Neechan wa Chuunibyou – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 1

***

Chapitre 4 : Familiers, Barrières, Auras, Monstres et une Société de Chasseurs de Monstres

Partie 1

Nous étions le lendemain.

Yuichi avait décidé de marcher jusqu’à l’école avec Aiko. Ils ne savaient toujours pas pourquoi Aiko avait été attaquée, alors Yuichi était sur ses gardes quant à une répétition de ce qui s’était passé la dernière fois. Bien sûr, il s’attendait à ce que rien ne se produise dans la salle de classe avec tant de gens autour, et bien sûr, les cours du matin s’étaient déroulés sans incident.

Nous étions maintenant l’heure du déjeuner.

Yuichi mangeait avec Shota quand Aiko s’était approchée d’eux. Elle avait pris un siège vide et l’avait placé, avant de s’asseoir dessus. Après quoi, elle avait ouvert sa boîte à lunch.

Le bureau de Yuichi commençait à devenir un peu encombré.

« Euh ? Noro ? » demanda Shota avec surprise. Son approche avait apparemment été complètement inattendue. Les autres garçons autour d’eux semblaient aussi choqués. Ils pensaient probablement la même chose.

« Qu’y a-t-il, Noro ? » demanda Yuichi.

Aiko se pencha pour murmurer à l’oreille de Yuichi. « Nous devons agir comme des amis, ou cela ne semblera pas naturel que nous traînions ensemble tout le temps, n’est-ce pas ? »

« Hein, tu crois ? » Yuichi avait répondu en chuchotant.

Il n’arrivait pas à comprendre ce qu’il y avait de si mal à ne pas avoir l’air naturel. Évidemment, ils devaient passer du temps ensemble pour qu’Aiko n’ait pas à être seule, mais il n’arrivait pas à comprendre pourquoi cela devait sembler naturel pour eux.

« Eh bien, ne seriez-vous pas tous les deux aimables et intimes entre vous ? » demanda Shota. Il les regarda d’un air suspicieux, assis près de deux et se chuchotant l’un à l’autre.

« Ah, elle veut déjeuner avec nous, » répondit Yuichi. « Est-ce d’accord ? »

« C’est bon, mais sortez-vous ensemble ? » Shota avait l’air jaloux.

Aiko avait l’air troublée. Apparemment, elle n’avait pas réfléchi à leur couverture. « Non ! La vérité, c’est que je passais par là et j’ai vu Sakaki aider ma grand-mère qui s’est évanouie dans la rue, et puis Sakaki s’est aussi évanouie ? J’ai donc pris les deux et je les ai emmenés chez nous... euh, c’est-à-dire l’hôpital que nous gérons... Et j’étais si émue par ce qu’il a fait, j’étais tout le temps : “Qu’est-ce que nous sommes, des âmes sœurs ?” Et c’est ainsi que nous sommes devenus amis ! » Aiko regarda Shota avec les yeux tournés vers le haut. Elle avait essayé d’improviser l’histoire sur place, mais elle s’était transformée en absurdité quelque part autour du milieu.

« Je vois. Tu es incroyable, Noro. Tu as porté deux personnes à la fois ? » s’exclama Shota.

Yuichi fixa Shota avec incrédulité. Il ne semblait pas du tout douter de son histoire. Croit-il sérieusement cela ?

« Oui, elle est vraiment forte, » déclara Yuichi en désespoir de cause. Si Shota ne doutait pas de l’histoire, il pourrait aussi bien la soutenir.

Aiko l’avait juste regardé fixement. Même si c’était sa propre histoire, elle n’aimait apparemment pas qu’on l’appelle « forte ».

« Hé, commençons à déjeuner ! » dit-elle.

« Shota, parfois je pense que tu es vraiment quelqu’un d’incroyable, » dit Yuichi. Il pensait chaque mot.

« Hein, le suis-je ? » demanda Shota.

Tous les trois ont repris leur déjeuner ensemble. Yuichi était en train de manger sa nourriture, mais Shota semblait se débattre dans une certaine maladresse. Il n’y avait rien dont ils pouvaient parler tous les trois.

Après s’être assis dans l’inconfort pendant un certain temps, Shota pointa soudainement Yuichi du doigt. « Noro, savais-tu que ce type transporte une tonne de trucs bizarres ? »

« Hein ? Comme quoi ? » Aiko s’était accrochée au sujet avec empressement, espérant apparemment dissiper le malaise.

« Sakaki, montre-lui ce que tu as dans ton étui à stylos, » demanda Shota.

« Pourquoi ? » demanda Yuichi.

« Fais-le ! » demanda Shota.

Shota n’avait pas attendu. Il était assis en face de Yuichi, donc il était en position d’aller voir dans le sac par lui-même. Après avoir fouillé un peu, il avait sorti un étui en cuir. Il n’y avait rien de spécial dans l’étui lui-même, mais il était si plein que cela faisait éclater les coutures. Shota avait défait le fermoir avant de disperser le contenu sur le bureau.

« Hé ! » s’exclama Yuichi.

« Oh, du calme, » déclara Shota.

« Ne me dis pas de me calmer ! » s’exclama Yuichi.

« Tu vois ? Regarde ! » Shota avait pris un stylo et l’avait montré à Aiko.

« Et alors ? » demanda-t-elle, l’air confus. Elle fixait le stylo ordinaire.

« Sakaki, explique, » demanda Shota.

« Non ! » répondit Yuichi.

« Très bien. As-tu remarqué quelque chose de bizarre ? » demanda Shota.

Il lui avait remis le stylo et elle avait commencé à l’inspecter.

« Bizarre..., » elle s’était murmuré ça à elle-même après avoir joué avec pendant un moment.

« N’est-ce pas ? Ça s’appelle un stylo tactique. C’est une arme, » annonça Shota.

Un stylo tactique était en effet un stylo qui pouvait être utilisé comme une arme. Il avait été conçu pour l’autodéfense : lourd, et fait de plastique dur et durable qui pouvait être poignardé dans une articulation ou un point vital.

« Maintenant, vois-tu ça à l’arrière du stylo ? » demanda Shota.

« Oui, » elle avait touché la protubérance qu’une personne ne remarquerait probablement pas si elle ne la tenait pas.

« C’est un brise-verre. Apparemment, c’est pour briser des vitres de voiture, » annonça Shota.

En d’autres termes, pensa Yuichi. Si vous étiez piégé dans une voiture, vous pourriez utiliser un brise-verre pour vous échappé de là. En tant qu’élève du lycée, Yuichi n’en avait pas besoin, mais Mutsuko l’avait quand même mis parce que c’était « totalement génial ».

« Sakaki... pourquoi as-tu ça ? » demanda Aiko.

« C’est ma grande sœur ! Elle met tout ça là-dedans ! » s’était écrié Yuichi.

Mutsuko avait tendance à choisir les choses les plus étranges et à les mettre dans son sac sans demander. Peu importe la fréquence à laquelle il les jetait, elle ne voulait pas s’arrêter, alors il avait fini par abandonner.

« Il y a celui-là aussi, » Shota avait sorti un autre stylo. Il avait retiré la pointe pour révéler une lame tranchante.

« Hein ? Un couteau ? » demanda Aiko.

« Il y a un couteau attaché à la cartouche. On dit que ça s’appelle un canif. Il a toutes sortes de trucs bizarres comme ça. Je ne peux m’empêcher de me souvenir d’eux, » répondit Shota.

Shota avait pris un autre des stylos présumés. Il y avait un cliquetis, et une flamme s’était allumée au sommet.

« Hein ? » Aiko avait émis un bruit choqué.

Yuichi avait sympathisé. Il ressentirait la même chose si c’était les affaires de quelqu’un d’autre.

« Ça s’appelle un stylo-briquet, » avait dit Yuichi. Son étui à stylos était rempli d’outils aussi longs et minces, tous conçus pour ressembler à des stylos.

« Où est-ce que tu achètes ces trucs ? Est-ce que tu le sais ? » Shota semblait vraiment s’amuser.

« Tais-toi ! Laisse-moi tranquille ! » Yuichi avait répondu dans l’angoisse.

« Sakaki... Ne te fais pas arrêter, d’accord ? Fais attention, surtout la nuit, » Aiko avait l’air inquiète pour lui.

Yuichi était à court de mots. Sa plus grande peur était d’être pris et interrogé. Il essayait toujours d’éviter les policiers quand il le pouvait.

« C’est toi qui les as tous sortis ! Remets-les tous ! Oh, fais attention avec ça ! » demanda Yuichi.

Shota avait commencé à remettre les objets dans l’étui à stylo. Mais alors qu’il s’approchait de la règle, Yuichi avait tendu la main pour l’arrêter.

« Ça pourrait te couper. C’est aiguisé d’un côté, » expliqua-t-il.

« C’est un peu trop dangereux..., » murmura Shota.

Un côté de la règle en acier avait été affûté comme un rasoir. Vous pourriez vous blesser si vous le touchiez sans le savoir.

« Ma sœur lit beaucoup de vieux manga. Cela a une mauvaise influence sur elle, » expliqua Yuichi.

« C’est quoi ce manga ? Je n’ai jamais rien entendu de tel, » demanda Shota.

« ... j’ai aussi des rayons de vélo aiguisés et tout ça..., » continua Yuichi.

Shota était sidéré. « Sakaki, je pense que tu as besoin d’avoir une longue et bonne conversation avec ta sœur, »

« J’ai essayé, mais ça ne marche jamais, » marmonna Yuichi.

♡♡♡

Ils avaient fini leurs déjeuners, et Yuichi s’était séparé d’Aiko et s’était dirigé seul vers les classes des deuxièmes années.

Il allait au 2-A. Il s’agissait de la salle de classe de sa sœur Mutsuko. Il avait ouvert la porte et regarda à l’intérieur.

« Ah, Yu ! » Mutsuko l’avait vu immédiatement, bien que Yuichi ne soit pas venu ici pour la voir. « Étais-tu seulement là pour ta grande sœur ? Tu ne pouvais pas attendre la fin des cours, alors tu es venu me voir au déjeuner, » s’exclama-t-elle, ravie.

« Ce n’est pas ça ! » Yuichi avait protesté.

Mutsuko avait l’habitude de surveiller quiconque entrait et sortait d’une pièce. Selon elle, c’était une technique de survie ; il fallait toujours être à l’affût pour s’assurer que personne de suspect n’entre.

Les filles s’étaient rapidement rassemblées. « Hé ! quoi ? Est-ce ton petit frère ? Il est mignon ! »

« Hé ! Ne vous mêlez pas de ça parce qu’il est sexy ! Il est à moi ! » déclara Mutsuko.

« Non, je ne suis pas à toi, en fait... euh. Excuse-moi. Puis-je poser une question ? Y a-t-il quelqu’un dans cette classe qui s’appelle Rokuhara ? » demanda Yuichi.

« Rokuhara est juste là, » avait dit quelqu’un.

Yuichi avait demandé aux filles de deuxième année avant de rentrer dans la salle de classe. Après ça, il s’était avancé jusqu’à arriver devant un garçon assis à un bureau au milieu de la pièce. Le garçon avait la tête sur son bureau et son visage était couvert. Mais c’était lui, c’est sûr. C’était la personne qui avait attaqué Noro.

« Puis-je vous parler une minute ? » lui avait demandé Yuichi.

Le visage du garçon s’était tordu en état de choc en voyant Yuichi. « Vous êtes... »

♡♡♡

Tous les deux s’étaient dirigés vers la cour. Un certain nombre d’étudiants étaient là, en train de déjeuner, mais ils avaient évité ces étudiants et s’étaient dirigés vers un coin isolé.

« Rokuhuhara. J’ai été plutôt surpris de vous voir venir à l’école comme si rien ne s’était produit..., » déclara Yuichi.

Hiromichi Rokuhara. Ici, à la lumière du jour, il semblait un peu timide.

Yuichi était initialement convaincu que le nom sur la lettre qu’Aiko avait mentionné serait un pseudonyme, que son agresseur ne serait peut-être même pas un élève de cette école, ce qui le rendrait plus difficile à retrouver. La vérité semblait presque totalement inattendue.

« Que voulez-vous ? » demanda Rokuhara avec crainte. Au-dessus de sa tête, il y avait le mot « Étudiant de Classe Supérieure ». Cela avait été « Apprenti Chasseur de Monstres » la veille...

« J’ai des questions sur ce qui s’est passé hier, » Yuichi avait décidé de sauter les politesses et de passer directement à l’intimidation. Ce type avait attaqué Aiko. Pourquoi s’en tenir à la formalité ?

« Ça n’a plus rien à voir avec moi ! J’ai échoué ! Alors, laissez-moi tranquille ! » répondit Rokuhara.

« Hein ? ... Attendez un peu. Comment ça, vous avez échoué ? » demanda Yuichi.

« Je ne pouvais pas tuer un monstre à temps ! C’est de la merde ! C’est tellement injuste ! Je pensais que j’allais laisser ce monde stupide derrière moi ! Je pensais que j’étais spécial ! » déclara Rokuhara.

« À quel point pouvez-vous être égoïste ? Vous avez blessé Noro, vous savez. N’allez-vous même pas vous excuser ? » demanda Yuichi, se rapprochant de Rokuhara. Le fait de parler de tuer des gens avait fait bouillir son sang.

« Qui s’en soucie ? C’est un monstre ! » répliqua Rokuhara.

« Fermez votre sale gueule ! C’est quoi, cette excuse ? » cria Yuichi.

Rokuhara avait eu son souffle coupé et s’était rétracté face à l’hostilité de Yuichi.

Yuichi avait décidé de ravaler sa rage pour l’instant. Il était après tout venu pour poser des questions. Ils ne feraient pas de progrès comme ça.

« J’ai besoin de vous poser des questions sur certaines choses. Prêt ? » demanda Yuichi.

« Non ! Je n’ai rien à dire ! » Rokuhara avait crié en réponse.

Le type faisait de l’obstruction. Réalisant qu’il ne se plierait pas aux menaces, Yuichi avait essayé une nouvelle tactique.

« ... Regardez, je m’appelle Yuichi Sakaki. Je suis le petit frère de Mutsuko Sakaki, » annonça Yuichi.

« Vous êtes vraiment le petit frère de Sakaki ? » demanda Rokuhara.

« Si vous ne me parlez pas, je vais devoir lui demander de l’aide, » annonça Yuichi.

« D’accord, très bien ! Je parlerai ! » déclara Rokuhara.

Sœur... qu’est-ce que tu as fait dans ce cours ? Le changement d’attitude soudain de Rokuhara était un peu alarmant. Il s’attendait à ce qu’elle cause des ennuis à ses camarades de classe, mais pas assez pour provoquer une réaction aussi dramatique.

« Pourquoi avez-vous attaqué Noro ? » demanda Yuichi, sachant que ce serait la première étape pour trouver des contre-mesures.

« C’était un test. Pour le passer, je devais tuer hier un monstre, n’importe quel monstre, » répondit-il.

« Qu’est-ce qui vous a fait croire que Noro était un monstre ? » demanda Yuichi.

« Je peux le voir. Les monstres ont une aura noire autour d’eux. J’ai un pouvoir spécial ! » répondit Rokuhara.

Quelle absurdité ! C’est du moins ce qu’aurait pensé Yuichi, s’il n’avait pas subi certains événements récents. Maintenant qu’il avait lui-même une vision spéciale qui le renseignait sur l’existence des vampires et des tueurs en série, il ne pouvait pas le repousser si facilement.

« Hé ! Cela fait combien de temps que vous avez ça ? Est-ce depuis que vous êtes nés ? » demanda Yuichi.

« ... Depuis le dernier jour des vacances de printemps. C’est le jour où ils sont venus me voir et ont commencé le test, » déclara Rokuhara.

Le même jour où j’ai commencé à voir des mots ? Quelqu’un d’autre avait commencé à voir des choses étranges le même jour que Yuichi. Il pourrait y avoir un lien.

« Qui sont “ils” ? Quel était le test ? » demanda Yuichi.

« La Société des chasseurs de monstres. Si j’avais réussi le test, j’aurais pu les rejoindre, » répondit Rokuhara.

« Savaient-ils pour Noro ? » demanda Yuichi.

« Je ne crois pas. Le test était pour moi de trouver et de tuer un monstre par moi-même. Je n’ai eu aucun contact avec eux depuis le début du test, » répondit Rokuhara.

« D’accord, alors. Ne parlez à personne de Noro ou de votre société, » annonça Yuichi.

« Eh bien, je ne le ferai pas. Maintenant que j’ai échoué, ils en ont fini avec moi. Je parie que je ne les reverrai plus jamais, » avait répondu Rokuhara en toute connaissance de cause.

« J’ai encore quelques questions, » continua Yuichi. « Qu’est-ce qu’il y avait avec ces squelettes ? Et qu’est-ce qui se passait dans la cour ? » Il semblait que Rokuhara lui-même n’était plus une menace, mais il se pouvait qu’ils aient encore à faire face à ces phénomènes mystérieux.

« Les squelettes étaient des familiers. Je les empruntais. Un lanceur de sorts peut les faire venir de la terre et leur donner des ordres. Bien sûr, j’ai appris assez vite qu’ils n’étaient pas si puissants que ça... »

Yuichi avait vérifié les sous-bois dans lesquelles avaient caché les squelettes hier. Il ne restait que des monticules de terre. Il semblait qu’ils étaient venus de la terre, comme l’avait dit Rokuhara.

« Et la cour ? » demanda Yuichi.

« J’y arrivais ! Du calme ! C’était un obstacle. Vous souvenez-vous de ce chaton sur mon épaule ? C’était un familier qui se spécialisait dans les barrières magiques. Les barrières gardent les monstres enfermés, et vous ne pouvez pas voir ce qui se passe dans l’une d’entre elles depuis l’extérieur, » répondit Rokuhara.

Yuichi se souvient de sa tentative ratée de fuite avec Aiko. Peut-être qu’il aurait pu sortir s’il ne l’avait pas portée dans ses bras. C’était peut-être sa vue spéciale qui lui avait permis de voir ce qui se passait à l’intérieur.

« Qu’est-il arrivé aux familiers ? Sont-ils toujours dans le coin ? » demanda Yuichi.

« Comme je l’ai dit, ils n’étaient pas très solides. Ils ont été éliminés en un rien de temps. Sans familier, je ne pourrais pas me battre. C’est là que j’ai su que j’avais échoué, » Rokuhara avait serré ses dents en raison de la frustration.

La mention de la disparition des familiers avait attiré l’attention de Yuichi.

« Y avait-il un autre monstre ici à part Noro ? » Comme quelqu’un d’autre qui avait été entraîné dans ce monde de non-humains, il devrait probablement le savoir.

« Oui. Il avait une corne, donc probablement un Oni. Il portait cet uniforme d’écolier à col haut et à boutons. Il semblait avoir mon âge. Il avait cette aura vraiment noire, vraiment sinistre..., » déclara Rokuhara.

« Mais était-ce un monstre ? Comment vous en êtes-vous sorti vivant après qu’il vous ait battu ? » demanda Yuichi.

Rokuhara avait ri amèrement. « Il a dit qu’il ne mangeait pas d’hommes ! Permettez-moi d’appliquer le principe de gentleman. Bon sang... On a déjà fini, non ? J’en ai marre de parler de ça, » Rokuhara s’était mis à se déplacer pour partir, mais il avait laissé sortir une dernière pensée. « Et ne parlez pas de moi à votre sœur ! »

Familles, barrières, auras, monstres, et une société de chasseurs de monstres..., pensa-t-il.

C’était comme si l’un des fantasmes de Mutsuko prenait vie. Yuichi en avait déjà assez.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. "comme si l'un des fantasmes de Mutsuko prenait vie"... XD Je pense qu'il a pas fini avec tout ça ~ Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire