Mushoku Tensei (LN) – Tome 7 – Prologue

***

Prologue

Trois chariots s’agitaient sur une route étroite, entourée d’un bois dense et sombre.

Il s’agissait des moustaches de la Wyrm, une forêt qui séparait la frontière nord du royaume d’Asura de la vallée connue sous le nom de mâchoire supérieure du Wyrm rouge. La mâchoire supérieure était un point d’étranglement naturel, mais contrairement à son homologue — la mâchoire inférieure — située loin au sud, elle se trouvait à plusieurs jours de voyage de la frontière d’Asura.

Il y avait une bonne raison à cela, bien sûr : la forêt entre la frontière et la vallée était infestée de monstres. Il y avait de nombreuses années, le royaume d’Asura avait construit un mur au sud afin d’empêcher ces créatures d’errer sur son territoire, une mesure qui avait considérablement réduit ses dépenses pour l’extermination des monstres. Largement négligée, la forêt était restée le refuge de monstres vicieux… ainsi que de bandits et de criminels qui avaient fui le territoire d’Asura. Peu de gens étaient prêts à risquer un voyage à travers la forêt. Cependant, certains marchands endurcis se frayèrent un chemin jusqu’aux territoires du Nord et y retournèrent à la recherche de profits.

Le chef de cette petite caravane était l’un de ces hommes. C’était un commerçant du nom de Bruno, un marchand en devenir qui s’était fait un nom l’année dernière et qui venait de rejoindre une importante société commerciale d’Asura. La tâche actuelle de Bruno consistait à faire venir deux chariots remplis de marchandises du royaume d’Asura vers les territoires du Nord. Il s’agissait d’une cargaison importante et précieuse. La perdre signifierait la fin de sa carrière, et peut-être même de sa vie. Il y avait de fortes chances qu’il soit attaqué par des monstres, des bandits, ou les deux.

Avant de rejoindre sa société actuelle, Bruno était un simple commerçant itinérant, n’ayant de comptes à rendre qu’à lui-même. À l’époque, il s’en remettait à son propre sabre et à son instinct pour protéger sa cargaison. Mais maintenant qu’il avait fait son apparition dans le monde, il était confronté à des dangers bien plus grands et à des conséquences bien plus graves en cas d’échec. Il ne pouvait plus tout faire tout seul.

Heureusement, il pouvait s’offrir les services de gardes professionnels.

La troisième voiture de la caravane de Bruno était occupée par un groupe d’aventuriers qu’il avait engagé pour la défendre, en plus d’une poignée de passagers payants.

Les gardes étaient les cinq membres du groupe de rang B des Counter Arrows, qui était actif dans le royaume d’Asura depuis un certain temps. Les passagers étaient au nombre de trois : deux épéistes en formation se dirigeant vers le nord pour parfaire leurs compétences, et un jeune magicien lugubre en robe gris foncé. Et bien qu’ils ne soient pas techniquement des gardes, Bruno s’attendait à ce qu’ils se battent pour défendre la caravane si nécessaire, étant donné que leurs vies seraient en jeu.

D’ailleurs, le jeune magicien lugubre se faisait appeler Rudeus Greyrat. À ce moment-là, il était à l’arrière de la voiture qui se balançait, regardant vaguement vers le ciel. Ses yeux étaient comme ceux d’un poisson mort et sa bouche était à moitié ouverte. Il n’était pas tant assis qu’affalé contre la voiture.

Le garçon semblait totalement creux. Il n’y avait que du néant en lui. Quand on regardait son misérable visage, on pouvait presque entendre ses pensées à voix haute :

Tout est vide de sens. À quoi bon être en vie ? Pourquoi s’en préoccuper ?

Je n’en sais rien. La seule chose que je sais, c’est que je suis vide à l’intérieur.

Je suis le néant. Je suis le zéro. Je suis le cœur de l’espace…

Le garçon poussa un soupir faible et sans vie.

En raison de sa seule présence, l’ambiance du carrosse ressemblait à celle d’une morgue.

« Tu as beaucoup soupiré ces derniers temps, petit. Qu’est-ce qu’il y a ? », déclara l’un des passagers du garçon.

La femme qui avait parlé, membre du groupe de rang B les Counter Arrows, avait la peau foncée et des dreadlocks mis en chignon. Elle portait un protège-poitrine et des gantelets — une armure relativement légère, mais était pourtant plus grosse que ce qu’une épéiste typique rechercherait. Elle devait sans doute appartenir à la classe des guerriers.

Le jeune magicien la regarda lentement et fit de son mieux pour sourire. Cela ne fit que l’effrayer. Le garçon avait peut-être l’intention de lui faire un sourire amical, mais il n’y avait mis aucune émotion. C’était comme le sourire sinistre d’une statue de cire.

« Je suis désolé, est-ce que je soupirais ? Ne vous inquiétez pas, mademoiselle. Je vais très bien. »

Il avait parlé fortement et énergiquement, mais ses yeux étaient toujours sans vie et son expression était toujours lugubre. Il était évident qu’il voulait qu’on le laisse tranquille.

La guerrière n’était pas prête à abandonner.

« Très bien. Alors, pourquoi te diriges-tu vers le nord ? »

Elle s’attendait à ce que le jeune magicien l’ignore complètement. En gardant cela à l’esprit, obtenir une réponse était un bon début.

« Hein ? Euh, est-ce que… ça compte vraiment, mademoiselle ? »

« Je veux dire, je suppose que tu es un magicien, mais tu n’as pas encore atteint l’âge adulte, hein ? Viens-tu d’être diplômé d’une académie ? Si tu cherches l’aventure, je commencerais dans un endroit un peu plus sûr que les territoires du Nord. »

Pour être honnête, ce sombre magicien avait l’air jeune. Il avait peut-être douze ou treize ans, presque un enfant, en fait. Avant de répondre, il fit une nouvelle tentative de sourire. Cela ne s’était pas mieux passé qu’avant.

« Désolé, mais y a-t-il une raison pour laquelle je dois répondre à ces questions ? »

Sa réponse s’était traduite par un refus catégorique de participer à la conversation. Ce jeune homme n’avait manifestement aucun intérêt pour le bavardage. De toute évidence, il voulait se vautrer dans sa misère jusqu’à ce que la calèche arrive à destination.

Certains avaient pu trouver son attitude désagréable. Pourtant, au final, il s’agissait d’une conversation entre voyageurs. Le ton du garçon aurait pu en effet être plus poli, mais il y avait une règle tacite selon laquelle il ne fallait pas trop fouiner avec les gens que l’on rencontrait sur la route. Lorsque vous aviez été rejeté explicitement, la chose normale à faire était de hausser les épaules et de laisser tomber le sujet.

Ce qui était, en fait, exactement ce que fit la femme aux dreadlocks. Mais l’aventurière assise à ses côtés avait réagi de manière très différente.

« OK, quel est ton problème ? ! Suzanne essayait juste d’être gentille ! »

Pour une raison inconnue, la fille jetait un regard furieux sur Rudeus. Au premier regard, elle ressemblait à une personne de forte volonté, blonde et en armure légère comme une épéiste, mais elle ne portait pas de lame. Un arc était plutôt passé dans son dos. Elle avait peut-être quinze ans, ce qui était plutôt jeune pour une aventurière, même si elle était plus âgée que le garçon magicien. Il était probable qu’elle ne comprenait pas bien les coutumes qui s’appliquaient dans cette situation.

Rudeus se tourna vers la jeune fille et étudia son visage de près pendant un moment, puis se rattrapa et détourna les yeux.

« Calme-toi, Sarah. Ce n’est pas comme s’il essayait de se battre. Il a juste été un peu brusque, c’est tout. »

« Mais tu t’inquiètes pour lui depuis hier, Suzanne ! Tu as dit qu’il avait l’air un peu déprimé, non ? Et maintenant, il agit comme si tu le harcelais… »

La femme avec les dreadlocks était donc Suzanne, et la plus jeune fille était Sarah. Bien que le garçon ait détourné les yeux, il n’était pas totalement désintéressé par leur conversation, à en juger par la façon dont il leur lançait de petits regards. Son sourire avait cédé la place à une expression mélancolique. Il était difficile de savoir ce qu’il pensait.

Au bout de quelques secondes, il reprit la parole. Tout comme avant, sa voix était forte et claire, mais en quelque sorte moins que rassurante.

« Hum, je me dirige vers le nord pour chercher ma mère. Elle a disparu depuis l’incident de la téléportation de Fittoa. »

« Oh… »

« Fittoa, hein… ? »

Les deux aventurières avaient l’air de s’excuser.

La calamité magique de Fittoa avait été un événement choquant pour les citoyens d’Asura. Ni Suzanne ni Sarah n’étaient originaires de la région, mais leur groupe avait travaillé sur place pour aider à la reconstruction et elles avaient rencontré des réfugiés déplacés dans de nombreuses villes au cours de leur voyage. L’expression lugubre de ce jeune magicien était la même que celle qu’ils avaient vue sur le visage de ces personnes. C’était l’expression de quelqu’un qui avait vécu une perte écrasante.

Suzanne n’avait rien dit à voix haute, mais d’après son visage, il était évident qu’elle se sentait mal pour l’avoir autant pressé.

« OK, j’ai compris… mais ça ne veut pas dire qu’il faut être impoli… »

Elle ne semblait toujours pas entièrement satisfaite, mais le garçon ignora ses grognements et s’était détourné, s’attendant à ce qu’il soit maintenant laissé en paix.

L’atmosphère dans la voiture n’avait fait que s’alourdir. Les deux autres épéistes se tortillaient un peu dans leurs sièges, des expressions inconfortables sur leurs visages.

« Mais comment comptez-vous la rechercher ? Les territoires du Nord sont immenses. »

À la surprise générale, Suzanne choisit d’aller de l’avant. Elle savait que le jeune magicien allait trouver cela ennuyeux, mais elle ne voulait pas passer le reste de ce voyage assise dans un silence gênant et morne.

L’exaspération s’empara du visage du garçon, mais il retrouva un sourire artificiel et se retourna vers Suzanne.

« … Oui, je suppose que vous avez raison. Je vais devoir procéder pas à pas. »

« D’accord, mais avez-vous une idée par où commencer ? Une sorte de piste, ou quelqu’un que vous connaissez là-haut ? Voyager seul là-bas n’est pas facile ? »

« … »

Quelles pensées traversaient la tête du garçon en ce moment ? Peut-être quelque chose comme : Est-ce qu’elle va continuer à me parler pendant le reste de ce voyage ? Ou peut-être que je ne veux pas que cela dure plus longtemps. Mais si je la faisais à nouveau, cette fille pourrait se mettre en colère contre moi.

« Si vous voulez, je pourrais vous donner un petit aperçu des Territoires du Nord. Il vaut mieux savoir quelques trucs sur l’endroit que rien du tout, non ? »

Le garçon hésita un moment, puis il poussa un petit soupir.

« Hum, bien sûr. Je vous en prie, faites-le. »

Son expression ne suggérait aucun intérêt ou curiosité.

Suzanne, apparemment, était d’accord avec ça. Elle choisit de prendre sa réponse au pied de la lettre.

« Très bien, alors. Enlève la cire de tes oreilles et écoute bien, petit. »

« Les Territoires du Nord » était le nom le plus utilisé par les gens pour désigner la région nord du continent central. C’était principalement une terre rude. Les choses n’étaient pas aussi désolantes que sur le continent du Démon, mais comme la neige recouvrait le sol pendant un tiers de l’année, il était difficile d’y faire pousser des cultures. La nourriture était loin d’être abondante. La majorité des nations de cette région étaient pauvres et faibles, et se battaient souvent pour des miettes de ressources pendant que leurs citoyens vivaient de maigres existences. Il y avait aussi de nombreux monstres, et la plupart d’entre eux étaient bien plus forts que ceux que l’on trouvait dans le royaume d’Asura. Cela attirait des guerriers en formation et des aventuriers chevronnés dans la région, mais cela ne suffisait pas à rendre la région encore plus proche de la prospérité.

Cependant, une poignée de pays avaient réussi à s’épanouir même dans cet environnement difficile. Il s’agit des États appelés « nations magiques » :

Le Royaume de Ranoa, connu pour ses institutions d’apprentissage de la magie.

Le Duché de Neris, connu pour sa fabrication d’instruments magiques.

Enfin, le Duché de Basherant, connu pour son expertise dans la recherche sur les arcanes.

Ces trois pays avaient formé une alliance étroite, mis en commun leurs connaissances magiques collectives et atteint une position dominante dans la région.

Après avoir atteint le rang B en tant qu’aventuriers, Suzanne et son groupe avaient plus ou moins perdu leur emploi à Asura. Ils se déplaçaient vers le nord pour s’établir à nouveau dans les nations magiques. Et il se trouvait que Rudeus Greyrat se dirigeait dans la même direction.

Ce n’était pas comme s’il s’était donné la peine de choisir une destination précise.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire