Mushoku Tensei (LN) – Tome 1 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : Un manuel de magie

***

Chapitre 3 : Un manuel de magie

Partie 1

Cela faisait à peu près deux ans que j’étais réincarné. Mes jambes s’étaient finalement suffisamment développées pour que je puisse marcher.

De plus, j’avais enfin pu parler la langue de ce monde.

◇ ◇ ◇

Ayant décidé de mener une vie sérieuse cette fois-ci, je devais d’abord élaborer un plan.

Qu’est-ce qui m’avait manqué dans ma vie antérieure ? En gros, des études, de l’exercice et des compétences.

Cependant, en tant que bébé, je ne pouvais pas faire grand-chose. De toute façon, je ne pouvais rien faire d’autre que de plonger mon visage dans la poitrine de quelqu’un quand on me prenait. Chaque fois que je faisais cela à la femme de chambre, celle-ci n’essayait pas de masquer le déplaisir sur son visage, de toute évidence, elle n’était pas fan d’enfants.

Comprenant que cet exercice pouvait attendre, j’avais commencé à apprendre à lire des livres à la maison. L’étude de la langue était une chose cruciale, près de cent pour cent des Japonais savaient lire et écrire dans leur propre langue, mais beaucoup négligeaient d’approfondir leurs connaissances en anglais ou hésitaient à dialoguer avec les autres quand ils étaient à l’étranger, à tel point que savoir parler une langue étrangère était un atout précieux. Gardant cela à l’esprit, j’avais décidé de faire du système d’écriture de ce monde mon premier sujet.

Il n’y avait que cinq livres dans notre maison. Je ne savais pas si c’était parce que les livres étaient chers dans ce monde ou parce que Paul et Zenith n’étaient pas de grands lecteurs. C’était probablement une combinaison des deux. Ayant été auparavant le propriétaire d’une collection de plusieurs milliers de livres — même s’il s’agissait de Light Novel — la situation était difficile à gérer.

Pourtant, même cinq livres étaient suffisants pour apprendre à lire. La langue de ce monde était proche du japonais, j’avais donc été capable de la comprendre assez rapidement. Les caractères écrits étaient complètement différents, mais la grammaire était proche de ce que je connaissais bien, ce qui, heureusement, signifiait que j’avais surtout besoin d’apprendre du vocabulaire, un bon morceau auquel j’avais déjà été exposé. Mon père me faisait la lecture, ce qui me permettait de saisir facilement les mots. Le fait que j’aie appris des choses avait probablement quelque chose à voir avec ça aussi.

Une fois que j’avais pu lire, j’avais trouvé le contenu de nos livres très intéressant. Je n’avais jamais eu de plaisir en apprenant à aucun moment de ma vie antérieure, mais après réflexion, je m’étais rendu compte que ce n’était pas si différent de la recherche de nouvelles informations sur les jeux en ligne. Et ce n’était pas si mal.

Quoi qu’il en soit, je me demandais si mon père savait que son fils comprenait les choses qu’il lisait. Je voulais dire, j’étais calme quand il le faisait, mais j’avais pensé qu’un enfant normal de mon âge piquerait une crise de colère ou quelque chose du genre.

Voici les cinq livres de notre maison :

Voyageons à travers le monde, c’était un guide de référence sur les différents pays du monde et leurs caractéristiques uniques.

L’écologie et les faiblesses des monstres de Fittoa, qui détaillaient les différentes créatures monstrueuses de la région Fittoa, où elles vivaient, et comment les tuer.

Manuel de magie, un manuel de sorts d’attaque pour magicien, allant du niveau débutant au niveau avancé.

La légende de Perugius, un conte de fées sur un invocateur nommé Perugius et ses compagnons, qui combattirent un démon et sauvèrent le monde dans une épopée classique du bien contre du mal.

Les trois épéistes et le donjon, un récit d’action et d’aventure où trois maîtres épéistes de styles différents se rencontrèrent et s’enfoncèrent dans les profondeurs d’un donjon.

Ces deux derniers étaient essentiellement des romans de fantaisie, mais les trois autres pouvaient faire l’objet d’étude sérieuse. C’était le manuel de magie qui avait particulièrement attiré mon attention. Comme je venais d’un monde sans magie, la possibilité de lire de la documentation à ce sujet était très pertinente pour mes intérêts. La lecture du livre m’avait appris quelques principes fondamentaux.

Premièrement, la magie se déclinait en trois types : La magie d’attaque pour combattre des adversaires, la magie de guérison pour soigner les blessures et la magie d’invocation pour faire surgir des choses. Et c’était tout.

Il semblait y avoir beaucoup d’autres choses que l’on pouvait faire avec la magie, mais selon le manuel, la magie était une chose créée et développée pour le combat, et donc peu utilisée en dehors du combat ou de la chasse.

Deuxièmement, vous aviez besoin de pouvoir magique pour utiliser la magie, n’importe qui pouvait utiliser la magie tant qu’il avait un pouvoir magique. Il y avait principalement deux façons de le faire : utiliser son pouvoir magique inné ou puiser dans le pouvoir magique présent dans un objet. L’un ou l’autre suffirait. Il n’y avait pas d’exemples précis, mais j’avais eu l’impression que les gens qui utilisaient la première méthode étaient comme des générateurs d’électricité, alors que les utilisateurs du second type devaient utiliser des piles.

Autrefois, disait le livre, les gens avaient largement utilisé leur propre pouvoir magique pour faire de la magie. Mais au fur et à mesure que la recherche sur la magie progressait, les choses devenaient de plus en plus complexes. En conséquence, des sources d’énergie magique non renouvelables avaient été développées à un rythme soutenu. Les gens qui avaient de fortes réserves magiques étaient toujours capables de se débrouiller, mais ceux qui avaient peu de pouvoir ne pouvaient même pas jeter des sorts de base, et ainsi les anciens maîtres magiques développèrent des moyens de tirer du pouvoir de choses autres qu’eux-mêmes afin de le canaliser en eux-mêmes.

Troisièmement, il y avait deux façons de faire de la magie : l’incantation et les cercles magiques. Il n’y avait pas besoin de trop d’explications : Il s’agissait simplement de réciter des mots ou d’inscrire des motifs mystiques pour jeter un sort. Autrefois, les cercles magiques étaient la principale source de pouvoir magique, mais à notre époque, les incantations étaient beaucoup plus courantes. Dans le passé, même les incantations magiques les plus courtes prenaient une ou deux minutes, ce qui n’était pas vraiment quelque chose que l’on pouvait utiliser dans le feu de l’action. Mais une fois que vous aviez dessiné un cercle magique, vous pouviez l’utiliser encore et encore.

Les incantations commencèrent à devenir la norme lorsqu’un magicien avait réussi à les raccourcir considérablement. Les plus simples de ces incantations ne prenaient plus que cinq secondes pour être lancée, c’était devenu la seule méthode que les gens utilisaient pour effectuer une magie d’attaque. Pour les rituels plus complexes impliquant la magie d’invocation, où une plus grande efficacité n’était pas possible, les cercles magiques restaient le moyen principal.

Quatrièmement, la quantité de pouvoir magique que quelqu’un avait était déterminée à la naissance. Dans votre jeu de rôle typique, vous gagnez plus de MP à mesure que vous progressez, mais les choses ne s’étaient pas passées ainsi. Presque tout le monde était coincé là où ils étaient.

Presque tout le monde, ce qui impliquait que certaines personnes avaient changé au fil du temps. Je me demandais dans quel groupe je tomberais.

Le livre disait également que le niveau de pouvoir magique était hérité. Je savais que ma mère était capable d’utiliser la magie de guérison, alors peut-être que j’aurais des chances de l’utiliser moi-même. Pourtant, j’étais inquiet. Même si mes parents excellaient dans ce genre de choses, je n’étais pas sûr que mes propres gènes seraient à la hauteur.

◇ ◇ ◇

Pour l’instant, j’avais décidé de m’essayer à la magie la plus simple possible. Le manuel comprenait à la fois des incantations et des sorts sous forme de cercles magiques. Comme le premier était devenu le courant dominant et que je n’avais rien pour dessiner un cercle magique, j’avais choisi de commencer par l’étude des incantations. D’après ce que j’avais compris, à mesure que la portée d’un sort s’élargissait, les invocations devenaient plus longues, jusqu’à ce que l’on soit obligé d’utiliser un cercle magique en même temps. Mais si je commençais avec des choses plus simples, ça devrait aller.

Selon le livre, le magicien le plus compétent pourrait lancer des sorts sans rien incanter du tout - ou du moins raccourcir considérablement le temps d’incantation. Je ne savais cependant pas trop pourquoi la formation permettait aux gens de contourner l’incantation. Après tout, le pouvoir magique de quelqu’un n’avait pas changé, il n’y avait pas eu de nivellement par le haut et aucune augmentation correspondante jusqu’au maximum de MP. Peut-être qu’avec de l’entraînement, le montant de MP dépensé pour le sort diminuait ? Mais dépenser moins de MP ne rendrait pas le processus moins impliqué, n’est-ce pas ?

Eh bien, en tout cas. Quoi qu’il en soit, j’avais juste besoin d’essayer.

Avec le manuel de magie dans la main gauche, je tendis ma main droite et je commençais à réciter ces mots.

« Que les eaux vastes et bénites convergent là où tu veux. Qu’il en jaillisse un seul ruisseau pur. Boule d’eau ! »

Je sentais une sensation bizarre en moi, comme une mare de sang dans ma main droite, et puis, comme si ce sang s’était écoulé à travers ma paume, une sphère d’eau de la taille de mon poing s’était manifestée.

« Gah ! »

J’avais gémi devant cette étrange sensation, et un instant plus tard, la boule d’eau était tombée et s’était écrasée sur le sol.

On aurait dit qu’il fallait se concentrer pour maintenir un sort.

Concentré… Concentré… Concentré…

Je sentais le sang couler dans ma main une fois de plus. C’est ça, c’est ça. Et voilà, c’est parti. Ouais, ça me semblait bien. Une fois de plus, j’avais tendu la main droite, formant une image dans ma tête, en me rappelant comment les choses s’étaient passées la dernière fois. Je n’étais pas sûr du pouvoir magique que j’avais, mais je m’étais dit que je ne pouvais pas continuer à l’utiliser.

Mon plan était de pratiquer une chose à la fois jusqu’à ce que j’y arrive. Je formerais l’image dans mon esprit, je la jouerais, encore et encore, et j’essaierais de l’appliquer sur la réalité. Si je trébuchais, je me souviendrais de cette image jusqu’à ce qu’elle soit parfaitement embellie dans ma tête.

C’était de la même façon que j’avais pratiqué les combos dans les jeux de combat, dans ma vie antérieure. Grâce à cela, je n’avais presque jamais foiré un combo pendant un vrai match. J’espérais que cela signifierait que ma méthodologie d’entraînement serait bonne ici aussi.

J’avais pris une grande inspiration. Mon sang coulait à travers mon corps, de mes orteils jusqu’au sommet de ma tête, se recueillant dans ma main droite, la remplissant de pouvoir. Puis, j’avais senti ce pouvoir surgir devant ma paume. Maintenant, petit à petit, très prudemment, mes pensées s’alignèrent sur les battements de mon cœur.

Boule d’eau, boule d’eau, boule d’eau, eau, humidité, mouillées… culotte mouillée…

Oups. Je crois que je m’étais un peu égaré. Dans ce cas, redevenons sérieux…

Je m’étais accroché et je recommençais : de l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau.

« Hah ! »

Criai-je par pur réflexe alors que ma main fit jaillir le sort devant moi. J’avais les doigts écartés. À cet instant, la boule d’eau était apparue.

« Ouah, quoi ? »

Splash.

À mon grand étonnement, la boule d’eau s’était écrasée sur le sol.

« Attends. »

Je n’avais lancé aucune invocation, n’est-ce pas ? Mais alors… pourquoi ? Tout ce que j’avais fait, c’était de conserver l’image mentale de la dernière fois que j’avais essayé le sort. L’incantation n’avait-elle pas beaucoup d’importance lorsqu’il s’agissait de reproduire le flux des pouvoirs magiques ?

Était-il si facile d’utiliser des incantations silencieuses ? Ça devait être une compétence de haut niveau, non ?

« Si c’est si facile, à quoi sert l’incantation ? »

J’avais réfléchi à haute voix. Je n’étais qu’un débutant complet, et j’avais réussi une incantation silencieuse. J’avais tout simplement concentré l’énergie magique de mon corps devant mon esprit et je voulais que cela prenne forme.

C’était tout ce que j’avais fait. Cela signifierait donc que l’incantation n’était pas vraiment nécessaire. N’importe qui pourrait faire ce que je venais de faire.

Hmm. Peut-être que l’incantation était un déclencheur d’activation pour le sort, où le fait de prononcer les mots créerait l’effet sans avoir à se concentrer sur l’énergie qui coulait dans votre corps. Cela devrait être sûrement ça. C’était un peu identique à la différence qu’il y a entre une boîte manuelle et une boîte automatique dans une voiture, où l’on pouvait encore mettre le contrôle manuel si on le veut vraiment.

« L’utilisation d’une incantation permet aux effets magiques de se déclencher automatiquement. »

Cela présentait d’énormes avantages. Tout d’abord, cela facilitait l’enseignement. Plutôt que d’avoir besoin d’une explication alambiquée sur le fait de sentir le sang couler dans vos veines converger et tout ça, jeter une incantation de mots était à la fois plus facile à expliquer et à comprendre. Et puis, au fur et à mesure des études, l’idée que l’incantation était un élément indispensable du processus s’enracinait naturellement.

Le deuxième avantage étant que les incantations étaient faciles à utiliser. La magie d’attaque, de par sa nature même, était quelque chose qu’il fallait faire dans le feu de l’action. C’était beaucoup plus rapide de lancer une incantation que de fermer les yeux et de fredonner en essayant de se concentrer. De plus, dans le feu de l’action, il était beaucoup plus facile de laisser échapper quelque chose que de passer par une série de gestes minutieux.

« Mais peut-être que certaines personnes trouvent la première option plus facile… »

J’avais feuilleté le livre, mais il ne disait pas un mot sur les incantations silencieuses. C’était étrange. Ce que je venais de faire n’avait pas été si difficile.

Peut-être que j’avais un talent particulier, mais je doutais que d’autres ne soient pas capables d’y puiser. Un magicien utilisait généralement des incantations depuis ses débuts jusqu’à ce qu’il devienne un maître. Après avoir jeté des milliers ou même des dizaines de milliers de sorts, le corps s’était habitué à l’incantation, même s’ils essayaient de lancer une incantation silencieuse, ils ne sauraient pas comment le faire. Par conséquent, ce n’était pas quelque chose qui se faisait habituellement, et le livre n’en parlait donc pas.

« Ouais, c’est logique ! »

Après tout, je n’étais pas ordinaire non plus. C’était cool, non ? C’était comme si j’avais un atout caché dans mes manches. Elle vient d’activer le Crime Catalyst sans Oratorio ? Mais ce catalyseur est généralement censé ouvrir le canal ! [1]

Oh, maintenant j’étais vraiment intéressé !

D’accord, d’accord. Je ne devrais pas me précipiter. J’avais besoin de me calmer et de garder mon sérieux. Mon ancien moi s’était aussi laissé emporter par ce sentiment, et nous savons comment cela s’était terminé : quelqu’un qui s’était laissé emporter parce qu’il était meilleur avec les ordinateurs que la personne moyenne, puis il était devenu beaucoup trop insolent et avait échoué dans la vie.

J’avais besoin de garder la tête froide de me retenir. L’important ici, c’était de ne pas penser que j’étais meilleur que les autres. Je n’étais qu’un débutant, un néophyte complet. J’étais comme un joueur de bowling novice qui, par hasard, a réussi à faire un strike lors de mon premier lancer grâce à une chance insolente. La chance du débutant, c’est tout ce que j’avais. J’avais besoin de me concentrer sur mes études au lieu de confondre cela avec une sorte de don inné.

OK, c’est bon j’ai compris : Je vais d’abord essayer un sort en lançant l’incantation, puis je m’entraînerais avec détermination en imitant ce que je ressentais sans utiliser l’incantation.

Je m’étais dit : « Essayons encore une fois », tout en tenant ma main droite devant moi.

Mon bras me semblait vaguement lourd, et mon épaule comme si j’avais quelque chose de lourd a porté. C’était de l’épuisement. Avais-je été trop concentré ?

Non, ce n’était pas possible. J’étais un maître des jeux en ligne bas de gamme (autoproclamé) qui pouvait se passer de sommeil pendant six jours lorsqu’il montait de niveau. Cet effort mental dérisoire ne m’avait pas épuisé à ce point.

« Dans ce cas, je n’ai plus de MP ? »

Qu’est-ce que c’était que ce bordel ? Si le pouvoir magique de quelqu’un était déterminé à la naissance, est-ce que cela signifiait que j’avais seulement assez de MP pour lancer deux sorts Boule d’eau ? Ça semblait bien trop bas. Ou peut-être que puisque c’était ma première fois, je n’avais pas suffisamment de pouvoirs magiques pour m’exercer ? Non, ça n’avait pas de sens.

J’avais essayé encore une fois, juste pour m’en assurer, et j’avais fini par m’évanouir.

Notes

  • 1 : C’est une citation d’un LN non traduit en français : Tasogare-iro no Uta Tsukai

***

Partie 2

« Honnêtement, Rudy, quand tu es fatigué, tu dois d’abord aller aux toilettes et ensuite aller au lit. », me déclara ma mère

Je m’étais réveillé en découvrant que je m’étais endormi avec le livre à la main, et je m’étais mouillé entre-temps. Putain de merde. Je n’arrivais pas à croire que je m’étais pissé dessus à mon âge. C’était humiliant. Putain de merde. Comment ai-je pu —?

Attends. Je n’ai que deux ans, non ? Me faire pipi dessus était encore pardonnable à cet âge, hein ?

Il semblait donc que mes pouvoirs magiques soient encore trop faibles. Ça avait dégonflé un peu mon humeur. Pourtant, même si je ne pouvais rassembler que deux boules d’eau. Je supposais ce qui comptait vraiment, c’était la façon dont je les utilisais. Peut-être que je devrais me concentrer à les invoquer plus rapidement ?

Argh.

◇ ◇ ◇

Le lendemain, je me sentais encore bien après avoir invoqué ma quatrième boule d’eau. Ce n’était qu’après la cinquième que j’avais commencé à me sentir fatigué.

« C’est quoi ce bordel ? »

Compte tenu de mon expérience de la veille, je savais que le fait d’en lancer une autre me ferait perdre connaissance, alors j’avais décidé d’arrêter.

Et puis quelque chose m’avait frappé : Cela m’avait permis d’augmenter ma limite à six boules d’eau, soit deux fois plus qu’hier. Je regardais dans le seau le contenu de mes cinq boules d’eau et je me demandais pourquoi j’avais été capable d’en faire deux fois plus que la veille. Avais-je été plus fatigué parce que c’était ma première fois ? Les sorts avaient-ils consommé plus de MP parce que c’était la première fois que je les lançais ?

J’avais jeté tous mes sorts d’aujourd’hui sans incantations, alors j’avais douté que ça ait quelque chose à voir avec ça. Je n’en avais aucune idée. Peut-être que mes capacités se développeraient davantage le lendemain.

◇ ◇ ◇

Le lendemain, mon nombre de boules d’eau avait augmenté de façon significative. Maintenant, j’en étais à onze.

C’était quoi le bordel ? J’avais l’impression que plus j’utilisais le sort, plus j’étais capable de l’utiliser. Si j’avais raison, je pourrais en avoir 21 le lendemain.

Le jour d’après, par mesure de sécurité, je n’en avais lancé que cinq dans toute la journée.

Mais le lendemain, j’en avais pu lancer que vingt-six. Il semblerait que j’avais raison — l’utilisation plus fréquente du sort m’avait permis de le lancer plus souvent.

On m’avait menti ! Qu’est-ce que c’était que tout ce truc sur les réserves magiques d’une personne à la naissance ? Les gens assignaient des limites au talent alors qu’il n’y en avait pas. Comment les adultes osaient-ils dire aux enfants où étaient leurs limites !?

« Je suppose que je ne peux pas prendre ce que dit ce livre au pied de la lettre », murmurai-je.

Les choses écrites dans le livre semblaient être écrites selon la perspective qu’il y avait des limites à ce qu’une personne pouvait accomplir.

Ou peut-être qu’il s’agissait de parler de la façon dont les choses fonctionnaient après la formation des compétences ? Peut-être que le livre nous apprenait qu’il y avait une limite supérieure au pouvoir magique qu’aucun effort ou entraînement supplémentaire ne pouvait vous faire passer.

Non. Il était encore trop tôt pour en arriver à cette conclusion. Pour l’instant, ce ne sera qu’une hypothèse. Peut-être que c’était comme… peut-être que le pouvoir de quelqu’un pouvait augmenter alors qu’il grandissait. Et l’utilisation de la magie pendant l’enfance pourrait rapidement faire augmenter cette limite supérieure. Cela voulait dire que j’étais le seul à avoir une capacité spéciale qui… non. J’avais déjà dit que je ne me considérerais pas spécial.

Dans mon ancien monde, on disait que faire de l’exercice tout en grandissant permettait à vos capacités de se développer plus rapidement. Inversement, une fois que vous aviez fini de grandir, l’amélioration n’allait pas plus loin même avec un effort intense. Nous parlons peut-être de magie dans ce monde, mais les réalités du fonctionnement du corps humain ne pouvaient pas être si différentes. Le principe était toujours le même.

Ce qui voulait dire qu’il n’y avait qu’une seule chose à faire pour moi : continuer à perfectionner mes compétences du mieux que je le pouvais tant que j’étais encore jeune.

◇ ◇ ◇

Le lendemain, j’avais décidé que je continuerais à pousser ma magie jusqu’à ses limites au quotidien, ce qui augmenterait mon degré d’utilisation. Comme je pouvais facilement me faire une image mentale, jeter un sort sans incantation était assez facile. J’espérais maîtriser les sorts de niveau débutant pour chaque branche de la magie dans peu de temps.

Par « sorts de débutant », j’entendais les sorts les plus élémentaires qui pouvaient être utilisés pour l’attaque. Cela comprenait des sorts comme Boule d’eau et Boule de feu, ainsi que plein d’autres sorts de niveau débutants.

Les sorts avaient été divisés en sept niveaux de difficulté : Débutant, Intermédiaire, Avancé, Saint, Roi, Impérial et Divin. Généralement, les magiciens ayant une formation pouvaient utiliser les sorts avancés de la discipline magique sur laquelle ils s’étaient concentrés, mais ne pouvaient utiliser que les sorts Débutant ou Intermédiaire des autres écoles. Une fois que quelqu’un était capable de jeter des sorts d’un rang supérieur à Avancé, il était reconnu comme un Saint du Feu ou un Saint de l’Eau ou autre, selon la branche choisie.

J’espérais être aussi bon un jour dans la magie sacrée. Mon manuel de magie, cependant, n’incluait que le feu, l’eau, le vent et les sorts de terre jusqu’au niveau Avancé. Alors, où allais-je apprendre la magie Sainte ?

Non, j’avais décidé que je ne devrais pas trop m’attarder là-dessus. Dans RPG Maker, si vous commenciez par faire vos monstres les plus forts en premier, il y aura de fortes chances que ce soit frustrant. Vous devriez commencer par les trucs de bas niveau, comme les slimes.

Personnellement, je n’avais jamais réussi à terminer quoi que ce soit dans ce jeu, même quand j’avais commencé avec des slimes.

◇ ◇ ◇

Les sorts d’eau de niveau débutant énumérés dans le tome étaient les suivants :

Boule d’eau : lance un projectile sphérique d’eau.

Bouclier d’eau : provoque l’éruption d’un jet d’eau à partir du sol, formant un mur.

Flèche d’eau : lance un flèche d’eau d’une vingtaine de centimètres de long sur une cible.

Frappe de glace : Frappe un adversaire avec un monticule de glace.

Lame de glace : crée une épée faite de glace.

Il s’agissait de sorts pour débutants, mais la quantité de puissance magique dont ils avaient besoin était très différente, allant de deux à vingt fois plus que le sort de base boule d’eau. Pour mes principes fondamentaux, j’avais opté pour la magie de l’eau. Si j’essayais la magie du feu, je risquais de brûler accidentellement la maison.

En parlant de magie du feu, la quantité d’énergie magique que vous aviez mise dans un sort affectera la température des résultats, il était donc logique que les sorts de glace avancés fonctionnent de la même manière. Mais malgré le fait que le livre affirmait que boule d’eau et flèche d’eau étaient censées voler dans les airs, je n’avais pas réussi à leur faire faire cela. Je ne savais pas pourquoi. Est-ce que j’avais mal compris une partie du sort ? Je ne pouvais vraiment pas le dire.

Le manuel de magie disait quelque chose par rapport à la taille et la vitesse des sorts. Peut-être qu’après avoir conjuré mon projectile, j’avais besoin de lui insuffler une énergie magique supplémentaire afin de contrôler son mouvement ?

J’avais décidé d’essayer.

« Hein ? »

Je murmurai à mesure que ma sphère d’eau s’élargissait.

« Ouah ! »

Et puis : Splash !

« Oh… »

Je l’avais encore fait tomber par terre.

Après cela, j’avais expérimenté avec des boules d’eau de plus en plus petites. J’avais essayé de créer deux boules d’eau à la fois, puis j’avais essayé de changer leur taille séparément.

J’avais découvert certaines choses, mais je n’avais toujours pas réussi à faire voler mes sorts.

Le feu et les vagues de vent flottaient toujours dans l’air puisqu’ils n’étaient pas soumis à la gravité, mais ils s’éteignirent et disparurent après un certain temps. J’avais essayé d’utiliser le vent pour déplacer les orbes de flammes en vol stationnaire, mais j’avais l’impression que quelque chose n’allait pas avec cela.

Hmm…

◇ ◇ ◇

Deux mois plus tard, à la suite d’une erreur dans mes études, j’avais réussi à faire voler une boule d’eau. En conséquence, j’avais enfin compris pourquoi les incantations étaient un élément clé du processus.

Toutes les incantations suivaient un processus similaire : genèse des sorts, détermination de la taille, détermination de la vitesse, puis activation. Le lanceur était celui qui réglait ces deux étapes intermédiaires avant de compléter le sort.

Tout d’abord, le lanceur de sorts devait faire apparaître la forme du sort qu’il souhaitait utiliser. Ensuite, il y avait eu une période pendant laquelle ils pouvaient ajouter une puissance magique supplémentaire pour influer sur sa taille. Troisièmement, une fois la taille déterminée, il y avait une autre fenêtre pour le lanceur de sorts pour ajuster la vitesse du sort. Finalement, le lanceur allait libérer le sort fini hors de sa main.

C’était comme ça que ça marchait… ou du moins c’était comme ça que je l’avais compris, en tout cas. L’astuce consistait à ajouter de la puissance magique en deux étapes discrètes après l’incantation initiale. Il y avait un ordre à cela. À moins de faire quelque chose pour ajuster la taille du sort, vous ne pouviez pas passer à l’ajustement de sa vitesse. Il était logique que si vous essayiez de changer la vitesse du sort en premier, vous ne fassiez que l’agrandir et rien de plus.

Dans cette veine, lorsqu’il utilisait une incantation silencieuse, le lanceur de sorts devait tenir ce processus entier dans sa tête. Cela avait l’air d’un inconvénient, mais cela avait raccourci le temps qu’il fallait pour infuser le sort avec le pouvoir d’affecter sa forme et sa vitesse. Cela permettait de lancer un sort quelques secondes plus rapidement.

J’avais également été capable de modifier le processus de création du sort initial. Par exemple, ce n’était pas listé dans le livre, mais il était possible de congeler une boule d’eau et d’en faire une boule de glace, et ce genre de choses. Si je continuais mes études, je pourrais peut-être faire le Kaiser Phoenix (heh!), ou quelque chose comme ça.

Beaucoup de choses pouvaient fonctionner, tout dépendait des idées qui me venaient à l’esprit. Ça commençait à devenir amusant !

Pourtant, les fondamentaux étaient importants. J’avais besoin de développer mon potentiel magique avant de commencer à expérimenter.

Donc, oui, j’avais maintenant deux éléments dans mon régime d’entraînement : augmenter mes réserves magiques et faire de l’incantation silencieuse une seconde nature. Fixer des objectifs trop ambitieux à l’avance ne ferait qu’engendrer la déception. Le truc, c’était de commencer petit.

D’accord, alors. Il était temps de s’atteler à la tâche et de le faire. Chaque jour à partir de ce moment, j’avais pratiqué mes sorts de niveau débutant jusqu’à ce que je sois sur le point de m’évanouir d’épuisement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire