Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 4 – Chapitre 8

Bannière de Monster no Goshujin-sama (LN) ***

Chapitre 8 : La détermination de la jeune fille et sa conclusion

Les bras et les jambes de Shiran étaient écartés alors qu’elle était allongée face au ciel. Elle ne bougeait même pas. Son corps était couvert de blessures qui montraient à quel point la bataille avait été violente. Il y avait des coupures profondes dans chacun de ses membres, et son bras gauche était complètement coupé à partir de l’avant-bras. Une entaille courait le long de son front, à travers son œil droit, et jusqu’à sa mâchoire, marquant son beau visage. Sa taille était ouverte, ses entrailles s’écoulaient. Et juste au centre de son armure, sa propre épée avait transpercé le métal jusqu’à son cœur.

Il n’y avait pas de vie dans ses yeux grands ouverts. Ce qui se trouvait devant nous était le cadavre d’une fille massacrée. En revanche, celui qui avait jeté son corps comme si ce n’était rien de plus qu’un vieux chiffon était en parfaite santé. Juumonji n’avait aucune blessure visible à part une coupure sur la joue.

À en juger par la direction d’où il venait, il avait pris un raccourci en sautant du rempart en ruine de la muraille intérieure jusqu’ici, aux abords de la forteresse. S’il avait pris la peine d’apporter le cadavre de Shiran, c’est soit parce qu’il voulait nous briser le moral, soit parce qu’il voulait se moquer de nous en se prélassant dans sa victoire. Dans tous les cas, il n’y avait qu’une seule vérité devant moi maintenant.

Juumonji Tatsuya avait tué l’un des chevaliers les plus forts du monde. La fille qui avait cru en moi, qui avait dit qu’elle avait hâte de me reparler, n’existait plus. Malgré son immense talent, elle n’avait jamais cessé de chercher à s’améliorer, tout cela dans le but de protéger ses amis, ses camarades et le monde entier. Pourtant, un homme qui avait acquis du pouvoir par hasard, juste en étant envoyé dans ce monde, l’avait tuée.

Cela ne s’appliquait pas seulement à Shiran. Cette forteresse se dressait pour protéger l’humanité de la menace des Terres forestières. Elle était remplie de gens qui avaient risqué leur vie pour le faire. Chacun d’entre eux avait continué à se battre jusqu’à ce jour avec de tels sentiments dans leur cœur, tout comme elle.

Ici, tous leurs sentiments avaient été écrasés au-delà de toute réparation. Un sauveur qui maniait sans émotion un pouvoir creux les dévorait et les réduisait à rien de plus que ses points d’expérience. C’était inlassablement tragique, et inlassablement déraisonnable. Mais c’était la réalité dans laquelle nous nous trouvions.

C’était peut-être la vraie nature des triches qui se trouvaient dans les visiteurs d’autres mondes. Comme le mot triche l’indique, le pouvoir que nous avions obtenu était vraiment injuste. C’était un pouvoir absurde et dangereux qui pouvait écraser les sentiments des autres sans la moindre émotion. Comment une telle chose pouvait-elle être une bénédiction ? Quelle partie de tout cela était le pouvoir des sauveurs du monde ?

J’étais resté là, choqué, alors que la voix de Juumonji parvenait à mes oreilles. « Même si c’était pour une courte durée, je suis surpris qu’elle ait pu me suivre. » Il y avait de la fierté dans sa voix. « Mais il semble que son pouvoir soit limité dans le temps. »

« Un temps… limité ? »

Quoi ? Je n’avais jamais entendu parler de ça. Elle n’en avait jamais parlé. Et la commandante, qui aurait dû savoir, n’avait rien dit non plus… Mais je suppose que ça aurait été un problème de le mentionner à l’époque…

La commandante avait dit que Shiran accomplirait son devoir. Elle n’avait jamais parlé de sa survie. Elle savait ce qui allait arriver à sa précieuse subordonnée. En y repensant, elle n’avait pas l’air dans son assiette depuis que nous nous étions séparés de Shiran.

Après y avoir réfléchi, si le pouvoir de Shiran pouvait être utilisé indéfiniment, elle l’utiliserait toujours. Normalement, elle n’avait que ce seul esprit jaune avec elle. Utiliser quatre esprits était comme une augmentation de puissance pour elle. C’était l’atout de Shiran, son dernier recours.

« Je ne vous l’ai pas dit ? J’ai hâte de vous reparler. »

Shiran avait déjà pris sa décision à ce moment-là. Elle savait que nous ne nous parlerions plus jamais, et pourtant elle m’avait fait partir. Quels sentiments avaient traversé son esprit quand elle avait dit ça… ? Je ne pouvais même pas demander.

« Mais je suppose qu’elle a fait de son mieux. Elle a fait du bon travail en gagnant du temps avec moi comme adversaire, » avait dit Juumonji en jetant ce qu’il avait en main dans notre direction.

Ça avait dégringolé sur le sol et s’était arrêté devant nous. C’était le bras coupé d’une fille. Le gant était tombé quelque part, exposant un doigt qui portait un anneau brillant d’une lumière bleue, prouvant qu’elle était un chevalier.

« Mais au vu du résultat, elle n’est morte qu’en vain. »

Juumonji avait baissé les yeux sur son bras et avait ri. Il se moquait de sa lutte désespérée et de tous les sentiments qu’elle y avait mis.

« Juumonjiiii ! » En réponse à mes émotions, une ombre blanche hurla et bondit devant moi. « Sale insolent ! Vous êtes donc l’ennemi de mon seigneur !? »

La rage brûlante et la combativité de Gerbera s’éparpillèrent alors qu’elle se jetait en avant comme un boulet de canon. Elle avança sa patte avant droite, portée par son formidable élan, et visa directement la poitrine de Juumonji. C’était un véritable coup mortel de la part de l’araignée blanche, un haut monstre. Même un maître de la lance ne pouvait imiter une telle poussée sauvage et féroce.

« Wôw !? »

Sa griffe visait à percer le cœur de Juumonji, mais juste avant qu’elle ne le fasse, il avait évité l’attaque grâce à ses réflexes anormaux et avait sauté sur le côté.

« Tch ! »

« C’est quoi ce bordel ? Je trouvais que ça avait l’air bizarre, mais ce n’est pas un arachnéen normal, n’est-ce pas ? »

Juumonji avait atterri et avait positionné son épée encore ensanglantée alors que Gerbera chargeait une fois de plus.

« Je vais vous tuer ! Apprenez le chagrin et la colère de mon seigneur ! »

« Tu as vraiment amené une personne gênante avec toi, » dit Juumonji avec irritation en s’avançant avec son épée sur l’épaule. « Uoooooh ! »

« Shyaaaah ! »

La tyrannie blanche des Terres forestières s’était heurtée à la violence du sauveur venu d’un autre monde. La patte de l’araignée et l’épée s’affrontèrent un nombre incalculable de fois, tandis que des cheveux arrachés et des étincelles métalliques volaient dans tous les sens. La Grande Araignée Blanche, le monstre le plus puissant des Profondeurs, n’avait pas reculé d’un pas, même face à un sauveur.

L’épée de Juumonji n’avait pas pu percer l’enveloppe extérieure du corps de Gerbera, couvert de poils blancs souples. Toute blessure mineure guérissait instantanément grâce à la terrifiante vitesse de récupération de l’araignée blanche. Cependant, bien qu’elle ait submergé Juumonji avec ses diverses attaques venant de toutes les directions, elle ne parvenait pas à porter un coup décisif.

Tous deux dépassaient la normale en termes de force et de vitesse, entraînant un flux et reflux d’attaque et de défense. Sentant qu’il ne pourrait pas progresser comme ça, Juumonji avait changé d’approche.

« Que dis-tu de ça ? »

Il avait trouvé une ouverture dans la bataille intense pour déployer un glyphe rouge. La magie du feu avait brûlé les fils que Gerbera avait libérés et s’était rapprochée d’elle.

« Impudent ! »

Gerbera avait chargé à travers le rideau de flammes. Elle pouvait facilement supporter n’importe quelle magie jusqu’au grade 3. Les brûlures légères qu’elle avait reçues sur les bras en se couvrant le visage ne l’affecteraient pas dans la bataille, et elles seraient complètement guéries en une minute. Même en tant que tricheur de l’équipe d’exploration, Juumonji, qui était plus enclin au combat rapproché, ne pouvait pas mettre en place une magie utile contre elle en plein combat. Cela dit, les fils de Gerbera étaient mal assortis à la spécialité de Juumonji. Cela avait inévitablement amené leur combat dans un combat rapproché dont aucun ne pouvait s’échapper.

Pendant que ça se passait, j’avais couru vers le chevalier effondré.

« Shiran… » J’avais touché sa joue. Je pouvais sentir la chaleur dans ma paume. C’était la chaleur résiduelle de la bataille. Cela ne se refroidira qu’avec le temps. « Lily ? »

Lily s’était précipitée vers moi et avait légèrement baissé la tête. « Ce n’est pas bon… Je ne peux plus rien y faire. »

Il y avait quelque chose que j’avais appris en rentrant dans la colonie. Il n’y avait pas de magie de résurrection dans ce monde. Il y avait une puissante magie de guérison qui en était extrêmement proche, mais la magie ne pouvait pas franchir la frontière de la mort.

« Bon sang. »

J’avais juré et levé la tête. Je pouvais voir Gerbera courir sur les murs et les plafonds avec Juumonji à sa poursuite.

« Argh… Quelle force ridicule, » murmura-t-elle.

« Espèce d’emmerdeuse ! Arrête de me faire perdre mon temps ! »

La force du tricheur repoussait lentement Gerbera, aussi terrifiant que cela puisse être. Pour commencer, son style de combat était celui d’une bête. Elle avait une force physique et des réflexes que personne ne pouvait égaler, et elle écrasait complètement ses adversaires. En d’autres termes, elle était très semblable à Juumonji, qui avait tout laissé aux capacités de combat que ce monde lui avait accordées.

Avec l’écart de force et de vitesse comblé, Gerbera ne pouvait pas compenser avec la technique comme Shiran le pouvait. Et avec ses fils rendus inutiles, il serait difficile pour elle de retourner la situation. Cela ne veut pas dire qu’elle s’effondrera facilement, bien sûr. Gerbera possédait d’incroyables capacités de récupération et avait une grande expérience du combat.

Cependant, il n’y avait aucune chance qu’elle gagne comme ça. Elle ne pouvait pas battre Juumonji toute seule. Ça aurait été possible si elle avait travaillé avec Shiran, mais elle était morte. Nous n’avions pas réussi à faire disparaître les monstres de Sakagami, et maintenant que Gerbera était clouée au sol, nous n’étions plus en mesure de percer les monstres qui entouraient la forteresse. À ce rythme, nous serions vraiment anéantis.

« Shiran ? »

J’avais entendu la voix d’une fille. Je m’étais retourné et j’avais vu les Chevaliers de l’Alliance. Ils avaient fini de vaincre les monstres qui leur avaient barré la route et avaient réussi à nous rattraper. Parmi eux, il y avait évidemment Kei. Elle avait regardé dans ma direction, mais je n’étais pas reflété dans ses yeux. Elle fixait la fille morte dans mes bras avec une expression vide.

« Shiran ! »

Kei s’était précipitée et avait fixé sa sœur, me poussant pratiquement sur le côté. La petite fille avait regardé le visage de Shiran, dépourvu d’un œil et sans aucune expression.

« Ah… Aaah... »

Shiran ne respirait plus, et son pouls avait disparu. Sa sœur, à la fois stricte et douce, ne lui sourirait plus jamais.

« Ce n’est pas possible… »

Je pouvais voir le désespoir geler son cœur. Les larmes inondaient ses yeux, qui ne voyaient à présent rien d’autre que sa sœur morte.

« Gaaah ! Espèce d’emmerdeur ! » cria soudainement Juumonji.

Il commençait à s’impatienter de cette bataille inégale et donna un coup de pied à Gerbera de toutes ses forces. Gerbera avait gémi de douleur alors qu’elle était envoyée en arrière. Juumonji avait également été envoyé en arrière par le recul.

Gerbera avait atterri en toute sécurité sur ses huit pattes et s’était préparée pour une attaque de suivi, mais elle n’était pas la cible de Juumonji. Je l’avais réalisé tout de suite, mais pas elle.

« Oh non ! Gerbera ! » cria Lily, s’en rendant compte en même temps que moi.

À ce moment-là, Juumonji était déjà en mouvement. Il avait tourné sur son talon et s’était jeté en avant. Les yeux rouges de Gerbera s’étaient ouverts en grand.

« Merde… ! »

Elle était positionnée du côté opposé au nôtre avec Juumonji au milieu. En d’autres termes, il avait trouvé une ouverture pour nous attaquer au lieu de Gerbera. Elle n’avait probablement jamais pensé que son adversaire chercherait l’occasion de cibler quelqu’un de plus faible. Elle était une fille honnête, donc sa faible compatibilité avec un humain rusé avait été exposée ici.

De plus, l’expérience de Gerbera avec la vie était terriblement déséquilibrée par rapport à ses longues années passées en isolement. Elle avait une grande expérience du combat, mais elle était limitée aux batailles unilatérales. En d’autres termes, elle n’était pas très douée pour protéger quelqu’un pendant qu’elle se battait, contrairement à ceux qui se battaient en groupe.

Si elle devait nous protéger, elle aurait dû faire attention à sa position à tout moment — non pas que Juumonji était quelqu’un contre qui elle pouvait se battre en faisant une telle chose. En fait, dans ce cas, Shiran était la personne anormale pour avoir réussi à le faire malgré le fait qu’elle était beaucoup plus faible que lui.

Le grand corps de Juumonji s’était rapproché. Il me visait. Il ne pouvait pas vaincre le monstre, alors il avait décidé de la rendre impuissante en tuant son maître. Cependant, il n’y avait aucun moyen pour Lily de laisser cela se produire. Elle avait sauté entre nous et avait libéré une magie de niveau 3. Ses lames de vent spéciales avaient fendu l’air.

« Pas possible ! » cria Lily, choquée.

Juumonji avait également libéré une magie de feu de niveau 3. Étonnamment, ce n’était pas une simple flamme. Il avait tiré des projectiles enflammés qui avaient explosé au contact. Le choc de Lily n’était que logique. Des explosions aussi fortes endommageraient l’ensemble de ce couloir étroit, ne laissant aucun endroit où s’enfuir. Cela pourrait même causer un effondrement si c’était mal géré. Mais peut-être était-ce le but de Juumonji au départ.

Il était persuadé de pouvoir survivre au fait d’être enterré vivant. Heureusement, les murs de la forteresse s’avérèrent être solides et résistèrent à la force, mais la magie du vent de Lily avait été dispersée. Le corps robuste de Juumonji avait traversé la marée de flammes qui se retournait contre lui, et il s’était abattu sur elle.

« Dégage le passage ! »

Lily s’était avancée pour l’intercepter, mais elle n’avait pas pu tenir une seule seconde. Sa lance rencontra son épée, elle se plia en réponse, et vola hors du chemin quand son épée s’enfonça dans son épaule.

« A-Argh… »

Poursuivant sur sa lancée, sa lame s’enfonça jusqu’à sa taille, mais Lily n’abandonna pas.

« Je ne vais pas… te laisser… »

« Quoi — !? »

Bien que le haut de son corps soit verticalement divisé en deux, Lily avait brandi sa lance. Juumonji ne pouvait pas s’attendre à une contre-attaque d’un adversaire si gravement blessé, il était donc plein d’ouvertures. Lily avait un avantage écrasant sur Juumonji, car elle dirigeait sa lance vers l’estomac de ce dernier.

« Ah. »

Mais le poing de Juumonji avait frappé son visage. La tête de Lily s’était ouverte comme une pastèque tombée d’une falaise. Il retira son épée de son corps et se déplaça alors que le corps s’effondrait. Elle n’était pas morte, mais je pouvais sentir que sa conscience s’était évanouie à travers notre cheminement mental. Il lui fallait quelques secondes pour redémarrer comme ça, mais Juumonji était déjà passé.

Lily n’était pas faible, loin de là. Cependant, l’écart entre eux était juste trop grand. C’était une calamité. La défense « à tout prix » de Lily n’avait gagné qu’une seule seconde contre ce tricheur. Il n’y avait plus rien entre Juumonji et moi.

J’avais croisé son regard. Il avait un sourire méprisant sur son visage viril. Sachant que Gerbera n’arriverait pas à temps, je m’étais mordu la lèvre. Je devais faire quelque chose par moi-même. Pendant que je regardais Lily succomber à l’attaque de Juumonji, j’avais déjà pris dans mes bras une Kei hébétée qui continuait à fixer le cadavre de Shiran. J’avais tendu mon bras gauche vers le mur, puis j’avais sauté en arrière avec Kei quand Asarina s’était élancée.

« Grawr ! »

Ayame lança une boule de feu pour le retenir, mais Juumonji coupa le projectile en deux et continua à se rapprocher. Un glyphe rouge avait pris forme dans sa main gauche. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour mettre en place une magie de feu de niveau 2. Je pouvais gérer ça. Ce n’était pas un problème.

Au moment où j’étais arrivé à cette conclusion, j’avais senti Asarina plonger dans le mur. Avec ça, mon moyen d’évasion était prêt. Enfin, c’est ce que je pensais. Le temps que je réalise mon erreur, il était trop tard. Une petite explosion avait éclaté, brûlant à moitié le corps allongé d’Asarina.

« Merde ! »

Le sourire diabolique de Juumonji s’était rapproché. Je n’avais plus aucun moyen d’esquiver. C’était sans espoir. Il allait m’attraper. J’avais entendu mon cœur battre à tout rompre. J’allais mourir ici. J’imaginais très bien un seul coup latéral coupant mon corps en deux. Et il n’y avait pas que moi. La précieuse petite sœur de Shiran, Kei, allait aussi être tuée. Je n’avais pas réussi à la protéger. Cette issue, bien qu’inadmissible, était juste devant moi.

J’avais serré les dents avec force. Je ne pouvais pas accepter un tel avenir.

Je dois les protéger, quoi qu’il arrive.

« Hein… ? »

J’avais renforcé ma prise sur mon épée pour me battre une dernière fois en vain, et à ce moment-là, j’avais involontairement laissé échapper une réponse stupéfaite. Les yeux de Juumonji s’étaient également ouverts sous le choc.

Une main avait attrapé son épaule par-derrière. Elle avait une prise ferme caractéristique de ceux qui manient des épées, mais elle était si pâle qu’elle n’était pas naturelle. Les doigts tachés de sang devaient avoir une force terrifiante, vu que le visage de Juumonji se tordait de douleur.

« C-Comment… es-tu… ? »

Juumonji s’était retourné et avait poussé un gémissement rauque. Ce qui vint en réponse… fut une rangée de dents déchirant sa peau.

« Gyaaah !? »

Juumonji avait crié. Réalisant à quel point c’était anormal, il avait tendu son bras pour protéger son corps à la dernière seconde. Les dents s’étaient enfoncées dans son avant-bras. Elles avaient déchiré la manche de son blazer, creusé sa peau et arraché ses muscles. Le bruit de la viande qui se déchirait résonna dans le couloir.

« Aaaagh ! Gaaaah ! »

L’épée de Juumonji tomba au sol avec un bruit sourd. Il tomba à genoux. Un bon morceau semi-sphérique de son avant-bras était manquant. Un craquement humide avait rempli l’air. C’était le son de quelque chose mâchant de la viande. Tout le monde était resté sans voix, figé par cette scène effroyable.

Et avec une gorgée, quelque chose avait avalé la viande.

« Aaah... Aaaaaah. » Un gémissement creux s’échappa des lèvres souillées de sang. Peu après, ça se transforma en un cri de mort. « Aaaah, aaaah... AaaaAAaaaaaah ! »

Une Shiran morte s’était levée et avait rugi, sans un seul fragment de raison dans son regard.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire