Monster no Goshujin-sama – Tome 3 – Chapitre 11

Bannière de Monster no Goshujin-sama ***

Chapitre 11 : Un moment de tranquillité dans une auberge de la ville

Le deuxième étage d’une auberge en bois.

Séparés des chevaliers avec lesquels nous avions voyagé jusqu’à présent, nous passions actuellement notre journée dans une auberge de la périphérie de Selatta.

Après avoir parlé avec des marchands, la Leader avait réussi à obtenir qu’une propriété vide nous soit prêtée comme auberge temporaire.

« Monseigneur, cet art est intéressant. »

Grâce à cela, j’avais également pu échanger des mots avec ma famille sous un même toit.

En essuyant mes cheveux mouillés avec une serviette, je m’étais tourné pour regarder Gerbera alors qu’elle parlait gaiement pour une raison inconnue.

J’avais transpiré à l’entraînement avec Silane, alors j’avais sauté dans le bain pour la faire partir.

Mon corps se sentait fatigué, mais satisfait.

Depuis que j’avais commencé à m’entraîner avec Silane, non seulement je m’étais habitué à l’art du combat en soi, mais j’avais aussi l’impression de commencer à apprendre l’art de l’épée.

Mikihiko m’encourageait également, bien qu’il ait progressé plus rapidement que moi, et récemment, je commençais à ressentir non seulement un sentiment d’accomplissement, mais aussi un véritable réconfort lors de ma formation.

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« C’est un art que Rose-dono m’a donné, » répondit Gerbera.

Dans les mains de Gerbera se trouvait une tige noire et terne d’une vingtaine de centimètres de long.

« Yaaaah ! » avec un cri de combativité, Gerbera fit pivoter la tige, et un tuyau de largeur différente sortit de son extrémité.

Le tuyau s’était fixé en place grâce à la friction.

« Ah. C’est vrai, elle a fait quelque chose comme ça, » déclarai-je.

La baguette qu’elle tenait était un bâton spécial de type lanceur, l’une des idées de Katō-san.

Comme elle ne connaissait pas elle-même les détails de ce que c’était, Mikihiko avait fourni ses connaissances lors de sa création.

Rose développait de nouvelles choses par tâtonnement et, dans ce cadre, recueillait activement de nouvelles connaissances et idées et les mettait en pratique.

C’était pour les perspectives, donc pour l’instant, elle ne se préoccupait pas de savoir si c’était utilisable ou non.

Les fruits de son travail jusqu’à présent étaient principalement des jouets pour Gerbera et Kei.

Tout comme mon cœur battait la chamade lorsqu’il s’agissait d’objets magiques, elles avaient peut-être trouvé que ces petits trucs étaient quelque chose de nouveau.

« En plus de cela, regarde ça ! J’ai aussi quelque chose comme ça ! » Gerbera parla avec joie, en sortant une poupée en bois sculpté de la taille d’une paume.

Elle était d’une dizaine de centimètres de hauteur et déformée. C’est… Lily, n’est-ce pas ? Il n’y avait pas de bras séparés, mais ils étaient plutôt placés sur le côté.

« C’est mignon, » déclarai-je.

« Mhm. Mais cet art n’est pas tout. Cette partie s’ouvre ici, » déclara-t-elle.

D’un claquement, la section de l’estomac se divisa en deux.

L’intérieur du corps maintenant fendu de la poupée était creux, et à l’intérieur se trouvait une Lily encore plus petite…

« Une poupée gigogne ? » demandai-je.

Mikihiko, qu’est-ce que tu apprends à Rose ?

Gerbera a l’air heureuse, donc c’est bien.

Gerbera avait fendu la Lily plus petite, et avait sorti une poupée renard de l’intérieur.

Celle-ci… ressemble à Ayame.

« Si mignon, si mignon ~, » déclara Gerbera.

« … »

En apparence, Gerbera avait le même âge que moi, si ce n’est un peu plus.

Bien que je ne pensais pas qu’elle s’amusait au niveau de Kei — .

« Ne la casse pas, » déclarai-je.

— Je l’avais un peu pensé.

En regardant Gerbera, ses yeux rouge sang pétillant comme ceux d’un enfant, je m’étais senti un peu heureux.

C’était un peu différent du sentiment de bonheur que j’avais ressenti en voyant Kei s’amuser.

J’étais heureux, bien sûr, mais ce n’était pas tout.

J’avais eu l’impression de vouloir contempler son sourire pour toujours.

En fait, c’était peut-être semblable à ce que je ressentais quand j’étais avec Lily.

Avec un sourire naturel placé sur mon visage, j’avais regardé dans la pièce.

Outre Gerbera, Lily et Silane étaient également dans la salle.

Rose, Katō-san et Kei étaient dans la pièce voisine.

Je savais qu’avec des relations de chevaliers, elles avaient acheté des teintures dans la ville hier.

On m’avait dit qu’elles faisaient des vêtements. Elles ne m’avaient pas donné les détails.

De l’autre côté de la paroi mince, j’entendais les faibles voix joyeuses des filles, et un sentiment de calme m’envahissait.

Est-ce que cela deviendrait une scène quotidienne si je suivais la Leader dans son pays d’origine — Aker ?

Face à l’idée de cet avenir heureux, un engourdissement avait traversé ma poitrine, bien que ce ne soit peut-être que mon imagination.

Avec Silane, trois chevaliers nous accompagnaient.

Les chevaliers restants avaient été divisés en deux groupes : ceux qui gardaient les autres transférés, et ceux qui attendaient à l’extérieur de la ville avec les soldats.

Quant à la Leader, elle avait amené quelques chevaliers avec elle et s’était dirigée vers Selatta après avoir pris des dispositions pour que nous restions dans ce logement.

Mikihiko l’avait également accompagnée. Tout cela s’était passé hier.

Selatta est une métropole de plus de dix mille habitants, et avait donc de la place pour accueillir les centaines de soldats de l’Empire fuyant la forteresse de Tilia, ne serait-ce que temporairement, contrairement aux villes précédentes.

La Leader était censée avoir une conversation avec le comte Lawrence en ce moment même.

Je regardai le paysage par la fenêtre.

Là, j’avais pu voir le paysage urbain de Selatta où la Leader était en visite.

Le fief du comte Lawrence était fermé par la mer d’arbres au sud et une forêt sombre au nord-est, mais l’ouest bordait le dominion du comte Long, la région des greniers, et à l’est se trouvait l’un des trois pays de l’Est, le Viscum.

Selatta, situé sur la route menant au dominion du comte Long et à Viscum, et également près du fief du Margrave McLoughlin au nord, était l’un des centres de commerce dans la partie sud de l’Empire.

C’est pour cette raison que Selatta avait également été appelée la ville du commerce.

Cependant, la splendeur de la ville était inimaginable d’après son nom.

Un mur de défense équipé de tours de défense entourait la ville, c’était une ville dite forteresse.

Les remparts entourant la ville étaient constitués de deux encerclements — un petit et un grand.

On pouvait en déduire que l’agrandissement des murs s’était fait en fonction de la croissance de la ville.

Ce paysage était un lieu commun pour les villes de ce monde.

Dans ce monde rempli de magie, la magie des attributs de la terre pourrait être utilisée pour la construction.

De plus, la nécessité de répondre au flot trop excessif des monstres avait probablement donné un coup de pouce au génie civil de ce monde.

Je pensais que les murs de protection des villages de pionniers étaient étonnamment bien faits, mais après avoir vu cela, je ne pouvais que penser que c’était du mince papier.

Cependant, quelque chose dégageait un sentiment plus pompeux que les épais remparts.

Ce serait l’énorme forteresse qui se dresse au centre de la ville.

Elle était connue sous le nom de Forteresse de Selatta.

Au lieu de partager le même nom que la ville… il serait plus correct de dire que la ville avait reçu le nom de la forteresse.

Tout comme la forteresse de Tilia, où je venais de séjourner jusqu’à tout récemment, et la forteresse d’Ébène, où l’Unité Expéditionnaire avait été accueillie à l’est, c’était autrefois une place forte qui se trouvait au premier plan de la mer des arbres.

Les plus grandes villes du monde étaient, à quelques exceptions près, des villes-châteaux construites autour de forteresses comme celle-ci, toutes ayant rempli leur fonction d’origine.

Compte tenu de la protection contre les attaques de monstres, je pense qu’il est extrêmement naturel que les villes soient construites sous de telles formes, avais-je pensé.

La forteresse abritait actuellement le comte Lawrence, le seigneur qui gouvernait cette région, ses troupes et une partie de l’armée du Sud de l’Empire.

En raison de la perte du moyen de communication à longue portée fourni dans la forteresse de Tilia, la Leader se rendit dans la ville la plus proche.

La ville de Selatta avait été choisie parce qu’elle avait le même type de forteresse que la forteresse de Tilia.

Comme il y avait beaucoup de travail à faire — y compris l’accueil des soldats, il faudrait au moins trois jours avant que la Leader ne revienne à ce qu’on m’avait dit.

Si possible, nous partirions alors immédiatement pour Aker.

Mais pour l’instant, je devais me préparer à faire face à cette situation.

« Ahh, dang. Un autre échec, » déclara Lily en parlant avec Silane de la formation d’aujourd’hui et de l’accompagnement de ma famille à partir de maintenant. Gerbera était allée dans la chambre d’à côté avec Katō-san après avoir passé la tête par la porte et l’avoir demandée.

Lily s’était assise sur le lit, tombant sur le dos avec les mains tendues.

Ou pour être plus précis, ses bras étaient tendus… comme en ce moment, ses bras n’avaient rien après les poignets.

Elle n’avait pas été blessée.

Tenter d’imiter partiellement une autre créature tout en conservant sa forme de fille avait défait le mimétisme de cette partie d’elle.

Comme je l’avais déjà dit, Lily avait récemment fait de son mieux pour imiter partiellement des créatures. Cependant, cela ne semble pas être une mince affaire.

Des tissus corporels visqueux avaient bouillonné à l’extrémité de ses deux poignets et s’étaient élevés pour former ses mains habituelles.

Mais Lily était restée effondrée sur le lit. Son visage troublé fixait le plafond.

« Ne te pousse pas trop, » en me déplaçant à côté du lit, j’avais vu des rides entre les sourcils de Lily.

« Yaaaan. Bon sang. Maître ? » s’exclama Lily.

« Et si tu prenais une pause ? » demandai-je.

« Fufu. Si tu fais une pause, dois-je préparer du thé ? » demanda Lily.

En regardant notre échange, Silane avait souri et s’était levée.

« Ah. Alors, je peux aussi aider, » déclara Silane.

Lily s’était levée du lit, mais Silane avait secoué la tête.

« Vous ne savez pas comment l’utiliser et vous devriez vous reposer, » déclara Silane.

Silane avait quitté la pièce, le sourire aux lèvres. Le bruit de sa descente de l’escalier s’était fait entendre peu après.

Maintenant que nous n’étions plus que tous les deux, Lily s’était penchée sur moi.

« Hrrgghhh... Je suppose que ce n’est pas bon, » déclara Lily.

Lily se blottissait souvent contre moi, mais pour l’instant, il était plus juste de dire qu’elle s’appuie plutôt sur moi.

Elle s’était laissée aller à se détendre sur moi.

« Lily, » parlais-je, en étreignant son corps mou. Elle n’avait pas résisté.

Son corps détendu avait glissé vers le bas en position horizontale.

Elle s’était adaptée pour être à l’aise et s’était finalement installée avec sa tête sur mes cuisses.

« Hmm. »

La vue d’elle se frottant les joues sur mes cuisses comme un enfant gâté m’avait vaguement fait penser à un chat.

J’avais parlé en jouant avec sa frange. « … Hé, Lily. »

« Oui ? » demanda Lily.

« Es-tu déprimée ? » demandai-je.

Lily avait tourné la tête pour faire face, en me regardant. « Un tout petit peu. »

Un faible sourire s’était affiché sur mon visage.

« Je savais, en quelque sorte, que cela pourrait être la limite de ma capacité d’imitation de slime, » continua Lily.

« … »

Elle avait parlé de sa formation au mimétisme partiel, depuis notre départ de la forteresse de Tilia jusqu’à notre arrivée dans le premier village de pionniers. Vingt jours s’étaient écoulés dans ce laps de temps.

Néanmoins, le mimétisme partiel de Lily n’avait pas encore montré un seul signe de réussite.

Pas un seul progrès n’avait été réalisé.

Lily avait poussé un petit soupir.

« Je dois faire sortir le maximum de monstres en moi. Il le faut absolument, mais…, » déclara Lily.

« Je comprends ce que tu veux dire…, » déclarai-je.

Si elle pouvait partiellement imiter les capacités des monstres, alors ce serait le meilleur des deux mondes.

Par exemple, lorsque nous avions combattu de front l’araignée blanche, Gerbera. C’était le monstre le plus fort de la partie profonde de la mer des arbres, les monstres normaux ne pouvaient même pas espérer la frapper.

Sa force était solide, et ses pouvoirs régénérateurs incroyables. Les capacités de combat de Gerbera étaient toutes de première classe, et il était donc difficile d’être meilleur qu’elle dans l’un d’entre eux. Et même si vous pouviez rivaliser avec elle dans un de ces domaines, elle vous écraserait à mort dans un autre.

Mais que se passerait-il si Lily apprenait le mimétisme partiel ?

Il lui sera même peut-être de rattraper son retard sur Gerbera.

… Mais si seulement c’était possible.

« Tu ne peux pas faire ce que tu ne peux pas faire. Si cela te déprime, alors il n’y a rien à faire, n’est-ce pas ? » J’avais parlé doucement, en touchant la joue de Lily.

« Les humains peuvent donner des coups de pied et sauter du sol, mais ne peuvent pas voler. Ils peuvent pagayer dans l’eau avec les deux mains et nager, mais ne peuvent pas plonger à des milliers de mètres. Tu es peut-être un monstre, mais même toi, tu as des limites, » continuai-je.

« Mais les humains peuvent voler dans le ciel et plonger à ces profondeurs, » s’était interposée Lily.

Un sourire s’était imposé sur mon visage à Lily en disant quelque chose qu’un enfant têtu dirait.

Lily se comportait comme la grande sœur de la famille, il était donc rare qu’elle montre sa faiblesse de cette façon.

Elle m’avait toujours soutenu, alors ça m’avait fait plaisir de la voir agir ainsi.

« Mais ce serait par avion ou par sous-marin, » déclarai-je.

« … Oui. C’est vrai. » Lily avait répondu, en fermant les yeux, alors que je lui caressai doucement le front comme pour la consoler.

Le temps avait passé avec nous seuls là-bas.

« Mais, Maître ? » Et peu de temps après, Lily avait enfin pris la parole.

« Quoi ? » demandai-je.

« Même si tu comptes sur d’autres choses, tu peux continuer à voler dans le ciel et à survivre dans ces profondeurs, » déclara Lily.

… Pourquoi est-ce que ça semble… éteint ?

Soudain, un frisson s’était emparé de ma colonne vertébrale.

La raison en était peut-être que l’expression de calme que ses paupières tombantes faisaient paraître trop calme, comme un ecclésiastique martyr.

« Si j’étais humaine…, » déclara Lily.

« Lily… ? » Alors que je l’appelais, Lily avait lentement ouvert les paupières.

Et puis elle avait cligné des yeux, surprise.

« Hm ? Qu’est-ce qui ne va pas, Maître ? » demanda Lily.

Lily m’avait regardé du haut de mes genoux, et avait fait un visage confus.

C’était la Lily habituelle.

Les mots que j’aurais dû dire s’étaient éteints, et je m’étais gratté le visage.

« … Non, ce n’est rien, » déclarai-je.

« Tu es bizarre, Maître, » déclara Lily.

Lily avait ricané avant de se lever.

« Merci de m’avoir gâtée. Je me sens un peu mieux maintenant, » continua Lily.

« Oh ? C’est bien, » déclarai-je.

Elle avait apparemment retrouvé ses habitudes.

J’étais heureux de pouvoir la réconforter après sa dépression.

« Si je ne peux pas le faire d’une façon, alors je devrai penser à une autre. D’ailleurs, ce n’est pas comme s’il était certain que je ne puisse pas le faire. Je vais continuer à faire de mon mieux pendant encore un petit moment, » déclara Lily.

Lily avait serré son petit doigt et avait souri avant que ses yeux ne se tournent soudainement vers un autre endroit.

« Hmm ? Quelqu’un vient ? » demanda-t-elle.

Les bruits venaient d’en bas.

Presque aussitôt, des pas agités s’étaient frayé un chemin tout droit dans l’escalier.

Je m’étais mis sur mes gardes par réflexe, et la porte s’était ouverte sans un seul coup.

Ma main s’était arrêtée à mi-chemin alors qu’elle prenait mon épée.

Après tout, le visiteur qui avait fait irruption dans notre chambre était mon ami aux cheveux négligés.

« Quoi de neuf, Mikihiko. Tu es revenu ? » demandai-je.

A-t-il couru jusqu’ici ? Mikihiko avait repris son souffle difficilement avant de parler.

« Que s’est-il passé pour que tu sois aussi pressé ? N’étais-tu pas avec la Leader...? » lui demandai-je.

« Quelque chose a mal tourné, » déclara Mikihiko.

Les premiers mots sortis de sa bouche avaient tendu la détente qui m’habitait.

« Que s’est-il passé, Mikihiko-dono ? » demanda Silane.

Silane et deux autres chevaliers d’en bas étaient entrés dans la salle en suivant Mikihiko.

En les regardant, Mikihiko avait parlé à voix basse. « La leader a été arrêtée. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.
    Je le savais, ça se passait beaucoup trop bien !

Laisser un commentaire