Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 3 – Chapitre 8 – Partie 1

Bannière de Monster no Goshujin-sama (LN) ***

Chapitre 8 : Le défi de la marionnette ~Point de vue de Rose~

Partie 1

J’étais en train de tailler le morceau de bois dans ma main. Il avait déjà pratiquement la bonne forme. C’était la touche finale, pour ainsi dire, pour transformer mon imagination en réalité. Je ne pouvais pas perdre ma concentration ici. Non pas qu’il y ait une étape dans ce travail où cela soit acceptable.

Cela demandait la délicatesse de polir une œuvre d’art, bien que je n’aie jamais vu ce que les gens appellent une œuvre d’art. Je comprenais juste le concept d’apprécier la beauté plutôt que le côté pratique. C’est ça l’art. L’objet sur lequel je travaillais en ce moment pouvait être classé comme tel.

Je devais donc être méticuleuse à l’extrême. En modifiant très légèrement l’angle de ma lime, je pouvais changer l’apparence de ce que je créais de façon surprenante. C’est pourquoi je ne pouvais pas perdre ma concentration un seul instant. Pour mener à bien mon travail, je devais me concentrer suffisamment pour effacer toute autre pensée de mon esprit.

Vu ce que c’était, le rendre excessivement voyant pouvait être considéré comme superflu. Mais en considérant ce à quoi il servait exactement, je sentais que même s’il était parfaitement beau, ce ne serait pas suffisant.

En ce moment, je créais quelque chose pour moi.

Par ma propre volonté, je créais ma propre possession.

C’était extrêmement inhabituel.

Je créais des choses pour les autres tout le temps. Je créais aussi des choses pour moi-même sur ordre de mon maître. C’était comme ça jusqu’à maintenant. Cependant, je n’avais jamais créé ce que je voulais pour moi-même.

En ce sens, c’était en fait ma toute première possession. Non seulement cela, mais une fois achevé, il deviendrait une partie de ce qui constituait mon être, c’est pourquoi je ne voulais pas qu’il soit trop ostentatoire. Je ne pensais pas qu’une telle chose me conviendrait. C’était au-dessus de mes moyens.

Cependant, bien que ce soit quelque chose pour moi, ce n’était pas nécessairement essentiel. Après tout, ce n’était pas quelque chose que je pouvais voir normalement. Seuls les autres pouvaient le voir dans ma vie de tous les jours. Plus important encore, mon maître le verrait. Son opinion compte plus que celle de n’importe qui d’autre. Avec cette pensée à l’esprit, peu importe les efforts que je faisais, j’avais l’impression que je ne pouvais pas en faire trop.

« C’est fait. »

Après avoir mis la touche finale, je tenais dans ma main un « visage de fille » fabriqué avec soin. Son âge était à peu près le même que celui de mon maître. Elle avait des traits bien définis, mais il y avait des endroits qui ressortaient un peu de façon caractéristique. Sa peau était un peu trop blanche, mais elle était lisse au toucher, comme une fille. L’air calme qu’elle dégageait était ce qui me donnait le plus de mal à rassembler.

« Comment est-ce ? » J’avais demandé ça à mon amie qui me regardait travailler de côté lorsque je lui avais tendu le produit fini.

C’était ma collaboratrice. Elle ne possédait aucune compétence en tant qu’artisane, mais mon travail n’aurait jamais pu prendre une telle direction sans elle. Elle examina l’objet sous de nombreux angles. Son expression lugubre, la grotte éclairée par un feu de joie et la pièce élaborée qu’elle tenait dans ses mains la faisaient ressembler à une sorte de sorcière effroyable.

« Hmm. » Un soupir s’échappa de ses lèvres fines.

Elle était sur le point de donner son avis. Si j’avais possédé les organes pour avaler, je l’aurais sûrement fait.

« C’est parfait. »

« Alors… »

Mon amie, Katou Mana, s’était penchée vers moi et avait souri très légèrement.

« Fais-en un autre. »

 

 ◆ ◆

Trois jours avaient passé depuis que nous nous étions séparés de mon maître. D’après nos discussions préalables, nous avions prédit que les chevaliers sortiraient de la forêt pour se rendre dans une ville. Cependant, nous ne nous attendions pas à ce qu’ils guident Lily et notre maître vers cette sorte de forteresse. Si quelque chose d’horrible devait se produire et que nous devions nous précipiter, ce serait extrêmement gênant pour nous.

Mais cela ne changeait pas vraiment ce que nous devions faire. Nous devions attendre un contact de mon maître, et si nous sentions qu’il était en situation d’urgence par notre voie mentale, nous devions nous hâter de le rejoindre, quelles que soient les difficultés. Pour y parvenir, il était préférable de rester le plus près possible de mon maître.

Ainsi, nous avions exploré la montagne qui avait une vue sur la forteresse et trouvé une grotte de taille moyenne pour y rester. La grotte elle-même était apparemment un trou de nidification creusé par un monstre, mais soit le propriétaire avait été tué il y a longtemps, soit il n’était pas à proximité.

« Où faut-il l’améliorer, Katou ? » avais-je demandé à mon amie alors que nous étions assises dans la grotte.

« … Mana. » Une réponse courte… ou plutôt, une simple plainte. Elle m’avait lancé un regard plein de reproches. Ses yeux lui allaient vraiment bien. « Appelle-moi Mana. »

Cette fille, qui était récemment devenue mon amie, m’avait demandé de l’appeler Mana. Je n’y étais toujours pas habituée. Parfois, je faisais une erreur, comme je venais de le faire, et elle boudait en réponse.

« Mana, où dirais-tu qu’il faut travailler ? »

« Ce n’est pas que c’est mauvais ou quoi que ce soit, » dit Mana alors que ses lèvres se détendaient un peu. « C’est juste que… comment dire ? J’ai l’impression qu’il n’y a pas assez d’émotions humaines. »

« L’émotion humaine, c’est ça ? »

J’avais répété les mots de Mana — en utilisant ma propre bouche. Oui, en ce moment même, j’essayais d’installer la nouvelle tête que j’avais terminée. Je n’avais pas encore réussi à fabriquer une corde vocale qui bougeait comme celle d’un humain, donc en vérité, ma bouche ne bougeait que pour correspondre à ma voix. Mais à première vue, on aurait pu croire que je prononçais des mots avec ma bouche.

Cette pièce que je venais de terminer devait être mon visage de jeune fille. C’était mon premier pas pour que mon maître me prenne dans ses bras. En me basant uniquement sur sa forme, j’étais sûre qu’elle était parfaite, comme Mana l’avait dit.

Le chemin pour atteindre ce niveau n’avait pas été facile. En fait, j’étais assez fière de mes capacités d’artisan. Être capable de façonner le bois en n’importe quoi exactement comme mon esprit le voulait était ma spécialité en tant que marionnette magique.

Oui. Exactement comme mon esprit l’avait voulu. Mais cela signifiait aussi que je ne pouvais pas créer quelque chose que mon esprit ne pouvait pas imaginer. Je m’en étais rendu compte quand j’avais commencé à travailler sur cette pièce. Façonner un visage humain ne ressemblait en rien à mon travail habituel. Sans compter que le but de ce projet était totalement différent de mes projets précédents.

Avant cela, mon travail privilégiait la fonctionnalité. Mes pièces étaient pratiques et peu raffinées. Cependant, ce que j’essayais de faire maintenant était essentiellement une œuvre d’art. Même si j’utilisais les mêmes matériaux et outils, avec un objectif si différent, les techniques étaient inévitablement différentes.

Même une déviation aussi petite qu’un millimètre pourrait briser l’équilibre en entier. Un geste négligent pouvait même lui donner un aspect totalement inhumain. La première pièce d’essai que j’avais faite était si mauvaise que je ne voulais même pas m’en souvenir.

Ce travail avait été un voyage difficile. Et cela allait de soi. Cela dit, je ne pouvais pas abandonner. Si je devais abandonner maintenant, je n’aurais même pas commencé. De plus, j’avais déjà promis à mon maître de le lui montrer un jour. Je n’avais plus le choix.

Ce qui avait suivi avait été une accumulation de pratique et d’améliorations progressives. Par ailleurs, il y avait eu des moments où je ne pouvais m’empêcher de penser que quelque chose n’était pas à sa place, quel que soit le nombre de pièces d’essai que je faisais. Honnêtement, cela m’avait fait paniquer. Si Mana ne m’avait pas appris que c’était parce que je m’approchais du territoire appelé « vallée mystérieuse », mes essais auraient pu s’arrêter complètement.

En essayant de créer quelque chose de très proche d’un être humain, il y avait un certain niveau de similarité où les infimes différences avec la réalité ressortaient davantage. Cela provoquait un sentiment étrange, même si l’objet semblait plus « humain » qu’auparavant. C’était apparemment ce qu’impliquait le phénomène appelé « vallée mystérieuse ».

Pour surmonter cette difficulté, je devais me rapprocher encore plus d’un véritable être humain. J’avais fait des dizaines de pièces d’essai depuis lors. Mana me faisait remarquer ce qui n’allait pas dans chacune d’elles, et j’améliorais mon travail pour la tentative suivante. Même moi, j’avais perdu le compte du nombre de pièces d’essai que j’avais faites à ce jour.

Mana m’avait patiemment tenu compagnie dans cette répétition sans fin d’essais et d’erreurs. Il n’était pas exagéré de dire qu’il s’agissait d’un projet de collaboration entre nous deux. Pour cette raison, les visages que j’avais créés ressemblaient tous à Mana d’une manière ou d’une autre. Ils avaient les mêmes traits enfantins qu’elle. Si nous étions côte à côte, nous aurions l’air de sœurs. Enfin, si je pouvais faire quelque chose pour cette « émotion humaine » dont elle parlait.

« Eh bien, oublions cette partie pour le moment. Il y a un autre problème majeur, » dit Mana avec son ton plat habituel.

C’était difficile à imaginer d’après son maigre changement d’expression, mais c’était sa motivation. Je le savais. Tout ce qu’elle m’avait fait remarquer était en fait largement pertinent. Tout était utile pour améliorer mes essais.

« L’expression de ton visage n’est pas très bien faite. La forme est très humaine maintenant, mais… c’est en fait trop parfait, donc ça perd toute émotion humaine. Un peu comme une sorte d’ange. Bref, l’expression n’est pas bonne. » Mana fixait mon visage, ou plutôt, elle en observait les détails. « Ta technique s’est améliorée au point qu’il serait impossible de te distinguer d’un humain si tu restais là silencieuse. Mais cela ne fait que souligner le sentiment que quelque chose n’est pas à sa place quand il s’agit des infimes mouvements de ton expression. Ta bouche et ta voix sont également désynchronisées. Une fois que tu auras corrigé tout cela, tu pourras faire quelque chose pour que les traits de ton visage ne soient pas trop parfaits. En fait, peu importe à quel point tu rends la forme humaine, tout est gâché si l’expression du visage n’est pas bonne. »

« Je suis consciente de ce fait, mais je n’arrive pas à faire quoi que ce soit… Est-ce si grave ? »

« Honnêtement, c’est effrayant. »

Nous avions échangé nos opinions de très nombreuses fois maintenant. Il n’y avait pas besoin de se retenir par considération inutile. Mana soulignait les défauts de ma conception de manière directe, comme elle le faisait toujours, tandis que j’acceptais ses critiques et doutais de mon travail, comme je le faisais toujours. Je ne pouvais pas avancer sans critique. Malgré tout, je ne pouvais m’empêcher de me sentir déprimée.

« Je trouve que la sensation de la peau et tout ça, c’est génial. »

Ayant peut-être lu mes pensées intérieures, Mana avait tendu la main et avait touché ma joue. Le bout de ses doigts s’était pressé contre moi et s’était doucement enfoncé.

« C’est grâce à tes conseils, Mana. »

« Heehee. Je suis contente que ça se soit passé comme je l’avais imaginé. Il y avait ton épée en pseudoacier de Damas et l’armure noire que tu as fabriquée dernièrement. Les outils magiques que tu fabriques changent beaucoup du bois dont ils sont faits une fois que tu les as terminés, alors j’ai pensé que tu serais aussi capable de faire quelque chose comme ça. On dirait que j’avais raison. »

Si je pouvais transformer le bois en un matériau aussi dur que l’acier, il était logique que je puisse le rendre aussi doux que la peau humaine. C’était la logique de Mana. Je n’aurais pas pu trouver ça toute seule.

« Je me demandais comment ça allait se passer quand tu l’as suggéré, mais c’était tout à fait faisable après avoir essayé. Bien qu’il soit difficile d’accorder tous les points à ce sujet. »

Ça avait réussi, mais c’était encore loin d’un score parfait. C’est aussi ce que je ressentais. Par exemple, la peau était étrangement blanche parce que je ne pouvais pas reproduire le sang qui coulait en dessous. C’était, tout au plus, une imitation. Même lorsqu’elle était coupée, la peau ne perdait pas de sang. Il n’y avait pas non plus de pores, il était donc évident qu’il s’agissait d’une fabrication en y regardant de plus près.

Je ne pouvais pas non plus m’exprimer avec ce visage. Je ne pouvais pas reproduire le mouvement des muscles sous la peau et je ne pouvais pas créer de rides naturelles. C’était en partie la raison pour laquelle j’essayais de donner au visage un aspect calme, afin de supprimer tout sentiment non naturel qu’il dégageait. Si ma gamme d’expressions était limitée, je devais faire en sorte que cela n’ait pas d’importance. C’était l’idée, en tout cas. Cela avait fonctionné, mais ce n’était qu’une solution de fortune.

Et juste comme ça, après avoir rencontré plusieurs limitations techniques insurmontables, le visage que j’avais maintenant semblait inorganique. Ce n’était pas le visage d’une fille humaine. C’était le visage d’une marionnette. Cela dit, pour une marionnette à l’apparence humaine, je la trouvais plutôt bien faite. C’était du gaspillage de la modifier.

« En tout cas, c’est grâce à toi que j’ai réussi à aller aussi loin, Mana. »

« Tu as après tout touché mon visage un nombre incalculable de fois. »

Mana avait retiré sa main de mon visage et avait touché le sien. Elle m’avait laissée toucher son visage de nombreuses fois pour m’en servir de référence. C’était la suggestion de Mana. Et grâce à elle, je savais que je pouvais au moins reproduire fidèlement la sensation de la peau d’une fille.

« Eh bien, tu vas devoir continuer à travailler sur l’expression. D’une manière ou d’une autre, ce n’est pas vraiment un problème matériel, plutôt un problème logiciel… Je veux dire, il te manque juste la capacité de le manipuler, Rose. »

« Je n’ai rien à dire pour ma défense. Contrairement à mes bras et mes jambes, je n’ai jamais déplacé de telles choses auparavant. »

« Je suis sûre que tu t’amélioreras avec la pratique. Faisons de notre mieux, d’accord ? » Mana avait dit ça pour m’encourager, mais elle avait immédiatement pris un air triste. « Bien que je ne pense pas être la bonne personne pour t’enseigner tout cela. »

« Vraiment… ? Pourquoi ? »

« Ce n’est pas tout à fait la même chose qu’un bébé qui imite son environnement, mais les bases de l’apprentissage sont vraiment dans l’imitation. Sur ce point, mes expressions ne s’affichent pas très bien. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire