Mushoku Tensei – Tome 3 – Chapitre 14 – Partie 2

***

Chapitre 14 : Le début du voyage

Partie 2

~4~

« Rassemblez-vous tous ! »

Éris essayait d’utiliser un morceau de tissu comme oreiller, Ruijerd cherchait des ennemis les yeux fermés.

Je leur avais demandé de se regrouper.

« J’aimerais organiser des réunions à partir de maintenant. »

« ... Réunions ? »

Éris était perplexe.

« Oui ! Si nous continuons à voyager comme ça, je pense que certains problèmes vont se poser. Si un problème devait survenir, alors à ce moment-là, je pense que nous devrions tous les trois discuter de ce que nous devrions faire à ce sujet. Cela devrait être fait pour éviter que des conflits ne se produisent en raison d’opinions divergentes. »

« C’est... »

Éris affichait une mine perplexe.

Comme je le pensais, elle n’aimait probablement pas participer à quelque chose de spécifique comme ceci.

Mieux encore, je pourrais juste discuter de tout avec Ruijerd,

Mais exclure quelqu’un n’était pas bon.

Elle n’est pas un poids mort qui nous ralentissait.

Je devais donc la laisser participer aux discussions comme celle-ci.

« Était-ce donc ça ? N’est-ce pas ce que faisait Rudeus et les autres font une fois par mois ? »

Hmm ?

Une fois par mois ?

Oh, elle parlait de la réunion du personnel.

En y pensant, j’avais fait quelque chose comme ça.

« Oui, sauf que c’est une version pour aventuriers. »

Éris ferma soudain la bouche et commença à s’asseoir devant moi comme une pierre.

Quand j’avais pensé qu’elle allait avoir un visage sérieux, elle avait au contraire un grand sourire sur son visage.

Je me demandais pourquoi elle agissait ainsi.

Il n’aurait pas dû y avoir quelque chose de drôle à ce sujet...

Eh bien, c’était mieux que de la détester.

« Est-ce que je participe aussi à cela ? »

C’était la question de Ruijerd.

Au contraire, que feriez-vous si vous ne participiez pas ? Quel genre de tsukkomi [1] devrais-je être ?

« Bien sûr. N’as-tu pas tenu des réunions comme ça quand tu étais dans ton groupe de guerriers ? »

« Nous n’en avons pas eu. C’était juste moi qui donnais des ordres, quelque chose comme ça. »

Donc, c’était quelque chose comme nous devrons faire ce qu’a dit le chef.

Mais je vivais dans une démocratie.

« À partir d’aujourd’hui, nous en discutons tous les trois et nous prendrons des décisions en commun. »

« Compris. »

Ruijerd acquiesça docilement et s’assit.

À côté du feu de camp, nous étions assis tous les trois en cercle.

D’accord.

« Maintenant, nous allons commencer la première réunion stratégique de “Mort Certaine”. Applaudissements »

Clap, clap, clap, clap, nous avions tous les trois applaudi.

« Rudeus, pourquoi faisons-nous quelque chose comme des applaudissements ? »

« C’est le genre de chose que tu dois faire. »

« Même si tu ne l’as pas fait avec Ghyslaine cette fois-ci..., eh bien, ça ne me dérange pas. »

« Parce que c’est notre séance inaugurale, nous devrions applaudir pour ça. »

Eh bien, je ne l’avais pas fait lors de la réunion du personnel.

Mais maintenant, nous étions des aventuriers, et de cette manière nous rendrions les choses un peu plus excitantes.

« Ahem.  Eh bien la dernière fois, je me suis planté dans les grandes lignes. »

« Non, ce n’est pas de ta faute, mais — »

« Silence ! Ruijerd, quand tu fais une remarque, attend que la personne qui parle ait fini, après cela, tu dois lever la main. »

Je l’avais dit à la manière d’une personne hystérique ayant une paire de lunettes triangulaire.

« Je comprends. »

« Bien. »

Ruijerd avait l’air de ne rien comprendre, et bien je continuais avec ce que je voulais dire.

« Pensons aux raisons pour lesquelles nous avons échoué. »

Nous n’avions pas assez rassemblé des informations, et nous n’avions pensé qu’à gagner de l’argent. Il ne fallait pas faire d’une pierre deux coups, etc.

Eh bien, nous devions faire attention à tout cela respectivement.

« Par précaution, j’aimerais que nous suivions les trois points suivants, “Information”, “Communication” et “Consultation”, ce sont les plus importants. »

« Consultation... je vois. »

Ceci était d’une grande importance, avec cela, même s’il y avait un ennemi devant nous, nous pourrions l’envoyer valser.

« Oui, lors de la consultation, avant de faire quelque chose, on doit d’abord consulter les autres ! »

« Hmmm, que devons-nous faire spécifiquement ? »

« Si jamais tu as quelque chose qui te dérange, veux-tu bien nous en informer ? »

En réalité, je ne savais pas pourquoi la société avait des personnes qui consultaient les autres...

Bien, laissons ces choses difficiles de côté pour le moment.

Nous devrions faire tout ce que nous pouvons.

« Je vous demanderai également que vous puissiez vous consulter tous les deux. Celui qui a été invité à consulter, réfléchissez à ce qui a été dit, même si vous n’êtes pas d’accord. Si vous le faites comme ça, vous pourriez trouver un excellent plan auquel les autres n’auraient peut-être pas pensé. »

À ce sujet, quand j’y pensais, j’avais décidé des choses sans consulter Ruijerd.

Même si j’avais dit que je lui faisais confiance, au fond de mon cœur, cela pouvait peut-être différent.

« Passons à communication. Si vous remarquez quelque chose dans la région, veuillez le signaler immédiatement. S’il vous plaît, dites-nous des choses comme ça. »

Éris n’arrêtait pas de hocher la tête avec une mine perplexe.

Je me demandais si elle comprenait.

« Pour le dernier point, l’information. Les progrès peuvent être importants, cependant, si un plan échoue ou réussit, veuillez m’en indiquer le résultat. »

C’était parce que j’étais toujours le leader.

Je devais les sensibiliser ce sujet.

« Des questions pour le moment ? »

« Je n’en ai pas, continue. »

« Très bien ! »

Ruijerd secoua la tête tandis qu’Éris levait la main.

« Oui, Éris. »

« Nous nous consulterons tous les trois, mais Rudeus finira par décider, n’est-ce pas ? »

« Au final, ça va probablement se passer comme ça. »

« Alors, n’est-ce pas comme si Rudeus décidait de tout ? »

« Il y a une limite à ce que je peux penser. »

« Comme si je pouvais penser à quelque chose à quoi Rudeus ne pouvait pas penser ! »

Je suis reconnaissant que tu dis cela, mais laisse-moi-le dire clairement : En ce moment, je voulais une tranquillité d’esprit.

Je veux que tu dises, tout ira bien ou tout se passera bien, quelque chose comme ça.

« Même si tu ne peux penser à rien de nouveau, Éris, tu pourrais dire quelque chose qui pourrait me donner un indice. »

« Je me le demande... »

Éris avait un visage qui montrait son incompréhension.

Au début, on ne peut pas y faire grand-chose, mais il était important d’utiliser sa tête.

« Pour le moment, il y a quelque chose que je veux décider pour l’avenir. »

À ce moment-là, même si nous ne pouvions pas faire suffisamment de préparations, notre voyage avait déjà commencé.

Ce sera un voyage nous amenant d’un endroit à un autre, mais nous n’avions pas d’autre choix que de faire de notre mieux.

« Notre première décision concerne notre destination... bien sûr, la destination finale sera le royaume Asura dans l’ouest du continent central. C’est bon, non ? »

Les deux hochèrent la tête.

Cependant, il n’était pas possible de traverser le continent magique pour rejoindre le continent central, parce qu’il n’y a pas de route.

Dans ce monde, la tribu de la mer dominait la mer.

Sauf que pour l’itinéraire prévu, il n’était pas possible de la traverser.

« Ruijerd, comment pouvons-nous traverser le continent Millis ? »

« Dans la ville la plus méridionale du continent magique “Windport”, il y a un bateau qui part de là. »

Par conséquent, si vous souhaitez vous rendre sur le continent central, vous devez suivre l’itinéraire suivant :

Direction, le sud du continent magique jusqu’au centre du continent Millis.

Du centre du continent Millis à l’extrémité sud-est du continent Millis.

De l’extrémité sud-est du continent Millis à la partie occidentale du continent central.

C’était la voie à suivre.

Cependant, il y avait aussi une route dans la direction opposée.

C’était un itinéraire qui passait de la partie nord-ouest du continent magique au continent céleste.

De cette façon, nous pourrions aller sur le continent central sans traverser le continent Millis.

Si vous vouliez simplement vous rendre sur le continent central, cela raccourcirait logiquement le voyage de quelques mois.

Cependant, ce n’était pas aussi simple que cela en avait l’air.

Le continent céleste était un continent au sommet d’une chaîne de montagnes.

Sans ailes, il n’y avait pas moyen de le traverser.

Je pense aussi qu’il n’était pas possible d’y accéder en grimpant.

Il n’y avait pas de point d’appui et c’était infesté de bêtes magiques.

C’était un itinéraire difficile avec un taux de mortalité de 95 %.

De plus, même si nous passions cela, ce qui nous attendrait, c’était la zone la plus dangereuse du continent central, sa partie nord.

C’était un endroit infesté de criminels qui fuyaient les chasseurs de primes.

Cependant, ce n’était qu’un plan théorique.

En réalité, cela prendrait probablement le plus de temps.

En regardant les résultats, les deux prendraient beaucoup de temps, bien qu’il n’y avait pas besoin de nous mettre en danger intentionnellement.

En d’autres termes, l’itinéraire que nous emprunterons sera celui du sud.

« Connais-tu exactement le prix du billet de bateau ? »

« Je ne sais pas. »

« Combien de temps cela nous prendrait-il pour y arriver ? »

« Cela ne prendra pas mal de temps... si nous marchions sans repos, cela ne prendrait qu’environ six mois ? »

Même si nous marchions sans repos, cela prendrait six mois... C’était loin.

« N’y a-t-il pas moyen de bouger instantanément, comme un cercle magique de téléportation ? »

« Les cercles magiques de téléportation ont été interdits après la deuxième Grande Guerre magique. Si nous regardions autour de nous, nous pourrions probablement en trouver un cependant, l’utiliser est difficile. »

Je lui avais fait cette demande au hasard, mais de là à penser que cela existait vraiment.

« En fin de compte, nous ne pouvons que voyager à pied, non ? »

« C’est vrai. »

Il ne semblait pas y avoir de moyen de se déplacer à grande vitesse.

Argh... continuer à marcher pendant six mois.

Non, il était faux de songer à voyager pendant six mois.

Nous voyagerons peu à peu.

De ville en ville.

Je devrais penser comme ça.

On ira à notre rythme, comme ça.

« Pour le moment, nous devrions viser la ville portuaire la plus méridionale “Windport”. Combien de temps cela prendra-t-il avant que nous atteignions la prochaine ville ? »

« Dans 15 jours, nous devrions pouvoir atteindre la prochaine ville. »

Deux semaines.

Je me demandais si c’était quelque chose comme ça.

La distance de ville à ville.

« Je me demande s’ils ont une Guilde des Aventuriers. »

« Je suppose qu’ils en ont, » me déclara Ruijerd.

Différentes tribus s’étaient réunies, dans un endroit où ils avaient pu échanger des informations, et donc, après cela, une ville était apparue.

C’était quelque chose comme ça.

En plus, même si une petite ville n’existait pas dans une zone, les guerriers d’une guilde d’Aventuriers de diverses tribus se réunissaient pour leur vie quotidienne.

Apparemment, une Guilde des Aventuriers n’existait pas dans le passé.

Celui qui protégeait la ville était des guerriers des différentes tribus choisies comme représentants.

En outre, pour le bien des tribus qui n’avaient pas beaucoup combattu, les tribus qui étaient habiles dans le combat étaient allées vers ces tribus pour les aider.

La relation entre la tribu des Superds et la tribu des Migurd était aussi comme ça.

Afin de renforcer la relation entre ces tribus, il y avait aussi des mariages entre les membres de plusieurs tribus.

Pas étonnant que le continent magique ait autant de tribus différentes.

Il y avait aussi des tribus mixtes de différentes sortes.

Attendez, nous ne parlons plus du point principal.

« Maintenant que j’y pense, nous devrions traverser les villes ayant des guildes d’aventuriers. »

Nous y resterons environ 1 ou 2 semaines.

Tant que notre qualification d’aventuriers n’avait pas été révoquée, nous pouvions continuer à recevoir des quêtes.

Tout en nous débarrassant du nom de « Mort Certaine. »

En gros, rien de bien méchant.

Et lorsque nos frais de déplacement étaient couverts, nous quitterions la ville.

« C’est de cette manière que l’on va vivre à partir de maintenant. Peut-être que quelqu’un a-t-il des questions ou des opinions ? »

Notes

  • 1 Personnage typique des comédies japonaises, le manzai. Le manzai (漫才) est une forme de comédie au Japon, qui implique généralement un duo comique : le tsukkomi, le personnage sérieux, intelligent, rationnel, et le boke, le personnage fruste, outrancier et désordonné. La plupart des blagues reposent sur des quiproquos, des jeux de mots et autres gags verbaux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire