Monster no Goshujin-sama – Tome 3 – Chapitre 12 – Partie 2

Bannière de Monster no Goshujin-sama (WN) ***

Chapitre 12 : Sur nos chemins respectifs

Partie 2

Avec Mikihiko et les deux chevaliers qui nous accompagnaient, nous avions rapidement fait nos bagages et quitté l’auberge.

Pour la nourriture, nous avions encore ce qui nous avait été épargné pendant notre voyage jusqu’ici. Il nous suffisait d’acheter dans la ville voisine ou de chasser des monstres pour compléter le tout. Cela n’avait pas d’importance de toute façon.

Les frais de voyage n’avaient pas non plus posé de problème. En arrivant à l’auberge, j’avais reçu de l’argent de la Leader pour avoir escorté les soldats et les chevaliers jusqu’ici.

J’avais décidé de continuer à garder les outils magiques que j’avais empruntés.

Il n’y avait personne à qui les rendre, après tout.

Selon Mikihiko, la Leader (naturellement) et les chevaliers de l’Alliance sous son commandement étaient censés être temporairement retenus.

Compte tenu de la tentation de reprendre la Leader, il était tout à fait naturel que le margrave McLoughlin prenne de telles mesures.

Mais ensuite, il y avait eu un gros problème : Silane.

Silane était le chef adjointe des Chevaliers, le bras droit de la Leader. Le Margrave McLoughlin avait probablement voulu donner la priorité à la capturer. Mais ce n’était pas bon.

Elle avait maintenant une autre raison de s’inquiéter, à part les mauvais traitements dus au fait d’être une elfe.

Son corps était maintenant celui d’un monstre mort-vivant. Ce serait bien que le secret soit gardé entre les Chevaliers de l’Alliance et moi, mais maintenant qu’ils étaient retenus, je n’avais aucune idée de ce qui allait se passer.

S’il découvrait qu’elle était devenue une Demi Liche, je doutais fort que le Margrave McLoughlin — le Haïsseur des Elfes — prenne en compte sa situation avant de prendre une décision.

Heureusement, Silane était restée à nos côtés à l’auberge.

L’auberge dans laquelle nous étions hébergés était préparée par un marchand qui servait les chevaliers. Cependant, ce n’était pas un établissement appartenant aux chevaliers.

Par conséquent, le margrave McLoughlin n’avait probablement aucune idée de ce qui s’était passé ici.

Sinon, il aurait tiré les ficelles depuis longtemps.

« La Leader ne pourra peut-être pas revenir avec vous, mais dès que le procès sera terminé, elle reviendra. En attendant, emmène Silane-san et Kei-chan à leur village et attendez là-bas, » déclara Mikihiko.

Je ne pouvais pas abandonner Silane, et il n’y avait personne à qui je pouvais la confier.

J’avais donc accepté la quête de la Leader par l’intermédiaire de Mikihiko.

☆☆☆

« Nous avons pu quitter la ville plus facilement que je ne le pensais. »

« Pour l’instant, je pense qu’ils ont déjà les bras chargés en ne traitant qu’avec les chevaliers en dehors de la ville. »

Alors que je marmonnais en m’asseyant sur le siège du cocher du véhicule magique à moteur, j’avais entendu la voix de Mikihiko qui venait de l’intérieur du véhicule.

« D’après ce que j’ai entendu, il y a une cinquantaine de membres des Chevaliers de l’Alliance. Ils devront consacrer une partie de leurs combattants à les surveiller, dans le cas peu probable où ils résisteraient, » déclara-t-il.

Alors que nous quittions la ville, il se trouvait que l’un des colporteurs que nous avions croisés avait fait tout un plat en voyant de nombreux chevaliers quitter Selatta.

Ils craignaient qu’un troupeau de monstres ou autre chose ait été découvert dans une région voisine, mais la vérité était très probablement différente. Les chevaliers avaient dû être neutralisés, comme je le pensais.

Ayant quitté la ville après nous être glissés parmi les autres colporteurs, nous nous dirigions vers le sud sur la route principale.

Aker était situé à l’ouest des terres du comte Lawrence.

Si nous choisissions la route la plus sûre, nous devrions d’abord entrer dans le fief du comte Long en empruntant la route vers l’ouest.

Aker bordait le côté sud du fief du comte Long.

Cependant, une forêt sombre s’étendait sur la moitié ouest de la frontière, et la chaîne de montagnes Kittle, connue pour sa pente raide, dominait la moitié est. Il était donc risqué d’aller vers le sud.

Il était donc courant pour les colporteurs et autres de traverser le fief du comte Long et d’aller ensuite plus à l’ouest vers le fief du comte Cornish avant d’emprunter la route du sud-est qui longeait l’une des branches de la rivière Alaria, située au centre du continent.

Cependant, comme cette voie était sûre et constituait un choix populaire, il était probable que nous serions poursuivis.

Nous avions donc décidé de prendre d’abord la route vers le sud, puis une autre route vers l’ouest.

Cela aussi faisait partie des instructions de la Leader.

Contrairement à un groupe de commerçants moyen, sacrifier une partie de notre sécurité n’était pas un problème si important. Nous n’avions pas survécu dans la mer des arbres juste pour le spectacle.

 

Ce jour-là, nous avions campé sur le bord de la route et avions décidé d’y passer la nuit.

J’étais adossé à un arbre pendant que Lily se blottissait contre moi en guise de garde. Je pouvais sentir la chaleur de son corps à travers le manteau enroulé autour de mon corps.

Je n’arrivais pas du tout à dormir.

Sous le clair de lune, je regardais Gerbera respirer paisiblement avec le sac à bagages dans les bras, et Ayame s’était recroquevillée en boule en dormant sur son abdomen d’araignée, jusqu’à ce que je sente un regard sur moi.

« … Est-ce que ça va ? »

Enveloppée dans un manteau comme moi, elle avait parlé, regardant ma direction avec son œil bleu.

Sa peau blanche était illuminée dans la nuit, mais pas autant que celle de Gerbera.

Elle avait gardé le silence jusqu’à présent.

On aurait dit que son esprit n’était pas là, et qu’elle semblait réfléchir à quelque chose.

Il semblerait qu’elle ait subi un choc important.

Maintenant, son regard était ferme.

Sa voix n’avait pas non plus tremblé.

Elle semblait s’être rétablie en une demi-journée. Du moins, au point qu’elle pouvait faire croire qu’elle l’avait fait.

« Que veux-tu dire ? » demandai-je en réponse.

« Si mon identité est connue, je vais devenir un problème, » déclara Silane.

La gravité de son visage semblait provenir de son souci de nous causer des ennuis après cela.

« … Ne t’en fais pas pour ça. Aller avec toi n’est pas si mal pour moi, » répondis-je.

J’avais haussé les épaules. D’un seul côté, cependant, alors que Lily s’accrochait à l’un de mes bras.

« Nous sommes encore nouveaux dans ce monde. Il serait un peu difficile de trouver un endroit sûr pour nous. Et, nous ne pouvons pas utiliser les pierres magiques de traduction. Si je ne peux pas communiquer, alors à quoi bon, » déclarai-je.

« Alors, vous devriez prendre Kei, » déclara Silane.

Silane avait jeté un regard sur sa protégée qui dormait à ses côtés.

« Elle peut utiliser des pierres magiques de traduction. Elle est encore inexpérimentée dans certains domaines, mais elle devrait se révéler assez utile —, » déclara Silane.

« … Silane, » quand j’avais appelé son nom, Silane avait arrêté de parler.

Son regard était tombé. Il semblait qu’elle n’était pas encore elle-même. Mais c’était tout à fait naturel.

Je ne pouvais pas la laisser seule dans son état actuel.

« En gros, j’ai déjà détenu une bombe depuis le début. Même si tu l’as accrue d’une case maintenant, ce point n’a pas changé. Ne te préoccupe pas des petites choses, » déclarai-je.

Même si je ne l’avais pas été, je n’allais pas abandonner cette fille elfique.

Les abominables conflits causés par Juumonji avaient entraîné la perte de beaucoup de choses, mais s’il y avait quelque chose qui avait été gagné, c’était la relation de confiance que j’avais maintenant avec eux.

Il n’y avait pas moyen que je puisse trahir cela.

« En outre, il s’agit d’une demande de la Leader, » déclarai-je.

Alors que j’ajoutais cela, Silane avait levé la tête.

« De la Leader… vous dites ? » demanda Silane.

« Oui. Mais je ne sais pas si elle l’a dit en sachant que cela pourrait finir comme ça, » déclarai-je.

— S’il vous plaît, prenez soin de Silane à partir de maintenant, Takahiro-dono.

Les mots que la Leader avait prononcés pendant la nuit au village des pionniers m’avaient traversé l’esprit.

Je ne savais pas dans quel but elle avait dit cela.

Au lieu de savoir que cela finirait comme ça, elle aurait pu simplement penser à l’avenir de Silane.

Ce dont je suis sûr, c’est qu’elle m’a demandé de le faire.

Je n’allais pas l’ignorer.

☆☆☆

La nuit s’était achevée.

J’étais resté sur mes gardes, mais il n’y avait pas de poursuivants.

Comme Mikihiko l’avait mentionné, la plupart des combattants de Selatta étaient concentrés sur les chevaliers, donc ils n’avaient probablement pas assez d’hommes de réserve pour se concentrer sur nous.

Les instructions de la Leader étaient correctes.

Après avoir terminé nos repas, nous nous étions rapidement préparés pour le départ.

Alors que nous montions dans le véhicule, j’avais incliné ma tête.

« Mikihiko? » demandai-je.

Quand j’avais regardé en bas depuis le siège du cocher, Mikihiko était avec deux chevaliers, habillés en tenue de voyage.

« Que se passe-t-il ? Dépêche-toi de monter. Tu n’as pas vraiment l’intention de marcher, n’est-ce pas ? » déclarai-je.

Bien que ce véhicule ne puisse rouler qu’à la vitesse d’un piéton, il pouvait néanmoins réduire considérablement l’accumulation de fatigue pendant un long voyage.

Il n’y avait aucune raison de se forcer à marcher.

Mais Mikihiko avait acquiescé à ma demande. « Oui. Je vais marcher… c’est-à-dire, vers Selatta. »

« — »

Bien qu’il s’agisse d’une révélation soudaine, ce n’était pas une surprise.

Quelque part dans ma tête, je savais qu’il allait le faire.

« Je me disais que, s’il y avait des poursuivants, je pourrais faire en sorte que ça marche d’une manière ou d’une autre, puisque les soldats de la forteresse de Selata savent que je suis un héros, mais il semble que ce ne soit pas nécessaire, » déclara-t-il.

« Tu vas auprès de la Leader, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Il vaut mieux avoir beaucoup de gens pour la défendre, même si ce n’est que moi. Même si je déteste le faire… J’utiliserai ma position de héros du mieux que je peux, » déclara-t-il.

Mikihiko sourit.

« Nous aussi, nous allons suivre Mikihiko-sama. Il y aura certainement des dangers sur le chemin. » L’un des deux chevaliers qui se tenaient près de Mikihiko avait levé la main.

« Takahiro-sama. Je vous laisse notre chef adjoint. »

« Marcus… ? Et toi aussi, Fred ? Vous…, » déclara Silane.

Silane avait sorti sa tête du véhicule, ses yeux s’ouvrant un peu.

Peut-être qu’elle ne trouve pas de mots à dire. Elle avait serré le poing devant sa poitrine, maintenant dépourvue de son armure de chevalier.

Leur détermination était solide. Il était clair qu’ils ne pouvaient pas être persuadés du contraire.

« Tu fais un sacré visage, Takahiro, » déclara Mikihiko.

Ai-je l’air trop sérieux ?

Mikihiko sourit avant de parler. « C’est un peu triste, mais ce n’est pas la fin du monde. »

Il avait un ton léger, mais il ne le disait pas d’un ton mielleux.

Après m’être rendu compte de cela, j’avais aussi un peu souri.

« C’est exact. Ce n’est pas la fin…, » déclarai-je.

Ce monde était différent du pays dans lequel nous vivions autrefois.

Les moyens de communication et de déplacement n’étaient pas parfaits. La menace des monstres était également présente, et les voleurs de nuit étaient effrayants. Le simple fait de voyager entre les villes était généralement risqué.

Même si nous avions assez de force pour que les voyages ne soient pas un problème, nous pataugions nous aussi dans cette situation. Quoi qu’il arrive, ce ne serait pas étrange.

Dans ce monde plein de dangers, vous ne retrouveriez pas toujours votre ami après la séparation.

Mikihiko et moi l’avions reconnu à maintes reprises. En fait, c’est un miracle que nous ayons pu échapper à l’effondrement de la colonie en toute sécurité et que nous nous soyons retrouvés.

« Je vais continuer. Sois sage et reviens vite, » néanmoins, je l’avais dit.

Depuis que Mikihiko avait été sauvé par la Leader, il avait fait ce qu’il pouvait pour elle.

C’est ainsi qu’était Mikihiko Shumoku. Tout comme moi, Takahiro Majima, j’avais décidé de vivre pour Lily et les autres personnes de ma famille alors que Mikihiko était prêt à vivre pour la Leader.

Donc, je ne le découragerais pas avec quelque chose de peu enthousiaste.

« Oui. Jusqu’à ce qu’on se rencontre à nouveau, mec, » déclara Mikihiko.

Mikihiko avait fait un signe de tête rassurant et avait agité la main avec un sourire sur le visage avant de se détourner.

 

Moi à Aker, et Mikihiko à Selatta.

Nous avions tous deux commencé à suivre nos chemins respectifs.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire