Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 3

Bannière de Monster no Goshujin-sama (LN) ***

Chapitre 4 : L’aspiration de la marionnette ~ point de vue de Rose~

Partie 3

« Mais un tel comportement serait-il toléré pour une simple marionnette comme moi ? »

« C’est évidemment correct, » avait-elle déclaré sur le ton le plus fort qu’elle avait utilisé toute la journée. « M’écoutez-vous ? C’est tout à fait naturel pour une fille d’essayer de se rendre plus mignonne quand elle veut qu’un garçon la tienne dans ses bras. Des choses comme le maquillage et l’amélioration de soi sont précieuses pour les filles. Senpai n’a pas le droit de critiquer cela. »

« Mais je suis une marionnette… »

« Qu’est-ce que vous dites ? Pensez-y. Bien sûr, un maître voudrait serrer sa mignonne petite marionnette dans ses bras quand elle s’habille, non ? Que vous soyez une fille ou une marionnette, Senpai n’a pas une seule raison de vous empêcher de vous maquiller pour lui. Vous êtes une marionnette de fille. »

J’avais hésité devant le regard sincère de Katou. Elle n’arrêtait pas de me dire que je ne pouvais pas abandonner. Une partie de moi critiquait le fait qu’une telle chose soit permise en tant que servante. Ma rationalité me disait que cela n’avait pas de sens. Tout ce qui me liait les mains et les pieds était placé sur une échelle opposée à mon désir. Alors, de quel côté la balance basculerait-elle ?

Alors que je regardais ça en attendant le résultat… j’avais soudain réalisé que je faisais quelque chose d’extrêmement stupide. Le fait même que je les pesais m’avait fait comprendre le poids que mon désir avait pour moi.

Ce n’était pas une question de logique. Ce sentiment était irrationnel et déraisonnable. Mais maintenant, il avait un sens. C’était ce que cela signifiait de « vouloir quelque chose ». J’avais l’impression d’avoir enfin compris un fragment de ce qu’était le cœur humain.

« Alors, disons que j’ai fait de mon mieux pour m’habiller… » J’avais demandé une fois de plus une confirmation. En y repensant, c’était parce que je voulais un coup de pouce supplémentaire. « … Pensez-vous que mon maître serait content ? »

« Je suis sûre qu’il le sera. »

Katou avait béni ma détermination d’un sourire réservé. Il n’y avait pas de mensonge dans ses paroles. Ils étaient remplis d’affection et d’encouragement. Je pouvais clairement le percevoir maintenant. J’étais vraiment reconnaissante. Sans elle, le verrou de mon cœur où ce désir était rangé aurait sûrement rouillé par négligence. J’aurais fini par mourir sans jamais me rendre compte que quelque chose d’important m’était cher.

Comme j’étais maintenant, je sentais que je pourrais un jour pardonner à Gerbera. Ce qu’elle avait fait me bouleversait beaucoup, mais même ainsi, le sentiment que j’avais qui faisait de ses motivations un mystère complet pour moi et me donnait l’impression de l’ignorer s’évanouissait. C’était impossible pour l’instant, mais un jour, dans un avenir pas trop lointain…

« Je vais vous aider à vous rendre plus mignonne, bien sûr. Je ferai tout ce que je peux pour vous soutenir. »

« Merci beaucoup. »

J’avais ressenti une véritable gratitude envers cette fille, une gratitude qui avait dépassé la barrière entre les serviteurs et les humains.

« Katou, êtes-vous... » C’était précisément pour cela qu’un certain doute était apparu. « … N’êtes-vous fâchée contre nous ? »

« Fâchée ? » Katou me regarda avec émerveillement. « Moi ? Contre vous ? Pourquoi le serais-je ? »

« Nous nous sommes toujours méfiées de vous, même si notre maître a décidé de vous protéger. Nous vous avons vue comme une ennemie. Vous en étiez bien conscientes, n’est-ce pas ? »

« Oui, eh bien, Lily me l’a déjà dit en face. »

Sur le point de se lancer dans une lutte à mort contre Gerbera, Lily avait directement confronté Katou aux soupçons qu’elle avait nourris. Et pourtant, Katou ne semblait pas s’en soucier. Son ton était si désinvolte que c’était comme si cela lui arrivait régulièrement.

« D’ailleurs, je l’avais déjà dit à l’époque. Je m’en doutais déjà avant. »

« Alors, ne devriez-vous pas être en colère contre moi ? Au moins, cet homme appelé Kaga était furieux contre notre maître avant qu’il ne soit tué. » La vue de mon maître parlant avec le seul autre humain que Katou m’était venue à l’esprit. Cependant, mon souvenir de son visage était plutôt vague maintenant.

Un profond pli s’était formé entre les sourcils de Katou. « Me mettre dans le même sac que lui… c’est vraiment désagréable. »

« Pardonnez-moi, » avais-je dit en baissant la tête. « Mais ce n’est peut-être pas tout à fait faux. Les gens n’aiment généralement pas qu’on leur cache des choses, n’est-ce pas ? Il ne serait pas si étrange que vous ayez de l’animosité envers nous pour avoir agi ainsi. »

Je n’avais pas pu ignorer mes doutes après qu’elle m’ait tant aidée. Katou mettait ainsi son temps libre de côté pour m’aider à résoudre mes problèmes.

« Je suppose que oui. De mon point de vue, il est à peu près inévitable que vous me soupçonniez de quelque chose, mais je suppose que c’est un peu désagréable, » déclara Katou en faisant un signe de tête.

« Ensuite… »

« Mais je ne suis pas vraiment en colère. »

Cela m’avait déconcertée. Katou n’avait pas vraiment ressenti de malaise pour quelque chose qui était normalement un motif de colère.

En me voyant lutter pour comprendre, Katou s’était mise à réfléchir. « Hmm… Comment le dire ? » Elle prit le bouclier qu’elle regardait tout à l’heure et le tint sur sa poitrine. Elle appuya ses doigts pliés sur ses lèvres et se recroquevilla dans ses draps. « Pour faire simple, j’ai de la sympathie avec les serviteurs. »

« De la sympathie… c’est ça ? Envers nous et non envers notre maître ? »

« Oui. Avec les serviteurs. »

Je pouvais comprendre le point de vue de Katou, à une exception près. Parce qu’elle avait sympathisé avec nous, elle avait compris notre position et n’était pas en colère. C’est ce que je savais. Cependant, je ne pouvais pas comprendre pourquoi elle l’avait fait. Nous étions les serviteurs de notre maître. Le but même de notre existence était de le servir. Cela n’avait pas changé, même maintenant que j’étais consciente de mon désir caché. C’était une vérité fondamentale pour mon être. Alors, pourquoi un humain comme Katou aurait-il sympathisé avec nous ?

« D’ailleurs, je vous suis reconnaissante, Rose. Vous me parlerez normalement sans me suspecter de quoi que ce soit. Vous êtes la seule ici qui le fasse. »

« Comment le savez-vous ? » Avais-je demandé d’un ton surpris.

Katou avait fait un sourire tendu. « Vous êtes ici en train de me parler, et même ce soir-là, vous aviez prévu de m’emmener dès le début, n’est-ce pas ? Je sais que vous avez une personnalité honnête. Vous êtes du genre à vous exprimer sans paroles, donc toute insincérité se verrait immédiatement sur votre visage. »

« Mais mon visage est complètement dépourvu de traits. »

« C’est le cas. Cette partie était une blague. »

« … »

Je ne savais pas à quel point elle était sérieuse, mais c’était vrai que j’étais facile à lire. J’en étais consciente, et j’étais probablement la plus coupable de notre groupe, y compris mon maître. Il était agréable d’être qualifiée de sérieuse et d’honnête, mais il était peut-être plus correct de me qualifier de franche et accommodante sans tact. Le cas de Gerbera en était un parfait exemple.

Même si je soupçonnais Katou de quelque chose, elle l’aurait certainement compris tout de suite. C’est pourquoi elle avait fait ce qu’elle avait dit. Je n’avais pas soupçonné Katou comme mon maître ou Lily l’avaient fait. Je ne pensais pas qu’elle nous trahirait. Je ne m’étais pas demandé ce qu’elle complotait. En fait, il serait plus exact de dire que je ne comprenais pas pourquoi ils la soupçonnaient.

Honnêtement, j’avais une mauvaise impression des êtres dits humains, ceux qui avaient fait subir tant de souffrances à mon maître. Je n’aimais pas vraiment Katou quand nous nous étions rencontrées. Cependant, au fur et à mesure que je passais plus de temps avec elle, cela avait commencé à changer progressivement.

J’étais différente de Lily à cet égard. En tant que personne qui assurait la sécurité de mon maître, qui ne possédait aucune force au combat, j’avais une certaine affinité avec Katou, vu qu’elle ne possédait pas non plus de force. Contrairement à Lily, il me manquait aussi les souvenirs de Miho Mizushima, de sorte qu’une grande partie de ma vie depuis que j’avais acquis un ego avait été passé avec Katou.

C’est pourquoi je n’avais pas hésité à l’emmener quand Gerbera nous avait attaqués. De plus, elle avait risqué sa propre vie pour sauver mon maître. C’est la raison pour laquelle j’avais douté de Gerbera, une autre servante, mais pas de Katou. Après tout ce temps, il n’y avait aucune raison de la soupçonner de quoi que ce soit.

Ce n’est pas que je veuille le penser ou même le dire à voix haute, mais la méfiance de mon maître envers Katou me semblait, en vérité, assez étrange. Ou peut-être anormale. Cela dit, la raison pour laquelle mon maître avait fini comme ça était parfaitement claire, même pour une marionnette comme moi.

Il avait de profondes cicatrices gravées dans son cœur. Même maintenant, elles continuent à le tourmenter. Il ne pourra pas accepter pleinement Katou tant que ces blessures ne seront pas cicatrisées. Et il ne pouvait rien y faire lui-même.

« Je vous suis vraiment reconnaissante de croire en moi, Rose. J’aimerais si possible que vous soyez mon amie. »

Les circonstances d’isolements de Katou me préoccupaient depuis un certain temps. C’est pourquoi j’avais été surprise, mais j’avais quand même pu comprendre sa déclaration.

« Votre amie ? »

« Alors, n’est-ce pas bon ? »

J’étais redevable à cette fille, tant envers mon maître qu’envers moi-même. Il fallait rembourser leurs dettes. Cependant, j’étais une servante et elle était humaine. Nos positions sociales étaient différentes. Notre sens des valeurs était différent. Nos races étaient différentes. Tout en nous était désespérément différent. Il nous était impossible d’être amies. Mais… était-ce même important ici ?

« Je suppose que non…, » dit Katou avec un léger sourire.

Son sourire n’était que pour la forme, comme pour dire que c’était une blague. En voyant une expression aussi fugace sur son visage, j’avais senti ma poitrine se resserrer. Une émotion incompréhensible se déchaînait en moi.

Jusqu’à présent, j’aurais réprimé ces sentiments impulsifs comme quelque chose d’inutile. Mais maintenant, je savais ce que c’était. Je l’avais appris il y a quelques instants. Elle venait de me l’apprendre. J’avais bien compris que c’était quelque chose d’important. J’avais repoussé l’impulsion dans ma poitrine, et avant que je ne m’en rende compte, j’avais commencé à m’adresser à elle en souriant doucement.

« Si mon maître l’ordonnait, je pointerais ma lame vers vous. »

« Quoi ? »

Les yeux de Katou s’étaient ouverts en grand. Elle était absolument choquée. Même moi, j’avais été surprise par ce que je disais. Mais après une courte pause, Katou avait penché sa tête avec curiosité.

« Pourquoi énoncez-vous soudainement une évidence ? »

Donc, elle avait trouvé cela évident. Et pourtant, elle voulait toujours être mon amie. Je ne pouvais même pas commencer à deviner pourquoi elle disait ça. Je ne pouvais même pas démêler un fragment des pensées intérieures de cette fille connue sous le nom de Katou Mana. Mais il y avait une chose que je savais très clairement.

Elle était sérieuse. Dans ce cas, je devais lui répondre sincèrement. Heureusement, c’est elle qui m’avait appris le sentiment de « vouloir faire quelque chose ». Ce n’était pas la logique qui avait déterminé ce qui devait être fait ici. J’avais été poussée par mon impulsion à faire ce que je voulais.

« Si ça vous va… »

« Oui ? »

« Alors j’aimerais aussi… être votre amie. »

Katou avait eu l’air choquée. Ses yeux tremblaient comme si elle n’avait aucune idée de ce que je venais de dire. Son visage un peu enfantin me montra peu à peu sa compréhension alors qu’elle me regardait.

« C’est —, » juste un instant, on aurait dit qu’elle allait pleurer, mais elle l’avait repoussé avec une volonté merveilleuse. « Merci, Rose. »

 

 

Ses lèvres s’étaient recourbées en un grand sourire comme si elle ne pouvait plus le supporter. Cela avait suffi pour me convaincre que mon choix n’était pas mauvais.

« Alors… Salutations, Rose. »

Katou m’avait tendu la main. C’était semblable à la décision de combiner nos forces contre Gerbera, mais c’était clairement différent.

« Mais je suppose qu’il est un peu tard pour ça, hein ? »

« Non. Je suis sûre que c’est nécessaire. » J’avais posé mon couteau et j’avais saisi la main de Katou. « Je serai à tes bons soins, Katou. »

Et c’est ainsi que les choses s’étaient produites le jour où j’étais devenue amie avec Katou Mana.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire