Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 1 – Chapitre 6

Bannière de Monster no Goshujin-sama (LN) ***

Chapitre 6 : Rencontre avec un loup

***

Chapitre 6 : Rencontre avec un loup

Partie 1

J’étais sorti de la cabane pendant que Kato se lavait. Rose était restée pour aider la fille affaiblie. J’avais jugé qu’il serait plus facile pour Kato d’exposer son corps à Rose, vu qu’elle n’avait pas l’air humaine. Elle avait d’abord refusé, disant qu’elle n’avait pas besoin d’aide, mais elle avait fini par accepter ma proposition.

En tant qu’homme, je ne savais pas si mon jugement était correct. Cela ne disait rien du fait que la moitié de la raison pour laquelle j’avais demandé à Rose de rester derrière moi était de la surveiller. Je ne pouvais pas vraiment dire que cette proposition était dans son intérêt.

Dès que j’étais sorti de la cabane, Lily avait demandé à voix basse. « … Maître, vas-tu vraiment emmener cette fille ? »

« C’est déjà le cas, non ? » J’avais répondu avec un sourire tendu.

« Ne rie pas. Bon sang… »

« Désolé, » répondis-je.

Lily fit la moue et fronça ses lèvres roses. Cela lui donnait vraiment un air d’un enfant.

« Es-tu mécontente de ma décision ? » demandai-je.

« Je ne m’opposerai pas à ce que tu décides, Maître, » répondit Lily.

« Cela ne répond pas vraiment à ma question, » répliquai-je.

Elle se pliait à tout ce que je décidais, mais cela ne signifiait pas qu’elle était d’accord avec moi. Le fait qu’elle m’ait interrogé au moment où nous étions seuls signifiait qu’elle ne pouvait plus attendre. Je n’avais ressenti aucun mécontentement, même si je savais que la raison en était qu’elle craignait que je m’expose à un danger inutile.

« Je ne vais pas te dire de te sacrifier pour la protéger. Je me fiche que tu la protèges simplement quand tu as le loisir de le faire. Pense simplement à te protéger toi-même comme ta première priorité, puis moi, puis Kato. C’est simple comme ça, non ? Tu ne peux pas te tromper, » déclarai-je.

« Mais ne te trompes-tu pas déjà sur les numéros un et deux ? » demanda Lily.

« … De toute façon, elle est incapable de se débrouiller seule. » Je m’étais dit que continuer ce sujet nous ferait parler sur des tangentes et j’étais donc passé à autre chose. « Elle n’est pas un danger pour nous. Je suis sûr que nous serons un peu gênés de l’emmener avec nous, mais je pense que cela devrait être dans nos limites acceptables. »

« Mais cela ne veut-il pas dire que tu protèges Kato même si cela va être un peu gênant ? Je veux dire, tu as même caché mon identité, » déclara Lily.

« Je me moque que tu sois exposée quand il y aura des problèmes. Il n’y a pas beaucoup de sens derrière mon acte. C’est juste au cas où, » déclarai-je.

Lily semblait plus inquiète que mécontente. « Tu fais fausse route, Maître. Tu ne peux pas me tromper. Est-elle si précieuse pour toi ? »

« … Ce n’est pas le cas, » répondis-je.

J’avais caressé les beaux cheveux de lin de Lily. Maintenant, comment le lui faire comprendre ?

« Je pense que si je veux la protéger, c’est parce que “quelque chose” n’est pas clair en moi, » déclarai-je.

« Quelque chose de pas clair ? » demanda Lily.

« Hier, j’ai pris Kato sous ma garde. Que ce soit par nécessité, en suivant le courant, ou autre, cela ne change rien au fait que je l’ai prise sous ma responsabilité. Abandonner un chat errant que tu as ramassé est irresponsable. Cette analogie est peut-être un peu un cliché, mais j’ai ici une responsabilité que je dois assumer, » répondis-je.

C’est ce que je croyais… Ou peut-être, c’est ce que j’avais fini par croire. Même si je savais qu’il serait beaucoup plus facile d’abandonner Kato, je n’avais jamais pensé à faire un tel choix. Ce n’était probablement pas en raison de mon sens moral ou éthique. J’avais déjà commis le péché de tuer trois personnes. Alors, pourquoi n’ai-je jamais envisagé de l’abandonner ? Je ne pouvais pas comprendre mon propre cœur sur cette question. C’est pourquoi je ne pouvais la décrire que comme « quelque chose ».

« Maître, tu —, » Lily avait essayé de dire quelque chose en me regardant avec ses grands yeux, mais elle n’avait pas trouvé les mots justes et elle avait plutôt souri de façon un peu troublée. « Tu es si sérieux, Maître. »

« Les gens me disent souvent que je suis ennuyeux. » Cette conversation m’avait semblé quelque peu nostalgique.

« Ce n’est pas ce que je veux dire. Tu n’es pas ennuyeux, Maître, » dit Lily en appuyant sa tête contre mon bras. « Donc… Mm. Je suis d’accord pour protéger cette fille. Pour ton bien. »

« Je vois… » J’avais répondu en pressant ma joue contre ses cheveux de la couleur du lin. « Merci. »

C’était étrange. Même si j’étais au milieu d’une forêt dangereuse, les sentiments que je ressentais n’étaient autres que le bonheur. Ce n’était qu’une théorie, mais ce « quelque chose » que j’avais perdu contre mon gré était probablement du temps passé comme ça.

Une telle pensée m’avait vaguement traversé l’esprit. Et, juste à ce moment-là, j’avais soudain réalisé quelque chose. Ce que je voulais vraiment protéger en faisant ce qu’il fallait, c’était peut-être ce fragment irremplaçable de bonheur.

 ◆ ◆

Après avoir attendu que Kato ait fini de se nettoyer, nous avions laissé le refuge derrière nous.

« Avez-vous oublié quelque chose ? Comme je l’ai déjà dit, nous allons explorer la forêt, mais nous n’avons pas l’intention de revenir ici. Apportez tout ce dont vous avez besoin. »

« … Oui. » Kato avait hoché la tête en saisissant son sac à main.

« Hein ? Nous ne reviendrons pas ? Tu abandonnes la hutte, Maître ? » demanda Lily. Elle s’était accrochée à mon bras depuis le matin, et elle me regarda d’un air curieux.

Kato l’avait regardée avec une expression sombre, mais elle n’avait rien dit. Lily ressemblait exactement à l’une des étudiantes qui avaient été transportées ici depuis le Japon, il n’y avait donc aucune chance que Kato ne se demande pas pourquoi une fille comme elle appelait un autre étudiant son maître.

 

 

Alors pourquoi n’a-t-elle rien demandé à ce sujet ? J’avais essayé d’y réfléchir, mais je n’avais pas trouvé la réponse. C’était sans doute bien de demander directement à Kato de nous expliquer son raisonnement, mais on m’avait toujours dit de ne pas remuer le nid de frelons. De plus, si elle avait une mauvaise raison de le faire, il n’y avait aucune chance qu’elle donne une réponse honnête. Il n’y avait donc aucun sens à le lui demander.

C’était quelque peu irritant. J’avais une compréhension mutuelle avec Lily et Rose grâce à notre cheminement mental. Mais par-dessus tout, je leur faisais confiance. Cela ne s’appliquait pas à Kato, donc son existence n’était qu’un point de stress pour moi.

Cela dit, je savais très bien que voyager avec un humain inviterait à ce résultat. Je n’avais pas d’autre choix que de le supporter.

« Maître ? »

« Hm ? Oh, umm, c’est vrai. » J’avais mis fin à mes pensées inutiles et j’avais regardé Lily dans les yeux. « Cette cabane avait une sorte de barrière autour d’elle pour garder les monstres à distance, mais c’est parti maintenant. Donc, ça ne sert à rien d’avoir une base aussi voyante que celle-ci. »

Ce n’était pas seulement des monstres dont je me méfiais. Les humains étaient aussi mes ennemis potentiels. Cette cabane se démarquait beaucoup trop. Maintenant que Kato avait décidé de partir, je n’avais plus de raison de revenir ici. Cependant, pour garantir sa sécurité, j’avais dû envisager la nécessité d’entrer en contact avec d’autres humains.

Le meilleur résultat serait de découvrir un groupe d’humains, de confirmer de loin s’ils étaient du genre à suivre la loi, et de leur envoyer Kato de son propre chef sans que nous ayons à interagir avec eux. Mais il est peu probable que cela se passe aussi bien.

« Très bien, allons-y. »

« Hm ! » répondit Lily avec joie.

« … D’accord. » En revanche, Kato était un peu déprimée.

Ainsi, nous avions laissé la cabane derrière nous et nous étions dirigés vers la forêt. Rose avait pris la tête, tandis que Lily, qui pouvait attaquer de loin, avait pris l’arrière-garde. Kato et moi avions été placés entre eux sous leurs protections.

« Kato. Marcher dans une forêt est un fardeau pour votre corps. Dites-moi si vous vous fatiguez tôt ou tard, » déclarai-je.

« Je vais… bien. »

« Es-tu fatigué, Maître ? » demanda Lily.

« Non. Je vais toujours bien, » répondis-je.

Comme on pouvait s’y attendre, Lily n’était plus accrochée à mon bras. Elle avait probablement réalisé, par notre cheminement mental, que je regrettais de m’être séparé de sa chaleur. C’était quelque peu égoïste de ma part de croire que cette connexion entre nous n’était gênante que dans des moments comme celui-ci.

Après avoir marché pendant quelques heures et fait des pauses de temps en temps, nous avions remarqué une anomalie.

« … Quelque chose est-il en train de pourrir ? » demandai-je.

Une puissante odeur putride remplissait l’air. J’avais plissé mon nez par réflexe.

« Que devrions-nous faire ? » demanda Lily.

« Hmm… »

J’étais le chef de notre petit groupe. J’étais un chef pathétique qui n’était pas capable de se protéger de manière satisfaisante, mais je devais au moins prendre les décisions. C’était une chose pour laquelle je ne pouvais pas compter sur Lily ou Rose.

C’était bien que nous ayons senti l’anomalie, mais que devions-nous faire ? Il serait sans doute dangereux de s’approcher davantage. Cependant, partout dans cette forêt, c’était dangereux. Il y avait aussi une chance que si nous l’ignorions ici, nous le regretterions plus tard. Nous pouvions sentir où elle se trouvait assez facilement, il était donc possible de le vérifier furtivement. On pouvait même dire que le degré de danger était relativement faible.

J’avais réfléchi pendant plusieurs secondes et j’avais décidé qu’il valait mieux agir. « Allons-y. Kato, cela vous va-t-il ? »

« … Oui. »

Nous nous étions dirigés vers la puanteur de pourri. Elle avait progressivement repoussé l’épais parfum de la forêt. En peu de temps, nous avions découvert environ cinq cadavres dispersés qui semblaient être ceux d’autres étudiants. Je dis « environ » cinq parce que les cadavres étaient vraiment en désordre.

« C’est assez extrême. »

***

Partie 2

Leurs corps n’étaient rien d’autre que des morceaux de viande. Nous avions observé la situation de loin pendant un certain temps avant de conclure que la menace avait quitté la région. Nous nous étions rapprochés.

Alors que je me débattais afin de découvrir par moi-même ce qui s’était passé, Lily avait supposé la cause de leur mort. « D’un seul coup d’œil, on dirait qu’ils ont été mangés et déchiquetés par une grosse créature, non ? »

« Ce qui signifie qu’ils ont été tués par des monstres ? » demandai-je.

« Probablement. »

« Nous pourrions en savoir un peu plus si nous enquêtons sur la région. »

J’avais commencé à marcher vers les cadavres, mais je m’étais soudain arrêté. Contrairement à Mizushima Miho, ceux-ci étaient morts depuis un certain temps et se décomposaient déjà. À cause de cela, ils grouillaient de mouches. Après avoir déjà commis un meurtre, je n’avais pas peur de quelques cadavres, mais ces circonstances étaient quelque peu différentes.

Cependant, je devais le faire. Cet événement tragique avait probablement été causé par des monstres. C’était peut-être un monstre dont je n’avais jamais entendu parler dans la Colonie. Il serait trop tard pour le regretter si je finissais par mourir parce que je n’avais pas eu une sorte d’indice ici. Cela valait la peine de fouiller la zone, même si les chances de trouver quelque chose d’utile n’étaient que d’un pour cent.

« D’accord. Alors, regardons… Hein, qu’est-ce qu’il y a, Rose ? » demandai-je.

Je m’étais ressaisi et j’étais sur le point de faire un pas en avant quand Rose avait mis une main de bois devant moi. Elle avait fait un pas en avant alors que je la regardais avec émerveillement.

« As-tu dit que tu allais le faire ? » demandai-je.

Une réponse affirmative m’était revenue par notre cheminement mental.

« H-Hey, Rose… »

Dans une tournure inhabituelle, Rose avait pris des mesures avant d’obtenir mon consentement et avait commencé à inspecter les cadavres.

« Ne serait-il pas plus logique que tu sois de garde pendant que j’enquête sur cette affaire, Rose ? Il sera plus facile de faire un rapport à notre maître de cette façon, » proposa Lily.

Rose avait rejeté la proposition de Lily et l’avait bloquée. J’avais ressenti un sentiment de devoir en la regardant, ce qui m’avait dit que c’était quelque chose qu’elle devait faire elle-même. Rose avait rassemblé tous les cadavres éparpillés et avait rapidement commencé à fouiller et à confirmer tout ce qu’ils avaient sur eux. Le reste d’entre nous avait fini par l’observer à une petite distance.

Pendant ce temps, ma conscience était complètement concentrée sur les cadavres. Rétrospectivement, c’était une erreur fatale — une erreur pour laquelle j’avais à peine évité la mort.

Lily avait soudain crié en raison de sa détresse. « Maître ! »

Bien que je me concentre sur autre chose, ma méfiance était au moins minimale. Mon corps avait réagi à peine à son avertissement.

« Qu’est-ce que… ? »

Je m’étais retourné et j’avais vu quelque chose sauter des haies. À ce moment-là, Lily était déjà en train de charger.

« Je ne te laisserai pas faire ! »

Elle l’avait littéralement enfoncé. Elle n’avait pas eu le temps d’utiliser la magie, et elle n’avait pas utilisé la lance qu’elle tenait dans ses mains parce qu’elle ne pouvait pas arrêter de manière fiable la charge de l’assaillant.

« Grawr ! »

« Hya !? »

Lily avait été repoussée, mais l’agresseur avait été dévié de sa route. Les crocs qui visaient ma tête s’étaient refermés à 50 centimètres à peine de moi.

L’assaillant avait corrigé sa posture pour son atterrissage. En utilisant cette ouverture, j’avais à peine réussi à tenir mon grand bouclier prêt. Le temps que je réalise que la chose qui s’était envolée vers moi, j’avais vu que c’était en fait un loup à la fourrure grise. Il avait sauté sur moi une fois de plus. J’avais tendu mon bouclier vers lui et m’étais préparé à l’impact.

« U-Urgh !? »

En un instant, j’avais perdu l’équilibre à cause de la frappe et je m’étais effondré sur le sol, face contre terre. C’était mauvais. Mais juste au moment où je commençais à paniquer, j’avais entendu un bruit de l’air qui grondait. La force qui pesait sur mon corps avait soudain disparu, et je m’étais levé précipitamment.

Le loup avait atterri à une courte distance. Rose se tenait maintenant entre nous. Quand elle avait vu que j’étais attaqué, elle s’était précipitée vers moi.

« Tu m’as vraiment sauvé là, Rose, » déclarai-je.

La hache qui aurait dû être dans sa main n’était plus là. Elle l’avait jetée sur un coup de tête après m’avoir vu en crise. Cela m’avait vraiment sauvé, mais maintenant Rose n’était plus armée que d’un bouclier.

« Grrr… »

Le loup gris qui grognait faisait plus de deux mètres de haut. Si je me souviens bien, c’était ce qu’on appelait un croc de feu dans la Colonie. Sa spécialité était comme son nom l’indique…

« Attention Rose ! Il va tirer ! »

Au moment où je criais, les mâchoires du loup s’étaient ouvertes.

« Graaawr ! »

Des flammes jaillirent de sa bouche comme un brasier. Rose s’élança sans hésitation et capta les flammes avec son bouclier. Elle parvint à les bloquer pendant une seconde, mais le flot de feu amorphe contourna ses défenses et commença à s’étendre sous mes yeux.

« Uh oh… Aaah !? »

Au moment où les flammes étaient sur le point de m’avaler en entier, quelque chose s’était jeté mon corps.

« Maître ! Vas-tu bien ? »

« Lily !? »

Lily me regardait avec une expression tendue. Elle avait réussi à me sauver des flammes. Après m’avoir sauvé de l’attaque-surprise plus tôt, elle avait immédiatement repris pied et s’était précipitée pour me sauver de les flammes.

Ensuite, elle nous avait portés, moi et Katou, qui était plus loin à l’arrière et elle avait couru dans la forêt. C’était une scène assez ridicule compte tenu de la taille de toutes les personnes impliquées, mais, en tant que monstre, cela lui était tout à fait possible.

« Rose ! Tiens-le à distance encore un peu ! » Lily cria.

Rose s’était plantée là où elle se trouvait et avait encaissé les flammes. Elle bloquait la route entre lui et nous. Le bouclier que Rose avait utilisé était fait de bois, mais il ne brûlait pas grâce à ses propriétés magiques.

Après avoir confirmé que nous n’étions plus à portée d’attaque, elle était passée du blocage à l’évasion. Les flammes du croc de feu l’avaient poursuivie, mais elle avait habilement pris ses distances. Les marionnettes magiques possédaient un pouvoir défensif bien plus important que leur apparence en bois ne le laissait supposer. Il y avait beaucoup de feu sur elle, mais, d’après ce que j’avais pu voir, cela ne semblait pas avoir fait beaucoup de dégâts. Ce fut un énorme soulagement pour moi.

Lily nous avait posés à terre. « Maître ! Est-ce correct de vaincre cette chose, non ? » Un glyphe était apparu dans sa paume.

« Oui, ça ne me dérange pas. Je ne peux pas l’apprivoiser. Ne retiens rien et abats-le ! »

« Compris ! »

Le glyphe dans la paume de Lily brillait d’une lumière bleue vive. Pour autant que je sache, les glyphes étaient essentiels dans l’utilisation de la magie. La couleur indiquait son attribut, la taille indiquait sa puissance, et la forme déterminait sa nature.

Il y avait pas mal de gens qui étaient obsédés par la recherche de tous ces détails à la Colonie. Ainsi, en seulement un mois de vie dans ce monde, ils avaient fini de cataloguer à peu près toute la magie utilisée au combat. Par exemple, un glyphe d’environ 30 centimètres de diamètre allait déclencher une magie de niveau 1. Il avait à peu près la même puissance qu’un pistolet de petit calibre. C’était à peu près comme ça qu’ils avaient classé tout.

La magie utilisée par Lily, qu’elle avait mis plusieurs secondes à invoquer, était de la magie à l’eau de niveau 2, d’une puissance similaire à celle d’un pistolet de gros calibre utilisé pour la chasse. Des épées faites d’eau apparurent dans l’air et prirent leur envol comme des faucons en vol.

« Graaaah ! »

Les épées volaient plus vite que je ne pouvais suivre. Le croc de feu avait cessé de tirer des flammes et les avait esquivées en se tordant le corps et en sautant en l’air. Mais même ainsi, tout était bien dans les prévisions de Lily.

« Grah !? »

Rose avait jeté son bouclier et il avait claqué dans le nez du croc de feu. La posture de la bête s’était brisée en plein vol. Rose était arrivée sur lui en pleine charge. Elle avait perdu toutes ses armes, mais elle s’était agrippée au croc de feu alors qu’il était encore incapable de se défendre ou de mettre à profit sa formidable vitesse.

Elle avait attrapé le loup par le cou et l’avait forcé à se jeter à terre. La bête avait hurlé. De retour dans la colonie, les crocs de feu étaient considérés comme plus dangereux que les marionnettes magiques, alors regarder Rose charger à mains nues m’avait donné des sueurs froides momentanées. Cependant, il semblait que tout allait bien se passer.

La chose la plus terrifiante à propos des crocs de feu était leur tendance à former des meutes. Heureusement, un seul loup nous avait attaqués ici. C’est peut-être ce fait qui avait valu à Rose la victoire dans cette bataille.

Une fois le loup à terre, Lily avait terminé en lui tranchant la gorge avec la magie du vent, tuant ainsi la bête pour de bon.

« … Est-ce que c’est fini ? »

En le regardant mourir, j’avais finalement laissé sortir le souffle que j’avais retenu pendant tout ce temps. Mon cœur battait la chamade avec un sentiment terrible. Même moi, je pouvais dire que mon expression était assez raide.

« Cela m’a donné le sang froid. Allez-vous bien, Katou ? »

« … Oui. » Katou avait fait un mouvement brusque de sa tête.

Elle était un peu pâle. Je n’avais probablement pas l’air mieux.

« Je suis désolée d’être un obstacle… »

« Ne le soyez pas. Il en va de même pour moi. »

J’avais fait une expression amère. La dernière fois, nous avions réussi à prendre l’initiative dans notre lutte contre la marionnette magique, mais naturellement, il y avait aussi une possibilité que nous perdions l’initiative. Je savais que nous étions tous les deux un poids mort, mais je ne pensais pas que ce serait si grave. Nous avions eu de la chance de nous en sortir, c’est grâce au dévouement de Lily et Rose.

Le fait que nous ayons réussi à tuer un croc de feu avait également été une bénédiction pour nous. Grâce à cela, il était possible pour Lily d’obtenir l’odorat d’un loup par son mimétisme. J’avais bon espoir que cela pourrait améliorer notre capacité à détecter les ennemis.

Après cela, nous avions poursuivi notre enquête sur les cadavres des étudiants. Nous n’avions malheureusement rien pu apprendre d’utile. De toute façon, je n’attendais pas grand-chose au début, donc cela n’avait pas vraiment d’importance. Il était probable qu’ils aient tous été tués par le croc de feu contre lequel nous venions de nous battre.

En restant un peu plus sur nos gardes qu’auparavant, nous avions continué à travers la forêt, mais nous n’avions pas rencontré d’autres monstres ce jour-là et avions décidé de retourner à la grotte.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire