Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 1 – Chapitre 4

Bannière de Monster no Goshujin-sama (LN) ***

Chapitre 4 : Tragédie dans le refuge

***

Chapitre 4 : Tragédie dans le refuge

Partie 1

Maintenant, je ne peux pas rester allongé ici pour toujours.

Les bruits de la bataille pouvaient probablement être entendus de très loin, il était donc possible que d’autres monstres ou étudiants sachent que nous étions ici. Nous devions nous relocaliser immédiatement. J’avais traîné mon corps fatigué loin du sol et j’étais retourné à la grotte. Mon butin de guerre était une lance en bois magiquement améliorée, quelques informations sur ma capacité à apprivoiser les monstres et un nouvel allié.

« D’accord, je vais t’appeler Rose. Je serai à ta charge, » déclarai-je.

J’avais nommé la marionnette magique agenouillée devant moi Rose. J’avais donné à Lily le nom d’une fleur, alors j’avais suivi le courant et j’avais choisi un autre nom de fleur. Tout comme Lily, Rose était un monstre qui ne semblait pas vraiment avoir de sexe, alors c’était un peu étrange de lui donner un nom de fille… Mais j’étais le seul à les appeler par leur nom, donc ce n’était pas un problème tant qu’elles étaient d’accord.

Le stress d’avoir risqué ma vie deux fois en une seule journée pesait lourdement, alors j’avais décidé de passer le reste de la journée dans la grotte. Lily, qui avait été blessée au combat, était restée dans la grotte avec moi, tandis que Rose était partie chercher de la nourriture.

J’avais utilisé le grand corps de Lily comme canapé et j’étais resté allongé, hébété, jusqu’au retour de Rose. Elle était beaucoup plus agile que Lily, mais elle ne pouvait pas utiliser la magie.

Rats, lézards et écureuils.

En raison de la nature de son arme, les petites créatures que Rose avait ramenées avaient toutes été écrasées et coupées en deux, mais ce n’était pas vraiment un problème tant que je pouvais les manger. Je les avais fait rôtir sur un feu de joie. Honnêtement, elles avaient un goût assez mauvais, mais je n’allais pas me plaindre de pouvoir rassasier ma faim.

Ça aurait été génial de pouvoir manger quelque chose d’assez gros pour remplir mon estomac, mais il semblait qu’il n’y avait pas de gros animaux près de la grotte. Il était possible qu’ils aient déjà tous été mangés par les monstres de la forêt.

J’en avais entendu parler alors que j’étais à la Colonie. La différence entre les animaux normaux et les monstres était la possession de mana. Je ne pouvais pas vraiment dire ce que cela signifiait, mais c’était apparemment quelque chose que l’on pouvait plus ou moins sentir après avoir appris la magie.

La présence ou l’absence de mana avait créé une disparité absolue entre les créatures. Il était apparemment impossible pour un ours ordinaire de trois mètres de haut de vaincre une petite souris monstrueuse de cinq centimètres. Dans ce cas, il était impossible aux grands animaux de survivre dans cet environnement.

Au fait, ils avaient dit que le mana était stocké dans l’âme. Après avoir vaincu un monstre, il était également possible d’en voler une petite quantité. Les monstres qui possédaient une grande quantité de mana étaient forts, mais cela signifiait aussi qu’on pouvait en tirer plus de mana. En vérité, les tricheurs de l’équipe d’exploration devenaient de plus en plus forts chaque jour. Il était même question d’emmener les membres de l’équipe locale à la chasse, ce qui leur permettrait d’acquérir la force nécessaire pour se protéger. Mais la colonie avait été détruite avant que ce plan ne puisse être réalisé.

En tout cas, il y avait plus à gagner à chercher des monstres dans la forêt qu’à faire de nouveaux serviteurs. Cela avait également été utile pour renforcer mes forces existantes. Mais cela ne servait à rien si je me faisais tuer, et je devais donc garantir la sécurité de l’opération. Je ne voulais pas marcher sur une autre corde raide comme je l’avais fait aujourd’hui.

« Très bien. Je suppose qu’il est temps de dormir, » déclarai-je.

Je commençais à m’assoupir après avoir mangé un peu de nourriture. Mon esprit tendu souhaitait se reposer. Il était encore un peu tôt, mais il était temps pour moi de dormir. Avec des alliés à mes côtés, j’avais pu me détendre et laisser ma conscience s’échapper immédiatement.

 ◆ ◆

Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis lors. Nous avions passé tout ce temps dans la grotte, et nos moyens de subsistance s’étaient stabilisés. Je n’avais pas été confronté à un danger mortel et j’avais pu me procurer suffisamment de nourriture. J’avais même réussi à stocker quelques réserves en faisant sécher de la viande, ma situation était donc très différente de celle d’il y a quelques jours.

Lily n’était pas dans la grotte à ce moment-là. Je lui avais demandé d’enquêter sur la zone autour de nous. Si j’avais demandé à Rose de rester, c’était pour qu’elle puisse faire quelque chose pour moi.

« Hm. Ça se présente bien. »

J’avais accepté le bouclier en bois que Rose m’avait respectueusement présenté et lui avait fait un signe de tête. Il était un peu plus grand que celui qu’elle utilisait elle-même et pouvait couvrir environ la moitié de mon corps. En plus d’être fait de bois, il était aussi assez mince, de sorte que même moi, je pouvais le tenir en place sans me forcer. Malgré cela, il avait une résistance plus grande que l’acier. Cela m’avait vraiment donné une idée de l’injustice de la magie.

Il était difficile de le balancer à cause de sa taille, mais je n’avais pratiquement aucun sens de la lutte. Ce serait fini pour moi au moment où je devrais le faire. Il était plus que suffisant d’avoir quelque chose pour se cacher derrière comme un mur.

J’avais fait fabriquer ce bouclier par Rose à partir de rien. Les marionnettes magiques avaient la capacité de créer des objets magiques, donc naturellement, elle possédait la même capacité. Tous les objets fabriqués par ses mains étaient magiques par nature. Elle m’avait montré comment elle y parvenait en coupant un arbre avec sa hache de guerre et en sculptant le bois à l’aide d’un couteau magique.

Elle avait déjà fini de me faire un plastron protecteur. Il avait l’air ridicule sur mon blazer d’école, mais je n’avais pas vraiment le temps de m’inquiéter de la mode.

« Je te remercie. Ensuite, veille à faire une armure. »

Les joyeuses pensées de Rose étaient passées dans mon esprit alors qu’elle inclinait la tête. Elle n’était pour l’instant équipée que d’une hache et d’un bouclier. J’avais prévu d’utiliser cette armure comme réserve tout en ayant quelque chose pour qu’elle puisse s’en servir elle-même.

Lily était retournée à la grotte peu de temps après. Cela dit, elle avait l’air bien différente d’avant.

« Bon retour, Lily. »

Je m’étais retourné pour lui faire face. Elle avait maintenant la même forme que Rose : une marionnette magique. Lily avait mangé le cadavre de la marionnette magique que nous avions vaincue l’autre jour. Elle avait donc pu utiliser son pouvoir d’imitation pour prendre la forme d’une marionnette magique. Elle pouvait toujours utiliser la magie sous cette forme, donc ses capacités de combat avaient énormément augmenté. Elle était également capable d’utiliser une arme efficacement, alors je lui avais aussi tendu la lance que nous avions reçue de la marionnette magique.

Cependant, sa capacité à fabriquer des armes et des armures était inférieure à celle de l’original. Cela signifiait en gros qu’elle ne pouvait pas voler le travail de Rose. C’est pourquoi j’avais demandé à Lily d’aller en éclaireur pour nous.

« Hm ? Quoi de neuf, Lily ? »

J’avais mis la tête sur le côté. Son intention de me dire quelque chose passait par notre cheminement mental.

« Y a-t-il quelque chose que tu veux me montrer ? » demandai-je.

J’avais senti son affirmation. Lily avait trouvé quelque chose en fouillant la zone. Mais je ne savais pas ce que c’était. La transmission de la pensée à travers notre cheminement mental pouvait vaguement transmettre des émotions et de la volonté, mais il était difficile d’échanger des informations au niveau d’une conversation.

« J’ai compris. Allons-y. Rose, prépare-toi. »

Nous nous étions équipés du mieux possible et nous avions quitté la grotte.

 ◆ ◆

Après avoir quitté la grotte pour la première fois en quelques jours, Lily nous avait guidés vers un certain endroit. Là, nous avions trouvé une étudiante de mon monde portant le même uniforme. J’avais demandé à Lily de me signaler toute observation d’étudiants en priorité.

Lily avait bien accompli son devoir. En conséquence, je regardais maintenant le premier étudiant que j’avais vu depuis la destruction de la Colonie — cependant, sous la forme d’un cadavre.

« … je crois que c’est Mizushima Miho. »

On pouvait au moins dire que je la connaissais, et la voir morte toute seule dans la forêt était choquant. Je ne savais pas comment accepter la réalité que quelqu’un que je connaissais était mort juste devant moi. Avant même de m’en rendre compte, je mordais fort ma lèvre inférieure.

Si vous posiez la question à dix personnes différentes, les dix vous diraient que Mizushima Miho était une belle fille. Elle était étudiante en deuxième année, tout comme moi, et elle faisait partie du club d’instruments à vent. Ses cheveux étaient teints de la couleur du lin et descendaient jusqu’à ses épaules, ce qui correspondait assez bien à sa personnalité enjouée.

Le fait qu’elle n’ait pas encore été mangée par un monstre signifiait qu’elle n’était pas morte depuis longtemps et qu’elle n’avait pas été tuée par un monstre. C’était une fille séduisante, et il y avait des étudiants qui avaient perdu leur sens moral. Il n’était même pas nécessaire de dire ce qui s’était passé. En plein désespoir, elle avait enfoncé le couteau qu’elle cachait dans sa propre gorge. Sa main s’était complètement raidie à force d’y mettre trop de force et elle tenait toujours le couteau, mouillé de son propre sang. Le désespoir restait clairement imprimé sur son charmant visage.

« Merci, Majima. Les garçons sont vraiment fiables pour le travail physique, hein ? »

« Désolé. Ça doit être ennuyeux de travailler avec quelqu’un comme moi, Mizushima. »

« Non. Je ne pense pas vraiment. Ça doit être ennuyeux… ? Tu es vraiment sérieuse, Majima. C’est pour ça que je t’aide comme ça. Je pense que c’est un bon côté de toi. »

Mizushima Miho était membre de l’équipe de la Colonie. Depuis que j’étais arrivé dans ce monde, j’avais eu une seule occasion de lui parler alors que nous étions en pleine construction de la colonie. J’avais été surpris qu’elle se souvienne même du nom d’un écolier assez ordinaire comme moi. À l’époque, elle m’avait souri joyeusement. Il y a quelques jours à peine… elle souriait certainement.

« Lily… » avais-je crié sans émotion. « Mange-la. »

Elle avait immédiatement fait ce que j’avais ordonné. Après être redevenu un slime géant, son corps gélatineux était tombé sur le cadavre de la jeune fille. L’existence de Mizushima Miho s’était cruellement fondue dans la forme transparente de Lily. J’avais regardé cette scène du début à la fin.

Le blanc de ses yeux, le jaune de sa graisse, le rouge de ses organes, le blanc de ses os… Il fallait que je me souvienne de ces images grotesques.

Cela avait pris un certain temps, mais le corps de Mizushima Miho avait complètement disparu. Le temps que je m’en rende compte, le soleil avait commencé à se coucher. Je ne pouvais même pas voir les rayons du soir à travers la forêt dense. Tout ce que je voyais, c’était le ciel qui devenait de plus en plus rouge, comme un sinistre mélange de noir et de cramoisi teintant le paysage autour de moi.

Et dans ce paysage illuminé par le crépuscule, j’avais vu son corps nu sortir du sol. Elle avait de beaux membres, non tachés par ce qu’elle avait subi dans la vie. Le mot « renaissance » m’avait traversé l’esprit, mais je l’avais fait disparaître. C’était différent. Ce n’était pas du tout une renaissance.

« J’ai fini de l’accueillir, Maître. »

La voix de Lily, que j’entendais pour la première fois, était bien sûr identique à celle de Mizushima Miho. La façon dont elle parlait était également la même. Elle ressemblait à ce qui était resté dans mes souvenirs. La seule différence notable était qu’elle se référait à moi en tant que Maître. Cependant, cette différence était énorme. Ce n’était pas Mizushima Miho. C’était un monstre qui portait sa peau. Ainsi, j’étais sûrement aussi un monstre portant la peau d’un humain. Sinon, je n’aurais pas pu faire une chose aussi cruelle sans hésiter.

C’est exact. J’ai décidé d’utiliser le cadavre de Mizushima Miho.

Elle était la même que moi, une étudiante transportée ici dans ce monde. Cela signifiait qu’elle possédait aussi une tricherie. Elle ne savait tout simplement pas ce que c’était, tout comme moi jusqu’à il y a quelques jours. Son corps aurait dû posséder une sorte de capacité étrange. J’avais pensé que Lily pourrait l’imiter.

C’était un acte impardonnable motivé par des intentions malveillantes. Cependant, je m’étais résolu à faire n’importe quoi pour survivre dans ce monde. J’avais aussi une responsabilité envers Lily et Rose alors qu’elles m’accompagnent sur ce chemin.

Le mieux que je pouvais faire pour y parvenir était le pire que je pouvais faire en tant qu’humain. C’est tout ce que c’était. J’avais mal à l’estomac, mais il fallait que j’accepte cette sensation.

« As-tu une idée des spécifications de ce corps ? » demandai-je.

« Des spécifications ? » demanda Lily en réponse.

« Ce corps devrait posséder une sorte de capacité spéciale, » répondis-je.

Lily avait l’air perplexe face à ma question. Eh bien, c’était un pouvoir caché que la personne en question ne connaissait pas sur elle-même. Il était raisonnable qu’une imitatrice ait besoin de temps pour saisir ce que c’était.

« C’est correct si tu ne sais pas, » déclarai-je.

Dans le pire des cas, il était possible que mon hypothèse soit erronée. Malgré tout, cela ne me dérangeait pas vraiment. Il était commode pour Lily d’avoir simplement une forme humaine. Cela ne poserait pas non plus de problème au combat. Le mimétisme de Lily lui permettait d’utiliser les capacités d’une forme tout en utilisant l’apparence d’une autre. Par exemple, elle pouvait utiliser son pouvoir de magie original tout en imitant une marionnette magique. Cela n’était naturellement pas différent lorsqu’elle avait pris la forme de Mizushima Miho, qui ne possédait aucune capacité de combat.

Mais cela ne s’appliquait pas aux capacités qui dépendaient de la forme qu’elle prenait. Elle n’était pas capable d’utiliser la capacité de son corps d’origine à dévorer les autres alors qu’elle était sous la forme d’une marionnette magique, puisqu’elle ne possédait même pas de cavité buccale.

« Mets ces vêtements. »

Lily avait filtré tous les vêtements de Mizushima Miho pendant qu’elle la digérait. Son blazer était couvert de sang, mais il n’y avait rien d’autre à disposition. Je n’avais pas d’autre choix que de faire porter ça.

Lily avait obéi à mon ordre et avait passé ses bras dans les manches de la chemise. J’avais détourné mon regard de sa silhouette sans défense.

 

 

« J’ai fini, Maître, » déclara Lily.

« D’accord, alors on se retire, » je ne voulais pas rester ici plus longtemps, alors j’avais immédiatement commencé à partir.

« Oh, Maître. Il y a encore une chose que je dois te dire. » Lily m’avait appelé alors que je me tournais, et je m’étais arrêté. « Il y a d’autres humains à proximité. Ce sont eux qui ont tué… qui sont la raison pour laquelle cette fille est morte. »

J’avais froncé les sourcils en entendant ça, et je m’étais retourné pour regarder Lily.

« Comment le sais-tu ? » demandai-je.

« Je peux le dire. Je veux dire, j’ai les souvenirs de cette fille, » expliqua Lily.

J’avais été complètement submergé par sa déclaration désinvolte. « Est-ce que c’est… vrai ? »

« Hm. Oh, attends. Ce n’est peut-être pas tout à fait vrai. Il vaut peut-être mieux appeler ça un enregistrement. Cependant, c’est tout de même quelque chose que je peux me souvenir, » déclara Lily.

« Ainsi, c’est aussi la raison pour laquelle tu parles de la même manière que Mizushima Miho, » déclarai-je.

Il y avait probablement un certain niveau de détérioration ou de déficit par rapport à l’original — tout comme sa capacité à fabriquer des objets magiques était inférieure à celle de Rose — mais une bonne partie des maniérismes de Lily avaient été hérités de Mizushima Miho.

Le mimétisme de Lily avait peut-être été un pouvoir bien plus terrifiant que je ne le pensais. Un mimétisme parfait serait à peu près la même chose que d’usurper l’existence de l’original. Il était normal que cela me donne le vertige. J’avais peut-être fait quelque chose de bien plus cruel que prévu…

« Alors, que faisons-nous, Maître ? » demanda-t-elle.

« Voyons voir… »

J’avais remis de l’ordre dans mes pensées. Il était important de comprendre la réalité qui se présentait à moi, mais il y avait quelque chose de plus important à faire que de s’en inquiéter. La survie des humbles et misérables lâches qui avaient causé la mort de Mizushima Miho, ainsi que ce qu’ils lui avaient fait, était impardonnable.

J’avais réfléchi un instant. Lily attendait ma réponse au milieu de ce paysage de noir et de rouge fondant qui rendait floues les silhouettes de tout ce qui m’entourait.

« … Je dois prendre mes responsabilités. »

C’était ma réponse. Je n’avais pas l’intention de me venger. Elle n’était qu’une connaissance pour commencer. Je n’étais en aucun cas proche d’elle. Je trouvais ce qui lui était arrivé pitoyable, et je ressentais de la colère et de la répulsion envers ses agresseurs. Mais je n’avais rien ressenti de plus que cela.

C’est pourquoi je n’avais fait que prendre mes responsabilités. Ce n’était certainement pas une vengeance. Il n’y avait aucun moyen de dire que ça l’était. Après tout, j’étais aussi coupable d’avoir profané le corps de Mizushima Miho.

***

Partie 2

Lily nous avait guidés vers un endroit qui n’était pas si éloigné que ça de l’endroit où elle avait découvert le corps de Mizushima Miho.

« … Qu’est-ce qui se passe ? » demandai-je dans un murmure.

Je m’étais renfrogné dans la confusion. Il y avait une petite cabane au milieu de cette forêt dangereuse. C’était clairement suspect. Pourquoi y avait-il une cabane ici ? Et pourquoi les monstres ne l’avaient-ils pas encore détruite ? Il me semblait que les monstres auraient fait obstacle à sa construction…

Je m’étais dirigé vers la cabane alors que de tels doutes s’évanouissaient dans mon esprit, lorsque pour une raison inconnue, Lily et Rose, qui marchaient devant moi, s’étaient arrêtées brusquement.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« On ne peut pas s’approcher plus près, » répondit Lily.

Selon Lily, mes deux monstres avaient été agressés par un sentiment désagréable lorsqu’elles s’étaient approchées de la cabane. Je trouvais étrange qu’une hutte soit ici, mais il semblait qu’il y avait une sorte de ruse qui tenait les monstres à distance.

C’est pourquoi j’avais fini par aller seul à la cabane. Tant que Lily et Rose ne pouvaient pas l’approcher, les autres monstres ne pouvaient pas non plus le faire. C’est pourquoi il n’y avait pas de problème particulier pour que je sois seul.

En m’approchant, j’entendis les voix d’hommes caquetants et d’une femme criant. Leurs voix étaient jeunes, ce qui signifiait qu’ils étaient probablement des étudiants qui avaient été transportés dans ce monde avec moi.

« … Il n’y avait donc pas que Mizushima Miho, » murmurai-je.

Mystérieusement, mon cœur était resté calme. C’était comme si j’écoutais un groupe de chiens.

Je vois. Donc je ne les vois même pas comme équivalents à moi.

Eh bien, cela n’avait fait que confirmer la raison. Je n’étais peut-être qu’un monstre qui ne pensait rien des humains, mais c’était une racaille totale qui était même inférieure aux humains.

J’avais alors ressenti un léger soulagement. Avec cela, je pouvais les tuer sans hésitation. J’avais ensuite enquêté sur l’endroit où le sentiment désagréable de Lily était le plus marqué. Le chemin mental entre nous était commode à sa manière, mais le fait de pouvoir tenir une conversation était un grand pas en avant. Nous pouvions partager des informations à un tout autre niveau comme celui-ci.

Je découvris bientôt une petite pierre transparente enterrée non loin de la cabane elle-même. Des lettres complexes étaient gravées sur cette pierre. J’avais pensé que c’était une sorte d’objet magique. Je n’avais jamais entendu parler de tels objets lorsque j’étais dans la colonie, mais cela avait du sens s’il s’agissait d’une possession du premier propriétaire de la hutte.

Ce fait m’avait fait découvrir une vérité simple, mais importante. Il y avait d’autres humains ici que nous, les étudiants. En y repensant, il était possible que le premier corps expéditionnaire ait trouvé de telles traces d’humanité dans la forêt, ce qui avait déclenché leur impulsion à partir et à trouver un établissement humain.

Il semblait que les humains de ce monde connaissaient des concepts qui nous étaient étrangers pour tenir les monstres à distance. C’était sûrement un objet merveilleux. Malheureusement, je n’avais aucun moyen de comprendre à quel point il était vraiment merveilleux, donc je n’avais aucune idée de sa valeur.

C’est exactement pour cela que je n’avais pas hésité à l’écraser. Il était tout à fait possible que cette pierre soit extrêmement précieuse, mais pour l’instant elle n’était qu’un obstacle. Une zone de sécurité était une proposition intéressante, mais elle m’était inutile tant que j’agissais de concert avec des monstres.

Il était évident que ces étudiants seraient tués dans quelques jours ainsi. Je n’avais pas besoin de me salir les mains. Cependant, même si ce n’était pas nécessaire, il serait irresponsable de ma part de ne pas le faire.

« Abattez tout le monde, sauf la personne qui est attaquée. »

Je n’avais ressenti aucune angoisse lorsque j’avais transmis mon ordre à Lily et Rose. Je voulais vraiment utiliser la magie pour faire sauter la hutte tout en entier, mais je n’avais pas pu le faire à cause de la présence d’une victime. Je détestais les humains, mais je n’avais pas prévu de tuer une fille qui n’avait rien fait de mal.

« Oh, attendez. »

J’avais appelé mes compagnons pour qu’elles s’arrêtent juste avant qu’elles n’entrent dans la hutte.

« Tourmentez-les autant que vous le pouvez. Et puis, tu les achèves, Lily. C’est-à-dire, tant que vous avez tous les deux le loisir de le faire, » déclarai-je.

« Hm… ? OK, » répondit Lily.

Cela n’avait peut-être aucun sens. Je ne savais pas si la morte, Mizushima Miho, l’aurait souhaité. Cependant, c’était la seule chose que je pouvais faire pour elle maintenant.

« Très bien, allez-y ! »

Les deux monstres avaient défoncé la porte à mon commandement. Il y avait trois écoliers à l’intérieur, et tous s’étaient tournés vers nous en état de choc.

« Faites-le. »

Rose avait foncé et avait donné un coup de pied au garçon qui bloquait la fille. Elle ne le visait probablement pas si précisément, mais il cria en raison de l’agonie causée par l’écrasement de ses bijoux de famille. Les autres garçons s’étaient complètement figés à la suite de la tournure des événements. Ils n’avaient sûrement jamais pensé que des monstres les attaqueraient ici. C’était leur paradis. Mais maintenant, c’était leur lieu d’exécution.

Lily s’était précipitée avec sa lance à portée de main. « C’est parti ! »

« Gyaaah !? »

Les garçons n’avaient pu opposer aucune résistance, car leurs bras et leurs jambes avaient été écrasés, coupés en morceaux et déchirés. Du sang rouge vif jaillissait comme un geyser alors que des cris d’agonie remplissaient l’air. C’était l’enfer sur terre. Alors que le sang dansait dans l’air, j’avais mis un pied dans la hutte, j’avais enlevé mon blazer et je l’avais placé sur la fille qui avait été attaquée.

« Vous êtes… »

Elle semblait être plus jeune que moi. Elle avait un joli visage, mais en ce moment il était souillé par toutes sortes de choses.

« Tout va bien. Je n’ai pas l’intention de vous faire du mal, » lui murmurai-je.

Elle m’avait regardé avec une étrange lueur se reflétant dans les yeux. Cependant, la jeune fille avait perdu conscience avant que je puisse en saisir le sens. Son corps délicat s’était effondré contre ma poitrine. Son corps et son esprit étaient sûrement à leurs limites. J’avais défait les cordes qui liaient ses bras derrière elle alors que Lily était sur le point d’achever les garçons immobilisés.

« Ça fait mal… Ça fait mal… Pourquoi… ? Comment… ? Comment es-tu en vie ? Aaaaah... ! » le dernier garçon avait crié quand Lily allait abaisser sa lance.

« Attends. J’ai quelque chose à lui demander, » déclarai-je.

Lily s’était arrêtée. Je lui avais pris l’arme et j’avais saisi le visage du garçon pour qu’il me regarde.

« Argh… S’il te plaît… Sauve-moi… Je t’en supplie… Aïe… Ça fait mal… »

« Réponds-moi si tu veux que je te sauve, » déclarai-je.

Il souffrait clairement beaucoup, mais je n’avais rien ressenti. J’avais été surpris par la cruauté dans ma propre voix.

« Il n’y a que vous trois ? Avez-vous d’autres amis avec vous ? »

« Il n’y a personne… Il n’y a que nous… Aah ! Ça fait mal ! Ça fait mal ! »

Il semblait qu’ils n’avaient pas d’autres alliés. C’était bien. Dans le pire des cas, j’avais envisagé la possibilité qu’ils aient un tricheur sous la main, mais je ne faisais apparemment que trop réfléchir.

« Je t’ai répondu ! Sauve-moi ! » demanda-t-il.

« Hm ? Oh, c’est vrai. »

J’avais fait une telle promesse, n’est-ce pas ? J’avais hoché la tête pendant que le garçon me regardait dans les yeux en implorant sa vie… et je l’avais poignardé à la gorge avec ma lance. Il avait crié en s’étouffant, en toussant.

« Eh bien, souffre autant que tu le peux, » déclarai-je.

Les yeux du garçon s’étaient ouverts avec incrédulité. J’avais regardé son désespoir pendant un court instant, puis j’avais fait pivoter la lance. Avec cela, la lumière avait disparu de ses yeux.

Il n’était pas question que je garde les mains propres après avoir ordonné à Lily de les tuer. Dès le début, j’avais l’intention de tuer au moins l’un d’entre eux de mon propre chef. C’était mon tout premier acte de meurtre. Dès l’instant où j’avais décidé de survivre dans ce monde, j’avais su que ce moment viendrait. Et maintenant que je l’avais fait, cela m’avait semblé bien trop rapide. Mais ce qui était arrivé après que tout soit terminé était bien plus gênant.

« Lily, » avais-je dit en soupirant. « Dispose des corps. Jette-les quelque part dans la forêt. »

Lily m’avait regardé avec curiosité. « Est-ce correct de ne pas les manger ? »

J’avais secoué la tête. « Ça me rend malade de penser que ces types restent en toi. Ne fais pas ça, » répondis-je.

Ces garçons étaient sûrement aussi des tricheurs. Les capacités qu’ils n’avaient pas pu faire ressortir avant leur mort auraient pu être assez puissantes. Si Lily devait s’emparer de leur corps, il était tout à fait possible qu’elle puisse obtenir de tels pouvoirs.

Cependant, ce serait une trahison pour Mizushima Miho. Elle aurait sûrement détesté être à l’intérieur de Lily avec ces gars… Je détestais aussi l’idée. J’avais l’impression que ça souillerait Lily. De plus, j’avais peur que les accueillir ne déclenche un changement en elle. À en juger par son utilisation du mot « disques », elle avait stocké leurs souvenirs et leur personnalité dans un endroit coupé de son propre esprit. Mais j’avais encore des craintes à ce sujet, et ces craintes devaient être éliminées.

« Rose, prend soin de cette fille. Nettoie-la et mets-la au lit, » ordonnai-je.

Rose s’était agenouillée devant moi et s’était inclinée face à mon ordre.

« Que feras-tu, Maître ? » demanda Lily en commençant son travail.

« Je vais… je suppose que je vais devoir faire quelque chose à propos de ce désordre, » répondis-je.

Les sols, les murs et même le plafond étaient tachés de sang. Vu la réaction de cette fille, dont je ne connaissais même pas le nom, il serait préférable de tout nettoyer. Je n’aimais pas non plus l’idée de dormir dans une pièce dans un tel état. Cette scène sanglante avait été le lieu d’une tragédie.

« … »

Un mal de tête sourd m’avait soudain assailli, et je m’étais pris la tête. Mes yeux avaient rencontré ceux du garçon que j’avais tué. Son regard vide était dirigé directement sur moi… Ce n’était, bien sûr, qu’une hallucination. Ce n’était rien d’autre qu’une illusion que mon cœur faible me montrait.

Non, attends. Attends un peu. Suis-je faible ?

« Vas-tu bien, Maître ? »

« … Je vais bien, » répondis-je.

C’est vrai, je vais bien. Je vais bien.

Je m’étais répété ces mots. Je ne pouvais pas me permettre d’être écrasé par la culpabilité ici. C’était la responsabilité que je devais porter pour avoir apprivoisé Lily et Rose, pour avoir utilisé le cadavre de Mizushima Miho et pour avoir massacré les étudiants ici.

J’aurais mieux fait de mourir dans cette grotte si je n’étais pas capable d’assumer la responsabilité de telles choses.

« Je vais bien. »

Je m’étais plongé dans le nettoyage de la cabane ensanglantée. Même moi, je pouvais dire que je fuyais quelque chose en faisant cela.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire