Murazukuri Game no NPC ga Namami no Ningen toshika Omoenai – Tome 1 – Section 2 – Chapitre 8

***

Chapitre 8 : Père troublé et ignorance

« Au revoir. »

J’avais salué mes collègues de travail en sortant de la voiture devant chez moi.

Le travail avait commencé dans l’après-midi aujourd’hui, donc même si l’heure du dîner était passée et qu’il faisait nuit, j’étais à la maison beaucoup plus tôt que d’habitude. Apparemment, le travail pour les trois prochains jours serait le même.

« Je suppose que je vais manger seul ce soir. »

Je ne pouvais pas m’empêcher de me sentir un peu déprimé. Lors de mes gardes de nuit, je pouvais manger avec tout le monde avant de partir au travail. C’était quand même drôle, car jusqu’à récemment, je préférais manger seul. Je n’avais pas pu m’empêcher de sourire ironiquement en voyant mon changement d’attitude.

Quand j’étais entré, papa était dans le salon et maman dans la cuisine.

« Je suis rentré. »

« Bienvenue à la maison. Tu aurais dû me dire à quelle heure tu rentrais ! On aurait pu manger tous ensemble ! »

« Ça ne me dérange pas. En plus, je ne savais pas à quelle heure je rentrerais. Tout dépend de l’heure à laquelle nous avons terminé. »

« Ah, je vois. En tout cas, tu dois avoir faim ! Laisse-moi te réchauffer quelque chose ! »

Maman se mit alors à siffler joyeusement tout en allumant la cuisinière

Elle semblait encore plus joyeuse que d’habitude. Je voulais demander à papa s’il s’était passé quelque chose, mais j’étais encore un peu nerveux en lui parlant. Il était si réservé et franc que même à l’université, il m’était difficile de lui parler. Mais les choses étaient différentes maintenant… non ?

Il était assis sur le canapé, en train de lire un journal. Tout ce que j’avais à faire était de demander, « Comment se fait-il que maman soit de si bonne humeur ? »

J’avais ouvert la bouche, mais aucun mot n’en était sorti. Il faudrait probablement un certain temps avant que je puisse lui parler sans devenir nerveux. Pourtant, je devais être courageux. Je lui devais au moins un remerciement pour m’avoir trouvé un emploi.

« Papa… »

« Le repas est prêt ! »

La voix de maman avait complètement noyé la mienne.

Je suppose que je vais commencer par manger…

Et pendant que je mangeais, maman resta assise en face de moi avec un large sourire. Je connaissais ce regard. Elle voulait que je lui demande ce qui se passait. C’était presque insupportable de s’asseoir en face d’elle comme ça et de ne rien demander. Si je laissais faire, elle continuerait à s’asseoir en silence, souriant et souriant encore. J’avais presque décidé de l’ignorer et de continuer à manger, mais finalement, je n’en pouvais plus. J’ai posé mes baguettes.

« Il s’est passé quelque chose, maman ? »

« Veux-tu vraiment le savoir ? »

Elle gloussa alors comme une écolière.

Arrête de faire comme si tu ne voulais pas me le dire…

D’habitude, quand elle était comme ça, c’était parce qu’elle avait fait quelque chose dont elle était fière. Et pour être parfaitement honnête, c’était toujours quelque chose dont je ne me souciais pas vraiment. Mais j’étais trop impliqué pour m’en aller maintenant, elle ne ferait que s’énerver contre moi.

« Devine ce que ton père a fait aujourd’hui ! »

« Chérie, l’émission que tu aimes commence ! »

Papa l’appela du salon.

« Oh ! J’arrive tout de suite ! »

Merci, papa. Tu m’as sauvé.

Pour être honnête, j’étais encore plus curieux maintenant. Papa avait dû l’arrêter exprès, non ?

C’était donc quelque chose qu’il ne voulait pas que je sache. Peut-être que c’était quelque chose de sentimental, du genre que leur relation était géniale… Dans ce cas, j’étais vraiment content que mon père l’ait arrêté. Eh bien, comme je n’allais pas le lui demander maintenant, j’avais mis mes assiettes dans l’évier et je m’étais dirigé vers la salle de bain pour prendre un bain.

« Merde… maintenant, je suis vraiment curieux. »

Papa ne s’est jamais énervé pour rien. Du moins rien dont je puisse me souvenir…

*****

Une fois sortie du bain, j’avais jeté un coup d’œil à mes parents, mais ils étaient toujours assis amicalement côte à côte. Je m’étais donc décidé de les laisser seuls. Et de toute façon, j’étais épuisé. Un de mes collègues était en congé aujourd’hui, nous avions donc dû prendre le relais. Je savais que je m’endormirais à la seconde où je me mettrais au lit, mais avant cela, je voulais voir comment allait mon village.

Il était tard. Carol dormait déjà. Chem et Gams s’installaient aussi dans leur chambre, Gams s’occupait de son épée et Chem récitait ses prières. Murus était dans sa chambre, allongé sur le lit, les yeux ouverts. Depuis que je lui avais fait savoir que je l’avais à l’œil, je m’attendais à ce qu’il parte, mais pour le moment il était toujours là.

« Peut-être qu’il s’assure que mes villageois restent ici jusqu’au Jour de la Corruption. »

J’avais décidé de garder un œil sur lui. Et même s’il se méfiait de moi, cela ne garantissait pas qu’il ne tenterait rien. Il ne connaissait pas l’étendue de mes pouvoirs.

Rodice et Lyra se faisaient les yeux doux dans une pièce dans laquelle Carol ne dormait pas. Il était probablement préférable que je ne leur prête pas trop d’attention pour le moment. J’étais heureux qu’ils se sentent suffisamment en sécurité et détendu pour passer un peu de temps seuls ensemble.

Pour être honnête, les graphismes étaient si réalistes que je me sentirais comme un voyeur si jamais je voyais quelque chose. Il n’y avait pas de baignoires ni de toilettes, j’avais pu donc les apercevoir en train de se laver avec des chiffons ou de profiter du grand air de temps en temps. Je savais que c’était un jeu et que je n’avais pas à me sentir mal à l’aise avec ce genre de choses, mais j’étais censé être le Dieu du destin, pas le Dieu de la Perversité. Et, après toutes ces semaines d’observation, je ne pouvais plus les considérer comme de simples personnages de jeu. Je m’étais retrouvé à respecter leur vie privée autant que celle de ma propre famille.

« Je vais bientôt me coucher… », m’étais-je promis tout en me frottant les yeux et en me tapant les joues pour me tenir éveillé.

J’avais besoin d’aller me coucher, mais je voulais vérifier les échanges du jour avant de m’éteindre pour la nuit.

« Tu n’es pas fatigué, Gams ? Pourquoi ne fais-tu pas une pause ? »

« Gams ! Gams ! Faisons une sieste ensemble dehors ! Le soleil est beau et chaud ! »

« Carol, j’essaie de parler à mon frère. S’il te plaît, tais-toi. »

« Mais il veut faire une sieste avec moi ! Pas vrai, Gams ?! »

« Non, il ne veut vraiment pas. S’il veut faire une sieste… il la fera avec moi. »

Aucune réponse n’était venue de l’homme en question.

« Gams ?! Où vas-tu ? »

« Attends ! Et notre sieste ? ! »

Je pouvais imaginer la scène clairement dans mon esprit, Chem et Carol se disputant Gams juste devant lui.

Rien de nouveau à ce sujet.

J’avais continué à faire défiler et j’avais trouvé une conversation entre Gams et Murus.

« Les monstres deviennent agités. »

« Je l’ai aussi remarqué. Nous devrions rester sur nos gardes. »

« Cela a tendance à se produire lorsque le Jour de la Corruption approche. Peut-être serait-il préférable que les autres restent dans la grotte jusqu’à ce que le jour soit passé ? »

« Bonne idée. Je vais leur dire. »

On aurait dit qu’ils étaient en patrouille. Avant, j’aurais été soulagé, mais là, j’étais vraiment inquiet, car Murus pouvait tenter quelque chose. Je voulais avertir Gams et les autres, mais j’étais tellement endormi en ce moment que je ne pouvais pas avoir un jugement correct. J’avais fait défiler la page pour trouver une conversation entre Lyra et Rodice.

« On dirait que Carole est endormie… »

« Je vois… C’est pour ça que tu es si proche tout d’un coup ? »

« Eh bien… Nous n’avons pas eu de temps pour nous depuis longtemps… »

C’était suffisant pour aujourd’hui. Je ne voulais pas me faire des cauchemars ! En tout cas, il ne s’était rien passé d’important pendant mon absence. J’avais laissé échapper un bâillement.

« Bon sang, ça fait longtemps que je n’ai pas été aussi fatigué. »

Juste à ce moment-là, un étrange symbole dans le coin supérieur gauche de l’écran avait attiré mon attention.

« Il est écrit… “réalité” ? »

C’était vraiment une première. Cela me rappelait la fois où le mot « rêve » était apparu au-dessus de la tête de Gams. Peut-être qu’il se passerait aussi quelque chose si je cliquais dessus.

Très bien, je clique dessus rapidement, et ensuite je vais me coucher.

En déplaçant la souris vers le coin supérieur gauche de l’écran, j’avais cliqué sur « réalité ».

*****

Comme avant, l’écran était devenu noir avant de me montrer une nouvelle scène. J’avais vu une coupe transversale d’une maison ordinaire vue d’en haut, avec le toit invisible. Ce qui était étrange, c’est qu’elle ressemblait à une maison totalement moderne. Elle avait des toilettes, une salle de bain, un salon, un porche et une cuisine.

« Ça me semble plutôt familier. Vraiment familier. »

C’était ma maison. Il m’avait fallu une seconde pour comprendre, car je ne l’avais jamais vue d’en haut. Mais comme je vivais ici depuis trente ans, il ne m’avait pas fallu longtemps pour réaliser ce que je regardais. Je connaissais cette maison comme ma poche. Combien de nuits avais-je passées éveillé, à surveiller cet endroit ? Ok, peut-être que le dire comme ça était un peu exagéré.

La vue aérienne montrait une personne dans la salle de bain et deux dans le salon. Par curiosité, j’avais déplacé le curseur sur la salle de bain, un texte apparu alors.

« Je suis si fatiguée… et, argh, pourquoi ma peau est-elle si sèche ces derniers temps ? ! Hmm… j’aimerais que ma poitrine se développe un peu plus — j’ai fait tous ces exercices… »

J’avais tellement dézoomé que je ne voyais pas grand-chose, mais on aurait dit qu’elle regardait sa poitrine et la frottait. Si c’était réel et qu’elle savait que je l’avais vue, je serais mort.

Heureusement que ce n’est pas réel, non ? J’avais quand même détourné les yeux, juste au cas où.

J’avais porté mon attention sur l’autre pièce. Quand j’avais regardé de plus près, j’avais vu maman et papa assis sur le canapé où je les avais laissés quand j’étais monté dans ma chambre — ils n’avaient pas bougé, même si la télé était éteinte maintenant.

Ok, c’est vraiment un rêve.

J’avais dû penser au secret de ma mère avant de m’endormir, c’était pourquoi je rêvais d’elle maintenant. Et puisque c’était un rêve, écouter leur conversation n’était pas un problème. J’avais placé mon curseur sur eux.

« S’il te plaît, ne mentionne pas ce genre de choses devant notre fils. »

« Mais je suis si heureuse ! C’est la première fois en dix ans que tu te souviens de notre anniversaire, et tu m’as même acheté un cadeau ! Je veux juste le partager avec le monde entier ! »

Je ne savais pas que c’était leur anniversaire aujourd’hui. Mais même si c’était agréable de les voir s’entendre, en tant que fils, je ne pouvais m’empêcher de me sentir gêné de fouiner dans un moment privé, même imaginaire.

« Je suis juste content que ça t’ait rendue heureuse… et je suis désolé de ne pas l’avoir fait plus tôt. J’ai juste été tellement… tellement inquiet ces dix dernières années. »

« Je sais. Tu pensais tout le temps à Yoshio, non ? »

« Oui. »

Sa confession transperça mon cœur. La vérité était que mon père n’avait pas toujours été aussi renfermé. Il avait toujours été silencieux, mais il y avait tellement de vie sous cet extérieur calme. Une fois, il s’était froissé un muscle en faisant des excès dans la course de relais père-fils. Une autre fois, il trébucha en me portant sur ses épaules, se blessant pour m’empêcher de tomber. Quand j’étais bloqué sur mes devoirs, il me les expliquait. Quand maman se fâchait contre moi, il allait secrètement me chercher une glace et s’asseyait avec moi jusqu’à ce que j’arrête de pleurer.

J’avais toujours pensé que mon père était strict et distant… ou peut-être m’étais-je simplement convaincu qu’il était comme ça. J’avais enfoui tous ces souvenirs pour ne pas avoir à affronter la vérité. Le fait que les choses étaient si tendues dans la famille était entièrement de ma faute, et maintenant, ils revenaient en force. Je ne m’étais laissé que le temps de me souvenir des choses qui faisaient que mon style de vie de NEET semblait être la seule option. Ce rêve me montrait la vérité à laquelle je m’aveuglais quand j’étais éveillé.

« Yoshio est tellement plus heureux depuis qu’il a obtenu ce travail. »

« J’en suis heureux. Je voulais m’excuser auprès de lui depuis longtemps. »

Mes yeux s’étaient élargis. J’avais relu le texte. Il voulait s’excuser auprès de moi ? Pour quelle raison ? C’est moi qui avais besoin de m’excuser, et j’avais beaucoup de raisons de l’être. Il n’avait rien à se faire pardonner.

« Tu veux dire à propos de la dispute que vous avez eue ? »

« Oui. Je n’oublierai jamais ce que je lui ai dit. »

Je me souvenais aussi de cette dispute, mais je ne me rappelais pas que papa avait dit quelque chose qu’il devait regretter. Tout ce qu’il avait dit était vrai.

« Je lui ai crié dessus et lui ai dit qu’il ne travaillait pas assez dur. Que n’importe qui pouvait trouver un travail s’il s’y mettait. »

Je m’étais souvenu de ça. Ça m’avait choqué à l’époque, parce que je pensais que j’essayais. Maman pensait que j’essayais. Et elle aussi semblait toujours surprise quand on se disputait. Mais je réalisais maintenant que je n’essayais pas, pas vraiment, et mon père avait vu clair dans mon jeu.

« C’était peut-être déplacé… Tu te relâchais aussi à l’université », dit ma mère.

« Je n’appellerais pas ça se relâcher. »

« Peut-être pas, mais tu allais à beaucoup de fêtes. »

Papa resta silencieux.

À présent, j’étais sûr que c’était un rêve. Il était impossible que mon père soit une sorte de fainéant d’université.

« Je suppose que oui. Mais quand j’avais son âge, il y avait la bulle, et il était presque impossible de ne pas trouver du travail, même si on ne cherchait pas. Si j’avais grandi dans cette économie, j’aurais peut-être eu encore plus de problèmes que lui. »

La bulle, c’était quand l’économie japonaise était en plein essor, et que l’avenir semblait radieux. J’avais vu des émissions à ce sujet à la télévision, mais pour tous ceux qui étaient nés après, c’était presque inimaginable.

« Yoshio était un meilleur étudiant que je ne l’ai jamais été, et quand il s’agissait de chercher un emploi, il faisait de son mieux. Je n’avais pas le droit de lui dire ce que je lui ai fait. »

Je ne pouvais pas voir les visages de mes parents puisque c’était une vue de haut. Mais j’avais vu mon père trembler et taper du poing sur la table, comme s’il pleurait.

« Quand nous sommes devenus parents, je me suis dit qu’il était temps de grandir. Je devais devenir sérieux et parler comme un adulte. Mais au lieu de cela, j’ai pris la grosse tête et j’ai commencé à faire la morale à Yoshio alors que je n’étais pas meilleur que lui à son âge. Je suis le pire… »

Papa…

Je ne l’avais jamais vu si vulnérable avant.

« Ma propre mère était toujours en train de me dire que je devais prendre mes études au sérieux. Je détestais ça. C’est pourquoi j’ai toujours essayé de ne pas harceler Sayuki et Yoshio à ce sujet. Mais je suppose qu’au final, j’ai fini comme ma mère. »

Non, papa.

Même si toutes ces choses sur son passé étaient vraies, je l’admirais quand même. Pour moi, c’était un homme qui faisait toujours de son mieux en tout, et je voulais désespérément être comme lui.

« Tu étais un homme merveilleux à l’époque, et tu es un homme merveilleux maintenant. Mais je pense que tu pourrais te détendre un peu. Nous sommes peut-être les parents d’enfants adultes, mais nous sommes toujours les mêmes personnes qu’avant. Notre famille est composée de quatre adultes maintenant, et même si nous les battons en âge et en expérience, cela ne veut pas dire que nous n’avons pas fait nos propres erreurs. »

« Tu sais, quand j’étais enfant, j’ai toujours pensé que les adultes savaient tout. »

« Moi aussi. Je pense aussi que nous avons tous les deux encore beaucoup de choses à apprendre. Yoshio travaille si dur pour changer. Peut-être devrions-nous suivre son exemple. »

Mes parents s’étaient regardés et avaient souri.

Entendre que mes parents avaient un jour ressenti la même chose que moi à propos des adultes me fit aussi sourire. Pour moi, ils étaient déjà parfaits. Mais même eux avaient leurs problèmes.

Mon cœur s’est senti un peu plus léger. Ils n’étaient finalement pas si différents de moi.

*****

« Je le savais. »

Je m’étais réveillé. J’avais alors réalisé que mon visage était appuyé sur le clavier et que la lumière vive du soleil entrait à travers les rideaux. Lorsque j’avais touché ma joue, j’avais pu sentir l’empreinte des touches. J’avais regardé l’écran de l’ordinateur en face de moi et, bien sûr, tout ce que je voyais était le Village du Destin. Il n’y avait pas de boutons bizarres étiquetés « réalité ».

Je le savais. Mais même si mon rêve n’avait pas été réel, cela me rendait heureux. Peut-être que je pourrais être plus ouvert avec mes parents à partir de maintenant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire