé sa main sur le côté. C’était un geste désinvolte, comme frapper une mouche, mais le résultat était dramatique. La montagne de bureaux avait été poussée sur le côté, et ils s’étaient écrasés contre un mur. Le piège de Yuichi ne l’avait même pas ralenti.

La casquette de baseball du garçon était tombée, révélant une tête avec des cheveux courts et dorés. Mais ce n’est pas ce qui avait attiré l’attention de Yuichi.

C’était la corne.

Il n’y avait qu’une seule corne bleue, translucide, de la longueur d’un poing. Il n’y avait aucune chance qu’il puisse mettre quelque chose comme ça sous une casquette de baseball. Vu son apparence translucide, c’était peut-être un hologramme.

« Oh, bon sang, il est plus fort que je ne le pensais... » murmura Yuichi.

Le garçon monta lentement l’escalier. Il n’avait pas l’air pressé du tout.

Il... joue avec nous..., Yuichi avait supposé qu’il était venu pour les tuer, mais le garçon ne semblait pas pressé du tout. Il était impossible de comprendre ce qu’il pensait.

 

 

« Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Aiko.

« On ne peut pas continuer à courir sans réfléchir. Nous devons trouver le chemin le plus rapide pour aller au club de ma sœur... ah ! » s’exclama Yuichi.

« Quoi !? » s’exclama Aiko.

« ... Ils sont peut-être en voyage d’études..., » les paroles de sa sœur lui étaient revenues à l’esprit.

Yuichi avait tiré la main d’Aiko jusqu’au toit. Il y avait une clôture en chaîne tout autour du bord. Au premier coup d’œil, il n’y avait nulle part où fuir. Yuichi avait amené Aiko au centre du toit et lui avait parlé.

« Noro ! Attrape-moi par devant comme un koala ! J’ai besoin des deux mains si nous voulons sortir d’ici ! » déclara-t-il.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Je ne peux pas faire ça ! » déclara Aiko.

« C’est bon, tu es petite ! » répliqua Yuichi.

« Ne m’appelle pas petite ! Et ce n’est pas le problème ! » répliqua Aiko.

« Fais-le ! » Yuichi avait tiré Aiko vers lui.

« Hein !? A-Attends un peu ! » s’exclama Aiko.

« Enroule tes bras autour de mes épaules et tes jambes autour de ma taille ! » Le tranchant de la voix de Yuichi avait dû la surprendre, parce qu’elle avait fait ce qu’il lui avait demandé.

Le fait qu’elle s’accroche à l’avant du torse de Yuichi aurait semblé ridicule à n’importe quel observateur extérieur.

« C’est un peu difficile à déplacer, mais je pense que ça va marcher, » avait-il dit.

« Qu’est-ce que vous faites tous les deux ? » Le garçon tueur se tenait à l’entrée du toit, frappé par leur position.

« Nous nous préparons à faire quelque chose face à toi ! » répliqua Yuichi.

« Oh, ouais ? » Le garçon ne semblait pas du tout menacé. Il devait avoir confiance dans l’incapacité de sa proie à s’échapper.

Yuichi avait mis sa main en poing. Il y avait deux pièces de 500 yens entre chacun de ses doigts : un total de huit.

« Prends ça ! » De sa posture légèrement baissée, il avait tenu son bras droit, l’avait ramené derrière lui aussi loin qu’il le pouvait, puis l’avait placé vers l’avant. En claquant le poignet, il avait libéré les pièces.

Les disques de métal pleuvaient sur le garçon.

L’arrogance du garçon avait disparu en un instant, et il s’était empressé de croiser les bras pour se défendre du barrage de tirs.

Immédiatement après le lancer, Yuichi s’était retourné, avait couru jusqu’à la clôture et l’avait escaladée, Aiko s’accrochant toujours à l’avant.

« Hein ? » Aiko était confuse, mais elle s’accrochait plus étroitement à lui.

Yuichi avait commencé à courir le long du haut de la clôture à pleine vitesse.

« Hé ! Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Aiko.

« Je vais sauter. Accroche-toi bien ! » répondit-il.

« Hein ? » Ils étaient sur le toit d’un immeuble de quatre étages. Une chute d’ici les blesserait gravement, sinon les tuerait carrément. L’hésitation d’Aiko était compréhensible, mais Yuichi avait une chance de réussir.

Se sentant de plus en plus de kunais passés devant lui, Yuichi avait pris de la vitesse. C’était l’accumulation de vitesse pour un saut en longueur.

Alors qu’il s’approchait du bord de la clôture, il s’était dirigé jusque là, avait planté ses pieds...

... et sauter du toit.

La chute avait été brève. Il ne leur avait fallu que quelques secondes avant de toucher le sol.

« Euh ? Euh ? Euh ? Hein ? » Aiko criait dans la confusion.

Yuichi avait laissé son corps se détendre lorsqu’il avait touché le sol, en commençant par le bout de ses orteils. Il avait plié les genoux et s’était tordu pour réduire la force de l’impact lorsqu’il avait frappé son dos, s’était roulé, puis s’était redressé sur ses pieds.

« Uhhhh ? » Un gémissement désorienté échappa aux lèvres d’Aiko.

Yuichi baissa les yeux pour vérifier qu’elle allait bien. Elle avait l’air étourdie, mais elle n’était pas blessée.

« Je n’aurais jamais pensé que j’aurais la chance d’utiliser une roulade à cinq points à l’école..., » Yuichi expira ses mots, soulagé et légèrement impressionné.

Le nom propre de la technique était l’atterrissage en parachute. Il était généralement employé par des parachutistes. Naturellement, c’était sa grande sœur qui l’avait gentiment poussé à l’apprendre, après l’avoir lu une fois dans un manga de combat.

Yuichi avait jeté un coup d’œil sur le toit. Il avait le sentiment que le tueur en série le regardait et se moquait de lui.

 

♡♡♡

 

Aiko était si tendue qu’elle n’arrivait pas à se convaincre de lâcher prise. Semblant s’en rendre compte, Yuichi la posa doucement sur le sol.

Elle était encore étourdie et ses pieds étaient instables. Elle avait titubé, mais avant qu’elle ne puisse tomber, Yuichi lui avait tendu la main pour la soutenir.

Son cœur battait comme une timbale. Elle n’arrivait pas à reprendre son souffle, et sa gorge était à vif à cause de l’anxiété.

« Je-Je-Je-Je-Je-Je-Je-Je..., » essaya-t-elle de parler.

« Tu... ? » demanda-t-il.

« Je croyais qu’on allait mourir ! Qu’est-ce que c’était que ça ? » Aiko n’était pas en état de crier en ce moment, mais elle ne pouvait pas s’arrêter.

« Oui, c’était un peu imprudent. Je suis désolé, » répondit-il.

« Un peu !? Tu appelles ça un peu ? » À un moment donné, il avait couru le long du haut de la clôture. L’instant d’après, il était en train de plonger. Elle n’arrivait toujours pas à y croire.

Elle avait commencé à se sentir étourdie et elle se serait effondrée si Yuichi n’avait pas continué à la retenir. Non seulement elle était essoufflée, mais elle commençait à faire de l’hyperventilation.

« Hé, calme-toi. Respire lentement et profondément, » déclara Yuichi d’un ton apaisant.

Ses paroles l’avaient aidée à la calmer, mais c’est alors qu’elle avait réalisé à quel point elle s’accrochait à lui. Son visage était devenu rouge, et son cœur s’était mis à battre avec encore plus de force.

Personne ne nous a vus, n’est-ce pas ? Aiko tourna ses yeux autour d’elle avec ferveur. Elle était tellement bizarre qu’elle n’envisageait même pas qu’être vue en train de sauter d’un toit serait bien pire que d’être vue dans les bras d’un garçon.

« Est-ce que ça va ? Je sais que tu es probablement épuisée, mais nous ne pouvons pas nous permettre de rester ici, » avait dit Yuichi. Il avait saisi sa main et avait commencé à courir.

Le vieux bâtiment de l’école où se réunissait le club de survie se trouvait encore à une certaine distance. Il avait raison : Il n’y avait pas de temps à perdre.

« Hey... nous allons toujours... pour voir ta sœur, n’est-ce pas ? » Aiko demanda entre deux halètements. « Bien que je doute qu’elle puisse faire quelque chose... »

« Je ne sais pas comment, mais elle pourra probablement nous aider dans une telle situation ! » Le manque de fondement dans ses paroles ne remplissait pas Aiko de confiance.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Waah... Vachement ordinaire le protagoniste ! Merci pour le chap ^^

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire