Monster no Goshujin-sama – Tome 2 – Chapitre 26 – Partie 1

Bannière de Monster no Goshujin-sama ***

Chapitre 26 : Les pires hypothèses

Partie 1

Un groupe de plus de 20 chevaliers était venu de la direction où le monstre tué par Lily il y a quelques instants avait fait rage.

Je n’avais pas le temps de cacher Ayame et Asarina. Les chevaliers, qui s’approchaient à un rythme rapide — un rythme où vous ne pouviez pas imaginer qu’ils portaient une armure — s’étaient arrêtés et avaient gardé une petite distance de nous. Puis, après s’être dispersés dans tout le couloir, ils s’étaient préparés à utiliser leurs grands boucliers. Ils avaient dégainé leurs épées et tourné la pointe de leurs épées vers nous.

Je m’étais souvenu de l’allure de leur armure. Ils appartenaient à l’ordre des chevaliers auquel Silane appartenait. Seule l’élite de l’élite qui avait combattu les différents monstres avec la mer d’arbres comme leur poste avancé était là, donc naturellement il n’y avait pas de lacunes dans leurs mouvements.

« … Que faisons-nous, Maître ? » demanda Lily.

« Pour l’instant, on attend de voir, » j’avais répondu à Lily, qui avait rapproché sa bouche de mon oreille et m’avait chuchoté ça.

En même temps, j’avais serré Ayame dans mes bras. Elle était sur ses gardes avec sa fourrure hérissée, et je l’avais calmée. J’avais donné des instructions à Asarina, qui tendait ses crocs, pour qu’elle recule aussi.

Bien que leurs épées aient été pointées sur nous, nous ne devrions pas facilement répondre par l’hostilité.

Il deviendrait impossible de se justifier dans une telle situation.

… Cependant, la question de savoir si oui ou non je pouvais les amener à me laisser me justifier était une partie délicate dès le départ.

« Qu’est-ce que ça veut dire, Héros ? Expliquez-moi, s’il vous plaît ! Pourquoi emmenez-vous des monstres comme ça ? »

C’était l’un des chevaliers vigoureux qui avait parlé, mais les autres chevaliers étaient aussi tellement en ébullition qu’ils pourraient nous attaquer avec leurs épées à tout moment maintenant.

Cependant, les monstres qu’ils combattaient depuis longtemps étaient sous leurs yeux, donc cette réaction était aussi naturelle. Si je n’avais pas été l’une des personnes transportées reconnues comme un héros dans ce monde, ils auraient peut-être déjà attaqué.

« Ne me dites pas que cette attaque de monstre était… orchestrée par un héros !? » demanda le chevalier.

C’était quelque chose qui m’inquiétait depuis le début, mais ils se méfiaient d’un meneur qui avait attaqué la forteresse avec des monstres. C’était la raison pour laquelle ils avaient pointé leurs épées sur moi comme ça maintenant, mais à ce rythme-là, la situation allait devenir catastrophique.

Je devais faire quelque chose. Mais…

« Répondez-moi, s’il vous plaît ! Selon votre réponse, même si vous êtes un héros… ! » cria le soldat.

« … Je vais vous le dire, mais je n’ai aucun lien avec cette attaque. D’abord, je ne peux pas faire quelque chose comme ça, » déclarai-je.

« Prévoyez-vous de faire semblant d’être ignorant ? La plus grande preuve, c’est que vous amenez des monstres ! L’Unité Expéditionnaire le disait aussi ! Que ça pourrait être quelque chose fait par une personne ! Mais pour que ça soit comme ça… ! » cria le chevalier.

J’avais l’intention d’être aussi prudent que possible pour ne pas les provoquer, mais ce qui était revenu face à mes mots d’excuse, c’était des mots de colère un peu hystériques. Au contraire, même si j’avais l’impression qu’ils étaient échauffés, j’avais fermé les yeux sur la réponse à laquelle j’avais failli faire la sourde oreille.

La situation était vraiment horrible.

… Peut-être, je pourrais même dire qu’elle s’était déroulée comme on le craignait.

Je pensais que ça finirait comme ça, mais je n’étais pas si secoué, parce que quand j’avais décidé de révéler mon pouvoir, alors j’étais prêt à en arriver là.

Ni l’hostilité tournée vers moi, ni la méchanceté qu’on m’infligeait, ni même le dégoût qu’on m’infligeait n’étaient au point qu’ils pouvaient être considérés comme insupportables.

Une dernière chose : j’étais prêt.

C’est-à-dire qu’il était très difficile de prouver mon innocence face à eux.

Même si je disais quelque chose, il était douteux que je puisse ou non les atteindre. Peu importe l’explication que je disais à une personne dont le sang montait à la tête à cause de la peur et de la colère, cela se terminait par un déni rapide. En fait, j’avais essayé plus tôt, mais ce n’était pas bon… Au lieu de cela, cela avait eu l’effet contraire, c’était un problème de persuasion maintenant.

Au début, ce n’était pas comme s’ils avaient des preuves pour me soupçonner.

Ce dont j’avais besoin, c’était de la confiance établie au fil du temps, et cela était inévitable pour moi qui venais d’arriver dans la forteresse.

Ou, si cela n’avait pas été une situation comme celle-ci, j’aurais peut-être aussi essayé de résoudre leur malentendu avec le temps. Cependant, la situation actuelle n’en était pas une où je pouvais le faire tranquillement comme ça.

La persuasion était donc impossible. Cela dit, j’étais excusé d’être à la fois attaqué et retenu, et cela n’avait pas de sens de lutter contre un adversaire qui pointait son épée sur moi dans un malentendu. Nous serions probablement tous avalés par les monstres qui avançaient après que nous nous soyons épuisés les uns et les autres.

Si on en arrivait là… y avait-il d’autres moyens de s’échapper d’ici ?

Je pourrais peut-être repousser les chevaliers devant moi, puis traverser cette forteresse inondée de monstres, et fuir vers la mer des arbres. Si j’arrivais aussi loin, le lien avec Rose et Gerbera les feraient venir. Si c’était juste moi et Lily, ça ne devrait pas être impossible. Bien sûr, ce n’était pas une bonne chose…

Car si je faisais cela, alors la seule erreur que j’aurais faite aurait été que la suspicion se serait tournée vers Mikihiko et Kei.

Bien sûr, j’étais moi-même celui qui faisait pousser Asarina, la vigne parasite, du fond de ma main gauche et qui tenait Ayame, le Renard Ballon, serré. Mais si seulement cette scène était prise en compte, alors tout le monde pensait que nous étions tous ici pour mener les monstres et cette conclusion serait inévitable. En d’autres termes, cela signifiait qu’ils seraient considérés comme les coupables de ce raid sur la forteresse.

D’une manière ou d’une autre, je devais résoudre le malentendu, même si c’était seulement celui vis-à-vis de Mikihiko et de Kei.

Heureusement, si l’on en croit leur façon de parler, ce groupe de chevaliers semblait être en contact avec l’« Unité Expéditionnaire ? ». Si je les laissais faire, Mikihiko et Kei seraient en sécurité — j’avais décidé des grandes lignes de mon plan.

Cependant, je n’avais pas pu le mettre en pratique.

« Ne m’emmerdez pas avec ça ! » Une voix en colère avait retenti dans le passage.

J’avais ouvert les yeux. Parce que Mikihiko, les sourcils levés, s’avançait vers eux en criant.

« Attaquer la forteresse ? Il n’y a pas moyen qu’il fasse une telle chose ! » continua Mikihiko.

« Mi —, Mikihiko-sama… ? » déclara le chevalier.

J’avais réalisé que ce malaise se répandait parmi les chevaliers.

Mikihiko, qui avait été charmé par la chef de l’Ordre des Chevaliers de l’Alliance, avait dû avoir de nombreuses occasions d’interagir avec les chevaliers, ses subordonnés. Dans ce processus, il y avait probablement beaucoup de gens qui avaient été touchés par son caractère. Ainsi, face à lui qui niait les soupçons et qui s’énervait en défense, leurs épées hésiteraient.

« M —, mais, même si vous le dites, Mikihiko-sama, cette personne est… » continua le chevalier.

« Takahiro est toujours le même ! Ce n’est pas ce genre de type ! » répliqua Mikihiko.

« C’est vrai, c’est vrai, » déclara Kei.

Kei, qui tenait toujours le bas de ma chemise, interrompit également la conversation du chevalier.

« Takahiro-san n’est pas ce genre de personne, » déclara Kei.

« Kei…, » déclarai-je.

Bien qu’elle semblait effrayée par l’atmosphère lourde, il y avait quelque chose de brûlant dans son regard.

« Je le protégerai quoiqu’il en coûte », la petite fille avait le cœur à ça. Même si j’aurais dû être du côté de cette personne protégée jusqu’à il y a quelque temps, c’était maintenant moi qui étais protégé. Confus par le changement de situation, je n’avais pas réussi à m’interposer.

Un camarade de classe avec des lunettes qui fixent les chevaliers robustes, et une très jeune fille.

Ce qui avait permis de sortir de l’impasse, c’était la voix d’une femme qui s’était élevée de l’autre côté de la ligne des chevaliers formant la ligne de bataille.

« Cette voix, c’est après tout toi, Mikihiko ? » déclara la voix de femme.

« C’est dangereux, chef ! » déclara le Chevalier.

« Ça ne me dérange pas. Reculez, » déclara la chef.

Brisant la ligne des chevaliers de retenue, une grande femme en armure s’était placée devant nous.

Des cheveux courts argentés, elle était solide et grande avec une musculature peu féminine.

C’était la femme qui dirigeait l’Ordre des Chevaliers de l’Alliance, quelqu’un que j’avais aussi rencontré une fois.

« L-Leader ! Tu étais après tout en sécurité ! » Mikihiko, confirmant son apparence, éleva une voix pleine de joie.

La femme haussa les épaules et répondit à son expression directe d’affection profonde qui ne cachait pas son bonheur. « C’est vraiment toi. Tu étais en sécurité, hein ? »

Bien qu’il s’agisse de quelques mots, un son de soulagement se trouvait quelque part dans sa voix.

Mais, cela n’avait duré que pendant un instant. Ses yeux — aiguisés comme ceux d’un faucon — me fixaient.

« Et si je ne me trompe pas… vous êtes Takahiro Majima, c’est ça ? » demanda la chef.

Elle tourna un regard pénétrant vers moi. De toute évidence, elle se méfiait de moi.

Cependant, contrairement aux autres chevaliers, il semblait qu’il lui restait assez de raisons pour échanger calmement des mots avec moi. Elle s’était adressée à moi sur un ton prudent.

« Vous avez une apparence très étrange. Il semble que vous ayez gardé des secrets, » déclara-t-elle.

« … Pour ça, je suis désolé. Mais, j’avais besoin de le faire, » répliquai-je.

« Vous l’avez révélé maintenant. “La grâce de manipuler les monstres”, vous avez aussi quelque chose de bizarre. J’étais certaine que ça allait devenir gênant, et c’est devenu ça, » déclara-t-elle.

« Je suis content que vous le compreniez. Mais, juste pour info, je ne les manipule pas vraiment, et je ne peux pas faire quelque chose comme ce qui se produit en ce moment, » déclarai-je.

« “C’est pourquoi, celui qui attaque la forteresse avec des monstres, ce n’est pas moi”, est-ce que vous dites ? » elle avait parlé en plissant les yeux comme si elle m’analysait.

Tout au long de l’échange, ses réactions avaient été faibles. Il était clair que mes paroles n’avaient pas d’effet sur elle.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire