Mushoku Tensei – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Les secrets de mon maître

Partie 2

~5~

Cela faisait presque 3 heures.

En raison de la différence d’élévation de la route, nous nous étions arrêtés d’innombrables fois. Pour traverser les routes ressemblant à des serpents, nous avions également pris beaucoup de temps.

Si vous le calculiez en ligne droite, nous n’avions probablement même pas fait un kilomètre.

J’étais épuisé. J’étais comme ça hier aussi.

Je ne savais pas pourquoi mon corps se sentait si fatigué. Était-ce à cause de la téléportation ? Ou simplement parce que je n’avais pas l’endurance ?

Sous la direction de Ghyslaine, j’aurais dû être correctement formé pour augmenter mes capacités physiques...

« C’est un village ! »

Éris avait l’air de ne pas être fatiguée et regardait l’endroit avec beaucoup d’intérêt. J’étais jaloux de son endurance.

Même si Éris disait que c’était un village, cet endroit ressemblait plus à un hameau. Une douzaine de maisons s’étaient rassemblées et étaient entourées de clôtures grossièrement faites. À côté de la clôture se trouvait un petit champ cultivé.

Même si je n’étais pas sûr de ce qui poussait, je pensais que c’était probablement stérile.

Avec un endroit comme celui-ci où il n’y a pas d’eau de rivière ou quelque chose de similaire, c’était probablement une tentative futile.

« Halte ! »

L’entrée était bloquée. En y regardant de plus près, il semblerait y avoir un jeune ayant l’âge d’un collégien. Ses cheveux étaient bleus et me rappelait Roxy.

« Ruijerd, qui sont donc toutes ces personnes ! »

Il parlait dans la langue du Dieu Magique. On dirait que ma capacité d’écoute pour la langue du Dieu Magique était acceptable. J’étais capable de bien le comprendre, OK.

« C’est l’étoile filante dont je t’avais parlé »

« Ils sont suspects, tu ne pourras pas laisser ces gens dans le village ! »

« Pourquoi ? En quoi ont-ils l’air suspects ? »

Le visage de Ruijerd se tendit et se referma sur lui pour demander une réponse.

Quelle soif de sang qui brisait la terre !

Si je le voyais pour la première fois afficher une telle soif de sang, je m’enfuirais immédiatement sans hésitations.

« I-Ils ont l’air douteux, peu importe comment tu les regardes ! »

« Ils ont été simplement entraînés dans une calamité de Mana dans Asura et téléportés ici. »

« M-Mais — »

« Sale bâtard, es-tu en train de vouloir abandonner ces enfants... ? »

Ruijerd serra son poing. Je pris sa main par réflexe.

« Ceci est son travail, s’il te plaît retiens-toi. »

« Quoi...? »

« Je veux dire que pour un subalterne comme lui, il ne sera pas capable de résoudre le problème. N’est-il pas préférable de trouver quelqu’un dont la position est plus élevée ? »

Les sourcils du jeune homme se rejoignirent quand il entendit le mot subalterne.

« Tu as raison. Robin, appelle le chef. »

Ruijerd lança un regard furieux à ce jeune, les yeux dans les yeux, <foutez-moi cette merde dehors>.

« Ahh, je pensais aussi à la même chose. »

Le jeune nommé Robin ferma les yeux et garda cette apparence pendant plus de 10 secondes...

« ... »

Que fait ce mec ? Y va-t-on maintenant ?

Fermant les yeux, es-tu assoupi ici !

Ou tu attends un baiser ?

« Ruijerd-san, c’est... ? »

« La race de Migurd peut parler entre eux même s’ils ne sont pas au même endroit. »

« Ah, maintenant que tu le mentionnes, je me souviens que mon maître m’a aussi appris cela. »

Pour être plus précis, c’était écrit dans la lettre de Roxy. La race des Migurd pouvait échanger les uns avec les autres s’ils étaient proches.

Ajoutant à cela, Roxy avait également écrit qu’afin de s’éloigner de cette capacité, elle avait quitté le village.

Pauvre Roxy...

Cela étant dit, ça signifiait que c’était la communauté de Migurd.

Ce serait peut-être mieux si je donnais le nom de Roxy. Ah, non, je ne savais toujours pas quelle était la relation entre Roxy et ce village, c’était une possibilité qui m’apporterait des ennuis inutiles.

« Le chef devrait bientôt arriver. »

« C’est bon si nous pouvions aller de l’avant pour le trouver plus tôt, ai-je raison ? »

« Comment puis-je te laisser entrer dans le village ? »

« Vraiment ? »

En ce moment, l’atmosphère devenait inconfortable. Éris tira doucement sur ma manche.

« Hey, qu’est-ce qui se passe ? »

Éris ne comprenait pas la langue du Dieu Magique.

« Il dit que nous sommes très suspects, alors il va laisser le chef vérifier la situation. »

« Quoi ? En quoi avons-nous l’air suspects... »

Éris fronça les sourcils et regardait ses propres vêtements. C’étaient les mêmes vêtements qu’elle mettait quand elle sortait en ville et quand elle assistait à des cours d’épée.

Même si cela pouvait sembler être un peu léger pour s’habiller, mais ce n’était pas du tout étrange.

Au moins, je ne pensais pas qu’elle soit très différente de Ruijerd. Si elle portait quelque chose comme une robe, ce serait en fait suspect...

« Ça ira bien, non ? »

« Que veux-tu dire par bien ? »

« Si tu me demandes ce que c’est, j’aurais beaucoup de mal à te l’expliquer clairement... C’est, tu sais... »

« C’est bien. »

« Oui...? »

Comme prévu, quand nous avions eu cet échange à l’entrée, Éris semblait se sentir un peu mal à l’aise. Mais après que je lui avais dit que tout irait bien, elle devint immédiatement douce.

« Le chef semble arriver maintenant. »

Il semblerait y avoir un adulte mâle qui marchait avec une canne qui sortait du village. Et il y avait deux filles qui avaient l’air de rentrer du collège.

Tout le monde avait l’air jeune.

Peut-être, même quand un Migurd devenait un adulte, ils avaient toujours l’apparence d’un collégien ? Le dictionnaire de Roxy ne mentionnait pas quelque chose comme ça.

Oh attends, les dessins sur le dictionnaire ressemblaient à des collégiens.

Je pensais que c’était l’autoportrait de Roxy, même sa poitrine semblait un peu plus fournie... Peut-être que c’était en fait l’apparence d’une personne de la race des Migurd adulte ?

Alors que je continuais à y penser, le chef commença à parler avec Robin.

« Ce sont les enfants, exacts... ? »

« Oui, il semble que l’un d’entre eux puisse parler la langue du Dieu Magique, et peu importe comment tu les regardes, ils ont l’air suspects. »

« Langue ou autre, n’importe qui peut la parler s’il l’apprend correctement ? »

« Pourquoi un humain de cet âge apprendrait-il la langue du Dieu Magique ! »

Franchement.

Le chef tapait les épaules de Robin.

« Bien bien. Tu devrais te calmer un peu. »

Le chef marcha lentement à mes côtés. Et moi, de mon côté, je baissais la tête.

Ce n’était pas les manières des nobles, c’était plus une inclination japonaise.

« C’est un plaisir de vous rencontrer pour la première fois. Je m’appelle Rudeus Greyrat. »

« Oh, vous êtes très poli. Je suis le chef de cette communauté, Rocks. »

Je faisais un clin d’œil à Éris. Il semblerait qu’il avait le même âge qu’elle, mais les manières du chef étaient complètement différentes d’elle et elle ne savait pas quoi faire.

Elle croisa les bras puis prit la pose, mais elle semblait incapable de se calmer.

Elle hésitait à croiser les bras et à prendre une position imposante.

« Éris, vas-y et fais ta salutation. »

« M-Mais, je ne connais pas la langue du Dieu Magique ? »

« Fais juste la même chose que celle qui t’a été enseignée dans les cours d’étiquette. Je traduirais pour toi. »

« Euh, je suis heureuse de vous rencontrer, je suis Éris Boréas Greyrat. »

Éris suivait ce qu’elle avait appris dans la classe de l’étiquette pour faire sa salutation. Rocks avait souri après avoir vu ça.

« La jeune femme là-bas, est-elle en train de faire une salutation ? »

« Oui, c’est notre façon de saluer dans notre ville natale. »

« Ho ~, mais c’est différent de toi ? »

« Elle est différente entre les hommes et les femmes. »

Rocks hocha la tête comme s’il disait « je vois, je vois », et imita mon exemple en baissant la tête devant Éris.

« Je suis le chef de cette communauté, Rocks. »

Éris me regardait, perdue, lorsqu’elle vit le chef baisser brusquement la tête.

« Rudeus, que dit-il ? »

« Il a dit : “Je suis le chef de cette communauté, Rocks.” »

« Est-ce que c’est le cas ? Hm, Hmph. C’est exactement ce que Rudeus a dit, nous pouvons communiquer les uns avec les autres. », dit Éris tout en souriant.

Très bien, on était d’accord sur ce point, exact ?

« Alors, pouvez-vous nous laisser entrer dans le village ? »

« Hmmmm... »

Rocks regardait tout mon corps comme s’il voulait me lécher.

S’il te plaît, arrête. Si tu me regardais avec des yeux si passionnés, j’avais le sentiment de devoir me déshabiller...

Les yeux de Rocks s’arrêtèrent devant ma poitrine.

« Où as-tu eu ce pendentif ? »

« Mon maître me l’a donné. »

« Qui est ton maître ? »

« Elle s’appelle Roxy. »

Je déclarais honnêtement son nom. En y réfléchissant, c’était le nom de mon respecté maître, pourquoi avais-je besoin de cacher ce fait ?

« Quoi ? »

Robin cria. Il me saisit en toute hâte les épaules.

Avais-je creusé ma propre tombe ?

« Venez-vous à l’i-instant de dire Roxy !? »

« Oui, elle est mon maître... »

Quand je lui répondis, je vis du coin de mes yeux que Ruijerd leva le poing et je l’arrêtais immédiatement.

Robin ne montrait pas de la colère, mais de l’anxiété.

« O-Où est Roxy maintenant !? »

« Je ne l’ai pas vue depuis longtemps alors je... »

« Dites-le-moi vite ! Roxy, Roxy est ma fille !! »

J’étais désolé, il était quoi ?

« Mes excuses, je n’ai pas entendu ce que vous avez dit tout à l’heure. »

« Roxy est ma fille ! Est-elle encore en vie !? »

Pardon ? Non, je ne l’avais pas entendu clairement.

Attendez, j’étais plus préoccupé par ce type qui ressemblait à un collégien. En regardant son apparence, on pourrait dire qu’il ressemblait au petit frère de Roxy.

Mais, je vois, Hm...

« Dites-le-moi rapidement, elle a quitté ce village il y a 20 ans, et il n’y a plus eu de nouvelle depuis ! »

On dirait que Roxy avait secrètement quitté sa maison. Je ne l’avais jamais entendu me parler de ça. Pff, les explications de mon maître n’étaient pas assez détaillées.

Erm, il avait dit 20 ans.

Huh? Quel âge a Roxy maintenant ?

« Je vous en prie, s’il vous plaît, arrêtez d’être silencieux, dites-moi rapidement quelque chose. »

Oh, s’il te plaît excuse-moi.

« Roxy est maintenant... »

Je réalisais juste que mes épaules étaient encore saisies par Robin. J’avais presque l’impression d’être menacé. Bien que ce soit différent d’une menace.

C’était presque comme si vous me poussiez à céder à la violence !

Si vous vouliez que je craquasse sous la violence, vous deviez au minimum utiliser une batte de baseball pour détruire mon PC, me battre avec du karaté, et me casser le cœur avec des blasphèmes !

Si je ne montrais pas cette attitude ferme, j’allais rendre Éris mal à l’aise, non ?

« Avant cela, s’il vous plaît, répondez à ma question. Quel âge a Roxy maintenant ? »

« Son âge ? Non, comparé à cela... »

« Ceci est une chose très importante ! Et s’il vous plaît, dites-moi la durée de vie de la race des Migurd ! »

C’était quelque chose que je devais absolument entendre.

« Ah, ahh... Si c’est Roxy... Elle devrait avoir 44 ans. La durée de vie d’un Migurd est d’environ 200 ans. Même s’il y a ceux qui meurent à cause de la maladie, mais s’ils vieillissent, ils devraient vivre jusqu’à cet âge. »

Elle avait le même âge que moi. J’étais légèrement heureux.

« Je vois... Ah, s’il vous plaît, arrêtez de m’agripper. »

Robin lâcha enfin ses mains. Très bien, très bien, on pouvait enfin parler.

« Il y a une demi-année, Roxy était toujours en place à Shirone. Même si je ne l’avais pas rencontré face à face, je communiquais avec elle en échangeant des lettres. »

« Des lettres... ? Cette enfant sait écrire dans le langage de la race humaine ? »

« Depuis au moins 7 ans, elle était capable d’écrire parfaitement dans cette langue. »

« E, est-ce ainsi... Alors elle va bien ? »

« Si elle n’a pas eu d’accident ou si elle n’est tombée malade, elle devrait être en très bonne santé. »

Alors que je le disais, Robin s’agenouilla sur le sol. Il montrait une expression soulagée avec des larmes dans ses yeux.

« Est-ce vrai... ? Elle est en sécurité... Elle est en sécurité... Haha... C’est génial. »

C’était génial, beau-père.

Mais le regarder me rappelait mon père Paul. Si Paul savait que j’étais en sécurité, il pleurerait probablement aussi.

J’avais envie d’envoyer une lettre à Buina dès que possible.

« Alors, nous permettrez-vous d’entrer dans le village ? »

Je regardais Robin qui pleurait du coin de l’œil, tout en parlant au chef des Rocks.

« Bien sûr. Comment pouvons-nous être froids envers les gens qui nous ont donné des nouvelles rassurantes de Roxy ? »

L’effet du pendentif de Roxy était extraordinaire. Si j’avais su que cela arriverait, je l’aurais montré au début.

Ah, non, sur la base de la progression du dialogue, il y avait la possibilité qu’ils me soupçonnent d’avoir tué Roxy et de lui avoir volé son pendentif.

La race magique avait une longue espérance de vie et il devait y avoir des gens dont les apparences étaient différentes de leur âge.

Si mon âge réel de plus de 40 ans était révélé, peu importe à quel point je ressemblais à un enfant de 10 ans, cela serait suspect, non ?

J’avais besoin de le vérifier par moi-même. Et je devais faire plus d’actions qui convenaient à un enfant.

Et avec cela, nous entrions dans le « hameau de la race des Migurd. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire