Mushoku Tensei (LN) – Tome 3 – Chapitre 6 – Partie 1

***

Chapitre 6 : Infiltration et usurpation d’identité

Partie 1

La ville de Rikarisu est l’un des trois plus grands villages du Continent Démon. Au moment de la Grande Guerre Homme-Démon, elle servait de base aux forces de l’impératrice démoniaque Kishirika Kishirisu. Aujourd’hui encore, on l’appelle parfois le vieux château de Kishirisu.

La première surprise qu’elle réserve aux nouveaux visiteurs est son emplacement inhabituel. Rikarisu se trouve au milieu d’un énorme cratère, dont le bord forme un seul mur continu autour de la ville. En temps de guerre, ces défenses naturelles ont aidé la ville à repousser de nombreux sièges ennemis et aujourd’hui encore, elles servent à protéger la ville contre les monstres en maraude.

Au cœur même de la ville se dressent les ruines du château de Kishirisu, à moitié détruites lors des événements de la guerre de Laplace. Des murs extérieurs d’une épaisseur imposante entourent le château brisé en noir et or lui-même, un spectacle qui offre aux visiteurs un rappel constant de la gloire fanée de l’Impératrice et du passé violent et douloureux des races démoniaques.

Rikarisu est une ville riche en histoire. Un lieu riche d’histoire.

Et au coucher du soleil, les visiteurs apprécieront sa vraie beauté.

– Extrait de L’errance dans le monde

par l’aventurier Bloody Kant

Ces mots étaient tout ce que je savais de la ville de Rikarisu, ville devant laquelle nous étions arrivés.

Il n’y avait que trois entrées de la ville, qui étaient toutes des fissures au bord du cratère. Les murs du cratère étaient étonnamment hauts. Si vous ne pouviez pas voler, il vous serait difficile de les survoler.

Deux gardes armés étaient postés à l’extérieur de chacune des entrées. Ils prenaient manifestement leur sécurité au sérieux ici.

J’avais jeté un regard réfléchi sur Ruijerd.

« Qu’y a-t-il, Rudeus ? »

« Ruijerd… peut-on entrer dans cette ville, non ? »

« Je n’y ai jamais mis les pieds moi-même. Ils me chassent toujours. »

L’humanité craignait et détestait le Superd à un niveau presque primitif. La réaction initiale d’Éris l’avait bien montré. J’espérais que ce serait un peu différent avec les autres races de démons, mais… d’après ce que j’avais entendu dans le village migurd, c’était probablement un vœu pieux.

« Je suis curieux, mais qu’est-ce que ça implique de te chasser ? »

« Les gardes se mettent à crier après moi quand je m’approche. D’ici peu, un grand nombre d’aventuriers armés en sortiront ».

OK, donc on n’aurait probablement pas l’occasion de s’expliquer. Les gardes crieraient probablement « Halte », puis demanderaient du renfort… et nous serions écrasés sous une vague massive d’hommes costauds.

« Dans ce cas, on ferait mieux de se déguiser. »

Ruijerd me jeta un regard aiguisé.

« Un déguisement ? »

Hm. Cela allait-il être un problème ?

« Bon, écoute-moi bien. Pour l’instant, notre priorité est d’entrer, hein ? »

« Je ne m’y oppose pas. Je ne sais pas ce que tu veux dire par… déguisement. »

« Hein ? »

Wôw. Apparemment, il ne connaissait même pas ce concept. Mais je supposais qu’il aurait pu entrer dans la ville assez facilement autrement.

« Un déguisement est juste… un moyen de changer ton apparence et de cacher ta vraie identité. »

« Je vois… Et comment ferions-nous ça ? »

« Hmm, bonne question. Pourquoi ne pas te cacher le visage pour l’instant ? »

Je m’étais accroupi, j’avais posé mes mains sur le sol et je commençais à y canaliser mes pouvoirs magiques.

◇ ◇ ◇

« Halte ! »

Il y avait deux soldats qui gardaient la porte que nous approchions. L’un d’eux était un homme à l’air sévère avec une tête de serpent, l’autre était un homme à l’apparence d’un coq avec la tête d’un cochon.

« Qui êtes-vous !? Qu’est-ce que vous faites ici ? » cria l’homme serpent, une main déjà posée sur l’épée à sa hanche.

L’homme cochon, d’autre part, était occupé à fixer Éris en silence. Putain de sale animal… Tu ferais mieux de ne rien faire d’étrange, sinon !

Comme nous l’avions décidé à l’avance, je m’étais avancé pour parler.

« Salut. Nous sommes un groupe de voyageurs. »

« Vous êtes des aventuriers ou quoi ? »

« Ou… euh, non. Juste des voyageurs ordinaires. »

J’avais failli répondre « oui », mais nous n’avions rien pour étayer une telle affirmation. Éris et moi étions évidemment très jeunes, donc nous aurions probablement pu passer pour des aventuriers en herbe venant tout juste de démarrer…

« Qui est cet homme que vous avez avec vous ? On dirait une personne suspecte. »

Ruijerd portait actuellement un casque en pierre brute que j’avais créé quelques minutes auparavant. Il avait complètement caché son visage. Nous avions aussi enveloppé les pointes de sa lance dans du tissu. Au premier coup d’œil, vous l’auriez peut-être prise pour une sorte de bâton. Il avait l’air suspect, mais au moins on ne pouvait pas dire que c’était un Superd.

« C’est mon frère aîné. Il a essayé un casque qu’un aventurier lui avait donné, puis il a réalisé qu’il ne pouvait pas l’enlever. Nous pensions qu’il y aurait peut-être quelqu’un en ville qui pourrait nous aider… »

« Hahahaha ! Quel abruti ! Ah, dans ce cas, je comprends. Va parler à la vieille dame du magasin de fournitures, elle trouvera quelque chose. »

L’homme serpent s’était rétracté et enleva sa main de sa poignée.

Eh bien, ça s’est mieux passé que prévu.

Si j’étais au Japon, j’étais presque certain que les flics auraient ramené un étranger avec un casque intégral au poste pour lui poser quelques questions, mais nous nous en étions très bien sortis. Peut-être était-ce parce que Ruijerd avait une paire d’enfants avec lui… ou peut-être que ce n’était pas si inhabituel de voir des gens errer dans la ville avec un casque.

« Au fait, où irions-nous si on avait besoin de gagner de l’argent ? »

« Hein ? Tu cherches un boulot ou quoi ? »

« Eh bien, nous devons rester ici jusqu’à ce que nous puissions enlever ce casque de mon frère. Et s’ils font payer des frais, nous devrons rassembler l’argent pour couvrir ça. »

Le visage de serpent hocha la tête, grommelant : « Ouais, j’imagine que je ne me rendrais pas chez cette vieille bique. »

Apparemment, la vendeuse de fournitures avait fait une bonne affaire. Heureusement que ce n’était pas vraiment notre problème.

« Tu voudrais sûrement parler de la Guilde des Aventuriers, gamin. Je ne connais pas d’endroit où des gens fauchés comme vous pourraient gagner leur vie. »

« Très bien. Est-ce que c’est... »

« La guilde est juste en bas de cette rue. C’est ce grand bâtiment. Vous ne le raterez pas. »

« Merci beaucoup. »

« Une fois inscrit, vous obtiendrez un tarif légèrement préférentiel dans les auberges. Au moins, ça ne peut pas faire de mal de mettre vos noms dans leur livre. »

Avec un petit clin d’œil poli au garde, j’avais commencé à me diriger vers la porte… pour faire une pause au dernier moment.

« Au fait… y a-t-il une raison pour que la ville soit gardée si durement en ce moment ? »

« Oh, Oui. Quelqu’un a dit avoir vu le monstre Dead End dans le coin, nous sommes donc en alerte maximum en ce moment. »

« Attends, sérieusement !? Tu parles d’un nom effrayant… »

« Ouais, sans blague. Espérons qu’il s’en ira bientôt quelque part, hein ? »

Dead End, hein ? À en juger par son nom… si vous le rencontriez, je suppose que votre vie était presque terminée ? Ce doit être un monstre terrifiant.

◇ ◇ ◇

Les bâtiments n’étaient pas aussi hauts à Rikarisu qu’ils l’étaient à Roa, mais j’avais l’impression qu’ils étaient tout aussi nombreux. Les deux villes semblaient avoir des tracés assez similaires. La plupart des installations près de l’entrée étaient des écuries et des auberges qui s’adressaient clairement aux marchands ambulants.

« Hmm. La guilde des aventuriers, hein… ? »

D’après tout ce que j’avais entendu, les aventuriers de ce monde étaient essentiellement des intérimaires glorifiés. Les personnes possédant certaines compétences s’inscrivaient auprès de l’« agence », c’est-à-dire de la guilde, en complétant les emplois qu’elle offre. Vous pouvez vous bâtir une réputation pour vous-même. Les gens ordinaires apportèrent une variété d’emplois directement à la guilde, et elle les distribuaient à tous les aventuriers qui étaient à la hauteur de la tâche.

« Je ne sais pas combien nous pourrons y gagner, mais ce serait peut-être une bonne idée de nous inscrire. Ils nous donneront probablement quelque chose que nous pourrons au moins utiliser comme pièce d’identité. Qu’en penses-tu, Éris ? »

« Ooh ! Oui, bien sûr ! Soyons des aventuriers ! »

Les yeux de la fille brillaient d’excitation. Ce n’était pas vraiment surprenant… elle avait toujours aimé écouter les histoires des exploits glorieux de Ghislaine.

« Es-tu déjà un aventurier, Ruijerd ? »

« Non. Je n’ai jamais mis les pieds dans une ville assez grande pour avoir une guilde avant. »

Ah, c’est vrai. Ils n’avaient probablement pas pris la peine de s’installer dans chaque petit village.

« Ok. De toute façon, je pense que ce sera plus pratique pour nous… »

Une sorte de plan commençait à prendre forme dans mon esprit.

On ne pouvait pas s’attendre à ce que Ruijerd porte ce gros casque lourd pour toujours. Et si on gardait son visage caché, il n’aurait jamais la chance d’améliorer la réputation de son peuple. Nous pourrions toujours essayer d’accomplir quelque chose de grand dès le départ, puis commencer à répandre des rumeurs qu’un guerrier superd en était le responsable… mais comme aventuriers débutants, nous ferions probablement pour le moment des quêtes dans la ville. Résoudre de petits problèmes pour les gens ordinaires pourrait en fait être la meilleure approche. Après tout, c’était la dernière chose à laquelle on pouvait s’attendre d’un « tueur sanguinaire ». Si nous continuons avec assez de diligence, nous pourrions au moins gagner la confiance des gens de cette ville.

Ruijerd était fondamentalement un homme de cœur. Trouver des enfants perdus était tout à fait dans ses cordes, et il vaudrait peut-être mieux changer l’impression qu’a le public de son peuple que de s’enfuir pour tuer une énorme bête. Je voulais dire, sauver un enfant lui avait ouvert les portes du village migurd, non ? Sur cette base, nous devrions probablement nous concentrer sur l’aide aux gens plutôt que sur les chasses aux monstres sanglants. On pourrait laisser sa gentillesse parler d’elle-même.

Cela dit… si nous voulions lui donner la réputation d’aider les gens, le casque serait un problème. J’aurais personnellement du mal à faire confiance à quelqu’un qui cachait son visage. On pourrait peut-être passer à quelque chose qui ne couvrirait que ses cheveux et son front ? Non, ce n’était probablement pas assez bien. L’étiquette sociale était peut-être un peu différente dans ce monde, mais garder votre casque en permanence me semblait assez grossier.

Pourtant, gratter anonymement des petits boulots ne nous mènerait nulle part. Nous devrions sensibiliser toute la ville à la présence de Ruijerd, et nous devrions les convaincre que c’était une chose positive.

« Mais comment fait-on ça… ? »

En premier lieu, il fallait qu’il devienne reconnaissable. Peu importe le nombre de bonnes actions qu’il a faites, nous ne progresserions jamais si elles étaient toutes attribuées à un « aventurier inconnu ». Peut-être que ce serait vraiment mieux de commencer par tuer un gros monstre ou deux ? Juste pour que les gens se souviennent de son nom…

La force compte beaucoup dans ce monde. Faire tomber une bête vraiment redoutable pourrait potentiellement donner à notre petit groupe un léger coup de pouce sur le plan social. Bien sûr, tout le monde savait déjà que le Superd était un chasseur incroyablement puissant, donc il y avait aussi une chance que cela puisse se retourner contre lui…

Non, attendez. Et si la ville était en danger imminent ? Un monstre géant se déchaîne dans les rues, tout le monde s’effondre de terreur, et le Héros Démoniaque Sexy Ruijerd saute à la rescousse ! Avec une musique dramatique en arrière-plan !

Ooh. Ça pourrait totalement marcher.

La principale pierre d’achoppement était le fait que nous avions besoin d’un monstre déchaîné pour y parvenir, mais j’avais entendu un nom qui semblait prometteur il y a à peine une minute.

« Ruijerd, tu sais ce qu’est cette Dead End ? »

En supposant que ce soit une sorte de monstre puissant, nous pourrions trouver un moyen de l’attirer vers la ville, puis le tuer juste au moment où tout le monde commençait à paniquer. Tout le monde aimait une belle et propre histoire de « triomphe du bien sur le mal », pas vraie ?

Malheureusement, la réponse de Ruijerd mit une fin brutale à tout mon raisonnement.

« C’est moi. »

« … Uhm, quoi ? »

Hein ? Est-ce qu’il redevient philosophe avec moi !?

« Certains m’appellent comme ça, Rudeus. »

Ah. OK, donc c’était à prendre au pied de la lettre. C’était un joli surnom qu’il avait là…

C’était logique. Bien sûr, tu flipperais si tu pensais qu’un meurtrier de masse légendaire errait à l’extérieur de ta ville. Honnêtement… le terme « Dead End » me semblait un peu trop fort. À quel point étaient-ils terrifiés par Ruijerd ? En y repensant, ces gardes à l’entrée avaient vraiment besoin de se ressaisir. Ils n’avaient probablement même pas pensé que les Superds étaient un peuple. Ils s’attendaient à un monstre déchaîné et vicieux. Ils n’avaient même jamais pensé que Ruijerd pourrait être assez intelligent pour se déguiser.

« Hmm. Et maintenant, on fait quoi… ? »

Il y avait là un avantage potentiel : son surnom semblait bien connu. Peut-être qu’on pourrait d’une façon ou d’une autre l’utiliser à notre avantage.

« Ruijerd. Ils n’ont pas mis de prime sur ta tête ou quoi que ce soit d’autre, n’est-ce pas ? »

« Non. Ce ne sera pas un problème. »

Voyons donc ? Tu me le promets ? Je vais te croire sur parole, d’accord ?

Très bien, dans ce cas, réajustons un peu ce plan.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire