Mushoku Tensei (LN) – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 2

***

Chapitre 4 : Un professeur

Partie 2

Il avait donc été décidé d’engager un tuteur à domicile pour moi.

J’avais cru comprendre que le poste d’instructeur personnel d’un jeune noble était bien rémunéré. Paul était l’un des rares chevaliers de la région, ce qui faisait de lui un noble de rang assez bas, alors je m’étais demandé s’il pouvait offrir un salaire concurrentiel. Nous étions à la frontière du royaume, et à la frontière, les talents de haut niveau (surtout pour quelque chose comme un magicien) étaient en nombre insuffisant. Si nous faisions une demande à quelque chose comme une guilde des Mages ou une guilde des Aventuriers, est-ce que quelqu’un répondrait ?

Mes parents semblaient également inquiets à cette perspective, mais ils avaient apparemment rapidement trouvé quelqu’un, car mes cours allaient commencer le lendemain.

Et comme il n’y avait pas d’auberge dans notre village, mon professeur vivrait avec nous.

Mes parents étaient presque certains que mon professeur serait un aventurier à la retraite. Les jeunes ne venaient pas jusqu’ici dans la cambrousse, et il n’y avait pas de pénurie d’emplois pour les magiciens royaux dans la capitale. D’après ce que j’avais compris, dans ce monde, seuls les magiciens de niveau avancé enseignaient les arts magiques. Donc, qui que nous ayons, il s’agirait au moins d’un aventurier de niveau Intermédiaire ou Avancé, peut-être même plus haut.

Dans mon esprit, je m’imaginais un homme d’âge mûr ou âgé avec de nombreuses années d’études diligentes à son actif, avec la longue barbe qui était requise pour de tels magiciens.

« Je suis Roxy. C’est un plaisir de vous rencontrer. »

Mes attentes étaient tout à fait fausses. La personne qui s’était présentée était une jeune fille, elle devait avoir l’âge d’une lycéenne.

Elle était vêtue d’une robe de magicienne marron, ses cheveux bleus étaient coiffés en tresses, sa posture était convenable. Sa peau blanche ne semblait pas touchée par le soleil, et ses yeux étaient un peu somnolents. Elle ne paraissait pas très sociable et, malgré son manque de lunettes, elle ressemblait à une fille qui aimait se cacher dans une bibliothèque avec son nez dans un livre.

Dans une main, elle portait un sac, et dans l’autre, elle tenait un bâton digne d’un magicien. La famille était venue la saluer ensemble, ma mère me portant dans ses bras.

« … »

« … »

Mes parents l’avaient regardée, à la recherche de mots. Ce qui n’était pas vraiment étonnant. Cela ne pouvait pas du tout être ce à quoi ils s’attendaient. Quand on engageait quelqu’un comme tuteur à domicile, vous penseriez que vous auriez quelqu’un d’un peu plus âgé. Et à la place, il y avait cette petite gamine.

Avec tous les jeux vidéo auxquels j’avais joué, l’idée d’une loli magicienne n’était pas très inhabituelle pour moi.

Elle était mineure. Elle avait des yeux méprisants. Elle n’était pas très sociable. Ça, c’était le tiercé gagnant.

Elle était parfaite.

Je voulais qu’elle soit ma fiancée.

« Oh, euh, es-tu le tuteur à domicile ? », avait finalement demandé Zenith.

« N’es-tu pas un peu, euh... »

Paul avait réussi à parler.

Mes parents étaient à la recherche de la bonne formulation, alors j’avais décidé d’être direct et de finir la phrase de mon père.

« Tu es jeune. »

« Hé, et c’est toi qui ose dire ça », répondit Roxy.

Elle avait l’air d’être susceptible à ce sujet. Et je ne parlais même pas de ses seins.

Roxy poussa un soupir.

« Alors, où est mon élève ? », demanda-t-elle en regardant autour d’elle.

« Oh, il s’agit de notre garçon juste ici », répondit Zenith, me faisant rebondir légèrement dans ses bras.

J’avais fait un clin d’œil à Roxy. Ses yeux s’élargirent et elle soupira de nouveau.

« Ugh, ça arrive parfois. Le gamin montre des signes de croissance rapide et les parents se disent qu’il a un talent particulier. », murmura-t-elle.

Hé ! J’ai entendu ça, Roxy !

Mais franchement, j’étais totalement d’accord avec elle, mais quand même.

« As-tu dit quelque chose ? », demanda Paul.

« Oh, rien. Je ne suis pas sûr que votre fils puisse comprendre les principes de la magie. », répondit-elle.

« Oh, ne t’inquiète pas. Notre petit Rudy est brillant ! », dit Zenith, débordant de fierté maternelle.

Une fois de plus, Roxy soupira.

« Très bien, alors. Je suppose que je vais devoir faire ce que je peux. »

On aurait dit qu’elle avait déjà décidé que c’était futile.

Il était donc décidé que le cours de Roxy aura lieu le matin et que la pratique du maniement de l’épée avec Paul aura lieu l’après-midi.

◇ ◇ ◇

« OK, voici donc ce manuel de magie… En fait, avant d’en arriver là, si on voyait quelle quantité de magie peux-tu utiliser, Rudy ? »

Roxy m’avait emmené dans la cour pour notre première leçon. J’avais cru comprendre que la magie était quelque chose que l’on pratiquait habituellement à l’extérieur. J’avais déjà appris de première main ce qui pouvait arriver quand on se laissait aller à la magie à l’intérieur de la maison. Les gens ne voulaient certainement pas faire de trou dans les murs.

« D’abord, je vais faire une démonstration. Que les eaux vastes et bénites convergent là où tu veux et qu’elles jaillissent d’un seul ruisseau pur : Boule d’eau ! »

Tandis que Roxy lançait son incantation, une boule d’eau de la taille d’un ballon de basket se forma dans sa paume. Puis, celle-ci heurta à grande vitesse l’un des arbres de notre cour.

La boule d’eau avait brisé l’arbre en deux comme s’il ne s’agissait que d’une brindille et avait trempé la clôture derrière lui. Si je devais deviner, cette boule d’eau devait avoir les paramètres suivants : taille 3, vitesse 4.

« Eh bien ? Qu’en penses-tu ? » demanda Roxy.

« Ma mère a toujours aimé cet arbre et passe beaucoup de temps à l’entretenir. Alors je pense qu’elle va être en colère. »

« Hein ? Vraiment !? »

« Sans aucun doute. »

Une fois, alors que Paul balançait son épée, il avait accidentellement coupé l’une des branches de l’arbre, mais Zenith n’en avait pas été moins furieuse.

« Oh, ce n’est pas bon. Je dois faire quelque chose », bégaya Roxy tout en se précipitant vers l’arbre dans la panique.

Avec un grognement, elle avait remis en place le tronc tombé. Puis, tout en ayant le visage rougi par l’effort, elle se mit à chanter.

« Nngh... Que ce pouvoir divin soit comme une nourriture satisfaisante, donnant à celui qui a perdu ses forces l’énergie de ressusciter — guérison ! »

Lentement et sûrement, le tronc de l’arbre avait repris sa position initiale. Effectivement, c’était tout à son honneur : c’était assez incroyable.

« Ouf ! »

Roxy respira.

« Tu peux aussi utiliser la magie de guérison, mademoiselle !? »

« Hm ? Oh, oui. N’importe quel sort jusqu’aux sorts de niveau intermédiaire. »

« Oh, wôw ! C’est incroyable ! »

« Oh, pas du tout ! Avec une bonne formation, n’importe qui peut le faire. »

Le ton de Roxy était quelque peu brusque, mais les commissures de sa bouche s’adoucissaient, et son nez se tortillait fièrement.

Oui, elle était certainement heureuse. Tout ce qu’il avait fallu, c’était de lui faire des éloges. Mec, elle était facile à satisfaire.

« Très bien, Rudy. Essaie maintenant. »

« D’accord ! »

J’avais tendu la main et —

Merde. Cela faisait presque un an que je n’avais pas lancé boule d’eau en utilisant l’incantation, et je ne me souvenais plus comment ça s’était passé. Roxy venait de le dire. Hmm. Voyons voir…

« C’était quoi déjà ? »

« Que les eaux vastes et bénites convergent là où tu veux et en jaillissent un seul ruisseau pur, » dit Roxy en substance.

Elle avait apparemment pensé que c’était dans mes capacités.

Elle l’avait cependant si bien dit, que je ne m’en souvenais plus après l’avoir entendu une seule fois.

« Que les eaux vastes et bénies… »

J’avais commencé, mais je ne m’étais plus souvenu du reste, alors j’avais abrégé l’incantation. J’avais fait apparaître une boule d’eau un peu plus petite et un peu plus lente que celle de Roxy. Après tout, si je la surpassais, elle pourrait devenir toute boudeuse.

J’aimais être gentil avec les jeunes filles.

La boule d’eau, de la taille d’un ballon de basket-ball, avait frappé sa cible avec une éclaboussure, l’arbre grinçant et craquant lorsqu’il s’était renversé. Roxy fixa son regard sur cette vue, son expression se raidissant.

« Tu as coupé ton incantation, n’est-ce pas ? », demanda-t-elle.

« Ouais. »

Uh-oh. Aurais-je des ennuis ?

C’est vrai : Le manuel de magie ne parlait pas du lancement d’incantation silencieuse. Je l’avais fait comme si ce n’était pas grave, mais c’était peut-être un tabou culturel ? Ou peut-être qu’elle était en colère parce que j’avais réussi quelque chose qui aurait dû nécessiter beaucoup plus d’entraînement ? Avec un peu de chance, elle me reprocherait d’avoir été négligent avec mes incantations.

« Est-ce qu’ordinairement tu coupes tes incantations comme ça ? », demanda-t-elle.

Je ne savais pas trop comment répondre à cette question, et après quelques hésitations, j’avais décidé d’être honnête.

« D’habitude, je ne les utilise pas du tout. »

Après tout, j’allais étudier avec elle, elle aurait fini par s’en rendre compte.

« Aucune incantation !? »

Les yeux de Roxy étaient écarquillés, choqués et incrédules alors qu’elle me regardait de haut. Mais elle avait rapidement retrouvé son sang-froid.

« Ah, oui, maintenant j’ai compris. C’est tout à fait logique. Te sens-tu fatigué en ce moment ? »

« Un peu, mais je vais bien. »

« Je vois. Eh bien, la taille et la force de ta boule d’eau étaient très bien. »

« Merci. »

Finalement, Roxy me fit un sourire, un vrai sourire. Et puis elle se dit à elle-même.

« Peut-être que ça vaut la peine d’entraîner ce gamin. »

Encore une fois, je t’entends parfaitement.

« D’accord, passons au sort suivant », dit Roxy avec enthousiasme, en feuilletant encore le livre magique.

« Aaaaahh ! »

Derrière nous, un cri avait coupé l’air. Zenith était venue dehors pour voir comment ça se passait. Elle laissa tomber le plateau rempli de boissons qu’elle portait et porta les deux mains à sa bouche en regardant l’arbre abattu et écrasé. La tristesse remplissait son visage.

Un instant plus tard, cette tristesse avait été remplacée par une colère furieuse.

Elle avait poussé violemment Roxy qui se mettait en travers de son chemin.

« Mlle Roxy, honnêtement ! Serait-il possible de ne pas utiliser mes arbres pour tes expérimentations ? »

« Hé ! C’est Rudy qui a fait ça ! »

« Si Rudy l’a fait, c’est parce que tu l’as laissé faire ! »

Le blanc des yeux de Roxy s’élargissait, son corps se crispa comme si un coup de tonnerre venait de se déclencher. Puis elle baissa la tête. Voilà ce qui arrivait quand on essayait de rejeter la faute sur un enfant de trois ans.

« Non, tu as tout à fait raison », murmura-t-elle.

« Veille à ce que cela ne se reproduise plus, jeune fille ! »

« Ça n’arrivera pas, madame. Je suis vraiment désolée. »

Zenith s’était approchée de l’arbre et lui avait redonné sa beauté d’antan avec sa magie de guérison avant de retourner dans la maison.

« Eh bien, j’ai tout gâché assez vite », s’était demandé Roxy.

« Mademoiselle… »

« Heh. Je suppose que je serai renvoyé demain. »

Elle s’était assise sur le sol, dessinant de petits cercles dans la terre.

Wôw. Elle ne pouvait vraiment pas supporter la moindre punition, n’est-ce pas ? Je me tenais à côté d’elle et je l’avais tapotée sur l’épaule, mais je n’avais rien dit.

« Rudy ? »

Je ne savais pas quoi faire après l’avoir tapotée sur l’épaule. Je n’avais pas vraiment entamé de conversation avec qui que ce soit depuis près de vingt ans, alors je n’arrivais pas à trouver les mots pour la réconforter. Honnêtement, je ne savais pas quelle était la bonne chose à dire dans ce genre de situation.

Non. J’avais juste besoin de me calmer et de réfléchir. Que dirait le protagoniste d’une simulation de rencontre adulte pour réconforter quelqu’un dans un moment pareil ?

OK. J’étais presque sûr que ça donnerait quelque chose comme ça.

« Tu n’as pas échoué, mademoiselle. »

« Rudy… ? »

« Tu viens de gagner un peu plus d’expérience, c’est tout. »

Roxy avait été décontenancée.

« Oui, tu as… tu as raison. Merci. »

« Uh-huh. Alors, peux-tu continuer notre leçon ? »

Et donc, dès le premier jour, j’avais tissé des liens avec Roxy.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire