Monster no Goshujin-sama – Tome 3 – Chapitre 6 – Partie 1

Bannière de Monster no Goshujin-sama ***

Chapitre 6 : Chevaliers et héros

Partie 1

FWHEEEEET. Un son aigu avait retenti.

C’était un sifflet. On pouvait voir des soldats au sommet des tours de guet.

Des hommes à l’allure différente étaient apparus au sommet du mur de protection qui entourait le village.

J’avais entendu dire que des soldats de l’armée étaient stationnés dans le village.

Les soldats qui défendaient au sommet du mur au début étaient probablement ces individus. Quand j’avais regardé de près, ils portaient le même équipement que les soldats de l’armée qui nous accompagnaient.

Alors, ceux qui sont apparus un peu plus tard, ce sont les villageois ?

L’armure qu’ils portaient avait l’air vieille, tout comme leurs boucliers, et certaines plaques métalliques étaient déformées, indiquant des traces de réparation.

Une grande partie de l’équipement semblait être une disposition de l’équipement de l’Armée, mais quelques-uns portaient une armure de cuir faite à la main. Les armes étaient bien entretenues, bien que cela ne soit pas des uniformes.

Et maintenant. Arriver au village comme ça, c’était bien, mais je n’avais pas pu m’empêcher d’attirer l’attention sur les méfaits possibles quand je m’immisçais avec un grand nombre de personnes.

D’abord, plusieurs chevaliers sous le commandement de la Leader étaient allés expliquer la situation.

La discussion s’était terminée rapidement. J’avais appris plus tard que les principaux messagers avaient apparemment donné une brève explication plusieurs jours auparavant.

Par la suite, seules les personnes transférées et la moitié des chevaliers avaient été invités dans le village.

C’était ainsi parce qu’il n’y avait pas assez de place dans le village pour accueillir près de 500 personnes.

Silane était venue et m’avait invité, alors j’étais entré dans le village en voiture.

Le mur de protection était en pierre, mais les maisons à un étage des villages étaient en bois. Au fur et à mesure que j’avançais sur le chemin entre les champs, j’étais tombé plusieurs fois sur un mur de protection et j’avais franchi la porte.

Quand j’avais regardé les champs qui s’étendaient de la gauche et de la droite de la route, il y avait des villageois rassemblés ici et là qui regardaient par ici.

Il semblerait qu’ils savaient que nous étions des personnes transférées — ou, en d’autres termes, des héros.

L’anxiété et la curiosité, le désir et la foi… Les regards rassemblés sur moi n’étaient pas du tout à l’aise.

« La bonification de la mer des arbres s’effectue par la création de murs de protection sur des terres déjà défrichées. Pour construire un mur de protection solide, la pierre est transportée d’une carrière éloignée, » assise à côté de moi, Silane avait commencé à parler tout en servant de guide. Peut-être qu’elle avait senti mes pensées intérieures et l’avait fait avec mes sentiments en tête.

« Au fur et à mesure que la remise en état progresse, le mur de protection sera agrandi. Comme la pierre transportée y est acheminée pour la muraille, il est normal d’utiliser autant de bois que possible sur les bâtiments où vivent les villageois. Le bois acquis lors du déboisement de la mer des arbres est vendu à l’extérieur plusieurs fois par an à l’aide d’arrangement de l’armée, » continua Silane.

« Le village vit-il de l’exploitation forestière ? » demandai-je.

« Les cultures poussent mal dans le village. On dit que c’est dû au pouvoir magique excessif du sol qui interfère avec la croissance de n’importe quoi d’autre que les nombreux arbres capables de pousser dans la mer des arbres par nature. Par conséquent, ce qui n’est pas couvert par les seules récoltes des champs doit être compensé par l’argent tiré de la vente du bois d’œuvre, » répondit Silane.

« Ton village natal est-il aussi comme ça ? » demandai-je.

« Son échelle est d’environ un cinquième du village ici et il est beaucoup plus pauvre, mais l’atmosphère est similaire. Cet endroit est aussi un point d’arrêt pour la forteresse de Tilia, il est donc très gros pour un village pionnier, » répondit Silane.

Se souvenant peut-être de sa ville natale, Silane avait plissé les yeux.

La voiture avançait lentement, attirant l’attention des villageois.

Les villageois n’auraient jamais imaginé que des monstres se trouvaient à l’intérieur de cette voiture.

Même si nos circonstances étaient révélées, rien ne se passerait tant que les chevaliers seraient là, mais il n’était pas nécessaire de semer inutilement des graines de discorde.

Ceux qui étaient entrés dans le village étaient ceux que la Leader des Chevaliers de l’Alliance avait rassemblés, de sorte que mon secret ne serait jamais divulgué. Même s’il y avait un problème, il leur serait impossible de faire quoi que ce soit avec les combattants dans ce petit village.

Nous étions arrivés dans un bâtiment près du centre du village.

Il était bien en vue, comparé aux autres bâtiments. Sous l’avant-toit était suspendue une enseigne représentant un dessin qui rendait les lettres de ce monde encore plus abstraites.

Lorsque je lui avais posé la question, elle m’avait dit que c’était une taverne qui servait aussi d’auberge.

Laissant la voiture à Silane, Lily et moi en étions descendus.

« Yo, Majima-kun. Ça fait un moment que je vous ai vu, les gars. Protéger tous les soldats a dû être beaucoup de travail, hein ? » déclara Miyoshi.

« Miyoshi-san. Ouais. C’est Lily qui l’a fait, pas moi, » répondis-je.

Le groupe de quatre membres de Miyoshi — tous survivants de l’attaque de la forteresse de Tilia — était sorti d’une autre voiture.

Miyoshi, ayant le tempérament d’un leader, souriait ironiquement avec deux personnes au visage pâle. Ils avaient l’air d’être malades en voiture.

Apparemment, la Leader viendrait un peu plus tard. Jusque-là, on nous avait dit de manger et d’attendre.

Nous étions entrés dans la taverne avec le groupe de Miyoshi et des chevaliers.

L’intérieur de la taverne était spacieux. Les tables à l’intérieur étaient noires et marbrées par les années et les mois.

Les deux compagnons malchanceux de Miyoshi avaient été montrés dans les chambres et s’étaient reposés, et les autres, moi y compris, s’étaient assis aux tables.

Peut-être que les villageois passaient habituellement leur temps de détente ici.

Malheureusement, il n’y avait pas de villageois, car aujourd’hui la taverne avait été vidée de ses occupants.

Les chevaliers étaient là, mais ils étaient restés debout.

C’était peut-être un soulagement que seul Miyoshi et son autre compagne — Ryoko Tada — étaient assis à la table.

Miyoshi et Tada étaient probablement dans « ce genre de relation ». Ils avaient une atmosphère intime. En considérant Lily et moi, ça aurait pu être équilibré.

Les repas furent bientôt servis.

C’était une soupe au pain et aux racines. De l’alcool distillé avait aussi été sorti, mais j’avais refusé. Lily aurait pu le boire, mais elle l’avait refusé parce que je ne buvais pas.

Quand j’avais vérifié auprès de Silane, qui était arrivée en retard, j’avais pris des dispositions pour que le même repas soit apporté à la voiture.

Sans hésitation, j’avais pris le repas.

***

Pendant le repas, Miyoshi et moi étions ceux qui parlent principalement.

Non seulement Miyoshi, mais Tada aussi semblait regarder Lily, mais ni l’un ni l’autre ne lui avait parlé.

Miyoshi avait parlé de ce qu’il avait entendu des chevaliers au sujet de la capitale royale du début à la fin.

Son bavardage pouvait être le revers de son anxiété. Il y avait eu cet incident causé par Juumonji Tatsuya de l’Unité Expéditionnaire. En tant que l’un de ceux impliqués, il ne pouvait naturellement pas s’empêcher de s’inquiéter quant à l’avenir.

Pendant que nous parlions, la Leader et les chevaliers étaient arrivés.

L’homme d’une quarantaine d’années qui arriva avec la Leader semblait être le chef du village pionnier. Il se comportait si humblement envers nous que j’avais même pensé qu’il pourrait commencer à se prosterner.

C’était si inconfortable que j’avais fini par manger mon repas très rapidement pour lui échapper.

Heureusement, la Leader comprenait ma nature, et grâce à ses arrangements, nous avions rapidement été conduits à la chambre où nous allions dormir ce soir.

« Vous êtes fatigué ? » demanda Silane.

J’avais soupiré dès que j’étais entré dans la pièce. Après avoir suivi, Silane m’avait souri sans le vouloir.

« Un peu. Mais je suis surtout inquiet, » répondis-je.

« Il y a un bain partagé dans le village, alors pourquoi ne pas y aller avec Lily-san ? Je crois qu’ils vous laisseront l’utiliser si vous le leur demandez, » déclara Silane.

Pendant qu’elle parlait, on frappait à la porte.

« Excusez-moi de vous interrompre. Puis-je avoir un peu de votre temps ? »

Deux personnes étaient à la porte — La Leader qui venait de parler et Mikihiko.

Après m’avoir remercié d’avoir défendu les soldats contre les monstres pendant le voyage, la Leader était allée droit au but.

« Le plan était de partir de ce village bientôt, mais je veux changer une partie du plan, » déclara la Leader.

« Ce qui veut dire ? » demandai-je.

« Je souhaite rester dans ce village demain, si possible. J’aimerais que vous compreniez ça, Takahiro-dono, » déclara la Leader.

Selon la Leader, les soldats étaient apparemment plus fatigués que prévu d’avoir marché dans l’enfer de la mer des arbres.

On craignait également que ce village pionnier ne subisse des attaques de monstres plus fréquentes par la suite en raison de la perte de la forteresse de Tilia. En fait, il semblait y en avoir des signes, et laisser les villageois mal à l’aise n’était pas une option.

Ainsi, pendant que les soldats se reposaient, certains des soldats moins fatigués étaient apparemment sortis après avoir subjugué les monstres autour du village.

« Je comprends. Si vous voulez, Lily et moi y participerons aussi, » déclarai-je.

« Je vous remercie. Je vous en prie, » déclara la Leader.

Lorsque j’avais proposé de m’y joindre, un sourire s’était formé sur le visage légèrement fatigué de la Leader.

Par la suite, nous avions été informés du plan pour demain et de la géographie de la région.

Il semblait que nous quitterions la forêt pour l’asservissement dans l’après-midi. Voyant cela, j’avais décidé de faire une demande.

« Si tu as le temps, j’aimerais que tu veilles sur ma famille jusqu’à midi, Silane, » demandai-je.

« À propos de ce dont j’ai entendu parler tout à l’heure ? Cela ne me dérange pas, mais…, » répondit Silane.

Recevant le regard de Silane, la Leader hocha la tête.

« Ça ne me dérange pas. Je vous suis vraiment redevable, Takahiro-dono. Nous recevrons également votre aide demain. Je n’ai pas de travail avant midi. Faites ce que vous voulez, s’il vous plaît, » déclara Silane.

« Compris, » répondis-je.

Heureusement, il semble qu’elle ait également reçu l’approbation de la Leader. Je l’avais remerciée en souriant.

« D’accord, c’est bon. Merci, Silane. Oh, c’est vrai. Si tu as le temps, j’aimerais que tu m’aides aussi pour mon entraînement, » déclarai-je.

« Oh, est-ce qu’on t’apprend aussi, Takahiro ? Alors, moi aussi, laissez-moi vous rejoindre. Je veux essayer d’utiliser de longues épées, » déclara Mikihiko.

Quand je le lui avais demandé, Mikihiko avait levé la main et avait fait une demande.

Comme si elle pensait, « Impossible de faire autrement », un léger sourire s’était gravé sur le visage de la Leader.

Une atmosphère douce s’était répandue dans la pièce.

« … »

Cependant, Silane avait été la seule à montrer une réponse différente.

Quand elle avait entendu mes paroles, son expression avait fait volte-face, et une ride s’était formée dans l’espace entre ses sourcils fins.

Apparemment après l’avoir remarqué presque en même temps que moi, l’expression de la Leader s’était transformée en confusion.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Silane ? » demandai-je.

« … Ce que vous venez de dire…, » déclara Silane.

Après avoir hésité à parler comme si elle hésitait, Silane avait assorti son regard au mien avec un regard déterminé.

« … C’est peut-être l’occasion parfaite, » déclara Silane.

« Silane… ? » demandai-je.

« Takahiro-dono. Je comprends la question de la surveillance de votre famille. Cela ne me dérange pas non plus d’enseigner, Mikihiko-dono. Cependant, je voudrais m’abstenir de vous enseigner, » déclara Silane.

Alors que je trouvais ça abrupt, j’avais regardé le visage de Silane.

« … Qu’est-ce que tu veux dire ? » demandai-je.

Si elle n’arrivait pas à m’entraîner, je comprenais.

L’entraînement de ma famille s’était bien passé. Pareil pour Mikihiko, aussi. Mais je ne pouvais pas comprendre que moi seul étais « impossible à entraîner ».

« Takahiro-dono, vous ne devriez plus vous battre, » déclara Silane.

« … Je ne me bats pas parce que j’aime le faire, » répondis-je.

Je ne pouvais pas cacher ma confusion.

Je ne sentais que ce que Silane disait pour être trop soudain.

« Mais, je ne peux pas permettre ça. Si je ne me protège pas contre les dangers éventuels, je me brûlerai jusqu’à ce que mort s’ensuive. C’est quelque chose que je ne laisserai pas se produire, alors j’ai besoin d’avoir le pouvoir de me battre, » déclarai-je.

« Mais le feriez-vous même s’il y a danger à acquérir le pouvoir de se battre ? » demanda Silane.

À côté de moi, Lily avait réagi à ces mots.

Même s’il s’agissait de mots incontournables, les émotions qu’elle exprimait apparaissaient dans son regard aiguisé.

« Hé, Silane-san. Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demanda Lily.

« Exactement comme je l’ai dit. Il y a un risque avec la capacité de Takahiro, » face à la demande de Lily d’une voix ferme, Silane répondit.

« … Non. Attendez un peu, » déclarai-je.

J’avais interrompu la conversation des deux filles.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire