Neechan wa Chuunibyou – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 1

***

Chapitre 3 : Visite de la maison de Sakaki

Partie 1

Yuichi avait choisi l’itinéraire le moins peuplé pour rentrer à pied.

Au cours de route, il jeta un regard sur Aiko, qui marchait à côté de lui. Le blazer de Yuichi réussissait à dissimuler la plupart des taches de sang sur son uniforme. Cela ne pouvait pas tout cacher, mais au moins c’était mieux que rien.

Aiko, le voyant regarder vers elle, avait parlé. « Hé... »

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Yuichi.

« Euh ? Je me demandais quelque chose... N’es-tu pas très fort ? Fais-tu du sport ou quelque chose comme ça ? » Ses joues avaient pris une légère teinte rose. Elle faisait probablement référence au fait qu’il avait réussi à la porter avec un bras.

« Non, je ne fais pas de sport, » répondit-il.

Elle fredonna un moment, puis parla de nouveau. « Hé. Est-ce que tu emportes des trucs comme de l’eau bénite et des garrots avec toi ? » Son incrédulité était naturelle. Peu d’élèves du lycée se promenaient avec ce genre de choses.

« C’est le passe-temps de ma grande sœur. Elle me fait porter ce genre de choses. Elle dit : “Et si tu es pris dans un tremblement de terre ? Et si les démons t’attaquent ?” Ce genre de choses, » répondit-il.

« Hein ? » s’exclama-t-elle.

Encore une fois, il ne pouvait pas lui en vouloir pour sa réaction. C’était vraiment absurde quand il le disait à haute voix. Soudain, il aurait préféré ne pas l’avoir fait.

« OK, ouais, je comprends ce que tu ressens. Je ressentais la même chose... mais après avoir vu quelque chose comme ça dans la vraie vie... peut-être que ma sœur avait raison, » déclara-t-il.

Il repensa aux squelettes dans leurs vêtements en lambeaux. C’était plus difficile de se moquer des passe-temps de sa sœur après ce que je venais de voir.

Les squelettes n’avaient pas disparu d’eux-mêmes, alors ils les avaient cachés dans les buissons. Yuichi avait voulu éviter toute forme de panique qui pourrait résulter de leur découverte.

« Mais ça n’a pas marché, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« L’eau bénite n’était probablement que de l’eau ordinaire. Si nous l’avons saupoudré sur toi —, » avant que Yuichi n’ait pu compléter sa pensée, il avait été accueilli par un regard d’Aiko. Yuichi ferma la bouche, réalisant à quel point il était irréfléchi.

« Désolé. On peut en parler chez moi, » déclara-t-il.

Ils y étaient arrivés peu de temps après.

 

♡♡♡

 

La maison de Yuichi était haute de deux étages, avec une pelouse. Il était recouvert d’un élégant revêtement blanc, et avait probablement été construit pendant la tendance des maisons étrangères. Elle n’était pas assez grande pour être appelé un manoir, mais elle suggérait un certain degré de classe parmi ses résidents.

« Je suis rentré ! » Yuichi avait annoncé ça en entrant dans la pièce.

« Je suis en visite..., » Aiko avait ajouté cela.

Yuichi passa par la porte d’entrée et Aiko l’avait suivi.

Une femme à l’air insouciant était apparue dans le hall d’entrée.

Est-ce que Sakaki tient de sa mère ? se demandait Aiko. C’était sa première impression. Elle était belle, le genre de femme qui ne semblait jamais vieillir. Aiko n’avait pas rencontré le père de Yuichi, mais il était facile d’imaginer qu’il avait hérité d’une grande partie de la beauté de sa mère.

« Bienvenue à la maison. Oh ? Tu as amené une amie ? » Elle semblait surprise par le visiteur soudain.

« Tout à fait. Il s’agit de Noro, » déclara-t-il.

« Aiko Noro. C’est un plaisir de vous rencontrer, » déclara Aiko.

« Yu ne ramène pas souvent de filles à la maison. C’est un plaisir de vous rencontrer. Soyez une bonne amie pour lui, » déclara la mère de Yuichi.

« Oui, madame, » avait dit Aiko. La question de savoir s’ils pouvaient être amis était une question risquée à l’heure actuelle. Ils n’avaient vraiment parlé pour la première fois qu’aujourd’hui.

« Ça te dérange si Noro va se laver un peu ? Elle a renversé un seau de peinture sur elle alors c’est un peu problématique, » déclara Yuichi.

« Oh, mon Dieu. Attends, je vais tout de suite tout préparer, » la mère de Yuichi s’était précipitée dans le couloir.

« Veux-tu dire qu’elle a cru ça ? » demanda une Aiko abasourdie. Elle aurait dû avoir un million de questions sur ce genre d’histoire.

« Maman n’est pas du genre à se soucier des détails. Je vais te chercher des vêtements de rechange. Viens avec moi, » Yuichi monta au deuxième étage et il montra à Aiko la chambre de sa sœur.

La vision de ce qu’il y avait dedans avait arrêté nette Aiko. C’était plein de tas de choses... Des choses pour lesquelles elle n’avait même pas de noms. Elle avait eu le vague sentiment qu’il y avait une méthode dans cette folie, mais cela ressemblait quand même à un éparpillement aléatoire de ferraille.

Yuichi avait pénétré dans la pièce et avait commencé à fouiller dans le placard.

« Ils devraient être dans le coin... Les voilà ! » Il était sorti avec une culotte, un soutien-gorge, une jupe et une chemise.

« Hein ? Attends une minute. Qu’est-ce que tu fais ? » La vue devant elle était incompréhensible. Un garçon fouillait dans les vêtements de sa sœur, arrachant des sous-vêtements comme si ce n’était rien.

« À quoi penses-tu ? Je cherche quelque chose que tu peux porter, » répondit-il.

« Hé... Te rends-tu compte de ce que tu as dans la main ? » demanda-t-elle.

Yuichi regarda l’objet qu’il tenait dans ses bras : le soutien-gorge de sa grande sœur. « Oh ! Désolé. Elle est plutôt plate. Je suppose que ça ne t’irait pas, hein ? »

Yuichi avait regardé la poitrine d’Aiko alors qu’il disait ça. En réaction, elle avait croisé ses bras alors qu’elle le regardait fixement.

« D’accord, tu peux emprunter les vêtements de ma petite sœur, » avait-il dit. « Ils t’iront probablement mieux. »

Yuichi avait ignoré le regard noir d’Aiko et avait quitté la chambre de sa grande sœur pour aller chez sa petite sœur.

Aiko l’avait suivi avec hésitation. Elle pouvait sentir sa propre expression devenir tendue.

Yuichi s’était placé devant une porte. Il y avait une plaque sur la porte qui disait « YUICHI. »

Alors, plaisantait-il en disant qu’il me prêterait les vêtements de sa petite sœur ? Mais je ne suis pas sûre de vouloir emprunter les vêtements de Sakaki..., pensa-t-elle.

Yuichi entra dans sa chambre et fit signe à Aiko de le suivre.

 

Il y avait une fille à l’intérieur. Elle enlevait en ce moment son uniforme scolaire.

 

« Hein !? Hein ? Qu’est-ce qui se passe ? Hein ? Pourquoi ? N’est-ce pas ta chambre !? » Aiko avait encore vérifié la plaque de la porte. Il avait, en effet, écrit YUICHI. Mais le mot YORIKO était écrit juste en dessous, en lettres plus petites.

« Salut, Yori. Je vois que tu es de retour. Oh, voici ma petite sœur, Yoriko, » Yuichi avait montré du doigt la fille qui se déshabillait.

« Salut, grand frère. Hein ? ... Une fille ? » Les yeux de Yoriko s’étaient ouverts en grand à la vue d’Aiko.

« Oui, j’ai amené une amie. Elle s’appelle Noro. Ses vêtements sont sales. Peux-tu lui prêter ton uniforme ? » demanda Yuichi.

 

 

« Bien sûr. Attends un peu, » Yoriko s’était totalement déshabillée jusqu’à être en sous-vêtements, puis s’était changée en vêtements de ville.

« Pourquoi ta petite sœur se change-t-elle ici !? » demanda Aiko.

« Parce que... c’est aussi sa chambre, » répondit Yuichi.

« Hein ? Ça n’a aucun sens ! Quoi ? La chambre de ta grande soeur est à côté, non ? Les sœurs ne devraient-elles pas partager une chambre ? » demanda Aiko.

Le corps de sa petite sœur était clairement bien développé, au sens féminin. La plupart des gens trouveraient inacceptable qu’un frère et une sœur partagent une chambre à leur âge.

« Certaines familles feraient ça. Mais il n’y a que deux chambres d’enfants, et Mutsuko est l’aînée, alors elle a une chambre pour elle toute seule, » déclara Yuichi.

« Hein ? Quoi ? Et tu es d’accord avec ça ? Et toi, Yori ? » La tête d’Aiko s’était tournée avec des questions.

La réponse de Yoriko fut de marcher jusqu’à Aiko et de la conduire dans le couloir.

Une fois qu’elles n’étaient que toutes les deux, elle avait fermé la porte derrière elle. Quoi qu’elle eût à dire, elle ne voulait pas que Yuichi l’entende.

« Je crois que ton nom est Noro. Serait-il correct de supposer que tu sortes avec mon frère ? » Yoriko se pencha de près, son expression était très sérieuse. Sa voix s’était aussi adoucie pour donner plus de poids à ses mots. Son visage était très joli, comme celui de leur mère.

« Hein ? Oh, non, on ne sort pas ensemble. En fait, aujourd’hui, c’était la première fois que nous nous parlions, » bégayait Aiko, se sentant étrangement sous pression.

Cette fille semblait curieusement mûre pour une élève du collège.

« Je vois... Je suis très heureuse de l’entendre. Il est donc clair que mon frère ne fait que tenter d’aider une personne dans le besoin. Maintenant, Noro. Parce que tu es son amie, permets-moi de t’avertir poliment : Tu ne dois pas te mêler des affaires de cette maison, » déclara Yoriko.

« Hein ? » s’exclama Aiko.

« Je suis satisfaite de la façon dont les choses sont. Je ne peux pas le laisser remettre en question l’acceptabilité d’un frère et d’une sœur qui partagent une chambre. Tu comprends ? » demanda Yoriko.

« Non, j’ai peur que non, » Aiko s’était trouvée en train d’adopter une forme légèrement étrange de discours formel. « Parce que... Je veux dire, franchement ! Qui fait ça ? »

« Nous, ici, dans cette maison. Ne sais-tu pas qu’il est impoli de juger la vie des autres ? » demanda Yoriko.

Aiko ne pouvait pas penser à une réponse à donner à cela. Elle avait certainement trouvé cela étrange, mais si cela ne dérangeait pas Yoriko, il n’y avait pas grand-chose à dire. Cela lui avait laissé un sens agaçant de l’injustice.

« Maintenant, je crois que tu as besoin de vêtements de rechange. Très bien. Je t’en prêterai. Ce sera une nouvelle paire, que je n’ai pas encore portée. Connaissant mon frère, il aura négligé de tenir compte d’une telle considération, » déclara Yoriko.

« Oh, oui, il a essayé de me prêter les sous-vêtements de sa grande sœur..., » déclara Aiko.

« Maintenant, nous allons retourner dans la chambre. Tu t’abstiendras de lui mentionner le contenu de notre discussion, » déclara Yoriko.

« D-D’accord, » déclara Aiko.

Yoriko avait dominé la conversation. Aiko ne pouvait rien faire d’autre que de suivre son rythme.

Yoriko avait ouvert la porte et était rentrée dans la pièce.

« Qu’est-ce que vous faisiez toutes les deux ? » demanda Yuichi, les regardant toutes les deux dans la confusion.

« Désolé, grand frère. C’était juste une petite conversation entre filles ! N’est-ce pas ? » demanda Yoriko en se tournant vers Aiko.

« Hein ? T-Tout à fait..., » Aiko avait bégayé son accord en étant un peu effrayée.

« Hmm. Eh bien, c’est cool. Choisis vite ce que tu lui prêtes, d’accord ? Elle se sent probablement assez dégoûtée, debout dans cet état, » déclara Yuichi.

« Okaaay ! » L’attitude de Yoriko avait fait un 180 degrés. La froideur formelle d’avant avait disparu. Elle ressemblait à n’importe quelle jeune fille innocente de son âge.

C’est quoi, ces frères et sœurs ? Se demanda Aiko.

Aiko la dévisageait, stupéfaite, tandis que Yoriko allait chercher des vêtements.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre, haha on vois bien que notre héro n'a pas une famille si ordinaire qu'il ne le prétend

  2. Merci pour le chapitre !

  3. Pas si ordinaire que ça le héros ! Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire